LG KiZON, un bracelet électronique pour vos bambins

Sur le papier, l’idée n’est pas mauvaise, poser un bracelet à votre enfant pour savoir exactement où il est grâce à une bardée de capteurs GPS et de signaux 3G. La géolocalisation proposée par le LG KiZON est pourtant tout sauf une bonne idée.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Suivre votre joli bambin à la trace, lors de son retour de l’école par exemple, et savoir exactement où il est via l’intermédiaire de votre tablette ou de votre PC. C’est ce que propose le LG KiZON, une sorte de grosse montre qui informera en temps réel de la position de son porteur. L’idée semble intéressante et pourtant elle pose beaucoup de problèmes, trop pour que cette solution puisse être envisagée.

LG Kizon

La proposition du LG KiZON est de faire passer la pilule de l’encombrement de cette grosse montre par un design coloré et mignon.  Ce bracelet connecté est à la fois une sorte de balise GPS mais également un téléphone fonctionnant de manière particulière. Si il permettra au parents d’appeler leur bambin directement, elle offrira également la possibilité d’appeler depuis le LG KiZON un unique numéro préenregistré en appuyant sur un unique gros bouton.

La solution est donc vendue comme un traceur GPS mais aussi comme une sorte de Talkie Walkie permettant aux parents de rentrer en communication avec l’enfant d’un côté et au bambin de les appeler en cas de problème. Si votre enfant ne décroche pas, il a 10 secondes pour le faire, l’appareil se met alors en mode micro et capte les sons environnants pour que le parent puisse éventuellement appeler les secours.

LG Kizon

 Je ne m’attarderai pas sur le facteur santé mais je  doute que coller un récepteur 3G à votre bambin soit une bonne chose. La plupart des praticiens estiment qu’il faut attendre les 12 ans – suivant le métabolisme précis de l’enfant – pour que le portable soit sans danger. Coller un bracelet toute la journée à un des gamins que l’on voit dans la publicité LG est donc totalement aberrant.

LG Kizon

Du bracelet connecté Kawai au bracelet électronique.

La proposition de LG est intéressante techniquement mais semble à des années lumière de la réalité. Elle oublie un détail important, très important et qui fait toute la différence entre les solutions du type bracelet électronique de prisonnier et celui que l’on proposera à un bambin : La sécurité de l’attache.

Le prisonnier qui se voit  cantonné à un périmètre précis en dehors duquel il n’a pas le droit de circuler et défini par une borne connectée à un bracelet sécurisé n’a pas le droit d’enlever celui-ci. Il n’en a pas non plus les moyens car si il cherche à se défaire de l’objet, celui-ci se met inévitablement à prévenir la police qui débarque alors rapidement pour reconduire le condamné en cellule.

Mais votre bambin ? Je doute fortement que l’attache du LG KiZON  soit sécurisée et surtout que vous imposiez à celui-ci un objet que l’on ne pourra pas détacher. Les activités scolaires, le personnel enseignant, la simple sortie à la piscine et autres événements de la vie d’un enfant feront que l’objet devra être fréquemment enlevé et mis de côté.

Cela pose d’emblée 2 problèmes au procédé. Que se passe t-il lorsque un parent s’inquiète de voir son enfant loin de son école pendant les horaires de classe, oubliant que sa sortie est prévue ce jour là et cherchant à le joindre et n’y arrive pas ? Si le bracelet connecté est enfermé dans le casier d’un vestiaire de piscine, l’enfant ne sera plus audible : Panique, appel des secours et police qui intervient à la piscine pour rien.

LG Kizon

Et si le bambin perd l’objet ? Si il le prête à un autre enfant ? Si il se le fait voler ? Si il l’oublie à l’école ? Si celui-ci se décharge au bout des 36 heures d’autonomie annoncées ?

Outre le fait que la Police finira par ne plus réagir aux demandes de parents “n’arrivant plus à joindre leur enfant depuis leur bracelet connecté”, je me demande surtout ce qui empêcherait un éventuel prédateur de se débarrasser de la montre à proximité du lieu où il a réussi à mettre la main sur l’enfant ?

Non seulement le LG KiZON ne sert alors plus à rien mais il pourra être en plus contre-productif dans la recherche rapide de l’enfant. La police cherchant d’abord à retrouver un bracelet vide au lieu de chercher d’abord son propriétaire.

L’électronique est un mauvais baby-sitter.

Le second souci posé par cette proposition est lié aux usages de l’électronique. On l’a vu avec les tablettes, coller un engin de ce type dans les mains d’un enfant pose plusieurs soucis pour son apprentissage, le principal étant que l’enfant perd l’apprentissage des interactions avec l’univers qui l’entoure. La tentation de donner une tablette à un bambin pour avoir la paix et faire la cuisine a vite tendance à devenir une sorte de doudou numérique.

LG Kizon

Je ne doute pas une seule seconde des dérives provoquées dans la durée par le LG KiZON. Avec une “fausse” surveillance électronique dans la poche, beaucoup de parents pourront considérer que ce problème de la rentrée d’école ou des déplacements de leur bambin sera réglé. Le fait est que ceux-ci seront juste suivis à la trace par un GPS mais absolument pas surveillés. Un bracelet de ce type n’empêchera rien de ce qui peut arriver à un enfant et pire, si le systeme devenait populaire, il ferait baisser la surveillance tacite et attentive de tous les parents autour des enfants à la sortie d’école. Parents qui veillent à la circulation des véhicules autour des élèves, qui s’interrogent quand un “grand” invective un plus petit que lui, qui se demande pourquoi tel ou tel enfant est en peur ou qui vient à l’aide d’un petit qui vient de s’écorcher le genou.

Un bracelet connecté pourra t-il remplacer tout cela ? Jamais. Par contre il pourrait donner une illusion suffisante de sécurité pour que les parents d’un enfant ainsi “surveillé” restent confortablement occupés par leurs affaires de grands. Que  se passera t-il si une école avait, disons, 30% des enfants ainsi tracés à distance ? Combien de surveillants en moins à regarder la réalité de la sortie d’école ?

A vrai dire je vois déjà cette tendance avec des portables qui débarquent dans les cours d’école dés le cours élémentaire.  Des enfant carrément livrés a eux même sur les quelques centaines de mètres qui séparent leur logement mais qui ont un portable qu’ils exhibent d’ailleurs fièrement devant les copains.  Une attitude qui les transforment à la fois en proie facile mais également en cible potentielle de racket.

Comme les tablettes pour enfants, mon impression du LG KiZON et des autres objets de surveillance des plus petits ne me parait pas être la bonne forme de raisonnement. L’électronique ne rempalcera jamais l’investissement et l’attention d’un parent. Par contre, elle permet de facilement se dédouaner des devoirs de celui-ci et c’est à à mon avis plus une source de danger qu’un réel bénéfice potentiel.

23 commentaires sur ce sujet.
  • 10 juillet 2014 - 14 h 39 min

    Non, le vrai souci c’est qu’on a pas le nom de la “maman” dans le commercial LG !

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 15 h 13 min

    Tout à fait d’accord, une fois de plus.

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 15 h 17 min

    Sachant que, si je kidnappe un gosse, je ne le laisse pas appeler ses parents et je lui arrache le bracelet. Je lui coupe la main, même, si le bracelet est inamovible…

    Quand à la possession d’un téléphone / smartphone, je pense qu’elle est un facteur de risque supplémentaire, ne serait-ce par l’utilisation en traversant la rue…

    … et on compte même pas ondes…

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 15 h 44 min

    Tout à fait d’accord avec ton analyse Pierre…

    Ce genre de tracker peut être à la rigueur utile dans un contexte bien donné (sortie scolaire, etc.) mais la solution proposée par LG n’est pas adéquate du tout (on peut imaginer d’autres solutions plus adaptées)

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 16 h 23 min

    je suis pas tout a fait d’accord avec vous

    certes, la surveillance d’un enfant est primordiale, et il ne faut pas se servir de cet objet comme une nounou, et le laisser sortir seul car il a son bracelet…

    certes, les ondes 3g sur le long termes…

    mais je trouve cet objet interressant dans le cas d’une sortie.
    qui n’a jamais paniqué d’avoir perdu son enfant, parcequ’il nous a echappé des yeux dans un grand magasin ou autres..

    là on reste calme on degaine son smartphone, et on verrait ou il se trouve et on pourrait le rassurer.

    je trouve ça interressant.

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 16 h 37 min

    Par contre, pour pouvoir surveiller ses salariés, c’est sans doute une idée qui a de l’avenir…
    La géolocalisation poussée à l’extrême.
    Il suffit juste de changer la montre et peut-être aussi d’ajouter une webcam.

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 16 h 38 min

    Dans la plupart des écoles privées, le personnel enseignant dispose d’une liste des personnes habilitées à venir chercher chaque enfant. Les personnes qui ne figurent pas sur la liste ne sont même pas autorisées à entrer dans l’enceinte de l’école…

    La plupart des écoles publiques se contentent d’ouvrir les grilles à la fin des cours…

    Rajouter une pseudo sécurité au laxisme généralisé et les tragédies continueront…

    @Pierre Lecourt
    Excellente analyse. C’est autre chose que les journalistes perroquets de la TV qui auront plutôt une accroche du genre “Une idée qui va rassurer tous les parents etc…”

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 16 h 44 min

    @vincent: C’est déjà le cas avec le Groupe La Poste qui va équiper tous les facteurs de smartphones permettant leur géolocalisation en temps réel “pour optimiser la tournée” impossible de discuter 5 minutes avec la mamie qui ne voit plus personne désormais…

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 16 h 48 min

    @djdav: Il ya mieux a faire, comme éduquer ses enfants aux bonnes pratiques dans ce cas.

    Un site a visiter et a faire visiter aux plus petits : http://www.25mai.fr/
    Il y a un jeu interactif qui reprend les bonnes pratiques pour éviter ce genre de problème. C’est plutôt bien fichu.

    Et c’est plus économique que l’achat d’un bracelet et d’une connexion 3G pour des sorties en supermarché ou autres. Dans ce cas là, pour des sorties en soirée, des vacances ou autres, un vieux smartphone 1er prix et un abonnement temporaire à 2€ pour de la 3G peut suffire non ?

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 17 h 55 min

    Il n’y a que moi qui a peur de la tournure qui prend notre société???
    Je trouve que l’on va de plus en plus vers la “sécurisation maximale” (qui va de pair avec “liberté minimale”).
    Oui la pédophilie. Oui, les accidents de la route… Mais on a fait de rééls progrès pour limiter tout cela, et pourtant plus on “sécurise” plus on a peur. Peur de tout au fait. On est devenu une génération de couilles molles.
    Vivement que l’on arrive au niveau MATRIX de sécurité: là, tout un chacun dans un sarcophage, on sera bien à l’abri des dangers… et de la vie!
    J’ai aussi des enfants, mais je me refuse à plonger dans la paranoia entretenue par nos amis les journalistes (je ne parle pas ici de toi, Pierre, sinon de tous ceux qui font dans le sensationalisme).
    Voilà… Cela ne sert peut-être à rien, mais cela me défoule…

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 18 h 19 min

    J’adore cet article…et les commentaires qui vont avec!

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 20 h 00 min

    Haaaaaa bravo, cela va habituer les bambins a porter un bracelet electronique, des le plus jeune age, il leur manque que la cigarette electronique gout “beuh”….

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 20 h 34 min

    @OuiDocteurBob: psychopathe ! Heureusement, tu t’es arrêté à “je lui coupe la main” : un peu plus et… Non je ne veux même pas y penser…

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 20 h 37 min

    @teratani: bah quoi, t’as pas reconnu chung-il ? Bon, ok je te le concède, à aucun moment on n’a pu voir ses lonnnnnnnngues jambes ^^

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 20 h 39 min

    Je voulais dire chung-li bien-sUr, va falloir que je zappe cette fichue correction automatique de l’iPad…

    Répondre
  • 10 juillet 2014 - 23 h 58 min
  • 11 juillet 2014 - 9 h 47 min

    Entièrement d’accord avec le rédacteur, parce que pourquoi pas “pucer” les enfants, comme les “clébards”, tant qu’on y est…

    Répondre
  • 11 juillet 2014 - 14 h 29 min
  • 13 juillet 2014 - 11 h 54 min

    Analyse intéressante. Je pense la même chose à propos de ce type d’appareils qui ne sauraient se substituer à l’attention des adultes (parents, enseignants…)

    @freethinker: sur quoi repose votre affirmation concernant les écoles publiques et privées ? Ça me semble un rapide non ?

    Répondre
  • 22 juillet 2014 - 12 h 30 min

    […] Elle oublie un détail important, très important et qui fait toute la différence entre les solutions du type bracelet électronique de prisonnier et celui que l'on proposera à un bambin : La sécurité de l'attache.  […]

  • 5 août 2014 - 10 h 50 min

    Les bambins de stars ont été (et sont) équipés de tels engins. Mais je suppose que dans leur cas, c’est bien plus discret.
    Le produit de LG est donc une triple fausse bonne idée surfant sur le mythe de la sécurité (la peur comme d’habitude) :
    – mauvais pour la santé ;
    – absolument pas sécurisé (trop gros, trop lourd, trop encombrant, comment imaginer qu’un gamin puisse garder un tel truc plus de qq minutes et comment imaginer qu’un auteur de rapt ne puisse pas s’en débarrasser séance tenante ?) ;
    – trop publicisé : les auteurs de rapt vont se méfier désormais.
    db

    Répondre
  • 26 juin 2017 - 10 h 22 min

    Et pourquoi ne pas voir le côté positif plutôt ? Dans certaines situation ou un enfant risque de se perdre dans la foule (au pif, disneyland !) ce bracelet permettrait sur la journée d’apporter une sécurité ponctuelle, plus facile à utiliser qu’un téléphone que dans la panique d’être perdu il n’arrivera plus à décrocher. Dans le cas d’un voyage avec accompagnateur (en train par exemple), ça peut aussi rassurer de savoir qu’on est pas seul et que si on a peur d’un bouton on peut appeler papa/maman. Ça ne remplace pas la surveillance, ça la complète, dans les circonstances exceptionnelles. Et du coup, ça fait quelques jours par an, pas de quoi griller le cerveau, en tout cas pas plus que de piquer le téléphone de maman dans sa poche…

    Répondre
  • 26 juin 2017 - 11 h 27 min

    @Anne: Bien sûr, juste que ce côté “réassurance” est un faux ami pour les parents. Si j’étais un prédateur et que je voulais enlever un enfant, mon premier réflexe serait de glisser tout ce qui ressemble à un capteur dans la poche d’un autre enfant ou dans le sac d’une maman. Histoire de faire croire aux parents que l’enfant n’entend pas mais qu’il va bien. Voir, au pire, de le balancer dans les buissons, pour faire perde un maximum de temps entre l’alerte et la prise en compte que quelque chose cloche vraiment.

    Ce qui me gène ce n’est pas la technologie ici, pas plus que la bonne intention probable des différentes parties. C’est que cette technologie fait croire aux différents protagonistes qu’ils sont plus en sécurité et cela va inévitablement relâcher leur attention.

    On va me rétorquer que ce ne sera pas le cas et que cela n’empêche pas d’être hyper attentif. Je veux bien le croire mais c’est un constat mesuré et commenté par beaucoup d’études : La technologie apporte également une certaine démission de surveillance. Les parents qui découvrent en fin d’année que leurs gamins équipés d’un portable ont menti tout le dernier trimestre de 5eme sur leur emploi du temps pour aller traîner dehors en rassurant à coup de SMS en sont pour leurs frais.

    La technologie est une super chose, on la met toujours sur la pile des éléments comme une force positive. Cela propose des solutions en plus, des solutions qu’on additionnent a l’existant mais on se rend très rarement compte qu’elle baisse le niveau de vigilance habituel. vigilance qui diminue logiquement en compensation. On a tous mille autres choses a faire et quand on se dit qu’avec le bracelet machin on peut rappeler son bambin à l’ordre si on le perd de vue, et bien on passe 1 minute de plus a finir une page de son roman pendant qu’il joue au parc, on se dit –
    sans se le dire vraiment hein – que la technologie nous donne droit à un tout petit peu de relâche supplémentaire.

    Je suis pas parano hein, juste un petit peu affolé par ce gosse qui hurlait dans un tourniquet au parc alors que des plus grands voulaient aller un peu trop vite à son goût. Un grand type est venu calmer le jeu assez vite mais quand le gosse est reparti, il n’est pas allé voir ce monsieur. Il a couru vers un autre, absorbé dans la contemplation de son smartphone qui n’a pas compris du tout ce qu’il venait de se passer (il a juste eu droit à une trentaines de paires d’yeux désapprobateurs”). J’imagine la même scène avec l’argument “bracelet connecté” collé au bambin… et je frissonne.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *