iSupply fait preuve de réalisme et annonce la fin des netbooks pour 2015

Je vais prendre un risque inouï mais tant pis, j’annonce que la production de soupe de Dodo devrait avoisiner les 0 tonnes pour cette année. Sans vouloir être méchant cette analyse d’iSupply renifle fort le défonçage de portes ouvertes. Estimer à 2015 la fin des netbooks c’est comme annoncer être à peu près sûr que la terre n’est pas plate.

A moins d’un renversement de tendance profond, le concept même du netbook est déjà mort et enterré. Non pas à cause d’une demande trop faible mais parce que l’offre est totalement délaissée par les constructeurs. Une histoire étonnante quand on sait qu’en 2012 déjà les netbooks étaient annoncés comme en état de mort cérébrale depuis plusieurs années et qu’il s’en est encore vendu plus de 14 millions d’unités.

HS iSuppli annonce 3,97 millions d’unités livrées en 2013 soit une chute de 72% par rapport à 2012. Puis 264.000 machines en 2014 avant de totalement disparaître dés 2015.

netbookvolution

Pas de réflexion autour du concept, pas de prise de risque, des limitations logicielles importante et une gamme de prix totalement étouffée d’un côté par des tablettes et de l’autre par des portables de moins en moins chers. Il aurait fallu retourner aux bases et proposer compacité, autonomie et efficacité pour voir les netbooks reprendre des couleurs. A ne vendre que du 11.6″ ou des dalles 10″ qui affichent moins de données que les tablettes entrée de gamme, le concept est effectivement déjà à l’état de zombie.

Reste un espoir, assez maigre, celui de voir renaître le concept du Smartbook : Un netbook sous Android ou Linux, équipé d’un processeur ARM Un concept qui pourrait d’ailleurs pousser Intel et AMD a repenser leur stratégie pour ces machines de petites diagonales avant tout. Si les smartbooks décollent, peut être verrons nous apparaître les nouvelles puces des 2 frères ennemis à nouveau dans des minimachines 7, 9 ou 10″ ?

Avec l’Intel Bay Trail par exemple, au vu de l’écroulement des tarifs apporté par les tablettes, il y a moyen de livrer des machines d’exception qui feraient rêver de nombreux utilisateurs dès aujourd’hui : Un format 9 ou 10″ en IPS 1280 x 800 avec 4 Go de mémoire vive et un stockage hybride piloté par un Intel Atom Bay Trail annonçant une autonomie de 8 bonnes heures dans un format typique des netbooks d’origine trouverait grâce aux yeux de centaines de milliers d’utilisateurs.

25 commentaires sur ce sujet.
  • 16 avril 2013 - 15 h 53 min

    Je suis entièrement d’accord avec la conclusion. Des processeurs core basse conso actuels sont au niveau des premiers atom. Ne parlons même pas du celeron d’origine du 701 sous cadencé à 900MHz pour que l’équation thermique tienne dans ce format 7″.

    Un bon couple processeur basse conso/écran, de la mémoire non soudée et un SSD mSata accessible.

    Je ne suis pas client tablette… et en attendant, mon 901 marche toujours, il a été upgradé côté mémoire/wifi et une SDHC rapide le complète faute de pouvoir encore trouver des SSD plus gros à son format proprio (on était bien avant la normalisation du mSata) et la batterie d’origine tiens encore 5h00.

    S’il a un remplacant convaincant, aucun problème pour le changer avec un tarif semblable à l’original. Merci par contre d’éviter le brillant. Avec les années, on ne peut pas dire que cela porte fièrement la marque Asus!

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 16 h 58 min

    j’ecris en ce moment depuis un eee pc 901 et il marche très bien!

    je comprends que débourser 220 € seulement pour un portable qui reste totalement fonctionnel 5 ans après puisse être le cauchemar par excellence pour tout chef de produit micro ou actionnaire.

    Ben oui, si j’avais été un pigeon et acheté une tablette, quelque soit le modèle d’ailleurs, j’aurais été frustré au bout de 6 mois à peine et acheté le modèle suivant etc…

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 18 h 10 min

    @Angry Bird: Moi je ne tiendrais pas cette conclusion rapide…
    Tu verras lorsque les tablettes sous ARM octo-cores sortiront, les suivants à mourir (après les netbooks) seront les ordinateurs portables.

    iSupply est en retard dans son pronostic. Chez moi dans les grands magasins, il n’y a quasiment plus de netbooks (voire plus du tout). Ils ont été remplacés par des tablettes avec des rayonnages 2 fois plus grands ! Même les all-in-one et les portables ont vu leur rayonnage se restreindre.

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 18 h 20 min

    Je pense que l’avenir très proche appartiendra aux tablettes 9 pouces FHD (7 pouces c’est malheureusement trop petit !) et 14 pouces FHD.
    Ils mettront fin à l’architecture x86 sous sa forme PC portable et ultraportable (sachant que le netbook vient de mourir).

    Les All-in-One sous ARM octo-core seront la race d’ordinateurs qui donneront le coup de grace à l’architecture PC x86 sous ses dernières formes (All-in-one, et PC de bureau déjà en voie d’extinction).

    L’avantage de ces All-in-One sous ARM sera leur finesse et l’absence de ventilation, tout en alliant esthétique et puissance ! Du caviar en perspective donc, que j’attends déjà avec impatience. Tout dépendra du prix ; tout dépendra des magasins qui joueront ou non sur du prix ‘marketing’…

    Si vous ne me croyez pas, observez du côté de chez Apple, leur dernier iMac s’est sacrément aminci mais donne l’impression d’un produit non fini… Logique ! Apple garde certainement le meilleur pour sortir sa nouvelle arme de guerre, un nouvel iMac ultra fin, ultra design sous ARM. N’oubliez pas que le portage de MacOS pour ARM est déjà fait en principe…

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 18 h 24 min

    Si seulement asus ou samsung avaient l’idée de suivre le Vaio Q en moins…

    Franchement ce netbook vendait du rêve, c’est con qu’ils l’aient vendus si cher. Encore aujourd’hui j’aimerais bien en chopper un, mais il est introuvable à un prix raisonnable.

    C’était vraiment trop cher (1000 euros) mais le concept était excellent.

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 18 h 27 min

    Microsoft, entre autre, a eu la peau du concept de netbook.
    Pour une raison très simple, le netbook est trop peu cher pour payer la licence que réclame cette compagnie.
    Souvenons-nous du eeePc, que j’ai acheté d’ailleurs grâce à ce site.
    Asus l’avait monté avec une version de linux tout en fournissant très hypocritement les drivers pour windows XP.
    Le problème était déjà, à la base windows. Le netbook réclamait xp et ne passait pas à Vista.
    Ensuite microsoft l’a étranglé avec Windows 7 starter et les limites que cette version imposait.
    Merci à la compagnie…
    Je ne veux pas croire qu’il n’y a pas une demande pour des ordinateurs réellement portables (je pense par exemple au vaio p)ayant une autonomie suffisante pour tenir disons une bonne journée de travail sur batterie, un clavier de bonne facture permettant de taper du texte “en continu” dans de bonnes conditions et à un prix sérré (disons trois cents euros).
    Le deuxième problème est que trop de netbook ont été vendu à des gens ne comprenant la finalité de cet appareil qui en fait est destiné à être un deuxième appareil.
    Ensuite la baisse du prix du portable a joué son rôle.
    Mais quand je vais à la bibliothèque de la Part-Dieu à Lyon, regardant les jeunes qui y travaillent sur leur ordinateur, j’ai vu beaucoup de netbook.

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 18 h 29 min

    J’ai oublié de dire que je n’en ai pas encore vu un travailler sur une tablette…

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 18 h 39 min

    @enfoiros
    Tu veux sûrement parler du Vaio P et non du Vaio Q qui n’a existé (à moins que je me trompe) que sous la forme de poisson d’avril.
    J’en ai un, acheté d’occasion, et je te confirme qu’il s’agit effectivement d’une petite merveille. Et encore , j’ai un modèle avec un HDD.
    On en voit passer d’occasion sur le bon coin ou très rarement sur e-bay.

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 18 h 50 min

    N’empêche, pour saisir du texte en cherchant l’inspiration à la terrasse d’un café (si si, ça marche:-) ), un ptit netbook 8, 9”, c’est irremplacable.

    Mon vieux aspire one me manque tant. …

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 19 h 08 min

    Euh SOny Vaio P pas Q. Tout mes confuses

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 20 h 09 min

    Les Chromebook sont déjà dans la place donc le revival du concept est pour bientôt

    A moins que je ne raconte n’importe quoi car c’est quoi un asus transformer ou un envy x2 ? Bon le netbook s’est déjà transformé et certains analystes ne se sont pas rendus compte !

    Sinon si par netbook ils entendent un petit portable avec un atom qui n’avance pas oui ça c’est mort !

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 20 h 20 min

    Bon, on a deja des desktops Android, on va juste rajouter des netbooks Android. Faut juste qu’un constructeur sérieux se décide, et AZERTYse ca.

    Répondre
  • 16 avril 2013 - 23 h 38 min

    @Sopilou.
    Je ne sais pas si c’est de la provoc’ ou de l’ignorance.

    A performances équivalentes, dans la gamme de processeurs pouvant convenir à un “ordinateur” (portable, fixe…), il n’y a pas de différence fondamentale qui ferait qu’un ARM consommerait beaucoup moins qu’un x86.

    Les x86 ‘modernes’ écrabouillent tous les ARMs, et tout n’est pas dans le coeur CPU, par exemple les ARMs ont été historiquement pénalisés par une bande passante très limitée vers la RAM. A mesure que les programmes et les données deviennent plus gros, le reste du processeur doit être dimensionné en rapport, et la consommation augmente.

    La complexité du jeu d’instruction des x86 ne change pas fondamentalement la donne et ne représente pas proportionnellement une surface énorme sur les puces (à part pour les processeurs bas de gamme, sans unité flottante, sans MMU…)

    La complexité aujourd’hui (et ce qui consomme des watts) est dans le coeur d’exécution spéculatif et out-of-order, la FPU SIMD superlarge, l’architecture mémoire, le processeur 3D… plein d’aspects où les mêmes problèmes se posent aux x86 et aux ARMs.

    Désolé, mais il n’y a pas de miracle à attendre, juste une évolution des finesses de gravure et dans ce jeu, non seulement Intel est en avance sur tout le monde (perso, je ne suis pas un fan, j’ai plutôt des AMD…) mais ses ingénieurs sont largement aussi bons que ceux d’Apple.

    Evidemment il faut souhaiter que la concurrence se maintienne entre Intel, AMD et tous les ARMs, mais demain, on ne rasera pas gratis pour autant.

    Répondre
  • 17 avril 2013 - 7 h 32 min

    Le netbook s’est arrêté avec le dernier netbook 9 pouces.
    Mais le concept peut – doit ? – renaître : je signe tout de suite pour un successeur au toshiba ac100, en 9 pouces et avec une meilleure résolution.
    Un outil de saisie compatible avec la frappe rapide et prolongée, donc un clavier physique ET une taille adaptée à un usage nomade, donc 9 pouces. Et bien entendu, du SSD et pas de ventilateur.
    Il y a un trou sur le marché, et les acteurs qui croient tout comprendre mais enchaînent les bides feraient mieux de lire MiniMachines…

    Répondre
  • 17 avril 2013 - 7 h 53 min

    @Sopilou:

    Tout à fait d’accord avec TREZA. J’ajouterais qu’Intel a un avantage qu’aucun acteur ARM ne possède encore à ce jour: Les études et la fabrication intégrées, de plus en plus intimement liés pour faire évoluer les technos silicium.

    Si tous les autres font fondre par des tierces parties, c’est car ils ne sont pas assez gros pour rentabiliser les investissement colossaux pour ce type de fab. Intel, avec désormais l’essentiel du marché PC/station/serveur seul le peut encore.

    ARM, c’est depuis le départ des processeurs simples et la société qui les concoit est totalement fabless: Ils vendent des coeurs synthétisables à intégrer par les clients dans leur silicium.

    Le OOO est récent, le 64 bits n’est pas encore là et va rendre d’autant plus problématique le pb de la BP avec la RAM (surtout que les tailles de cache prévues restent assez dérisoires) tout en accroissant la taille nécessaire (un même programme compilé 64 bits est plus gros qu’un 32bits)… et la conso globale plateforme.

    Une fois rendu à égalité, cela a peu de chances d’être encore intéressant niveau ratio perf/conso tout en nécessitant un effort de portage logiciel (les cast de pointeur cochon, quand on passe au 64b, on se les prends tous dans la tronche un à un à l’execution) conséquent sur ARM mais réalisé depuis des années sur x86.

    Cette architecture n’est tout simplement pas adaptée pour le changement d’échelle auquel elle veut prétendre.

    Le powerPC, s’il avait été aussi développé que le x86 ces dernières années, avait par contre tous les gênes (et en premier lieu un jeu d’instruction bien plus élégant) pour s’imposer face au x86. Pas ARM.

    Répondre
  • uko
    17 avril 2013 - 8 h 28 min

    C’est surtout la fin du terme “Netbook” plus que du concept. Les machines de faible diagonale à bas prix continuent et continueront d’être proposées.
    Elles profiteront de l’occasion pour s’affranchir des limitations historiques des netbooks, qui par manque d’évolutions sur 5 ans ont fini par ne plus se renouveler.

    Ce seront donc des “ultrabooks” low cost, ou des combos tablettes W8 équipés d’un clavier. De nouveaux ingrédients et un nouveau nom, pour un même concept de machine compacte, légère et abordable.
    Le jeu de la concurrence et l’obsolescence nous permet déjà de voir des ultraportables/ultrabooks à des prix raisonnables. Il y a un créneau aux sous les 300€, et ce ne sont pas les tablettes qui le rempliront.

    @Sopilou:
    En attendant, les OS des tablettes ARM ne sont pas autonomes. Ils ont besoin de se connecter à un ordinateur pour se charger en contenus, proposent une productivité très limitée et souffrent d’un manque cruel de périphériques externes.
    Les tablettes font d’excellentes machines d’appoint, mais il faut être aveugle pour penser qu’elles puissent remplacer un PC. Ce n’est pas une question de puissance, puisqu’un netbook de 2007 peut faire tout ce qui manque aux tablettes, mais une question d’usage et de confort.

    Répondre
  • 17 avril 2013 - 9 h 06 min

    @uko: Ben, en OS de tablettes ARM, y’a:
    – iOS
    – Android
    – Win8
    – Linux( ou presque)
    Lequel de ces OS a besoin d’etre on-line pour faire autre chose que du on-line ?

    Et quel manque cruel de périphériques ? Clavier, souris, manette, clé USB Flash, Clé USB 3G, disque dur externe… Y’a un faible sur les imprimantes, et encore… Il manque quoi ?

    Perso, j’allume mon Netbook quand j’ai besoin d’Office, de son TB de stockage, ou d’un serveur de secours. C’est a peu près tout.

    Répondre
  • 17 avril 2013 - 9 h 07 min

    RT, pas 8, le Win

    Répondre
  • 17 avril 2013 - 9 h 57 min

    @Enfoiros: Je l’ai eu ce ‘micro’ ordinateur.

    Au début, tu as la méga classe, tu fais le geek parfait.
    Mais à la longue, au bout d’une heure d’utilisation, tu es obligé de le brancher sur un moniteur externe, car son écran 7 pouces est trop petit pour travailler. Les yeux fatiguent très très vite sur un petit écran comme celui la. (en plus la sortie était une VGA, pas une HDMI malheureusement donc l’image en externe n’était pas terrible). Et le clavier était trop petit.

    C’est pour cela que je dis que l’avenir des tablettes est plutôt vers des grands écrans comme du 13.3 ou du 14 pouces (9 pouces pour la plus petite taille ; pour les plus petites tailles, les smartphones ou les phablettes s’en chargeront).

    C’est pour cela aussi que je prédis également un bel avenir aux All-In-One en 24 pouces minimum FHD en processeur ARM octuple coeurs ! ;)

    Mon SONY Vaio P11Z a aisément été remplacé aujourd’hui par les Samsung Galaxy Note ou Tab 7 pouces (avec l’avantage du clavier sans fil, et d’un écran Super AMOLED mille fois mieux que celui du SONY Vaio P ! ;) ).
    Je n’ai aucun regret pour le Vaio P ; c’est une page de l’histoire qui s’est tourné, voilà, et l’avenir semble mille fois plus radieux avec les grandes tablettes et les futures all-in-one. ;) (en espérant que les systèmes d’exploitation suivent… Microsoft semble l’avoir compris avec RT).

    Répondre
  • 17 avril 2013 - 10 h 03 min

    @obarthelemy: Exact ! Le gros défaut des tablettes reste leur manque d’exploitation.

    Les systèmes d’exploitation actuels ne sont pas assez développés : faible reconnaissance de périphériques, applications qui manquent, etc…

    Seuls Linux ou Windows RT se rapprocheraient des vrais systèmes d’exploitation x86, mais ce n’est pas encore le cas, et c’est ce qu’il manque, et c’est le problème devra être pallié très rapidement.

    Répondre
  • uko
    17 avril 2013 - 11 h 46 min

    @obarthelemy:
    Pour faire autre chose que de la consultation de contenu web, aucun (sauf peut-être iOS qui ne lit pas le flash ;))

    Pour l’utilisation de périphériques externes, c’est une autre paire de manches. Sous iOS, seuls quelques périphériques BT sont compatibles, et encore rarement bien exploités/gérés par les apps. Sous Android, le constat est légèrement meilleur: Il est possible d’exploiter l’USB, et la gamme de périphériques exploitables est supérieure. Mais on est loin des capacités d’un PC !

    Quelques exemples concrets:
    – Ma souris sans fil ne fonctionne pas sous android, et impossible à brancher sous IOS.
    – Mon imprimante réseau est inexistante pour mes tablettes, android comme IOS
    – Brancher un DD ou une clé USB pour accéder à mes données ? Impossible sous IOS, compliqué sous Android (parfois ça marche, d’autres non, et les manipulations de fichiers sont pour le moins pénibles quand le transfert ne plante pas).
    – Exploiter la carte son externe de mon home cinéma ? Haha.
    – Brancher mon tel pour récupérer ses données ? ça n’a jamais fonctionné chez moi, même avec un tel ET une tablette sous Android.
    – Brancher sa livebox en ethernet pour la configurer ? Ah non, pas d’ethernet.
    – La clé USB 3G ? Sur IOS, impossible. Sous Android, la mienne n’a jamais fonctionné mais à la limite, le partage wifi du smartphone est plus pratique.

    Et pour parler des usages, j’allume sur PC quand:
    – Je veux répondre à un message, parceque quand même un clavier c’est drôlement pratique.
    – Je veux travailler: La suite office, mais aussi le alt+tab, le copier/coller entre différents supports, la sauvegarde et l’édition d’images, la manipulation de fichiers…
    – Je veux charger une tablette ou mon smartphone en contenu, ou même simplement recharger sa batterie.
    – Je veux jouer à de “vrais” jeux, qu’il s’agisse de MMO, de RTS ou FPS mainstream, les tablettes ne proposent que des jeux “snack”. Et même pour les meilleurs, l’ergonomie est largement inférieure à celle du clavier-souris.
    – Je veux télécharger des fichiers, en torrent ou en direct download. J’ai beaucoup d’amis qui mettent leurs vidéos de vacances en ligne.
    – Je veux communiquer pat tchat écrit, sur MSN ou Facebook. Sur mes tablettes ça existe, mais c’est tellement moins pratique.

    Bref, quand j’utilise une tablette, je connais ses limites. Si je veux faire de la consultation ou utiliser des applications simplistes, mes tablettes font parfaitement l’affaire. Dès que je veux effectuer des actions plus complexes, je me retrouve limité par des incompatibilités (même au niveau web), un manque d’ergonomie, de confort, de souplesse de l’OS… bref, je ne compte plus le nombre de fois où j’ai commencé une activité théoriquement possible sur tablette pour la finir sur PC, agacé.

    @Sopilou:
    Le problème existe depuis plus de 4 ans maintenant. Il sera pallié bien plus vite par Intel et Microsoft qui vont proposer des solutions viables sur le segment de l’ultraportabilité low-cost à des tarifs abordables.

    Répondre
  • 17 avril 2013 - 14 h 46 min

    @uko: A mon avis, tu rates des choses:

    – toutes mes souris (4) marchent sur tous mes machins Android ou j’en ai eu besoin. Ca fait au moins 8 permutations.
    – pour les imprimantes, il faut installer le soft de leur fabricant. J’avoue que j’ai jamais essayé pour la mienne, qui est au fond d’un placard et sort une fois tous les 3 mois.
    – pour le stockage USB, il faut que les HD soient alimentés, hein.
    – ton home cinéma n’a pas d’entrée HDMI ou dlna ou miracast ?
    – je ne suis pas sur ce que tu entends par “brancher ton tel”… par USB ? Dans “Parametres” > USB > “Stockage de masse USB”
    – pour Ethernet, y’a des dongles USB… ceci dit perso je suis chez Free, et je peux tout aussi bien configurer via wifi ?
    – clé 3G, y’en a qui marchent, d’autres non (comme les dongles Ethernet, les webcams…)

    Effectivement, Apple est un mauvais élève, leur USB et leur Bluetooth sont énormément limité. Une raison de plus de prendre Android :-p

    Completement d’accord avec tes utilisations… J’ai ri quand je me suis rendu compte que mon Netbook tournait depuis 3 jours parceque j’ai la flemme de brancher trois chargeurs USB, du coup c’est lui qui charge mes divers bousins :-p

    Ceci dit, perso je me suis mis a l’ecriture (j’ai des Samsung Note) et a la reconnaissance vocale… Les deux sont plus sympas que le clavier Android, apres une phase d’adaptation.

    Pour finir, je trouve qu’en pratique Linux a moins de softs, car ils sont plus chiants a installer, et ont plus de problemes. Mon vision de la chose, c’est qu’Android est le Linux qui a reussi, parce que ca “just works”. C’est presque “magique” :-p

    Répondre
  • uko
    17 avril 2013 - 15 h 33 min

    @obarthelemy:
    – Pour la souris, je ne sais pas. C’est une logitech G700 (sans fil). J’ai réussi avec une autre filaire, mais je n’ai de toutes façons pas insisté: A l’usage l’installation n’est pas très pratique, entre autres parce-que la tablette ne tient pas en position verticale et parce-que beaucoup d’applications gèrent mal la souris.

    – Pour les stockages externes, il faut qu’ils soient alimentés. Mais pas uniquement. J’ai réussi à faire fonctionner une clé USB sans “trop” de problèmes, mais mes DD externes même alimentés ça a été une autre paire de manche: Pour ceux qui ont daigné fonctionner les logiciels de gestion de fichier (ES file explorer & co) se sont avérés limités: impossibilité d’aller dans certaines arborescences, plantages… Et mes applications de lecture de vidéos n’ont pas du tout apprécié les disques trop chargés en fichiers vidéo.

    – Pour la partie vidéo (un rétroprojecteur) de mon home cinéma, ça va avec ma tablette Android en HDMI. Pour le smartphone ou l’iPad, j’avoue que je n’ai pas cherché.
    C’est ma carte son USB qui est inexploitable. Un joli petit modèle bien pratique branché sur mon netbook “lecteur multimedia”, auquel est relié mon système de son.

    – Pour le tel, oui je parle bien de l’utiliser en stockage de masse, que j’ai activé. Pas moyen de le connecter comme une clé à ma tablette, elle ne semble pas le détecter. (cable micro USB host branché à un cable microUSB normal pour faire la liaison).

    Pour revenir aux usages d’autres me viennent en tête, d’expériences récentes: Certains formulaires sont impossible à remplir sur les navigateurs android/iOS, certains téléchargements de fichiers aussi, installer Mumble ? Possible, mais l’application ne gère pas les mots de passe, ou plante au login… Et même Acrobat Reader trouve moyen de foirer, il refuse d’ouvrir certains fichiers (sous iOS comme sous android) qui passent pourtant parfaitement sous windows.

    Impossible pour moi d’envisager d’utiliser une tablette en exclusivité. A n’avoir qu’une machine, j’opterais toujours pour un netbook de 2007 plutôt qu’une tablette de 2013.
    En machine d’appoint et pour des usages spécifiques, la tablette devient un outil de confort formidable: Légère, autonome, facile à transporter et résistante, un vrai plaisir à utiliser en consultation. J’adore!

    Répondre
  • 18 avril 2013 - 15 h 47 min

    bof, j’espère que les netbooks continueront à exister, les tablettes ce n’est vraiment pas pratique pour travailler, quant aux portables (et aux machines de façon générales) sous proc ARM, ce n’est pas la joie car cette architecture n’est vraiment pas standardisée, et le client dépend un peu du bon vouloir du fabriquant (ou des geeks qui se penchent sur la question) pour pouvoir faire des mises à jour ou installer des OS alternatifs.

    Franchement, qui se soucie à ce point de l’autonomie ? Entre 5 h (ce que j’ai sur mon notebook 12″ eeepc x201 sous Linux, avec un celeron), ce qui est déjà énorme, et 7 ou 9 h d’autonomie, qu’est-ce que ça change au final ? Les gens passent leur temps à taper sur leurs machines à la campagne, sans électricité ? Il n’y a pas de prise de courant qui traîne là où ils vont ? (et il y a quelques années, 5 h d’autonomie c’était déjà considéré comme énorme)

    En revanche pouvoir accéder à tous les outils que j’utilise au quotidien (ce qu’une tablette ne pourra jamais faire), ça semble plus important.

    Répondre
  • 19 avril 2013 - 9 h 24 min

    J’adore l’image de l’évolution des netbooks vs l’évolution de l’homme !!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *