NEC s’allie à Raspberry Pi pour apporter de l’intelligence à ses écrans

Dès 2017, NEC et Raspberry Pi seront intimement liés dans la stratégie commerciale du fabricant Japonais d’affichage électronique. NEC ouvre sa plateforme à la Raspberry Pi pour que l’on puisse intégrer ses cartes au sein de ses affichages professionnels. Un moyen de simplifier la tâche de ses clients qui utilisent désormais la Pi comme moteur d’affichage.

Il ne s’agira pas d’écrans de PC ou d’affichages disponibles dans la grande surface du coin, la gamme d’écrans compatible NEC et Raspberry Pi concernée est dédiée au monde professionnel. Elle va de 40 à 98 pouces et vise un marché plutôt haut de gamme : Ecrans d’informations, écrans publicitaires ou affichages techniques. Ses clients sont les afficheurs de pub, les institutions, les aéroports ou les musées.

L’idée est plutôt originale avec l’intégration au sein des écrans NEC d’une baie d’extension permettant d’intégrer un format spécifique de Raspberry Pi. Celui de la future Compute Module 3.

NEC et RAspberry Pi

On a déjà parlé des Compute Module de la marque à la framboise, il s’agit des mêmes Raspberry Pi qu’habituellement, mais intégrées dans un format qui rappelle celui d’une barrette mémoire. De telle sorte que l’installation de la Pi soit d’une simplicité enfantine.

Raspberry Pi Compute Module

Le Raspberry Pi Compute Module premier du nom

On ouvre le panneau dédié, on glisse la Raspberry Pi 3 sur le slot adapté et on referme. Et voilà que l’affichage NEC qui réclamait un ordinateur dédié pour pouvoir commencer à s’animer, est désormais 100% autonome. Pour peu qu’il soit à portée d’un réseau connecté au net, il sera possible de le piloter à distance, de le mettre à jour et d’en changer les programmes. Vous imaginez évidemment l’intérêt pour le client qui se débarrasse là de la toujours encombrante problématique de gestion d’une flotte de machines externes pour afficher quoi que ce soit à l’écran.

Vu les coûts de maintenance et la robustesse d’une Raspberry Pi dans ce type de format, on peut même imaginer qu’il soit plus rentable pour une société de glisser une Pi dans un écran et de la piloter via internet plutôt que de tirer des dizaines de mètres de câbles vidéo spécialisés. Ce sera, en tous les cas, toujours plus simple d’avoir un technicien mobile avec une série de cartes dans sa valise, prêt à en échanger une hors-service, qu’une série de solutions externes dont les pannes peuvent être plus complexes ou plus variées.

Disponible en Janvier prochain, ces affichages NEC et Rapsberry Pi s’adressent donc au monde pro et montrent l’ampleur et la reconnaissance acquise par la fondation. Créée à l’origine pour l’éducation, devenue très populaire auprès des programmeurs, la Pi a déjà su conquérir des marchés en terme d’affichage professionnels au travers de solutions externes déployées par différentes sociétés.

La fondation Raspberry Pi travaille depuis plus d’un an avec NEC pour mettre au point cette formule, allant même jusqu’à développer une version mieux équipée de la carte pour le fabricant. La Raspberry Pi Compute Module 3 est en effet normalement livrée avec un SoC ARMv8 BCM2837 quadruple coeur, 1 Go de mémoire vive et 4 Go de eMMC de stockage interne. La version prévue pour NEC sera, quant à elle, livrée avec 16 Go de stockage interne, probablement pour pouvoir y stocker plus de médias.

Minimachines

Une partie de la gamme d’écrans compatible avec les Pi.

On imagine bien l’argumentaire de NEC dans le futur avec cette plateforme. Non seulement la marque livre un affichage totalement autonome et, on l’imagine, prêt à l’emploi avec une solution logicielle à ses armes, mais il sera également possible de faire évoluer le module dans le futur. La sortie d’une prochaine Raspberry Pi 4 pourrait tout à fait être retro compatible avec le format.

Source : La fondation Raspberry Pi

Merci à Chrisespace pour l’info.

9 commentaires sur ce sujet.
  • 17 octobre 2016 - 15 h 08 min

    Ca fais quelque temps déjà que j’utilise la ptite boite comme player d’écran digital.
    Simple, fiable, toujours une en spare…

    Répondre
  • 17 octobre 2016 - 15 h 59 min

    @poulpator: Oui, si tu multiplie cette simplicité à la gestion d’une flotte de, disons, 500 écrans, disséminés dans une région pour un afficheur. Tu comprends vite l’intérêt pour NEC.

    Répondre
  • 17 octobre 2016 - 19 h 42 min
  • 17 octobre 2016 - 19 h 50 min

    @Christian Robert:
    désolé pour la pub indirecte, ne pas hésiter à retirer mon commentaire si ca pose problème

    Répondre
  • 17 octobre 2016 - 21 h 35 min

    Il y a une foultitude de standards de “system on module” pour des applications industrielles : Qseven, SMARC, COM express, PC/104, … Certains sont très petits.

    Ce Raspberry, c’est encore un format incompatible de plus…
    Ils auraient pu prendre Qseven, qui est un standard gratuit.

    Répondre
  • 17 octobre 2016 - 21 h 43 min

    @TREZA: Si j’ai bien suivi, et si tu regarde l’image de près, tu verras que la carte Rpi est insérée sur la carte de l’écran avec le Compute module par dessus. Je pense que l’offre sera justement multi standard et que la Pi est un ajout compatible de plus.

    Répondre
  • 18 octobre 2016 - 2 h 09 min

    @Pierre Lecourt

    Oui, c’est sans doute le cas. Je m’a trompé. Ils sont malins chez NEC ;-)

    Répondre
  • 18 octobre 2016 - 2 h 35 min

    Heu, la prochaine Pi4, Pi2rre, c’est une information ?

    Répondre
  • Luz
    19 octobre 2016 - 19 h 02 min

    Si ça permet de réduire le cout des Computer module de NEC, j’ai un 42″ NEC dans le salon mais je ne l’ai jamais équipé à cause du prix exorbitant et du format propriétaire du CM.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *