Turbo Reset pour Mad catz qui se déclare en faillite

Sale temps pour Mad-Catz, la marque américaine surtout connue pour ses accessoires de jeu a également été impliquée dans le vaste monde des minimachines avec une incursion intéressante en 2013. Project MOJO était une solution Android avec un bon potentiel.

Mise à jour du 31/03/2017 : Mad Catz vient officiellement de se mettre en faillite. C’en est fini de la marque mais on peut imaginer que ses brevets et produits seront repris par une autre dans les semaines et les mois à venir.

Billet orignal du 30/03/2017 : Project MOJO, c’était une console de jeu android sous Tegra 4 plutôt ambitieuse pour l’époque, annoncée en Novembre 2013, elle promettait de faire pas mal de choses que certaines des TV-box actuelles ne font toujours pas. Streaming de jeu PC, jeu 3D Android, lecture de films FullHD et les fonctions habituelles de ce type de machine. Avec cette solution, Mad-Catz espérait séduire les Geeks et en profiter pour leur vendre la panoplie habituelle d’accessoires dédiés : clavier, souris et autres casques bluetooth.

Minimachines.net

Ça n’a pas trop bien fonctionné. Le gros souci pour Mad-Catz a été de définir son marché. A 250€ prix public, la console Android était plutôt correcte. Tegra 4 donc, 2 Go de mémoire vive, 16 Go de stockage et une manette Bluetooth. Ok, on trouve aujourd’hui la même chose pour 50 euros mais pour l’époque c’était franchement pas mal. Mais voilà, l’intérêt proposé par la console était faiblard, pas de catalogue de jeux dédiés à son lancement, on devait se contenter des mêmes titres que les autres machines du secteur puisés sur le google Play. Pourquoi dépenser 250€ dans une console pour jouer à l’Asphalt de l’époque ? Les tablettes comme la premier Nvidia Shield parvenaient au même résultat pour 50€ de moins, il ne leur manquait qu’une manette Bluetooth que l’on pouvait trouver pour une vingtaine d’euros. Elles offraient en échange la portabilité de leur écran 7 pouces.

MADCATZ MOJO

Le réflexe de Mad-Catz a été de se tourner vers le catalogue de jeux de la Ouya, la très controversée console lancée en financement participatif qui a pourtant défriché pas mal le sujet du jeu Android de salon. Problème, le catalogue en question n’était pas très pertinent par rapport aux attentes du public et cela n’a donc pas réveillé son appétit. La marque a tenté de sauver les meubles en baissant le prix de sa solution à 199€puis à 149€… Des mouvements qui ont eu fort peu d’effets à priori puisqu’un revendeur m’a confié l’année dernière qu’il avait fini par se résoudre à vendre son stock restant de MOJO pour une bouchée de pain à un brocker pour “faire de la place” dans ses étagères…

Aujourd’hui, on apprend que la marque va sortir du fameux NYSE où son action se situe à 6 cents de dollars, largement en dessous des 1$ réclamés par l’autorité boursière américaine pendant 30 jours consécutifs pour rester coté. Après avoir revendu la marque Saitek, elle aussi spécialisée dans les périphériques de jeu pour 13 millions de dollars et licencié 37% de sa masse salariale, Mad-Catz n’a pas forcément beaucoup d’alternatives dans le futur.

Un étonnant constat puisque le seul secteur du marché du PC en pleine croissance est justement le gaming, le coeur de cible de la marque.

4 commentaires sur ce sujet.
  • 2 avril 2017 - 14 h 46 min

    pas un comm sur cette news ^^ bizarre… bon out le monde leur est rentré dedans pour leur mojo…je suis sur que ça n’est pas pour rien dans leur echec actuel…

    Répondre
  • 3 avril 2017 - 15 h 46 min

    Le manque de commentaires est normal je pense, à part les joueurs PC Mad Catz ne représente rien pour les joueurs console : leur pads sont beaucoup moins bon que ceux des XBOX/PS/Wii et les modes turbos ne sont plus utiles depuis la fin des consoles 32 bits (et encore je suis gentil).

    Si on ajoute à cela que depuis une bonne quinzaine d’années, beaucoup de joueur PC utilisent des pads Xbox ou PS…

    Répondre
  • 3 avril 2017 - 16 h 42 min

    En même temps, à part les souris qui ont encore bonne presse, le reste est juste dans la moyenne en terme de qualité mais pas toujours à des prix “sensés”.

    Les claviers gamers par exemple, sont plutôt pas mal, mais les “fameuses” touches ZQSD ont parfois tendance à mal vieillir et il est quasi impossible de trouver des touches pour les remplacer (j’ai le cas sur mon V7) ; sans parler du tactile qui gère les lumières et/ou le volume sonore dont beaucoup se plaignent.

    Bref, ils ont parfois voulu faire de la monnaie avec des produits pas toujours au rendez-vous question rapport qualité-prix… C’est dommage car ils ont quand même proposé de bons trucs pour gamer.

    Répondre
  • 3 avril 2017 - 17 h 00 min

    @Mxte29Fr: Clairement il y a une marque qui n’a pas bougé niveau qualité face à une concurrence qui a du lutter contre des acteurs de plus en plus experts. Et le niveau de base a largement évolué par ailleurs car les périphériques se sont basés sur les manettes consoles qui sont excellentes.

    Dernier point à mon sens, le marché s’est fortement resserré sur un usage manette/clavier et de moins en moins sur des modèles spécifiques… Du coup des marques comme Saitek ont perdu de l’ampleur et les modèles n’avaient qu’a se positionner sur les standards de Microsoft/Sony.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *