mbed : Après les puces, ARM annonce son système pour l’IoT

ARM mbed, qu’est-ce donc ? Tout simplement un système d’exploitation mis au point par la firme anglaise à destination de ses puces Cortex-M dont nous parlions il y a peu. Mbed est une solution maison, indépendante de Microsoft ou Google, qui se veut être l’OS parfait pour les objets connectés du futur.

Un joli déplacement de tour sur l’échiquier d’une importante partie qui va se jouer d’ici les prochaines années. Le marché colossal de la puce dédiée à ces objets du futur est un enjeu capital pour ARM comme pour d’autres acteurs qui voudraient bien s’immiscer dans le pré carré de la marque. Pour assurer son avenir, ARM utilise la bonne vielle solution du package « Materiel + Logiciel » en proposant mbed, un logiciel taillé sur mesure pour répondre aux besoins de l’Internet des objets… équipés d’une puce ARM Cortex-M.

ARM Mbed

mbed with ARM

Derrière ce subtil jeu de mots se cache une vraie stratégie pour la marque, quoi de mieux que cette bonne vieille méthode de lier matériel et logiciel pour assurer les ventes ? Avec le système mbed, distribué gratuitement aux développeurs et fabricants, ARM assure ses bases pour des développements futurs. Ceux qui voudront utiliser les puces Cortex-M auront tout intérêt à exploiter mbed. Un mouvement qu’il faut initier dés les débuts de cette petite révolution de l’IoT pour enfouir profondément ses racines dans le futur. Une fois une ligne de produits débutée avec mbed, il sera plus profitable pour la marque de continuer à l’exploiter et assurer une compatibilité dans la durée… Et donc d’acheter u processeur Cortex-M.

ARM Mbed

Le système mbed a été conçu dans ce but, établir la meilleurs connexion possible entre le Cortex-M créé pour les frigos de demain et les développements demandés : Il supporte donc évidemment les connexions Wifi, Bluetooth mais également 2G, 3G et 4G. Une bonne base pour vous prévenir de la baisse brutale de votre congélateur via un email par exemple.

Le système pourra en outre crypter les informations à la volée avant de les transmettre, un détail pas si anodin que cela car un rapport journalier des agissements de votre système domotique pourrait, si il était en clair, être récupéré à des fins peu recommandables. Avec mbed, ARM lance une fondation solide à destination des fabricants qui pourront rapidement trouver leurs marques et coder des applications et services pour leurs machines. D’autant plus rapidement que l’adoption du système elle même devrait être facilitée par sa gratuité.

ARM Mbed

ARM déroule déjà une liste impressionnante de partenaires autour de cette stratégie avec Atmel, Alcatel-Lucent, Marvell, ST, Renesas, Farnell Element 14, Freescale et IBM, je suppose que d’autres marques de puces ne seront pas trop enclins à rechigner à signer un papier les assurant de voir à quoi ressemble ce système d’exploitation gratuit. Disponible à la fin de l’année, la solution mbed + Cortex-M devrait apparaître début 2015 dans de premiers produits.

ARM Mbed

Un assaut à peine voilé contre les ambitions d’Intel et de sa gamme Quark et Edison qui, en tant que solutions x86, auront du mal à exploiter le système conçu pour ARM.

9 commentaires sur ce sujet.
  • 2 octobre 2014 - 11 h 58 min

    si c’est un os développé à partir de rien … c’est mort …car personne ne pourra tout développer à partir de zéro, ne serait ce que pour une question de coût …

    si par contre c’est basé sur un noyau linux et tout ce qu’il y a autour …

    Répondre
  • 2 octobre 2014 - 13 h 19 min

    Je sens que ça peut mourir dans l’oeuf ou bien carrément changer le marché des objets connectés, une sorte de tournant de l’histoire.

    Répondre
  • 2 octobre 2014 - 14 h 48 min

    C’est en effet un pari : a suivre.
    Je me permet juste de signaler que avant cette annonce de l’OS « mbed », mbed c’est une série de carte de développement basé sur des ARM et avec un environnement de développement online et une communauté importante.

    Don…a suivre !

    Répondre
  • 2 octobre 2014 - 15 h 22 min

    les composants additionnels correspondent à ce qui se fait pour Arduino, je pense que le système sera très proche de ce que propose PCDuino

    Répondre
  • 2 octobre 2014 - 17 h 08 min

    @H2L29: La présence de Farnell Element 14 comme partenaire est un bon témoin à ce niveau

    Répondre
  • 2 octobre 2014 - 21 h 43 min

    Je ne suis pas certain que votre compréhension de la problématique soit la bonne. Les puces ARM cibles sont des microcontrôleurs (comme les Atmel équipant les Arduino). Sauf que ces puces là sont très puissantes, par rapport à un Atmel utilisé qui tourne à 20MHz, le petit M7 nous fait du 400MHz !

    Ce n’est donc pas délirant de proposer un NOUVEAU système logiciel permettant d’exploiter ces supers micros controleurs : il va motoriser des choses qui n’existaient pas jusqu’à présent.

    Répondre
  • 2 octobre 2014 - 22 h 36 min

    @NonNon: Je n’ai pas dis l’inverse. Simplement désormais, à la différence d’un Android par exemple, qui tourne sur ARM, Mips et x86, mbed ne tournera que sur ARM.

    Du coup si un constructeur de frigo se décide a lancer une gamme mbed, il restera sous mbed et donc sous ARM sans avoir l’opportunité de passer à x86 dans le futur ou alors il faudra tout développer à nouveau. On a vu pour Android qu’Intel a réussit a bien pénétrer le marché en sacrifiant sa marge sur du x86, chose rendue possible parce que les nouveaux Atom étaient compatibles Android comme ARM.. Je suppose que ARM ne veut pas voir la situation se reproduire à nouveau.

    Répondre
  • 3 octobre 2014 - 8 h 43 min

    Hum, oui, mais ce n’est pas parce que c’est conçu par ARM que c’est une processeur ARM au sens moteur de téléphone et de tablette, c’est un micro controleur ! Alors forcément ce n’est pas le même jeu d’instructions, la même architecture etc. Ca va faire des objets plus « intelligents ».

    Je ne suis pas certain de saisir l’analogie avec le frigo : quel intérêt de mettre un Intel x86 dans un frigo ? Et même un M7 ? Est-ce pour justifier le prix ?

    Un microcontroleur dispose de presque tout dans son boitier, la mémoire, des entrées sorties numériques et analogiques, la gestion des différents protocoles de l’industrie, parfois dispose de son horloge intégrée, et en plus ne consomme presque rien, l’unité de mesure est en mAh ! Et jusqu’à présent pas besoin d’un système d’exploitation.

    Un proc, faut une carte mère, installer de la RAM, des chipset complémentaires pour la gestion des I/O, un disque, un OS pour gérer tout ce petit monde… Et ça consomme. Par contre, la consommation à drastiquement diminuée, c’est beau.

    wouaip… Un constructeur de frigo qui prévoit l’avenir en embarquant des à présent du x86 sous Linux, franchement, je ne le sens pas…

    Ou alors c’est le même qui pratique le phabletting comme sport de combat :o)

    Répondre
  • 3 octobre 2014 - 9 h 52 min

    @NonNon: J’ai fait un papier récemment sur le Cortex-M7, je saisis bien la nuance entre micro-processeur et micro-contrôleur.

    Les frigos sont des exemples, au même titre que les micro-ondes, les lave vaisselles ou lave linge. Même les cafetières embarquent des relais et des micro-contrôleurs aujourd’hui.

    L’intérêt n’est pas énorme a priori parce qu’on a pas encore de domotique standardisée. Mais si demain tu sais qu’entre 2 frigos tu en as un qui va pouvoir se connecter en wifi à une centrale domotique pour te prévenir en cas de coupure de courant, estimer le temps de congélation d’un poulet et te prévenir quand ta bouteille de champ est arrivée à bonne température, ben tu choisiras le plus smart des deux. Pareil pour ta cafetière ou ton micro onde. Une des bataille de l’électroménager de demain passera par le recours à des micro-contrôleurs plus capables et des systèmes adaptés à nos besoins.

    Si demain un smartphone te permet , en scannant le code barre ou un QRCode su ton plat préparé, de proposer la meilleure cuisson possible à ton micro-onde via Bluetooth, ton micro-onde se vendra mieux. C’est ça le projet le plus tangibles des IoT parce que c’est ça qui se prépare actuellement en labo chez les fabricants.

    Après mon propos n’est pas de dire que x86 a plus d’intérêt dans un frigo, juste qu’en faisant un OS adapté uniquement à ARM, ARM empêche Intel de lui refaire le coup d’Android. Et quand je dis x86, je parle de Quark, d’Edison et autres solutions qui existent déjà et qui sont employés dés maintenant dans l’IoT… Pas de puce Core i3 à 45 watts de TDP…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *