Intel Kaby Lake G : Le mariage Intel-AMD officialisé au travers de quatre puces

Elles sont quatre, elles vont défricher un nouveau monde. Celui d’un partenariat entre Intel qui s’occupera de leur intégration et de la partie processeur et de son concurrent de toujours AMD pour la partie graphique. Les quatre processeurs Kaby Lake G sont enfin officialisés.

Quatre puces que l’on attendait de pied ferme sur minimachines viennent d’être officialisées. Pour reprendre rapidement l’historique des événements, des rumeurs font état d’un rapprochement Intel/AMD au sein d’une série de puces depuis des années. En Novembre dernier, Intel officialisait ce mariage entre Montaigu et Capulet mais sans dévoiler de détails

Nous avons enfin droit aux fiches techniques complètes de ces quatre nouveaux venus dans la famille Kaby LakeG : les Core i5-8305G, Core i7-8705G, Core i7-8709G et Core i7-8809G.

Kaby Lake-G 2018

Intel se sert d’une nouvelle solution baptisée EMIB pour agglomérer ces éléments ensemble. La marque cherche à miniaturiser les éléments nécessaires à la construction d’un PC compact en assemblant des éléments jusque là séparés. On assemble le circuit graphique secondaire et sa mémoire dédiée à un processeur de base, des éléments qui sont aujourd’hui séparés sur deux puces différentes et qui communiquent via la carte mère. L’intérêt de la solution est donc sa compacité mais également la performance rendue possible par un dialogue direct entre les éléments via la passerelle EMIB.

Kaby Lake-G 2018

Avec un Core i5 et trois Core i7, Intel vise ici des machines plutôt musclées réservées à un public qui veut pouvoir faire plus de choses avec sa machine qu’avec les solutions habituellement équipées d’un circuit Intel Graphics. On devrait les voir débarquer en premier lieu dans des portables traditionnels moyen de gamme de  type 15.6″ mais également très rapidement dans les nouveaux NUC haut de gamme Hades Canyon.

Kaby Lake-G 2018

Le fondeur a détaillé le fonctionnement de ses puces avec un lien PCI-Express 3.0 8x entre la partie Core et le circuit Radeon. Détail intéressant, les circuits graphiques d’origine Intel sont toujours présents même si on ne sait pas comment ils sont encore employés. En théorie, ce serait une super nouvelle puisque moins gourmands en énergie que le Vega, ils pourraient suffire aux usages classiques d’une machine mobile. La partie AMD ne prenant le relais que dans les usages les plus lourds. Cela veut également dire que les puces seraient capables de piloter plusieurs écrans simultanément. Trois pour le circuit Intel, six pour les Vega MX… Soit neuf au total à condition qu’un constructeur les câble, ce qui n’est pas prêt d’arriver, à priori, dans une machine grand public.

Kaby Lake-G 2018

Intel met également en avant son IDT ou Intel Dynamic Tuning. Une nouvelle technologie embarquée au sein de la puce pour gérer la consommation électrique de chaque élément à la volée. Baisser dynamiquement la consommation d’une puce quand une tâche est terminée, c’est également s’assurer de ne pas laisser s’envoler trop vite des Watts inutiles.

 Coeurs/ThreadsFrequence/TurboCacheGPUCU/StreamFréq GPU/TurboTDP
I5-8305G4/82.8/3.8GHz6MoRX Vega M GL20/1280931/1011MHz65W
I7-8705G4/83.1/4.1GHz8MoRX Vega M GL20/1280931/1011MHz65W
I7-8706G4/83.1/4.1GHz8MoRX Vega M GL20/1280931/1011MHz65W
I7-8709G4/83.1/4.1GHz8MoRX Vega M GH24/15361063/1190MHz100W
I7-8809G4/83.1/4.2GHz8MoRX Vega M GH24/15361063/1190MHz100W

La base de ces Kaby Lake G est donc un circuit Intel Core en quadruple coeur avec gestion de l’hyper thread avec des fréquences assez hautes associée à un circuit AMD Radeon Vega. La mémoire cache est assez haute avec 6 Mo pour le core i5 et directement 8 Mo pour les différents Core i7.

2018-01-08 15_57_03-minimachines.net

Le TDP suit logiquement les fréquences proposées qui oscillent entre une base de 2,8 GHz jusqu’à un 3,1 GHz. On grimpe même à du 4.2 GHz en mode Turbo ce qui a forcément un impact niveau énergie. 65 watts pour les trois premières solutions et jusqu’à 100 watts pour les deux suivantes. Au vu du format particulier des puces, on peut s’attendre à un renouvellement assez important des solutions de dissipation qui vont avoir un sacré boulot pour contenir ce TDP dans de petites architectures.

2018-01-08 15_57_16-minimachines.net

Le Core i7-8809G sera en plus overclockable sur la partie Core comme sur la partie graphique, ce qui devrait générer des TDP plus élevés encore.

Les chipsets graphiques se séparent en deux modèles, les Radeon RX Vega M GL pour les plus entrée de gamme. On retrouve un peu de muscle par rapport aux solutions Intel habituelles : Les fréquences sont assez élevées avec  931 MHz de base et un mode Turbo à 1,01 GHz. La présence de 20 unités de traitement offre à l’ensemble 1280 processeurs de flux pour assurer la partie graphique. La puce est également associée à 4 Go de mémoire HBM2 directement intégré sur le circuit grâce à la techno EMIB. Intel assure une puissance de pointe de 2,6 TFLOPS ce qui est vraiment pas mal.

Kaby Lake-G 2018

Intel illustre les usages possibles par cette gamme équipée d’un circuit Vega M GL avec la réalité mixte, le jeu et la création de contenus « avancés » ce qui ne veut pas dire grand chose mais on imagine que ces puces de 65 watts  de TDP devraient offrir pas mal de souplesse sans toutefois atteindre les performances de circuits externes classiques.

Kaby Lake-G 2018

Intel se fend alors des comparatifs habituels en prenant pour référent un processeur pas tout à fait récent chez Nvidia. La marque se sert d’un système d’il y a trois ans composé d’un Core i7-4720HQ associé à un circuit graphique GeForce 950M. Evidemment cela permet à la solution Kaby Lake G de s’en sortir avec les honneurs dans les tests habituels. Si la méthode est comme d’habitude pas très heureuse l résultat est là et la solution a effectivement un assez joli potentiel.

Kaby Lake-G 2018

Cette puce RX Vega GL pour Graphics Low) semble également capable de faire tourner correctement des jeux récents dans des conditions classiques . Ici comparée à un circuit I7-8550U associé à une GeForce GTX 1050 dotée de 4 Go de mémoire dédiée, la solution est encore devant sur des titres choisis. Kaby Lake-G 2018

Les puces Kaby Lake G les plus gourmandes en énergie, celles qui avancent 100 watts de TDP, bénéficient d’un circuit Radeon RX Vega GH pour Graphics High et proposent plus de performances. Ici il est question de réalité mixte et de réalité virtuelle plus gourmande. Mais également de jeu plus gourmand et de possibilités d’overclocking tant sur le processeur que la partie graphique et la mémoire HMBM2.

Kaby Lake-G 2018

La comparaison est encore une fois faite face à une solution composée d’un processeur Intel (Core i7-4720HQ) et d’un circuit graphique Nvidia GTX 960M. L’avantage est évidemment à la solution d’Intel sur les tableaux avec des scores impressionnants sur de nombreux jeux et benchmarks. Cela parait logique mais face à une solution 960M qui a équipé de nombreuses solutions portables c’est tout de même une bonne nouvelle. On manque de détails sur les éléments mis en scène dans ce tableau mais un rappel indique un joli score de 60 images par seconde en Full HD sur des jeux assez récents. Il faudra vérifier avec des tests.


Kaby Lake-G 2018

Le second tableau est également intéressant puisque cette fois ci l’étalon est un couple I7-7700HQ associé à un circuit particulier de Nvidia, un GeForce GTX 1060 dans sa version Max-Q légèrement bridée par rapport à une GTX 1060 portable habituelle.

Pour Intel sa solution associée à AMD est très légèrement supérieure que la proposition d’un constructeur mixant ses propres puces et un circuit Nvidia. Il faudra là encore vérifier précisément les résultats et savoir ce qui engage ces score : Dans quelles conditions de détails ils sont effectués sur chaque plateforme par exemple et quelles optimisations sont faites.

L’optimisation sera effectuée par Intel sur Kaby Lake G

C’est d’ailleurs un élément important de l’équation que la prise en charge des pilotes. C’est Intel qui s’en chargera et vous ne devrez donc pas dépendre des pilotes d’AMD traditionnels. C’est le fondeur qui s’occupera de tous les développements liés aux puces Kaby Lake G, AMD ne fournit en fait que les licences pour exploiter ses circuits.

Pilotes, mises à jours, optimisations particulières pour des applications ou des jeux, toute la donne sera entre les mains d’Intel pour cette gamme particulière. Ne comptez donc pas sur les annonces d’AMD pour profiter d’une éventuelle optimisation… D’un autre côté, Intel met en avant dans ses offres des petits logos  « Zero Day Game Support » qui laissent entendre que la marque sera vigilante sur ce point.

 

18 commentaires sur ce sujet.
  • 8 janvier 2018 - 18 h 34 min

    L’image d’Intel est extrêmement mal au point. En 2017, il y a déjà eu le problème des Atoms qui vieillissent dans les serveurs (ex: NAS Synology), puis la fuite sur l’Intel Management Engine, et enfin, début 2018, les 3 failles Meltdown + Spectre. D’ailleurs les 24 millions de dollars d’actions vendus par le PDG d’Intel en Novembre 2017 (volontaires ?) ternissent encore plus l’image de la marque. Ce mariage Intel-AMD, destiné aux gamers à en croire le marketing, est en défaveur d’AMD. Du coup je me demande s’ils vont continuer leur collaboration, il il y a plus que jamais une opportunité de redistribuer les cartes sur ce marché.

    Bref, le CES démarre mal pour les fabricants de CPU. Si AMD n’est impacté (en faible probabilité) que sur l’une des variantes de Spectre, elle ne corrige rien sur ses nouvelles plateformes actuelles, j’ai lu quelques gamers (non exhaustif) dire qu’ils attendraient la prochaine génération protégée en terme hardware.

    Répondre
  • 8 janvier 2018 - 19 h 02 min

    Je trouve ce type d’association logique pour une gamme de produit comme les ordinateurs portable .

    Le truc qui me dérange ,c’est le language des fabricants ,un Intel i3 ,i5 je sais que c’est un processeur mais pour la puce VEGA cela corespond a quelle type de puce ATI ou quelle gamme de carte graphique .

    Répondre
  • 8 janvier 2018 - 20 h 08 min

    Extrêmement dommageable que ce soit intel qui s’occupe des drivers graphiques.
    Quand je vois le résultat actuel. : /

    Répondre
  • 9 janvier 2018 - 12 h 36 min

    @prog-amateur: tiens ?
    c’est quoi exactement le soucis avec les atoms des nas synology ?
    (je demande car j’en ai encore un et j’ai rien vu de particulier)
    merci d’avance

    Répondre
  • 9 janvier 2018 - 17 h 17 min

    @orangina rouge: par exemple des problèmes de démarrage, voire plus de démarrage du tout. C’est ici :
    https://www.nextinpact.com/news/103362-atom-c2000-intel-reconnait-probleme-synology-prolonge-garantie-certains-nas.htm

    J’ajoute que ça me perturbe de voir que la faille actuelle est apparemment informée par Intel à ses collaborateurs depuis le 9 Novembre 2017 (source Canonical : https://wiki.ubuntu.com/SecurityTeam/KnowledgeBase/SpectreAndMeltdown) et que le PDG d’Intel a vendu 24 millions $ d’actions le 24 Novembre 2017 (source Techpowerup : https://www.techpowerup.com/240273/intel-aware-of-cpu-flaws-before-ceo-brian-krzanich-planned-usd-24m-stock-sale).

    Il fait ce qu’il veut, mais c’est assez troublant, comme si lui-même pensait que l’image de la marque serait ternie comme l’a pu être celle de Samsung avec le Note 7. N’oublions pas que ce sont des mastodontes, mais… si j’étais responsable d’un parc informatique entreprise, j’essaierais de diversifier un peu le hardware au cas où.

    Répondre
  • 9 janvier 2018 - 17 h 20 min

    @prog-amateur: J’en ai pas parlé du PDG d’Intel et de ses actions parce que c’est pas le genre de truc qui se négocie du jour au lendemain. On ne vend pas autant d’action d’un coup de tête. Ca sent le « complot facile ». La date de calendrier n’est pas bonne mais cela ne veut pas dire que c’est lié… C’est même a prouver avant de balancer des suppositions de bas étages et des rapprochements vraiment limites comme j’ai pu en lire ces derniers jours. (Je dis pas ça pour toi, tu as le droit d’avoir ton avis… mais pas mal de billets sur des sites s’offusqueraient pour moins que ça de rapprochements entre la pub qu’ils affichent et les avis qu’ils émettent. Hors c’est du même tonneau.)

    Répondre
  • 9 janvier 2018 - 17 h 36 min

    @prog-amateur: merci du lien
    ouf, le mien est de la géneration precedente (DS411+) et j’avais pas entendu parler de ça
    en tous cas, re merci

    Répondre
  • 10 janvier 2018 - 16 h 20 min

    @Pierre Lecourt: je le prends pas mal, tu as raison sur le fait de ne pas jeter la pierre sans en être sûr. J’ai réagi car si effectivement, on ne peut pas prouver la corrélation des deux événements, on ne peut prouver son contraire non plus. C’est un vieux réflexe de déformation professionnelle qui me fait parfois méfier des grands cadres (dans des cas où ça a été prouvé). Mais la vérité, c’est qu’il faudrait effectivement enquêter avant de pouvoir confirmer cela.

    @orangina rouge: avec plaisir !

    Répondre
  • 10 janvier 2018 - 16 h 30 min

    @prog-amateur: Ben le truc c’est qu’il y a que dans les films ou les mecs décrochent leur téléphone pour demander a ce qu’on vende des millions de dollars d’actions et qu’en face le courtier dise « ok coco c’est vendu ». Et je parle pas des règles internes US + les règles de Intel concernant cette vente. C’est autorisé après examen minutieux et pas mal de réunions en général. Alors le fantasme des dates me fait doucement rigoler.

    Disons que si il y a eu délit d’initié, il n’est pas dû aux dates énoncées… Et qu’il y a tout a prouver (car oui, il faut d’abord prouver qu’il y a eu triche et non pas prouver qu’il n’y a pas eu triche en droit)

    Répondre
  • 10 janvier 2018 - 17 h 20 min

    @prog-amateur: merci;
    sincèrement
    je suis pas impacté
    j’ai eu un soucis d’alim, réglé très vite par le SAV et « jusqu’ici tous va bien »
    mais c’est vrai que maintenant, je préfère mes proliant (pour bien des raisons)
    mais mon syno, je regrette rien et suis vraiment emmerder pour ceux qui ont les « mauvaises » séries (surtout en PME en fait)

    là, je les plains

    Répondre
  • 10 janvier 2018 - 23 h 13 min

    @orangina rouge: je suis aussi avec un syno DS214. Et j’en étais ravi (avant de me renseigner sur les conditions de confidentialité). Mais techniquement, les syno sont très cool.

    @Pierre Lecourt: c’est effectivement un argument de poids. Mieux vaut ne pas tomber dans la médisance.

    Répondre
  • 11 janvier 2018 - 8 h 08 min

    @prog-amateur: oui, mais bon c’est un produit commercial « tous fait – clé en main » donc on se doute un peu qu’il faut pas y mettre les plans d’une navette spatiale par exemple (pour ça, c’est sur que mes proliant sont préférables :)

    mais pour de la sauvegarde type familiale voir même PME (ça évite quand même de gros soucis si aucune sauvegarde ou juste un cas type ransomware dans la boite), c’est l’idéal (surtout pour démarrer si on y connais rien par exemple)

    pierre devait faire un dossier sur les nas il y a bien, bien longtemps…

    dommage qu’il n’ait jamais vu le jour, c’était une très, très bonne idée (et encore meilleur maintenant d’ailleurs vu les « wannacry » et autre « petya » de 2017. ça promet pour 2018 et plus)

    en attendant, bonne journée à tous

    Répondre
  • 11 janvier 2018 - 9 h 29 min

    @orangina rouge: je « démarre » sur les NAS comme tu dis (en fait je démarre depuis quelques années déjà, depuis le Synology ^^), j’ai essayé de me faire mes propres solutions (ex : Nextcloud) mais j’ai pas encore trouvé la solution ultime (dernier en date, le Nextcloud avec un Raspberry mais il y a trop de contraintes : instabilité des ports USB, débit faible). Du coup je me permets de te poser une question :

    Ces HP Proliant, ils ont l’air pas mal, y en a même avec des AMD, mais comme la plupart du temps, ils sont vendus sans OS, où installer justement cet OS sachant que je souhaiterais en faire un usage particulier ?
    Il faut mettre ça dans un disque à part ou bien dans un des disques répliqués en RAID (ça m’étonnerait quand même) ?
    Merci

    Répondre
  • 11 janvier 2018 - 9 h 47 min

    @prog-amateur: les proliant, perso mon meilleur est en AMD (par contre, pas la dernière gen, maintenant c’est de l’intel)

    sinon, il y a un port usb spécial pour mettre l’os dessus à l’intérieur de ces nas
    MAIS,
    ça reste de l’usb
    perso, je met mes disques dedans et j’installe un linux (n’importe lequel, que ce soit une distribution grand public ou spécialisée « NAS » comme openvault)

    les proliant, ce sont des pc donc pas de soucis, tous se fait de la même façon

    sinon pour le raid, je sais que beaucoup aime le hard, mais moi pas
    pour récupérer des données, il faut obligatoirement la même carte contrôleur que celle qui (généralement) à cramer
    c’est galère et coûte un bras en plus (généralement, une sauvegarde sur l’étagère avec un disque usb externe coûte bien moins cher)

    le raid logiciel est bien plus pratique (comme le mode raid SHR de syno justement)

    mais dans les proliant (200 euros environ quand même) à part du raid logiciel, le hard, il y a pas

    sinon, j’ai pas le même usage que vous d’un nas (le « cloud » perso, c’est pas l’usage que j’en ai)

    le forum hardware.fr sur les proliant est une véritable mine d’info (y compris pour le changement des ventilos si on les trouve trop bruyant, les distro, la virtualisation etc etc)

    un must

    j’y pense, pour un équivalent nexcloud, je crois que sur le forum de minimachines, il y a un tuto parfait sur son pendant ENTIÈREMENT libre et opensource, owncloud je crois (ou l’inverse)
    ça faudrait le coup d’aller voir ça

    bonne journée en tous cas

    Répondre
  • 11 janvier 2018 - 15 h 27 min
  • 14 février 2018 - 16 h 30 min

    […] pour accompagner les machines déjà vendues, l’arrivée de ces puces et des solutions comme Kaby Lake-G va à terme sonner le glas de ce type d’offres tout en boostant les puces plus puissantes. […]

  • 21 mars 2018 - 9 h 24 min

    […] On distingue nettement les deux éléments de la puce sur l’image, associés à la mémoire de 4 Go connectée par une liaison EMIB. Si vous voulez plus d’infos sur ces puces, ce billet les présentant plus en détail devrait vous satisfaire. […]

  • 5 avril 2018 - 13 h 11 min

    […] très très vite. Je ne sais pas si les constructeurs chinois ont eu accès à des samples des Kaby Lake-G mais tous ne parlent que de cela. Fabriquer des MiniPC embarquant la solution d’Intel mariée […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *