JDI présente un écran 5.4 pouces en 2560 x 1440 pixels

JDI présente des écrans 5.4 et 6.2 pouces en 2560 x 1440 pixels

Après les écrans 7 et 12 pouces de très haute densité, Japan Display Inc (JDI) annonce des plus petites diagonales de 5.4 et 6.2 pouces à destination des smartphones et phablets affichant un très joli 2560 x 1440. Des mini dalles LCD d’une finesse extrême qui permettra encore une fois de se rapprocher d’un rendu photographique de très grande qualité.

Résumé : Toujours plus haut en densité, la course au nombre de pixels par pouce est plus que lancée désormais et JDI compte bien prendre une longueur d’avance avec les écrans présentés ces derniers jours. Ces dalles de 5.4 et 6.2 pouces affichent respectivement 543 et 473 points par pouce. Une très haute définition, des angles larges et une consommation inférieure aux écrans traditionnels en IPS.

JDI

Bien que beaucoup de monde se demande à quoi peut bien servir une telle démesure de pixels par pouce, l’affichage proposé par ce type de dalle est plus proche que jamais d’un rendu photographique. L’argumentaire habituel des gens qui se plaignent de cette course aux pixels est toujours le même : A partir d’une certaine résolution, l’oeil humain ne voit plus la différence. C’est vrai qu’a 80 centimètres d’un écran en 640 x 480 on ne distingue pas forcément bien les pixels et pour cette dalle JDI à 543 pixels par pouce on devra se coller le nez à l’écran pour les apercevoir. Mais encore une fois, c’est le but ! La course aux pixels n’est pas d’en afficher plus mais bien de ne plus les voir et empocher une dalle de 6.2 pouces en 2560 x 1440 pixels doit offrir un confort d’affichage, une qualité d’image, incroyables.

A la sortie des écrans 4K j’étais moi même très dubitatif, jusqu’à ce que je tombe sur les prototypes Sony au CES en début d’année et j’avoue être tombé à la renverse face à l’image proposée. Même chose pour les dernières dalles haute définition de tablettes : On n’est pas censé voir de différences, pas plus que certains procédés d’imprimerie ne sont censé laisser passer des défauts de grain ou de densité d’impression, dans la pratique le résultat se sent nettement, surtout sur un appareil que l’on tient au bout du bras. Achèterais-je pour autant un écran 4K cette année ? Non, pas assez de contenus, des prix trop élevés, je ne vois pas l’intérêt. Pour autant je ne vais pas aller râler sur les sites Home cinéma pour leur dire que le nombre de pixels de leur télé ne sert à rien. Surtout si ces télés remplacent l’ancien haut de gamme qui devient plus accessible.

jdi-logo

Personne n’est forcé d’acheter ce type de périphérique et on comprend mal pourquoi certains viennent se plaindre de la course aux pixels lancée par différents acteurs du marché. Si JDI se positionne sur ce type de produit, ce ne sont pas les seuls fabricants de dalle au monde et le fait de les voir démocratiser les dalles de ce type devrait amener un écrasement des prix pour les dalles de définitions inférieures ce qui est une bonne nouvelle pour les acheteurs.

Avec des angles d’au minimum 160°, une consommation très basse et une épaisseur de 1.12 mm, ces écrans 2560 x 1440 pourront s’intégrer à de futurs smartphones et phablets et proposer un affichage très complet : d’une vidéo en très haute définition à la possibilité de lire des photos issues d’un appareil photo numérique récent sans avoir à les modifier jusqu’à une interface complète de système.

Reste une question, quelle puce pour alimenter un tel monstre d’affichage ? Les puces actuelles en ARM Cortex-A15 devraient pouvoir s’en charger mais quelles conséquences sur leur  fonctionnement ? L’autonomie ne pâtirait t-elle pas trop d’un affichage de ce type ? Alors que le débat du pour ou contre l’augmentation de la densité de pixels par pouce ne me semble pas des plus utiles, celui de l’incidence sur le reste de l’équipement de ce type de périphérique est plus problématique. Entre un écran fullHD avec 24 heures d ‘autonomie ou un écran 2560 x 1440 avec moitié moins, je préfère clairement rester sur le FullHD. Mais, à terme, l’arrivée de ce nouveau type d’affichage JDI me permettra non seulement de payer mon FullHD moins cher mais également de faire progresser la chaîne de composants nécessaires à l’implantation de ce type de dalles dans des solutions autonomes : processeur, batterie, composants de gestion d’énergie.

Source : JDI

4 commentaires sur ce sujet.
  • 28 octobre 2013 - 14 h 07 min

    Merci pour cet article qui répond de façon assez pertinente à la question :pourquoi cette course aux pixel? Ds l’immédiat, cela permettra de démocratiser le fhd sur le milieu de gamme et c’est tjs ça de pris ;-)

    Répondre
  • 28 octobre 2013 - 14 h 12 min

    Bien que n’ayant pas eu l’occasion de voir des écrans 4K, je confirme l’impression de netteté ressentie en passant d’un écran en 800×480 vers un 720p et un 1080p alors que la surface d’affichage a augmentée entre chaque écran. Avant on se dit que ça ne changera pas grand chose, que les pixels ont les voit à peine de toute façon etc. mais une fois en main le confort visuel est indéniable.

    Par contre, j’ai toujours du mal à voir le lien entre l’augmentation de la consommation et l’augmentation de la résolution d’affichage. Le SoC doit tourner un peu plus vite soit mais le différentiel entre deux fréquences de fonctionnement n’est pas si important que ça et ça n’est pas ce qui consomme le plus quand l’écran est allumé (a fortiori s’il est grand). D’autant que JDI annonce une réduction de la consommation de ses écrans par rapport à de l’IPS (à vérifier dans les faits).

    Répondre
  • 28 octobre 2013 - 14 h 27 min

    @yoyo: Disons que beaucoup d’applications ne permettent pas d’ajuster la définition et lancer un jeu 3D en 2560 x 1440 au lieu de 1280 x 800 n’a pas les mêmes conséquences d’un point de vue CPU chez ARM. Chez Intel c’est carrément le jour et la nuit des puces sont très efficaces en 1280 x 800 mais totalement à la rue en FullHD alors j’imagine ici.
    Autre point cette diminution de 60% ne doit pas être tout à fait honnête. Dans le sens ou je suppose que JDI a du comparer avec des écrans milieu de gamme et pas avec ses concurrents directs sur le segment haut de gamme.

    Répondre
  • 30 octobre 2013 - 3 h 35 min

    Cette course aux pixels n’a tout simplement aucun intérêt, encore moins que la course aux Gigaherz pour quelqu’un qui ne ferait que de l’Internet… Si vous avez l’impression qu’un écran 4K est meilleur qu’un Full HD, c’est parce qu’on vous met un 4K de très bonne facture à côté d’un Full HD de basse qualité, et parce que sur le 4K on vous passe des images spécialement conçues pour la mise en valeur de cet appareil. C’est juste un argument de vente, un piège à nigauds… Ceux qui râlent ont raison de râler parce qu’au lieu de nous proposer de véritables innovations et/ou de baisser les prix, on nous enfume avec ces fausses innovations inutiles dont le seul intérêt sera de permettre aux vendeurs de maintenir des prix élevés sur les nouvelles générations d’appareils.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *