Kobo arrete les tablettes, il y a plus de valeur dans les liseuses

Kobo s’est d’abord illustré avec des liseuses numériques, bien avant de lancer sa propre marque de tablettes. Le fabricant décide aujourd’hui de revenir à ses premières amours, abandonnant le marché Android pour se concentrer sur les liseuses et les applications dédiées à la lecture.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Kobo est un parfait exemple des circonvolutions actuelles d’un marché en plein doute. Alors que la marque proposait déjà des liseuses depuis plusieurs années, l’arrivée des Kindle et la force de frappe d’Amazon a commencé à peser sur ses ventes et son chiffre d’affaires. D’un autre côté, le secteur semblait largement loucher vers le marché tablettes. Kobo s’est donc engouffré dans cette voie avec plusieurs modèles différents. Aujourd’hui, le PDG de la marque annonce son retrait du marché tablettes.

Kobo c’est surtout Kobo by Fnac en France, les liseuses distribuées par l’enseigne nationales sont connues grâce à elle. Le tablettes le sont moins, et pour cause, elles n’ont pas retenu la même attention de la part des vendeurs hexagonaux C’est cependant un autre pan de la stratégie de la marque. C’était plutôt puisque Michael Tamblyn, son PDG vient d’annoncer son retrait du marché tablettes.

Il faut dire que celui-ci est non seulement très encombré, mais qu’en plus les marges sont de plus en plus restreintes. Les tablettes, tout le monde en fait désormais et pour exister sur ce marché, il faut dépenser des fortunes en marketing afin d’avoir tout juste sa chance de vendre des tablettes au prix le plus bas possible. Un marché difficile car, par essence, l’ensemble des tablettes en concurrence repose sur le même système, à peine altéré par des sur-couches ou des ajouts logiciels.

En face, au contraire, le marché s’éclaircit du côté des liseuses. Il reste certes toujours les Kindle d’Amazon, mais leur arrivée a justement éclairci les rangs de la concurrence. Sony a, par exemple, déclaré forfait en début d’année, laissant de côté ce marché. Sony faisant même appel à Kobo pour gérer ses comptes clients aux US et au Canada. Barnes & Noble a également choisi de se retirer de la course aux tablettes en arrêtant de produire ses propres Nook. La marque a ainsi sorti un nouveau modèle qui n’est autre qu’une Samsung Galaxy Tab 4 rebadgée.

2014-10-13 10_26_31-Kobo’s waterproof e-reader is a big-screen beauty _ Cult of Mac

Avec une gamme de plus en plus large de produits, Kobo est désormais en mesure de concurrencer Amazon et ses Kindle sur bien des points. Les variantes de ses tablettes reprennent pour beaucoup les gammes de la marque tout en proposant des choses en plus. Avec des liseuses standard, des modèles à rétroéclairage et depuis peu avec des engins résistant à l’eau, Kobo a une panoplie vraiment originale de produits sur ce marché.

La marque est en outre présente sur beaucoup de tablettes concurrentes au travers de ses applications Kobo, nul besoin de construire des tablettes difficiles à vendre pour proposer des livres numériques sur Android, il suffit de signer des accords avec les constructeurs existant. La marque peut même se servir de l’exemple d’Amazon pour proposer une solution permettant de transformer une tablette en liseuse performante à des concurrents du distributeur. En se retirant elle même de cette course à la tablette, Kobo n’est plus un concurrent d’Acer, HP, Samsung, Lenovo ou autres, mais devient un allié. En mode les ennemis de mes ennemis sont mes amis.

Ce repli sur le marché tablette est neuf et la marque pas forcément très répandue chez nous, mais j’ai bien l’impression que cela ne sera pas le seul. Plutôt le début d’un mouvement plus large sur ce marché. Les marges  sur les tablettes n’ont jamais été aussi basses et le marché aussi concurrentiel. Certains devront se retirer tout  simplement parce qu’ils ne pourront pas continuer très longtemps de vendre des tablettes qui leur font perdre autant d’argent.

11 commentaires sur ce sujet.
  • 13 octobre 2014 - 11 h 23 min

    j’ai l’impression que les marges sur les liseuses sont bien épaisses … d’ou l’arrêt des tablettes ?

    Répondre
  • HP
    13 octobre 2014 - 11 h 35 min

    Je peux me tromper, mais j’ai l’impression que le marché des tablettes va se retourner prochainement.

    – On doit être proche de la saturation en Occident.
    – Il n’y a quasiment plus aucune innovation dans cette gamme de produit, en conséquence une tablette de 2-3 ans fait toujours parfaitement l’affaire pour un usage quotidien.
    – Les prix (et les marges) se sont écroulés (cause et conséquence du point précédent), le produit est devenu une “commodity”.
    – Pas besoin d’avoir le dernier modèle pour briller en société, puisque c’est un appareil qui s’utilise principalement chez soi, à la différence d’un smartphone.
    – A mon avis c’est un outil dont les usages sont en fait limités à du surf léger, l’écoute de radios en ligne dans la cuisine, les jeux pour les enfants… difficile donc de justifier un investissement important sur un produit comme ça.

    Répondre
  • HP
    13 octobre 2014 - 11 h 36 min

    Et surtout :
    – Le succès des phablettes cannibalise le marché des tablettes (surtout de petites tailles)

    Répondre
  • 13 octobre 2014 - 11 h 50 min

    @toto: Bien épaisses, je ne sais pas, elles existent en tout cas et en plus, après, tu peux vendre des livres :)

    @HP: Je sais pas si on est encore proche de la saturation mais beaucoup ont acheté des tablettes de 1ere génération totalement pourries. Ils sont ensuite passés à l’iPad ou à un bon smartphone et arrêtent les frais. Plus confiance.

    -C’est vrai que la tablette n’a pas ce côté m’a tu vu… au contraire on cherche plutôt un produit familial.

    -C’est pourtant le pari qui est fait par de nombreuses marques, la performance a tout crin. Je n’ai pas de chiffres précis par modèles mais j’aimerais bien en récuperer. Je pense que les modèles qui se vendent le mieux n’ont pas forcément la perf en atout majeur effectivement.

    @HP: Il faut attendre encore un peu mais je pense que l’effet iPhone 6 va et ses conséquences dans la concurrence va être ravageur pour le marché des tablettes 7 pouces…

    Répondre
  • 13 octobre 2014 - 11 h 56 min

    Assez d’accord avec HP… le marché des tablettes stagne sensiblement… Et c’est normal!

    Et un événement semble le confirmer: la manière dont Apple annonce ses nouvelles tablettes de manière assez banale, comme une simple mise à jour, un peu comme pour les annonces Mac.

    Tandis que l’iphone conserve le format “grande messe”

    Répondre
  • 13 octobre 2014 - 13 h 10 min

    Que Kobo se recentre sur les liseuses, c’est une bonne nouvelle pour les lecteurs. Moi, ça me réjouit.

    D’autant qu’ayant lu le titre un peu trop vite, j’ai dans un premier temps cru, que, comme d’autres, ils laissaient tomber les liseuses. Et l’idée de n’avoir d’autre choix qu’Amazon, moi, ça me flingue la journée.

    Répondre
  • 13 octobre 2014 - 13 h 33 min

    @Vincent: C’est vrai, produit plus commun… Mêmesi encore fortemment rémunérateur pour Apple.

    @Phil: Bon, ben une fausse déception débouche sur une vraie joie, cela me fait plaisir d’avoir égayé ta journée !

    Répondre
  • 13 octobre 2014 - 14 h 00 min

    […] Kobo s’est d’abord illustré avec des liseuses numériques, bien avant de lancer sa propre marque de tablettes. Le fabricant décide aujourd’hui de revenir à ses premières amours, abandonnant le marché Android pour se concentrer sur les liseuses et les applications dédiées à la lecture.  […]

  • 13 octobre 2014 - 22 h 27 min

    @Pierre Lecourt: possesseur d’un ipad mini retina depuis maintenant 10 mois, je n’éprouve pas le besoin de m’acheter une autre tablette. Anciennement sous Nexus 7″ (version 2012), le seul détail qui me ferait changer l’ipad serait sa capacité (16 Go, j’aurais su que l’OS prenait autant de place, j’aurais pris un modèle 32 go!). Par contre, la “confiance” envers Apple s’est quelque peu égrenée avec la dernière mise à jour qui a planté des millions d’ios-users devant leurs idevices avec un “oh la mouise, la mise à jour s’est pas terminée correctement…” : pas cool Apple, côté sérieux c’est un coup dur. Alors quand on n’a pas 2000 références de marques & modèles différents comme chez Android, on fait un minimum d’effort pour sortir une mise à jour de l’OS stable et qui ne laisse pas le “pigeon” Apple avec un beau presse-papier ! Ce problème, s’il devient récurrent, risque d’en faire tiquer plus d’un à se demander s’il ne serait pas temps de revenir chez Google…

    Répondre
  • 14 octobre 2014 - 0 h 48 min

    J’ai toujours ma touchpad et je ne compte pas en changer pour l’instant. La plupart des gens achètent une tablette familiale en effet et le couple 4coeurs + un giga de RAM ne va pas s’essouffler tout de suite étant donné l’usage qu’ils en font.

    Par conséquent, c’est une sage décision de la part de Kobo. Ils doivent avoir assez de boulot face a kindle illimitée.

    Pour avoir un kindle, je dois dire que j’adorerais une tablette offrant le même confort de lecture qu’une liseuse. Mais je ne suis pas sûr que ça arrive un jour. Le coup serait certainement trop élevé et la demande pas assez forte.

    A la limite, ce sera plus la liseuse qui proposera une bonne expérience de navigation mais pas pour tout de suite.

    Répondre
  • 14 octobre 2014 - 9 h 14 min

    “Assez d’accord avec HP… le marché des tablettes stagne sensiblement… Et c’est normal!”

    une fois que tout le monde est équipé .. le marché stagne, c’est normal …

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *