Les Chromebooks ARM s’encanaillent du coté du Low-Cost

La prochaine pub Google pour les Chromebooks ARM fera t-elle appel à Jean Claude Van Damme ? En annonçant l’arrivée d’une carte mère Mediatek sous ARM Cortex-A7, François Beaufort creuse l’écart entre les plates formes embarquant ChromeOS.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Il y a quelques jours sortait un Chromebook Acer sous Core i3 d’Intel. Une puce habituellement réservée au monde des portables sous Windows, elle musclait sévèrement la gamme des machines de Google. Aujourd’hui, François Beaufort, un des évangélistes de la marque autour de ChromeOS, annonce l’arrivée d’une carte mère équipée d’une solution ARM Cortex-A7 de chez Mediatek.

Le fameux Epic split de Jean-Claude !

L’ARM Cortex-A7 n’est pas une mauvaise solution, loin de moi l’idée de vouloir faire passer ce message. c’est un excellent processeur conçu avant tout pour sa faible consommation tout en proposant des performances intéressantes. C’est le Laurel dans le couple big.LITTLE traditionnel du Cortex-A15/Cortex-A7.  Hardy étant le gros costaud du duo, le Cortex-A15, qui s’occupera des boulots les plus musclés tandis que l’agile Laurel, le Cortex-A7, fera le reste du travail. L’avantage de la solution big.LITTLE d’ARM étant que pendant que Hardy dort, Laurel peut bosser efficacement tout en grignotant très peu d’énergie.

Mais le Cortex-A7 peut également fonctionner en solo, avec 1, 2 ou 4 coeurs, la solution équipée alors n’est pas parmi les plus performantes du marché, mais elle peut se débrouiller pour la plupart des tâches habituelles en ayant beaucoup d’égards pour la batterie de la machine. Employée dans des tablettes, dans des smartphones, la solution Cortex-A7 est une des bonnes surprises de ces dernières années avec notamment des pépites qui sorte du lot comme la Yoga 8 de Lenovo qui emploie un de ces processeurs, le Mediatek MTK8125, et qui assure à Android d’excellentes performances.

Rockchip RK3288

Une carte mère sous Mediatek RK3288 présentée en Avril qui faisait tourner… Chromium OS…

Seulement voilà, ce qui convient à une tablette classique, n’est pas forcément adapté aux besoins de machines comme des Chromebooks ARM. Surtout, comment vont se débrouiller les développeurs pas aussi agiles et souples que notre fameux JCVD pour proposer des applications qui tourneront aussi bien sur des Chromebooks Core i3 et des Chromebooks ARM Cortex-A7 ?

Un des gros avantages de cette solution est bien sur d’ordre financier. Les Chromebooks ne sont pas parmi les machines les plus chères du marché  mais voilà que Microsoft lance de grosses perches à l’industrie pour baisser le coût de ses propres machines Windows. Des engins arrivent pour la rentrée, à partir de 199€ en format tablette ou tablette avec dock sous Windows 8.1. Problème secondaire, ces machines sont équipées de puces efficaces et peu gourmandes.

Une des réactions logiques du marché est donc de proposer des solutions convaincantes sous ARM pour se situer sous le tarif des engins Windows. Il est en effet assez difficile d’imaginer un particulier optant pour la solution ChromeOS si il peut avoir pour le même tarif un engin sous Windows. Non pas par choix, ni par idéologie mais le matraquage de Microsoft depuis de nombreuses années a conditionné vendeurs et acheteurs à un formalisme autour de Windows.

14-07-2014 17-22-29

La question qui reste en suspend est donc assez simple, qui va se pencher sur le berceau de cette carte que Mediatek a baptisé “Moose” en hommage au sublime animal qu’est l’orignal ? La première réponse qui suit le post de François Beaufort à propos de cette carte est assez cinglant. Il s’agit d’une réponse d’un ex-membre de Google, assez connu également, Jean-Baptise Quéru, qui indique que son propre Chromebook employant un Cortex-A15 (Hardy donc), plus rapide que le Cortex-A7 (Laurel…) et qu’il le juge tellement lent qu’il est rarement exploitable.

Google va se retrouver dans la panade si des Chromebooks de ce type pointent le bout de leur plastiques sur le marché. Les développeurs vont se retrouver dans le même piège que celui posé par Microsoft pendant longtemps. Des puces pas forcément capables de venir à bout d’applications pourtant normalisées et compatibles. Un écueil qu’Apple évite soigneusement en vous expliquant que votre machine est trop vieille pour passer à la version d’après du système.

Le danger étant qu’avec des machines pouvant descendre à des tarifs très très bas, le public se rue dessus avant d’être salement échaudé par l’expérience proposée. Si les Chromebooks qui ont déjà la sale réputation de n’être que des interfaces d’exploration du Web ne peuvent plus à l’avenir qu’ouvrir quelques onglets en soufflant leurs bronches dés la première volée de calcul, il ne restera alors plus beaucoup de crédibilité à ces machines aux yeux du grand public.

19 commentaires sur ce sujet.
  • 14 juillet 2014 - 18 h 57 min

    Petite coquille sur la légende de la carte mère : “le mediatek rk3288”

    Sinon toujours bravo pour ces papiers qui vont plus loin que les CP tout juste enrobés !

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 21 h 27 min

    Le seul défaut que je trouve a ces chromebooks est le ssd/DD , un espace de 120 go peut etre largement suffisant pour un étudiant (cours tout ca) mais les 16 go en général dispo sont insuffisants !

    J’espère que google va évoluer dans ce sens surtout si la suite google docs s’améliore !

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 21 h 49 min

    “le matraquage de Microsoft de puis de nombreuses années a conditionné vendeur et acheteur à un formalisme autour de Windows”

    je ne suis pas d’accord, à mon sens ce n’est tout simplement pas comparable, matraquage ok mais de qui ? De tout le monde, tous les constructeurs et tous les développeurs d’os sauf linux s’y sont mis depuis longtemps à coup de surenchères successives…

    ChromeOs c’est un navigateur qui travaille préférentiellement en ligne et qui est bcp moins versatile que n’importe quel autre OS.

    La tu compares deux choses sans rapport.

    Par contre je te rejoins dans l’idée qu’a faire dans le pas cher, on va arriver à de la camelote aussi bien sous chrome que sous Windows et au final à une déception du consommateur.

    Je continue a considérer comme idéale une machine sur laquelle on peut installer le système que l’on veut et changer la pièce que l’on veut facilement (sans enlever 40 vis), c’est à dire rien en ce moment.

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 21 h 56 min

    @Dadoo: Je croi que tu te méprends dans mon discours. Le truc évident c’est que si un client lambda entre dans un magasin et qu’il demande un ordinateur pour faire quoi que ce soit, la solution Microsoft sera mise en avant dans 99% des cas si le client refuse d’entendre parler d’Apple.

    C’est à dire que le vendeur comme le client parleront de la même chose niveau usage : Office, jeux, compatibilité avec l’imprimante existante… Je ne compares pas les OS mais les démarches d’achat.

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 23 h 17 min

    Yes je n’avais pas compris comme ça.

    Répondre
  • 14 juillet 2014 - 23 h 52 min

    Le gros facteur pas quantifiable, c’est les soucis.

    Les machins Android que je recommande/offre autour de moi j’en entends quasi jamais parler. Les machins Windows, y’a toujours un truc qui cloche, que ce soit la calamité qu’est Metro, les virus et autres malwares… aucun des PC Windows autour de moi ne tient 2 ans sans intervention majeure.

    Si ChromeOS est aussi peinard qu’Android, franchement, ca vaut le coup de se poser la question y compris a prix egal. Pour moi actuellement il manque Skype (du coup je suis en train de faire passer tout le monde a Hangout), et les softs vintage Windows (Scrabble et Genealogie dans le cas de mes parents). Ceci dit, les desktops et Laptop Android, c’est pas plus cher, tout aussi bien, et nettement plus riche coté soft.

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 3 h 19 min

    @jujudk : J’utilise un chromebook dans un cadre professionnel et perso depuis près de 1an lors de mes déplacements: 16Go suffisent largement (je gère une société avec sites web, journal papier, campagne d emailings…). Tout est gérer via le cloud, mon smartphone prend le relais si pas internet. Comme machine nomade, c’est génial. Pour une utilisation plus média, mes vidéos restent sur une clé USB, que dans tous les cas je suis obligé d’utiliser pour récupérer les films qui sont sur mon PC principal.

    ;)

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 14 h 28 min

    “aucun des PC Windows autour de moi ne tient 2 ans sans intervention majeure.”

    tu rigoles pour les 2 ans … ca tient plutôt 6 mois .. j’ai un pote assez âgé qui habite loin, qui s’est fait coller 120E pour un nettoyage de virus et autres … la prochaine fois que j’y vais, je me réserve pour lui coller une ubuntu …

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 15 h 15 min

    Le chromebook et la chromebox sont les network computing de référence. Je ne pense pas que Firefox puisse faire la même chose. Linux et Ubuntu pas la peine d’en parler c’est réservé à certains geeks connaisseurs et une minorité de pros d’ailleurs on entend plus tellement du linutop et aucune nouvelle de l’Ubuntuphone non plus.

    Le Chrome Os peut talonner Windows voir aussi Android en ce qui concerne les tablettes. Ceux qui se servent du cloud et pas uniquement pour un usage professionnelle et qui ont tourné la page du support physique pour la dématérialisation ne peuvent que se réjouir du Chrome Os je crois.

    Répondre
  • 15 juillet 2014 - 23 h 51 min

    Sans trop faire de mauvais esprit, on se demande vraiment pourquoi on en voit pas partout des chromebooks ? En fait ici (Marseille) ils sont en solde un peu partout et personne ne les achète.

    Alors oui matraquage etc. mais je pars du principe qu’un bon produit se vend tout seul.

    Il semble que même Google n’y croie plus vraiment et prépare une espèce de convergence entre ses systèmes. N’est pas apple qui veut et sur ce coup, Google paye ça voracité, et ça j’aime bien.

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 8 h 07 min

    @Dadoo: En France c’est clairement un échec … ailleurs il faudrait voir en vrais car les chiffres annoncés semblent ne pas correspondre avec les chiffres de visites globales des sites internet.
    Par contre je vois mal Google abandonner les ChromeBook, par contre favoriser la convergence des applis Android/ChromeOS au point d’en renommer l’OS (voir les machines), ça ne m’étonnerais que peu!

    Aujourd’hui pour Google il y a réellement 3 marques Google, Chrome et Android, chacun correspondant à un marché.
    Google c’est la pub, la recherche et le développement.
    Android c’est l’écosystème global le hard et le soft.
    Chrome c’est l’internet.
    Donc tu accède à Google avec chrome en utilisant Android!

    Je pense que (pour moi) la Google I/O 2014 était claire dans ce sens, aujourd’hui Google ne va pas lâcher une part de marché dans la hardware et va tout faire tourner autour de la marque Android dans ce domaine.

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 10 h 23 min

    Si des gens préfèrent encore Windows c’est qu’ils sont habitués et ont besoin plus ou moins d’un certain nombre de logiciels dont l’équivalent n’existe pas sous Chrome Os.

    Ce sont deux usages différents. Il y a des gens qui ne souhaitent pas s’encombrer avec une grosse machine et qui ont besoin d’un minimum en travaillant sur internet. Le chromebook est fait pour eux. Le Chrome Web Store est peut-être pas assez bien garni en ce qui concerne les applications mais ça va venir. Android n’est pas un système d’exploitation libre non plus même si la dématérialisation de certaines applis est commune, ça n’est pas le même usage aussi.

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 11 h 51 min

    M. Pierre, au niveau du blog, quels sont les chiffres d’accès selon les OS?

    Un site techno geek donne généralement les tendances du marché high-teck avec quelques années d’avance.

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 12 h 04 min

    @sourioplafond:
    Windows 61%
    Android 17%
    iOS : 7%
    Mac : 6%
    Linux 5.9%
    Windows Phone : 0.71%
    Chrome OS : 0.49%
    BlackBerry : 0.18%
    SymbianOS (!!!) : 0.02%

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 16 h 37 min

    Et Tizen et Web Os?

    Répondre
  • 16 juillet 2014 - 18 h 02 min

    @Pierre Lecourt: je vais faire un essai avec le nokia C7 de ma femme ce soir, rien que pour doubler la présence de symbian :)

    Répondre
  • Luz
    18 juillet 2014 - 12 h 25 min

    Le français moyen serait-il échaudé par l’expérience Netbook sous Celeron ? Probablement, au point de bouder les Chromebook, du moins, c’est ce que les chiffres semblent dire.
    Si un PC Windows n’est plus fonctionnel au bout de 6 mois, par expérience, ça vient de deux choses, du hardware de mauvaise qualité (alimentation pas stable, SSD qui s’écroule sous les requêtes, etc) ou de l’utilisateur qui ne sais pas ce qu’il fait (qui ne sait pas lire ?).
    Pour le premier, il n’y a pas de secret, en informatique, on en a toujours pour son argent (dans les deux sens, littéralement surtout vers le bas), pour le deuxième, à part déresponsabiliser l’utilisateur en lui créant un petit monde fermé où il n’a pas les droits (d’utilisateur) pour casser le système, à l’image d’un iBidule ou d’un WPx.
    Bref, la principale faille de Windows, comme d’Android, c’est l’utilisateur.

    Répondre
  • 14 octobre 2014 - 18 h 11 min

    […] es puces et intégrant par défaut un modem 3G selon Digitimes (info a prendre avec recul donc mais déjà plus ou moins confirmée auparavant). Double avantage pour le moteur de recherche : Proposer des engins au même prix capable de se […]

  • 5 mars 2015 - 17 h 31 min

    […] Mediatek annonce également une compatibilité de sa puce avec ChromeOS ce qui n’est pas spécialement surprenant puisque cette piste était évoquée dés 2013 lors de la signature de l’acquisition de la licence Cortex-A5x par la marque. Par le passé une carte mère ARM baptisée Moose était également apparue dans le radar de Chromiu… […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *