Lemon Pi, une carte de programmation sous chip Actions S500

Lemon Pi, une carte de programmation sous chip Actions S500

Il s’agit d’une nouvelle carte de programmation au nom de fruit, la corne d’abondance n’est pas cassée même si il faudra ici d’abord passer à la caisse d’un financement participatif avant d’en profiter. La Lemon Pi est sous Indiegogo.

L’équipe Chinoise d’EmbedStudio développe une petite carte parfum citron pour concurrencer la Framboise Anglaise Raspberry Pi. Pour pousser la carte sur le marché, ils font appel comme beaucoup d’autres à un financement participatif.

Minimachines.net 2015-05-21 11_09_47

La carte y était proposée en précommande à partir de 25$, les premières 5 cartes à ce tarif sont évidemment vite parties et il faut désormais compter sur une dépense de 30$ pour obtenir la solution qui devrait être en vente en Juillet. Seulement à ce tarif il n’y a que 10 cartes ce qui fait qu’il faudra bientôt débourser 35$ pour obtenir la solution et la recevoir en Août… A cela, il faut ajouter des frais de port qui oscillent entre 5$ pour un envoi postal China Post et 30$ pour un envoi via DHL.

Minimachines.net 2015-05-21 11_10_00

Si on résume on est donc à 35 + 5 $ au minimum, ce qui nous fait 40$ pour la Lemon Pi. Un pari déjà difficile face à une Raspberry Pi 2 vendue au même prix étant donné la communauté inexistante de la nouvelle carte.

Reste qu’elle a quelques atouts. Elle embarque un processeur Actions quadruple coeur Cortex-A9 associé à un chipset graphique PowerVR SGX544. La carte est également censée supporter Android 5.0 et Ubuntu. Reste qu’Imagination Technologies n’et pas le plus ouvert qui soit au rétro engineering de ses puces graphiques et je doute que la solution puisse être exploitée pleinement par des systèmes Linux.

Minimachines.net 2015-05-21 11_12_26

C’est surtout le travail en amont fait par la communauté Raspbrerry qui fait la différence, vaut t-il mieux plus de performances brutes sous exploitées d’un côté ou un engin mieux maitrisé de l’autre pour le même tarif ?

Minimachines.net 2015-05-21 11_11_58

La Lemon Pi embarque 1 Go de mémoire vive, un lecteur de cartes MicroSDHC, un port RJ45 Fast Ethernet, un port USB 3.0 et 2 ports USB 2.0, une sortie HDMI 1.4 qui ne semble pas CEC, une sortie audio 3.5 mm au format jack, un port d’extension infrarouge, et des ports d’extensions annoncés comme 100% compatibles avec le monde Raspberry Pi. Une option de stockage eMMC est présente sur les images même si aucune option de financement de ce type de carte n’est présente.

Minimachines.net 2015-05-21 11_12_14

Au final, cette carte me parait un peu bancale avec des compétences mais des manques importants par rapport aux usages de ce type de solution. Le CEC qui permet de piloter un téléviseur directement depuis la carte est par exemple un vrai moins face à la Raspberry Pi. Mais le plus gros défaut vient de sa force. La puissance de son chipset graphique est clairement supérieure à celle d’un Broadcomm BCM2836 de la petite Framboise. Mais dans quelle mesure la Lemon Pi pourra en tirer parti réellement ? Beaucoup se sont heurtés à ce mur pour développer des solutions à partir de chipsets PowerVR. Aucun n’est revenu avec un produit stable et performant dans le monde du libre…

Source : CNX Software

21 commentaires sur ce sujet.
  • 21 mai 2015 - 12 h 17 min

    Carte intéressante pour un micro server, mais vu le support limité à ubuntu 12.04, bof.

    Power Vr n’en parlons pas.

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 12 h 33 min

    Quel est donc l’intérêt objectif, financier, d’un constructeur à empêcher l’utilisation optimale de son matériel par des logiciels libres ?
    C’est un mystère obsédant
    Et pourquoi aucun projet libre ne se mobilise vraiment pour l’achat de composants à libérer ?

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 13 h 43 min

    @donPedro: ne pas offrir à ses concurrent les technologies qui sont propres à l’entreprise.
    Clairement dans le cas des GPU il y a de l’optimisation et des composant spécifiques (décodage hardware es vidéo par exemple) qui existent dans chaque entreprise qui en produit et ouvrir ces spécification c’est perdre un avantage potentiel et offrir à ses concurrent des heures de R&D très coûteuses.

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 13 h 57 min

    @donPedro :

    Que veux-tu dire par « Et pourquoi aucun projet libre ne se mobilise vraiment pour l’achat de composants à libérer ? »

    Si c’est en acheter massivement pour espérer voir la compagnie libérer une partie de la doc, c’est ce qu’a pas mal réussi la fondation Raspberry-PI avec la partie graphique de la puce.
    Si c’est acheter des licences, puis produire des chip, c’est malheureusement globalement impossible à ce jour, à cause des clauses de vente des licences.

    Sinon, cette petite board semble avoir un seul avantage : son USB-3 qui -si il est câblé correctement derrière – peut permettre d’envisager peut être quelques petites chose que la RPI ne peut faire (à cause de sa principale faiblesse : son hub USB / Ethernet !).
    Mais pour le reste en effet, on oscille entre du classique et du pas très bon à cause de la fermeture du SoC

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 14 h 34 min

    @youri_1er: c’est pas parce qu’un driver passe en libre que la R&D devient « offerte » à la concurrence.

    Il y a notamment la licence GPL très utilisée dans le monde du libre pour empêcher cela: un code sous licence GPL peut etre utilisé et modifié à la condition que les modifications soient également reversée en open source sous licence GPL.

    Si un constructeur libère son code sous cette licence, pas moyen pour les concurrents de l’utiliser dans livrer à leur tour leur version modifiée… Enfin, dans la théorie parce que malheureusement, les violations de licence GPL par les entreprises sont monnaie courante, particulièrement du coté des constructeurs chinois (entre autres).

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 14 h 57 min

    Bha je me retenais de participer, mais je n’y arrive plus !

    Je ne comprends pas ce genre de projet à moins que ce soit une pompe à fric.

    Soit on prend une Pi2, soit on la trouve limitée et on prend une carte chez Hardkernel : dans les deux cas il y a une communauté.

    Dans les deux cas c’est de l’opérationnel, pas des promesses.

    Je ne comprends pas.

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 15 h 23 min

    Elle me tenterait bien cette carte, mais elle a une carte graphique PowerVR, et même sous architecture x86 c’était déjà complexe pour les développeurs à gérer…

    D’autre part, on risque de voir ‘pousser’ très rapidement ce genre de ‘fruits’ avec la bonne config cette fois : un CPU Quad-Core ou Octa-Core, un GPU Mali puissant, et au moins 2 ports USB 3.0…

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 15 h 23 min

    Au fait, toujours impossible de trouver la RPI 2 à 35€ !!!!!! :(

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 16 h 16 min
  • 21 mai 2015 - 16 h 23 min

    @math: un µserver n’a pas vraiment besoin de driver vidéo poussé… voir du tout ! :o

    mais du coup, pour le µserver, je préfère à 100% la Rpi2… les 4cores en A7 sont vraiment bien !!!
    les A9 consomment vraiment plus pour pas bcp plus de puissance !
    (enfin à mon goût)

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 18 h 18 min

    Enfin, lors de ce benchmark de la ODROID-XU3 Lite (à 99$) sous Android, le débit maximal atteint en lecture de fichier via l’USB 3.0 frôlait les… 50 Mo/s : http://www.cnx-software.com/2014/11/21/odroid-xu3-lite-development-board-android-setup-and-benchmarks/#attachment_20134
    C’est déjà pas mal, mais sur ce type de cartes qui privilégient généralement une faible consommation électrique, il ne faut pas en attendre des miracles non plus.

    Pour l’accélération 3D sous Linux du PowerVR SGX544, il n’y a que les pilotes Android avec libhybris, donc pas pour X11, et ça reste du bricolage pas évident.

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 18 h 38 min

    @donpedro:
    je sais pas si c’est à qqch comme ca que tu penses mais linaro propose une spec standard pour des boards de preference avec des SoC basés sur des coeurs archi ARMv8 pour accelerer la diffusion de cette archi dans la communaute des developpeurs linux cf http://www.96boards.org

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 20 h 38 min

    ah j ‘ai enfin trouvé grâce à cette info (merci Pierre) une rivale à mon Odroid C1 et les drivers pour le PowerVR SGX544 de la Lemon Pi existent puisque déja développés pour le ODROID XU en 2013 (mais faudra les chercher car sinon c’est trop facile)

    Encore une news de Minimachine Arm comme beaucoup d’entre nous apprécient , merci Pierre :)

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 22 h 39 min

    @Docteurcpu : tu devrais préciser que tu parles évidemment des pilotes 3D destinés à Android, ce qui n’a rien d’étonnant (et pas difficile de les trouver puisque qu’ils sont systématiquement intégrés aux images Android proposées pour la plupart de ces cartes).

    Par contre en ce qui concerne Linux, à la lecture de leur forum, ils semblerait que, contrairement à ce qu’ils avaient laissé un temps espérer à leurs clients, Hardkernel n’ait finalement proposé aucune solution pour ce matériel… Aucun pilote n’a été développé, mais comme d’habitude certains membres ont réussi, tant bien que mal, à faire fonctionner les pilotes Android disponibles grâce à libhybris pour pouvoir proposer des versions de XBMC, et d’autres distributions Linux avec un support partiel de l’accélération 3D.

    Répondre
  • 21 mai 2015 - 23 h 03 min

    @StarLord: Une Odroid XU3 à 180$ ?!! On n’est loin des 35€ de la RPI 2.

    Répondre
  • 22 mai 2015 - 0 h 34 min
  • 23 mai 2015 - 6 h 34 min
  • 23 mai 2015 - 13 h 24 min

    @Sopilou: en moins cher, tu as aussi la XU3 Lite dont je rapportais justement les performances en USB 3.0 (comme ça semblait t’intéresser…)

    La C1 est sûrement plus puissante que la nouvelle Raspberry sans consommer beaucoup plus, mais son plus gros atout, ce sont ses performances annoncées en entrées/sorties, avec deux bus USB distincts, des modules eMMC (bien qu’assez coûteux) et surtout un vrai port Ethernet (pas en USB comme sur le RPi) qui fait vraiment du Gigabit ! Il faut compter un peu plus de 60€, frais de port, radiateur et boitier compris, donc le prix reste (pour l’instant) compétitif par rapport à la PI2.

    Après, aucune carte ne peut actuellement prétendre, et de très loin, à un suivi à la hauteur de celui de la Raspberry Pi, avec sa fondation dotée d’une belle manne financière, ses prestigieux partenaires, une communauté sans commune mesure, et un support focalisé sur une base matérielle volontairement figée et qui bénéficie avant tout d’une implication réelle (et exceptionnelle) de Broadcom.

    Toujours est-il qu’Hardkernel a bien du mérite, mais malheureusement ils en sont souvent réduits, comme les autres, à ramasser les miettes logicielles des fondeurs et de Linaro. Et la concurrence de la future carte 64 bit « low-cost » de Qualcomm promet d’être rude, si celle-ci est effectivement proposée cet été à 75$ avec 8go d’eMMC… et des chouettes pilotes graphiques open source !

    Enfin, y’a l’embarras du choix : http://linuxgizmos.com/rate-these-sub-200dollar-hacker-sbcs-win-one-of-20/ (Cocorico! : on peut même voter pour la Domino.IO de Michel Stempin alias Squonk, présentée récemment sur MiniMachines)

    Répondre
  • 23 mai 2015 - 22 h 27 min

    @malak: Merci pour l’info Qualcomm, je n’étais pas au courant. C’est bien la preuve que la volonté de ces fabricants est de passer au 64 bit, et là ça change tout.

    Mais le mini PC de PCPartner m’intéresse bcp… je verrais.

    Concernant la Odroid C1, c’est aussi ce que je pensais : la communauté doit plus importante chez la RPI 2. Cependant, Hardkernel propose un Ubuntu 14.04 et un Android 4.4 (sous format d’image). La RPI 2 n’a pas (à ma connaissance) un vrai Ubuntu (Picuntu).

    Répondre
  • 24 mai 2015 - 1 h 45 min

    @Sopilou : pas au courant…? ;) : http://www.minimachines.net/actu/qualcomm-dragonboard-410c-une-carte-de-dev-sous-snapdragon-410-27519

    Pour Ubuntu sur la PI2, pourquoi pas 5 secondes de recherche, en tapant « ubuntu raspberry » ?? On tombe directement là-dessus : https://wiki.ubuntu.com/ARM/RaspberryPi .

    Mais du côté de deux OS « mainstream » dont tu parles, en effet la Raspberry est, pour le moment, en retrait de ses concurrentes. On peut les installer sur la PI2 (il existe aussi des tuto pour Lollipop) mais sans véritable support de l’accélération matérielle 3D/vidéo, car :

    – le SOC de Broadcom n’est pas destiné au marché Android (alors que les autres cartes sont essentiellement basées sur des SOC de smartphones/tablettes) donc le constructeur ne fournit pas de pilotes pour cet OS

    – Le processeur de la RPi, plutôt orienté basse consommation, restera faiblard (sans overclocking) pour faire tourner un OS « Desktop » standard comme Ubuntu, d’ailleurs son interface graphique Unity n’est pas encore supportée du fait des limitations des pilotes 3d actuels (les binaires Broadcom…) mais apparemment Xubuntu tourne déjà pas mal du tout.

    Même si ça met du temps à se mettre en place, Wayland sera davantage adapté, et le constructeur fait enfin des efforts, avec les pilotes OPEN SOURCE OFFICIELS en cours de développement (ça avance bien) qui devraient surtout apporter le support, pas seulement de la version mobile dite « ES », mais aussi de… »OPENGL TOUT COURT »!! Alleluia, Bonheur sur Terre et Paix dans le Monde !!! :)

    Répondre
  • 24 mai 2015 - 11 h 03 min

    @malak: Merci malak pour les 2 liens (concernant Ubuntu et RPI2, c’était pas faite d’avoir cherché en tout cas).

    Oui, vivement les pilotes graphiques ‘open source’ que l’on puisse exploiter à fond ces petites bêtes ! :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *