Le marché PC Français boit la tasse

Un premier trimestre 2013 cauchemardesque pour le marché des ventes de PC en France. Si toute l’Europe de l’Ouest est clairement touchée, avec un recul significatif de 22% des ventes, la France est particulièrement impactée. L’analyste Gartner confirme la chute hexagonale avec une baisse de 20.5% des ventes sur un an.

12.5 millions de PC vendus dans l’hexagone au premier trimestre 2013 contre 15.48 millions  pour la même période en 2012, c’est 20.5% de ventes en moins sur la même période pour le marché Français qui fait grise mine. Seuls Lenovo et Apple s’en sortent avec des chiffres positifs, les autres acteurs sont dans le rouge.

Marché PC Français Q1 2013

Si les ventes de PC de bureau freinent un peu leur chute débutée depuis plusieurs années, les portables souffrent véritablement. Alors que les tours se replient de 13.8% , les machines portables reculent de presque un quart avec 24.6% de ventes en moins. La baisse globale de 20.5% des ventes d’une année sur l’autre est du jamais vu sur ce marché et concerne des chiffres déjà en baisse l’année dernière.

En europe Apple progresse un peu, Lenovo se frotte les mains.

La marque à la Pomme augmente un peu ses ventes et progresse en terme de part de marché en Europe de l’ouest : Avec 0.8% de ventes en plus et désormais 7.9% de parts de marché, Apple s’en sort bien. Lenovo fait quand à lui la bonne affaire avec 7.2% de croissance et 11.6% de parts de marché, à 0.01% d’Acer et 8.1% d’HP.

Si la tendance continue, Lenovo devrait devenir leader a en croire les chiffres annoncés pour les 2 premières places du podium : -31.7% pour HP, -36.8% pour Acer, c’est une véritable chute des ventes pour les 2 marques d’une année à l’autre.

Sur le marché PC Français, HP, Asus et  Acer perdent tous plus d’un quart de leur ventes.

Marché PC Français Q1 2013

Sur le marché PC Français c’st la Bérézina pour HP, Acer et Asus : -38.5% pour le premier, -27.7% pour le second et -33.8% pour le dernier. Des chiffres qui donnent le tournis sur ce type de marché. difficile de croire que plus d’un quart, voir plus d’un tiers des machines vendues en 2012 n’ont pas trouvé preneur à la même période en 2013.

C’est un coup d’arrêt brutal pour ces marques et pour l’ensemble du secteur à part Lenovo avec un timide 0.1% de croissance. Sur l’ensemble du marché PC Français la baisse des ventes de PC est de -25.3%…

Difficile d’analyser ces chiffres autrement qu’en défonçant des portes ouvertes, le premier trimestre de l’année 2012 n’a pas été marqué par des événements particuliers tandis que celui de 2013 faisait suite au lancement de Windows 8. On ne peut pas dire que le système d’exploitation de Microsoft aie parmi de relancer la machine mais on le savait déjà.

Les portables suivent désormais la chute des tours dans la même spirale de baisse. Il faut dire que les utilisateurs de tours ou de portables font face à la même problématique : Pourquoi changer son materiel informatique si l’actuel fonctionne encore parfaitement bien ? L’augmentation des tarifs demandés pour les machines les mieux équipées, les ultrabooks, et la disparition pure et simple de l’offre Low-cost constituée par les netbooks n’a probablement pas amélioré la situation.

La situation paradoxale de Lenovo s’explique peut être par le marché professionnel visé par la marque, même si cette optique est en train de changer avec une orientation vers les particuliers. Les entreprises sont régulièrement obligées de changer leur parc informatique et, du moins, ne peuvent pas forcément « temporiser » leur achat en se rabattant sur des solutions alternatives.

La tablette est évidemment pointée du doigt par de nombreux acteurs, la tablette vole probablement des parts de marché aux portables. Il faut dire que que les machines qui ne tombent pas en panne n’ont pas vraiment besoin d’être changées, elles fonctionnent toujours très bien. J’évoquais un secteur en croissance il y a quelques mois dans un papier appelé « 6 conseils aux constructeurs pour revendre des PC » : Celui des PC « sur mesures » proposés par des assembleurs. Ce marché là se porte bien, c’est le dernier qui a besoin de performance coûte que coûte ou de spécialisation plus poussée de sa machine et c’est souvent celui des utilisateurs les plus experts en materiel informatique.

61 commentaires sur ce sujet.
  • 19 mai 2013 - 21 h 43 min

    @A : je crois au contraire que dans les engins récents (où effectivement la charge est coupée quand la batterie est rechargée – à 100% mais souvent à moins, comme avec l’option de mon samsung) la seule chose qui fait une différence c’est la chaleur à laquelle est soumise la batterie dans la machine, qui elle a une influence sur sa durée de vie. Sur une machine qui chauffe/qu’on pousse souvent c’est significativement mieux pour la durée de vie de l’enlever quand on est sur secteur, sinon je crois que c’est relativement négligeable. De ce que j’ai lu du moins.

    Répondre
  • 19 mai 2013 - 21 h 50 min

    Pardon, j’avais pas reloadé la page en revenant de manger.
    Si, la batterie n’est plus alimentée quand elle est chargée je crois (il y a une répartition du courant entre la machine et la batterie suivant le besoin de charge)
    Je crois que Pierre veut dire que les batteries s’usant moins vite, de par ce fait même si l’autonomie de départ est pas géniale elle ne baisse pas drastiquement vite et reste potable le temps de la garantie.
    Oui, fin du HS

    Répondre
  • uko
    20 mai 2013 - 3 h 39 min

    @A:
    Sur mes machines, la charge monte à 100% puis s’interrompt jusqu’à ce qu’elle soit redescendue à 95% avant de se relancer. J’ai lu quelque-part qu’il s’agissait d’une sécurité prévue d’éviter de solliciter la batterie en permanence lorsque la machine reste branchée, et donc l’économiser.

    Sachant que les batteries Li-ion sont sensibles au nombre de charges et à la chaleur bien plus qu’à l’effet mémoire, ça a du sens. Sachant que le nombre de charges se compte en cycles complets: 100% regagnés pour la batterie, cumulables sur plusieurs charges séparées.

    J’ignore à quel niveau cette fonction est implémentée, mais j’imagine que c’est Windows qui la gère. En tout cas, windows sait reconnaître cette condition. Le mien indique actuellement « 97% disponibles (branché, pas en charge) » et devrait se remettre en charge en tombant sous les 95%.

    Répondre
  • 20 mai 2013 - 11 h 13 min

    @uko: bonjour. Oui c’est tout à fait ça (au bémol près qu’il vaut mieux que la charge ne se fasse pas à fond le plus souvent possible histoire que la décharge spontanée soit la plus basse possible, option facile à enclencher/débrayer sur certaines machines comme notre Samsung). Cela n’a pas l’air d’avoir d’incidence significative en pratique vu ce fractionnement de la recharge sur une durée de vie moyenne (sur une bonne batterie et toujours si elle ne chauffe pas trop dans la machine).
    Merci d’avoir pris le temps d’apporter ces précisions.
    (je retrouverai les sources si nécessaire mais là faut vraiment que j’arrête de procrastiner)

    Répondre
  • A
    20 mai 2013 - 13 h 10 min

    @uko:

    Merci pour tes précisions mais t’y es sur de ça:

    « Sachant que le nombre de charges se compte en cycles complets: 100% regagnés pour la batterie, cumulables sur plusieurs charges séparées. »

    Ca me parait difficile.
    Et pour la batterie et pour l’OS qui doit déterminer et garder en mémoire toutes les (mini)charges précédentes pour pouvoir déterminer quand leur addition donne 100% de charge.

    Pour la batterie, je doute qu’il y ait une quantité définie/précise totale de Watts (électricité/courant) qui peut etre accumlés puis redistribués par la batterie.

    Et que cette quantité baisse méchaniquement à chaque (mini ou non) charge en fonction de son exacte quantité de Watts accumulés.

    Enfin, je ne sais pas.
    Je lis sur les manuels d’utilisation (j’en ai d’ultrabook, là, l’Aspire S5) qui précise bien que laisser son laptop branché sur secteur en permanence est une des causes principales de la diminution de sa durée de vie.
    Donc, je me dis qu’il y a bien une raison.

    En tout cas, il semblerait donc bien que le courant passe (ou soit tiré) constamment de la batterie.
    Puisque quand elle est chargée à fonds, le courant ne passe pas par un autre chemin (ne bypass pas la batterie), mais la draine jusqu’à ce qu’elle descende à 95% et se recharge… Pour recommencer constamment ce cycle.

    Donc la batterie est bien constamment sollicitée, que le laptop soit branché sur secteur ou pas en fait.

    Y’a pas quelqu’un qui s’y connait en fonctionnement de batterie, dans le coin? :)

    Répondre
  • 20 mai 2013 - 13 h 53 min

    @A: Uko et Minette ont plus ou moins raison, dans les grandes lignes. De ton coté, tu sembles ne pas appréhender le problème par le bon bout ;-) Car tu sembles assimiler les batteries d’ordinateurs à de banales piles :( ce qu’elles ne sont pas.

    Les manuels d’emplois sont succincts et généralement abordent le sujet de façon très lapidaire. En même temps, il est difficile d’expliquer le sujet et 2 lignes.

    Pour faire très très court (donc forcément incomplet et partiellement inexacte) : les cycles dont parle Uko ne sont vraiment évalués électroniquement, mais chimiquement. C’est une approximation établie par les constructeurs, après moults tests, modelisations et extrapolations.

    Par contre, les batteries Lithium-Ion sont bien des appareils intelligents à part entière : La charge est régulée par des circuits électronique DANS la batterie, de façon transparente tant du point de vue du chargeur que du coté PC. Quant la batterie est chargée à 100%, c’est ELLE qui coupe le lien entre le transfo et les cellules ; elle bipasse le système de manière à ce que le jus alimente directement l’ordinateur.

    En complément de cette électronique DANS la batterie, celle-ci est également équipée d’un fusible thermique (qui fond aux alentours de 80°/90°), et également d’un détecteur de pression interne. En complément, certaines marques, telles Samsung et Sony, implémentent matériellement et logiciellement des fonctions qui brident le chargement des batterie à 80% (comme l’a dit Minette), cela a des avantages mais aussi des inconvénients (personnellement je désactive cette fonction).

    Il faut bien comprendre qu’une batterie Lithium-Ion n’a vraiment, mais vraiment, rien à voir avec un banal accu de type piles rechargeables. C’est pour cela qu’il est fortement recommandé, pour ne pas dire interdit, de bidouiller soit même des batteries de portables.

    Sans rentrer dans les détails : ce qui est néfaste à la bonne tenue d’une batterie, ce n’est pas de rester connecté en permanence sur le secteur, mais de ne pas avoir de mouvement d’électrons en interne, car alors des dépôts se forment sur les anodes/cathodes et le lithium se dégrade. Ainsi par exemple, quand une notice indique qu’il ne faut pas laisser en permanence une batterie sous alimentation secteur, il faut bien comprendre que même en usage fixe un ordinateur portable doit faire l’objet d’un usage régulier sur batterie.

    Répondre
  • uko
    20 mai 2013 - 14 h 18 min

    @A:
    Concernant le fonctionnement des cycles, c’est une info que j’ai trouvée sur le site d’Apple, qui est assez clair dans son explication du phénomène:
    http://www.apple.com/fr/batteries/
    « Un cycle de charge correspond à l’utilisation de l’intégralité de l’énergie de la batterie, mais pas forcément sous la forme d’une charge unique. Vous pouvez par exemple écouter votre iPod pendant plusieurs heures un jour, et utiliser la moitié de la batterie, puis le recharger complètement. Si vous faites la même chose le lendemain, seul un cycle de charge est compté, pas deux. »

    En ce qui concerne la manière dont les ordinateurs gèrent la charge de leur batterie, j’ai au contraire l’impression qu’ils la bypassent une fois qu’elle est chargée. Il est possible que je me trompe, mais voilà un exemple concret et récent de ce qui me fait penser que c’est le cas:
    Hier soir, ma batterie était à 97% – Pas en charge. Mon laptop est une machine gamer qui draine sa batterie en moins de 90mn quand il n’est pas branché. Depuis ce matin, la batterie affiche 96% – pas en charge. Cette valeur n’a pas bougé depuis ce matin, ni depuis que j’ai commencé à rédiger ce message il y a une dizaine de minutes (suffisantes pour drainer plus de 10% de la batterie en mode batterie).

    Après, je dois t’avouer que je trouve le sujet bien complexe. Je me suis fait une synthèse basée sur ce que j’ai lu à droite ou à gauche ainsi que mes observations personnelles. Je suis satisfait de la vision que j’en ai obtenu du sujet, mais je suis loin d’en comprendre tous les tenants et aboutissants. Ce que j’ai retenu pour les batteries Li-Ion:
    – Il faut éviter de les faire chauffer, et même si possible de les laisser dans un environnement chaud
    – Il faut éviter de les charger/décharger à fond trop souvent (une fois tous les 30 cycles serait bien)
    – Il existe tout un tas de sécurités intégrées dans les batteries elles-mêmes pour les protéger et optimiser leur durée de vie.
    – Même si elles ne sont pas utilisées, elles perdent en efficacité au bout de 2-3 ans. Ce qui m’a mené à la conclusion suivante pour mon usage perso: Ne pas m’emmerder à essayer de les protéger, de toutes façons elles perdront en efficacité. L’effort n’en vaut pas la chandelle.

    Répondre
  • A
    20 mai 2013 - 14 h 52 min

    @Mxte29Fr:

    Super, merci pour toutes ces data/infos, Mixte. Je comprends bien mieux maintenant.

    Un détail:
    « Quant la batterie est chargée à 100%, c’est ELLE qui coupe le lien entre le transfo et les cellules ; elle bipasse le système de manière à ce que le jus alimente directement l’ordinateur. »

    Ca ça dépend des laptops/machines visiblement. Puisque celui d’Uko continue de drainer la batterie après une charge totale jusqu’à ce qu’elle redescende à 95% et, ensuite, la recharge (surement pour créer ce mouvement d’électrons et ainsi éviter les dépots).

    Enfin, d’après ce que tu dis, s’il ne faut pas laisser son laptop (sa batterie) branché(e) constamment sur secteur, ce n’est pas tant parce qu’elle serait tout le temps sous tension, mais plutot parce que cela empêcherait (dans le cas d’un bypass) les électrons de se déplacer en son sein et créerait plus de dépots (crystallisaton?) au niveau des électrodes.

    Répondre
  • 20 mai 2013 - 15 h 11 min

    « J’évoquais un secteur en croissance il y a quelques mois (…) : Celui des PC « sur mesures » proposés par des assembleurs. »

    Ce marché ne touche pas que les Geekounets des cavernes voulant des machines tunées (en général pour le jeu): La baisse continue de conso des processeurs associé au besoin de moins en moins présent d’un GPU donne un secteur de mini-barebones qui se porte là aussi très bien.

    Avec l’avantage de s’assembler en 5mn (un CPU/Ram/HDD à monter ; La carte mère l’est déjà, le refroidissement adapté est inclus)… pour un tarif compétitif tout en donnant la possibilité de mettre autre chose que cette sombre daube de windoze 8.

    Répondre
  • 20 mai 2013 - 16 h 50 min

    @A: Pour reprendre l’info de Uko, effectivement il n’est pas impossible que son PC ait lui aussi son propre contrôleur, un peu à l’image de ce que fait Sony et Samsung (comme je l’évoquais ci-avant). Mais il ne se substitue pas au contrôleur interne de la batterie, tout au plus il le complète. Par contre, je ne suis pas persuadé que ce soit Windows qui gère cela.

    Pour la petite histoire, les premiers Netbook Asus en 7″ (EeePC 701) et 9″ (EeePC 900) avaient une batterie commune dont le contrôleur était réduit à sa plus simple expression : il gérait bien sa charge mais envoyait uniquement un pourcentage assez mal géré à l’Os Xandros (le Linux initial) ainsi qu’à XP (l’info diffusée par le contrôleur apparaissait par pallier de 10% en 10% de mémoire), sans notion de temps ni de mAH. Pour avoir une estimation temporelle de l’autonomie, il fallait alors installer un petit soft et renseigner manuellement certaines infos (dont notamment la capacité en mAH et/ou le nombre d’éléments qui composait la batterie il me semble), puis après plusieurs charges/décharges, le logiciel en question « apprenait » à estimer le temps restant. Ce n’est heureusement plus le cas aujourd’hui, je pense, car la plupart des portables renvoient l’info de l’autonomie en pourcentage et en temps. A partir du EeePC 901, les batteries étaient déjà « plus pertinente » (plus intelligente, lol ?).

    Comme je l’ai indiqué, le contrôleur électronique interne à la batterie gère sa charge, pour cela il est alimenté en permanence par la capacité de la batterie, et non pas par le chargeur.

    En édulcorant un peu : le contrôleur fonctionne H24/J7, il consomme donc l’électricité de la batterie. C’est une consommation infime, mais elle est associée à deux autres phénomènes : la fuite « naturelle » de la batterie (toute batterie, même inactive perd peu à peu son énergie), et la réaction chimique provoquée par la chaleur induite par le PC qui tourne. Le cumul des trois altère la capacité en cours de la batterie, au fil des heures ce sont ainsi quelques tout petits pour-cent en moins sur la batterie, le contrôleur désactive alors le Bypass pour permettre de faire le complément à 100%. Enfin dans l’absolu, je ne pense pas que ce genre de décharge/charge de 3 à 5% n’intervienne guerre plus d’une fois -voir grand max deux- par tranche de 24H. Grosso-modo, cela revient au même que d’avoir laissé son PC en veille sur batterie pendant une douzaine d’heure, non ?

    Pour la cristallisation en cas d’inactivité, oui c’est l’idée ;-)

    Répondre
  • 27 mai 2013 - 11 h 49 min

    […] Vendre des PC ne semble pas si difficile, ce genre de machine performante et polyvalente, avec une bonne batterie 6 cellules amovible et un accès aux composants, proposée à un tarif abordable, devrait se vendre sans trop de soucis à tous ceux qui refusent l’enfermement des Ultrabooks qui deviendront tous tactiles sous peu ou ceux qui n’ont pas les moyens de s’offrir une machine trop luxueuse en tant de crise. […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *