Le Chromebook a encore été le cadeau de 2014 pour Amazon

Amazon encense à nouveau le Chromebook comme le cadeau de Noël de 2014 aux US. Pour la deuxième année consécutive, la marque met en avant la solution de Google comme celle plebiscitée par les acheteurs.

Il est vrai qu’avec des tarifs sous les 200$ pour des engins portables classiques de grandes marques comme Hewlett-Packard, Asus ou Acer, les Chromebooks ont la côte. La marque Google est également très ancrée dans les esprits outre Atlantique et la mayonnaise semble reprendre chaque année.

 Chromebook Acer C7

Amazon annonce en effet, pour la seconde année consécutive, cette présence massive des Chromebooks dans son top des ventes, seconde année que les acheteurs se dirigent vers ces machines simples et faciles d’accès destinées avant tout au web. Il est difficile aujourd’hui de mettre le succès des Chromebooks sur le compte d’une incompréhension du public sur la nature de ces engins.

Microsoft avait tenté ce type de communication du type, un Chromebook n’est pas un vrai ordinateur par rapport à un PC sous Windows, notamment au travers de spots de pub TV savoureux.

Depuis, l’éditeur réfléchit à d’autres solutions avec notamment l’apparition de licences gratuites pour les petites tablettes et surtout de l’arrivée de Windows 8.1 avec Bing qui permet de baisser drastiquement le coût des machines sous Windows.

HP ChromeBook 11

Les effets de ces manœuvres de fond n’ont pas encore porté leurs fruits donc, probablement parce que le public ne trouve pas d’équivalent à un portable de grande diagonale pour un prix équivalent sous Windows à celui d’un Chromebook. La période de Noël est propice aux cadeaux familiaux et aux achats pour les plus jeunes et effectivement, même si ce n’est pas la machine de leurs rêves, à cause notamment de leur faiblesse en terme de jeu, les Chromebooks sont probablement dans les yeux des parents la solution parfaite et économique pour un collégien ou un lycéen en ligne.

L’arrivée de solutions Windows moins chères en 2015 pourrait remettre ce fameux top Amazon en branle, même si le best-off d’un vendeur aussi malin qu’Amazon peut également faire partie de sa stratégie de communication. La marque n’hésite pas à annoncer son Fire-TV comme le N°1 des ventes aux US mais ne parle pas, pour autant, des remises pratiquées sur le produit.

Source : Amazon

8 commentaires sur ce sujet.
  • 30 décembre 2014 - 12 h 24 min

    Ce serait sympa un nouveau test des améliorations de l’os et des installations possible dessus.

    Répondre
  • 30 décembre 2014 - 12 h 50 min

    bon j’en ai une, elle ne me sert a rien,

    j’ai une box et du coup via la box j’ai accés a l’intégralite de mon pc, ensuite quand a balncer du contenu type youtube , j’ai pas encoure vu l’interet sauf de faire partager un truc que je regarde sur tablette , mais la encore ,(qui plus est youtube et daily motion sont sur ma box) , si on un ordi avec un gros ecran cela reste limité ,

    du coup a quoi ça sert ? c’est une vraie question.

    evidement j’ai bien conscience qu’avec 3 ordi et 6 tablettes en activité je suis trés connecté , et du coup je ne fait peut être pas partie de la cible , mais bon.

    Répondre
  • 30 décembre 2014 - 13 h 24 min

    ce qui est malheureux c’est que les parents achetent des chromebooks parce que ce n’est pas cher et que c’est la crise , mais pour un ados un chromebook c’est un cadeau empoisonné .
    Il ne peut pas installer skype ni jouer avec ses copain en ligne .
    Un chromebook , il faut le voir comme une super tablette avec un clavier .

    Répondre
  • 30 décembre 2014 - 13 h 41 min

    Pour ce qui est de skype, il me semble que les navigateurs Firefox et Chrome permettent désormais les chat video et pour les jeux, cela fait longtemps que les gamins sont sur leurs consoles de jeu

    Répondre
  • 30 décembre 2014 - 13 h 58 min

    Je ne sais pas si mon expérience personnelle est représentative mais j’ai un Chromebook depuis quelques mois et il a substitué mon ultraportable que j’ai revendu et qui était mon seul ordinateur.

    Pourquoi me direz vous. Et bien j’ai remarqué que 95% de mon utilisation consistait à surfer sur internet et un peu de bureautique.
    Le seul gros point noir du Chromebook était qu’on ne pouvait pas relier une imprimante classique, sauf que maintenant avec Google Cloud Print on peut imprimer avec un imprimante compatible et comme j’en avait marre de ma jet d’encre dont les cartouches s’asséchaient trop vite j’ai investi dans une laser couleur connecté en réseau qui fonctionne à merveille.
    Enfin pour les jeux, je joue plutôt sur console (PS3, Wii U et 3DS).

    Je retrouves grâce au Chromebook cette philosophie « netbook » et que vendait Pierre sur Blogeee consistant à dire que le netbook n’est pas puissant et limité mais qu’il convient à l’usage de 90% des gens. C’est la même chose pour les Chromebooks.
    J’ai eu une tour voir plusieurs monté moi-même à Montgallet, un mini-pc, un netbook, une tablette, un ultraportable .. parfois plusieurs de ses écrans en même temps au final, l’intérêt d’un des produits et toujours venu cannibaliser celui d’un autre ce qui entrainait que je revendait celui qui commençait à prendre de la poussière.

    Répondre
  • 30 décembre 2014 - 17 h 15 min

    Un Chromebook pourquoi faire ?

    Il manque a cet OS des applications ,ce problème risque de durée longtemps c’est sur .

    Je pense que Google n’est pas et ne sera jamais Microsoft.

    Je pense qu’un Android reste pour l’instant le meilleur produit de Google mais ce système ne sera jamais une Debian ni même un Ubuntu .

    Chrome n’as pas les applications jeux d’Android et se retrouve en plus pris en sandwich entre un Windows Bing et les utilisateurs de Linux ou Android .

    A l’heure ou le netbook Windows Bing apparaît et a laquelle on se demande encore si un portable PC a encore un Avenir face aux tablettes de plus en plus performantes cette solution Chromebook me semble un peu légère .

    200 euros pour un Chromebook contre 250 pour une machine sans OS ou sous Windows bing .

    La taille de l’écran ,pourquoi 14 ou 14 pouces si 10 ou 12 peuvent faire l’affaire ?

    Reste aussi le problème de choisir entre un écran non tactile de plus de 12 pouces ou préféré un écran plus petit mais tactile .

    Le marché Américain est différent du marché Européen .

    Un français optera plus certainement pour une solution Android ou Windows ,ce qui laisse un large choix de solutions a base d’Intel ou de processeur Arms .

    Il y a certainement une bonne raison si les Chromebook ne percent pas de ce côté de l’Atlantique .

    La politique de Google de s’approprier la moindre donnée informatique étant certainement la principale cause de notre méfiance .

    Répondre
  • 3 janvier 2015 - 0 h 24 min

    @ptitpaj:

    surement car outre atlantique les gens ont encore la mentalité on peut faire plus avec x…… même si j’utilise pas 1% de ses possibilités

    les applications c’est ce que le web offre…. tu as déjà des sites pour faire du traitement d’image, vidéo, texte….. au pire tu peux te connecter sur une machine distante

    Répondre
  • 8 janvier 2015 - 16 h 21 min

    @ptitpaj

    La bonne raison pour les méventes sur les Chromebooks, c’est la force marketing de Microsoft et aussi la pression que MS exerce sur les vendeurs.
    Je suis frappé par le manque de motivation de ses derniers…un exemple, si Boulanger vend le c720P sur le net à un prix très raisonnable en 4Go/32Go, on ne trouve plus le produit en magasin. La raison (selon moi): Boulanger vend un netbook hybride à sa marque sous Windows 8. Ils ne vont pas se tirer une balle dans le pied. En plus, les avis négatifs des clients mal conseillés pulullent sur le Net. Et enfin, l’image de Google auprès des français en matière de collecte des données s’est dégradée alors que MS a fait de gros efforts pour écouter ses clients, surtout à l’époque bénie de Windows 7.
    Mais Google est aussi responsable de ses choix limitants. Il suffirait qu’ils arrêtent de pousser exclusivement le Google Print en ajoutant le serveur d’impression Linux et des pilotes génériques pour qu’on puisse imprimer depuis le Chromebook nativement pour que ça passe mieux auprès des utilisateurs.
    Pour faire cela, j’ai dû installer Crouton et Ubuntu/Unity (mais je ne le regrette pas!) puis les paquets Cups et recopiant bêtement des lignes de codes laissés par des Linuxiens sympathiques et partageurs, et hop, j’ai mon ChromeOS pour surfer en mode Chromebook natif et un Ubuntu Linux complet en 10 secondes chrono si j’ai besoin de plus de productivité loin d’une borne wifi.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *