Intel va fusionner ses divisions processeurs PC et mobile

Le géant des microprocesseurs Intel va passer à la moulinette ses divisions mobiles et processeurs de PC pour n’en faire plus qu’une seule, et énorme, entité. Un mouvement très logique pour la marque qui voit les frontières de ces deux mondes devenir de plus en plus floues.

La marché change, les PC ne sont plus si obstinément attachés à un bureau. Certains portables embarquent des puces à destination des tablettes, d’autres machines de bureau exploitent des puces de portables… Les constructeurs tatonnent, essayent, trouvent des solutions pour séduire et Intel s’adapte à ce petit monde.

ATOM E3815

Dés le début de l’année prochaine Intel va lancer une nouvelle division baptisée Client Computing Group. Laquelle incluera les équipes de développement des puces de type Core intégrées dans les portables et PC de bureau mais également celles responsables du développement des processeur Atom à destination des  smartphones et des tablettes.

Le PDG d’Intel, Brian Krzanich, l’a annoncé hier afin d’améliorer la communication entre les  équipes et tirer bénéfices de chacune d’entre elles. On peut imaginer que les puces Core auront ainsi des informations spécifiques pour améliorer leur efficacité énergétique tandis que les puces Atom auront droit à plus de performances. C’est également un bon moyen  d’aider les constructeurs à développer leurs gammes en limitant le nombre d’interlocuteurs.

L’émergences des machines hybrides y est sans doute pour quelque chose, l’apparition d’engin de plus en plus destinés aux deux mondes avec une fonction tablette d’un côté, mais également la possibilité de se transformer en véritable outil de production de l’autre, laisse entrevoir un avenir moins net pour des puces très différenciées. L’avenir est plutôt à un processeur polymorphe, capable de s’adapter à plusieurs situations en fonction des fréquences à atteindre et des ressources en énergie disponibles.

 

A noter que la partie développement qui est en charge des modems 3G/4G de la marque et qui est actuellement associée aux développeurs Atom sera mise de côté, dans une nouvelle division mobile de Recherche et Développement. Un mouvement qui s’explique par l’ambition d’Intel de travailler avec des entités non x86. Des puces ARM équipées de modems 3G/4G signés Intel sont en cours de développement ou sont déjà sorties.

C’est également un bon moyen de rendre les pertes de la division mobile moins visibles pour Intel. Le fondeur a accepté de débourser plus d’un milliard de dollars de pertes pour asseoir son système Atom à l’intérieur des tablettes Android. Des résultats qui font tâche dans un bilan plutôt positif. Avec une intégration de ces divisions, le résultat en négatif sera absorbé par le résultat positif de l’autre branche des processeurs Intel.

Source : WSJ

2 commentaires sur ce sujet.
  • 18 novembre 2014 - 23 h 05 min

    Enfin, Intel n’oserais jamais cacher des pratiques de dumping pour concurrencer les ARMs en noyant les chiffre négatifs de la division mobile dans le gros gâteau des autres processeurs.

    Intel n’oserait jamais faire pression sur les OEMs pour pourrir un concurrent…

    Intel et Microsoft feront tout ce qui est possible, même si c’est illégal, pour empêcher les ARMs de prospérer.

    Répondre
  • 19 novembre 2014 - 0 h 33 min

    @Treza

    Tu as des preuves des allégations que tu profères?

    Blague à part..
    Intel est un industriel pragmatique et ce n’est pas illégal qu’Intel se réorganise pour coller au plus près d’un marché en pleine mutation.
    Sa stratégie me semble cohérente (ce qui ne veut pas dire qu’elle l’est) si on regarde le marché et ses tendances.
    Et puis ARMs a un marché captif qu’Intel n’est pas prêt du jour au lendemain de coopter.
    Enfin, sauf si ARMoïd l’y incite par quelques bévues si j’en crois la crainte de ses barbus intégristes.
    :)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *