Intel annonce les Atom E3900 pour l’internet des objets

Il est loin le temps des processeurs Atom intégrés aux premiers netbooks ou aux smartphones, Intel a diversifié sa gamme au point de de viser désormais des machines très différentes. Avec les Atom E3900, le fondeur se concentre désormais sur l’Internet des objets, et ce, au sens large. Véhicules, outils, domotique et matériel industriel, Le panel d’applications est énorme mais Intel n’est pas seul sur ce marché.

Avec des TDP toujours assez bas, les Atom E3900 s’étalent de 6 à 12 Watts, les nouveaux processeurs, ils visent désormais des engins beaucoup plus impressionnants en terme d’envergure. Robots industriels, centers domotiques, véhicules ou outils en tous genres. L’idée d’Intel est de revenir sur un marché qui est massivement occupé aujourd’hui par un ARM tout puissant.

Minimachines

Pour y  parvenir, la marque compte quelques arguments, à commencer par une assez belle performance globale. La gamme a en effet hérité des capacités globales des anciens processeurs et manie évidemment des coeurs x86 issus de la génération Goldmont d’Intel associé à un circuit graphique Intel Gen9.

L’Atom x5-E3930 est un double coeur cadencé à 1.3 GHz capable de grimper à 1.8 GHz pour 6,5 Watts de TDP. Il propose 12 coeurs EU.

L’Atom x5-E3940 est un quadruple  coeur cadencé de 1.6 à 1.8 GHz avec 9.5 Watts de TDP et toujours 12 coeurs EU.

L’Atom x7-E3950 est également muni de quatre coeurs avec une base de 1.6 GHz mais capable de grimper à 2 GHz ce qui augmente son TDP à 12 Watts. Le nombre de coeurs EU embarqués passe à 18.

Les trois sont gravés en 14 nanomètres et supportent jusqu’à 8 Go de mémoire vive, peuvent capturer des données en 13 mégapixels et encoder des films en 1080p à 60 images par seconde. Côté restitution, chaque processeur Atom E3900 sera capable de déployer des images sur 3 écrans et gérera des vidéos UltraHD à 60 images par seconde. Evidemment, Intel a intégré des solutions de sécurité au sein de ses puces, de manière à protéger les matériels d’une intrusion trop facile.

Apollo-Lake-Hero-Graphic-v5

Grâce à l’emploi de sa technologie Trusted Execution qui chiffre l’environnement logiciel du système mais également avec d’autres points de contrôles comme le temps de démarrage des matériels qui doivent respecter un temps d’activation précis et prévenir l’utilisateur en cas de dépassement. Autre élément important dans ce nouveau développement, la gestion d’une synchronisation précise des ordres qui transitent par la puce. On parle de réglages à la milliseconde près. Un élément indispensable pour piloter des robots industriels qui vont effectuer des manipulations précises à la chaîne en un temps donné.

Les Atom E3900 visent donc des applications avant tout industrielles : Se retrouver au sein de produits développés par des entreprises spécialisées allant de l’automobile aux robots. Chaines d’assemblage, systèmes domotiques, caméras de surveillance mais également véhicules et autres développements sur mesures. Les processeurs supporteront une assez large gamme de systèmes d’exploitation : De Windows 10 Entreprise à sa version IoT en passant par Android 7.0, Wind River 9 ou Yocto Project Linux.

apollo-lake-die

Difficile de voir un rapport entre ces Atom E3900 et les minimachines qui nous préoccupent. Je garde un oeil sur la gamme car si, pour le moment, l’Atom est en retrait chez Intel, la marque n’a jamais annoncé vouloir se retirer du marché des MiniPC ou des hybrides encore largement livrés en Atom Cherry Trail. Il est fort possible qu’un nouveau processeur finisse par débarquer pour continuer de s’adresser à ce marché.

Un commentaire.
  • 28 octobre 2016 - 19 h 23 min

    Mouais : E3xxx, puce de 3ème génération en 2016.
    Pas bon.
    La septième vient de sortir tout de même.
    Db

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *