Intel Ivy Bridge, des processeurs 10 watts pour 2013

Alors que beaucoup de monde a tendance a enterrer Intel face à la montée en puissance rapide d’ARM, il est encore bon de rappeler que le géant de la puce n’est pas mort et qu’au contraire il bouge encore. Intel prévoit toujours ses architectures des années a l’avance et les prochains mois devraient être capitaux pour la marque.

Les puces Ivy Bridge sont toutes récentes, cette nouvelle génération de processeur chez Intel a signé une belle avancée de la marque en terme de consommation d’énergie. Mais ses efforts ne s’arrêtent pas pour autant, Intel c’est une sorte d’énorme brise glace, lent a faire virer de bord mais qu’on arrête difficilement sur sa lancée.

L’apparition des nouvelles puces de la marque au sortir des années Pentium a montré très clairement un changement de cap au niveau consommation. Les dernières puces sont descendues très bas avec des Atom toujours moins gourmands et surtout des puces Core qui ne dépassaient pas une enveloppe thermique de 17 watts. Une faible dissipation thermique leur permettant non seulement de consommer moins d’énergie et donc de proposer des engins plus autonomes mais également d’intégrer des solutions plus compactes dans des nettops, all-in-one et bien sur des portables. C’est de cette évolution que sont nés les ultrabooks.

Avec des gravures toujours plus fines des puces, les machines continuent de baisser leur enveloppe thermique, e 2013 Intel va passer au 22 nanomètres et tomber à 10 watts pour des processeur s de type Core Ivy Bridge, la dernière génération en date. De quoi construire des ultrabooks réellement ultrafins ou encore plus autonomes. Ces machines pourraient permettre d’atteindre des autonomies record. Ce sera aussi l’arrivée de solutions tablette réellement performantes et autonomes en x86. Une partie de la presse  a semble t-il découvert “sur le tard” que la tablette Microsoft surface Pro était un PC comme les autres. Beaucoup on trouvé scandaleux que son autonomie puisse être deux fois moins importante que celle d’une Surface RT sous ARM. Elle redécouvrait qu’un processeur Intel n’offre ses capacités en 2012 qu’au prix d’une consommation forcément plus élevée qu’une puce ARM.

En 2013 le constat devrait être moins flagrant et Intel tiens peut être là un atout de poids dans la bataille tablette, des processeurs puissants, compatibles avec la logithèque traditionnelle du monde PC et offrant une autonomie si ce n’est comparable, au moins compétitive. Encore et toujours les puces x86 actuelles et les puces ARM n’ont pas réelle vocation a se faire concurrence mais proposent des performances différentes pour des usages différents.

9 commentaires sur ce sujet.
  • 4 décembre 2012 - 13 h 23 min

    ENFIN! Ils se réveillent chez Intel. Ces CPU à 10W devraient exister depuis longtemps, et l’Atom desktop devrait être à 3W maxi.

    Mieux vaut tard que jamais j’imagine…

    Répondre
  • 4 décembre 2012 - 14 h 30 min

    “Ces machines pourraient permettre d’atteindre des autonomies record.”

    La consommation processeur ne fait pas tout. Par rapport à l’écran ou au DD quelle est la répartition de consommation d’énergie dans un portable ou une tablette?

    Répondre
  • 4 décembre 2012 - 14 h 32 min

    @FanlessTech: Euh, disons que ce n’et pas comme faire une nouvelle version d’une clé USB hein, c’est quand même un énorme travail de R&D derrière. D’ailleurs qui gère un tel process à part Intel ? Toutes les étapes de conception et fabrication de puces ? A une telle finesse de gravure ? Personne ?

    Répondre
  • 4 décembre 2012 - 14 h 32 min

    @sourioplafond: Ca sera tout de même, forcément, un record :)

    Répondre
  • 4 décembre 2012 - 16 h 21 min

    @Pierre Lecourt: On est d’accord Pierre, ils sont les seuls… c’est d’ailleurs peut-être en partie le problème :P

    Répondre
  • 4 décembre 2012 - 16 h 22 min

    @FanlessTech: On voit bien qu’Intel se préocuppe plus d’économie d’énergie ces derniers temps, la concurrence a du bon.

    Répondre
  • 4 décembre 2012 - 16 h 56 min

    @Pierre Lecourt: Oui, merci ARM! J’aime beaucoup Intel malgré tout, et j’attends ces nouveaux CPU avec beaucoup d’impatience.

    Répondre
  • 4 décembre 2012 - 18 h 28 min

    Une petite correction s’impose : les années pentium sont les plus belle de toute….
    explication :
    quand on dit les années pentium, on parle du Pentium MMX et du Pentium 3. Là c’est l’ère du pentium.
    Ensuite 2 choses se passent, les ingénieurs USA d’intel ont une vision ” à fonds les MHz” qui se traduit par une augmentation de la scalabilité ( nombre d’étage verticaux) des puces => montez en frequence facile, c’est l’architecture NETBURST qui donne son nom au Pentium 4.
    Des début difficiles ( les P3 tualatins faisaient ENORMEMENT d’ombre au P4, sans parler des celerons tualatins bien overclockables a 1,7Ghz pour les plus doués^^) , passage au northwood “correct” puis la catastrophe dont Pierre parle : Le Pentium 4 Prescott, l’usine a MHZ ( les premiers OC ont dépassé les 6GHZ!! ) mais une usine à Watts, chauffe ahurissante.

    Intel qui méttait depuis un moment des P4 dans ses notebook, qui pesait de plus en plus lourd, a decider de confier aux ingénieurs israelien la conception d’un CPU pas superscalaire comme le P4… les pentium 4 a plus de 20 niveaux, 24 pour le prescott. Les ingénieurs israeliens finissent par pondre : les cpu core solo et core duo destinés aux notebooks….
    Devinez quoi, ils sont pertis du Pentium3 !!!! Le P3 disposait de 10 niveaux de mémoire, les core en avaient 14…core 2 duo 16 je crois.)

    Ca fait quoi plus d’étage dans un CPU : et bien chaque fois qu’il y a une erreur de prédiction ( oui un cpu essai de prevoir à l’avance l’instruction suivante) ont perd autant de cycles que d’étage en gros…
    Ca parait rien un cycle ( surtout qu’on augmente la frequence pour compenser… n’en pêche que ça rend le CPU moins “efficient”, il tourne pour rien, c’est un peut comme négliger l’embrayage d’une voiture de course)

    En bref, amd a profiter de la breche pour se lancer dans l’athlon, puis l’athlonXP ; c’était les années bonheurs de l’overclocking et du coupage de pattes sur les processeurs! AMD est toujours resté en scalabilité contenue.
    Intel a sortie des Mhz avec les P4 pour faire joli, mais les années Pentium, c’est les Pentium3. tout les CPU d’aujourd’hui descendent encore de cette base hautement modifiée mais la source est là, le P4 , c’est l’homme de néhendertaal de l’arbre évolution chez Intel. une voix sans issue ou ils se sont obstinés avec 3 generation de CPU affreux. Les année pentium, on est encore dedans!

    Vous trouverez tout plein d’infos sur ça sur des site spécialisés comme anadtech ou autre.
    Bonne lecture à tous

    Répondre
  • 4 décembre 2012 - 22 h 52 min

    Bonjour Pierre,

    Il y a erreur : c’est Haswell la prochaine génération de Core prévue pour 2013.
    La génération actuelle (Ivy Bridge) est déjà en 22 nanomètres.
    Il faudra attendre 2014 pour la version 14 nanomètres de Hasswell (Broadwell).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *