Mediatek Helio P60, un nouveau SoC orienté « Intelligence » artificielle

Nouvelle grosse tendance des concepteurs de SoC ARM, ajouter de l’IA dans leurs puces afin de leur ouvrir la porte à de nouveaux usages de plus en plus demandés par les utilisateurs. Le Mediatek Helio P60 reprend donc cette recette pour coller à ces besoins tout en offrant, évidemment, plus de performances.

Prévu pour le second trimestre de 2018, le Mediatek Helio P60 est un SoC huit coeurs basé sur un couple assez classique de quatre coeurs ARM Corte-A73 et quatre coeurs Cortex-A53 tous cadencés à 2 GHz. Cet ensemble est associé à un circuit Mali-G72MP3 à 800 MHz et le tout est gravé en 12 nanomètres selon le procédé FinFET.

Mediatek ou comment faire un film à 99% composé de vidéos libres de droits :D

Le Helio P60 supportera jusqu’à 8 Go de mémoire vive DDr4, les formats de stockage eMMC 5.1 et UFS 2.1 ainsi qu’une  ribambelle d’autres supports dont un mode photo capable de prendre en charge des capteurs 32 mégapixels ou des combinaisons de capteurs pouvant aller jusqu’à 16 mégapixels et 20 mégapixels et une gestion du HDR. La définition maximale qu’il pourra gérer sera un 2400 x 1080 pixels.

2018-02-27 15_45_46-minimachines.net

Comme d’habitude, Mediatek met l’accent sur le meilleur rendement énergétique de cette nouvelle génération par rapport à la génération précédente avec une évolution de performances de 70%. La solution embarque un modem 4G LTE capable de fonctionner avec les bandes du monde entier. Des modules Wifi802.11AC avec bluetooth 4.2 LE, un GPS et même un module FM sont intégrés.  La technologie CorePilot de la marque permet de bénéficier du meilleur ajustement de performances possible par rapport aux tâches demandées afin de ne pas dépenser inutilement d’énergie.

2018-02-27 15_46_45-minimachines.net

Mais le gros de la communication se fait au niveau de l’Intelligence Artificielle embarquée dans la puce. Mediatek met en avant son NeuroPilot qui propose des capacités de calculs spécialisés en prenant appui autant sur les puces Cortex que sur le chipset Mali embarqué. Compatible avec les principaux moteurs d’IA actuel (Google android Neural Network, TensorFlow et Caffe) il permettra de profiter au mieux des divers développements d’IA des constructeurs et des développeurs.

Cela se traduira par quoi en pratique ? Pas vraiment une « intelligence » telle qu’on pourrait l’imaginer mais la possibilité de profiter d’usages avancés de manière déconnectée : reconnaissance de visages, de sourires, tag automatique de vos photos, apprentissage de mots ou suggestions pertinentes pendant votre frappe clavier par exemple. Avec les programmes adaptés, on pourra également retoucher des images, effacer des yeux rouges automatiquement ou faire disparaitre des éléments du décor sans efforts de la part de l’utilisateur.

8 commentaires sur ce sujet.
  • 28 février 2018 - 5 h 31 min

    Bon, en 2018, on aurait pu attendre du Bluetooth 5 et une annonce selon laquelle le processeur n’est plus vulnérable à Spectre.
    Mais bon …
    #jamaiscontent

    Db

    Répondre
  • 28 février 2018 - 7 h 33 min

    @gaduc: plus vulnérable à spectre, c’est pas pour demain rêvez pas
    les puces annoncées et produites de cette générations et probablement pour encore 2 ou 3 seront toutes vulnérables

    l’os aussi est important (donc ici android, et on connaît le soucis des mises à jour constructeur) ainsi que le navigateur par exemple

    le nom spectre n’a d’ailleurs pas été choisit au hasard comme le disent les découvreurs des 2 failles (meltdown et spectre)
    « spectre va nous hantés pendant encore longtemps »

    alors commencés à mettre de l’IA partout…
    déjà qu’avec les « assistant personnels » type alexa ou google, c’est pas la joie, là…

    Répondre
  • 28 février 2018 - 7 h 34 min

    oh les fautes (désolé)
    bon, un café de plus et bonne journée à tous

    Répondre
  • 28 février 2018 - 11 h 48 min

    Est-ce que ça veut dire que cette puce va intégrer dans son firmware les moteurs d’IA actuels ?
    Si oui, ça voudrait dire que :
    – si on aime l’IA, ça peut faire gagner pas mal de temps de calculs.
    – si on en veut pas, il faudrait se passer de cette puce, car l’IA est directement en hardware.

    Répondre
  • 1 mars 2018 - 7 h 45 min

    Ce processeur offre 280GMAC/s (pour simplifier, 280 milliards de calculs matriciels par seconde). L’apprentissage profond utilise massivement les calculs matriciels (et, plus généralement, de tenseurs). Les meilleures puces spécialisées pour les réseaux neuronaux développement autour de 3 TMAC/s.
    Cette puce offre donc des performances fort honorables.

    Répondre
  • 1 mars 2018 - 7 h 47 min

    J’ajoute que qualifier d’honorable une puissance de calcul de 280 milliards d’instructions complexes par secondes donne le tournis : le Cray XMP, dans les années 80, alors le meilleur super ordinateur, développait 220 FLOPS (220 millions d’instructions en virgule flottante par seconde).

    Répondre
  • 1 mars 2018 - 14 h 44 min

    @orangina rouge:
    L’orientation est clairement à réincorporer la pseudo intelligence localement (le business de proximité c’est tendance pour la planète) et non plus faire appel aux GAFA pour cela.
    Et c’est une excellente chose.
    Alexa et autres Google Home ne méritent que la poubelle.
    Au-delà de Spectre on risque fort de découvrir (on commence déjà à le voir avec les attaques vocales) qu’en matière d’intelligence rien ne vaut l’homme. Et encore pour longtemps. Il suffit d’avoir une voiture dite autonome et de jouer un peu avec pour se rendre très vite compte qu’en dehors des cas d’usage très très ciblés ça part en live très très vite (jouer avec des films semi-transparents autour, des mannequins sur les côtés, des trucs flashy ça et là, placer des objets au-dessus et j’en passe). Ben oui, l’être humain peut orienter sa tête pour connaître son environnement. La teufteuf autonome n’a que des LIDAR fixes.
    Bref, comme disait le père de Charlemagne : y’a comme un pépin.
    db

    Répondre
  • 1 mars 2018 - 18 h 49 min

    @gaduc: « et non plus faire appel aux GAFA pour cela. »
    Je pense que c’est tout l’inverse ici. Le GAFAM en hard.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *