Imagination Technologies crée un SoC MIPS pour contrer ARM

Imagination Technologies, la marque que l’on connait bien pour ses processeurs graphiques PowerVR présents au sein des puces ARM, veut proposer une alternative au monde ARM avec un SoC basé sur l’architecture 64 Bits MIPS.

Le Warrior I6400 d’Imagination Technologies est ainsi présenté comme un concurrent des solutions ARM habituelles au même titre que les x86 d’Intel. Le concepteur indique une conception différente et une supériorité technique incontestable pour sa solution dans des intégrations de type tablettes, smartphones et objets connectés.

android art

Avec l’arrivée d’Android L et le changement de moteur d’Android passant de Dalvik à ART, les dés sont relancés pour les fabricants de processeurs. Les performances des solutions ARM, autrefois privilégiées, peuvent être remises dans la balance face à d’autres solutions.

MIPS-Creator-CI20-Ingenic-JZ4780-MIPS-Xburst

Imagination Technologies compte en profiter et lancer sur le marché sa puce MIPS Warrior I6400 face aux solutions concurrentes ARM et Intel. Imaginations vient en effet de s’offrir MIPS et compte bien profiter de son investissement.

2014-09-02 18_13_53-Imagination Tech reveals Warrior CPU core to fight (uphill) battle against ARM

 

Reste à convaincre des fabricants de basculer leur production d’ARM à MIPS et leur faire produire des machines. Intel s’y emploie à grand renfort de millions de dollars en subventionnant le prix de ses puces. Si cela fonctionne pour Intel, Imaginations Technologies n’a pas les reins aussi solides que le papa du x86 et aura bien du mal à financer de tels débordements.

2014-09-02 18_29_44-Imagination Technologies will give its 'Raspberry Pi on steroids' away for free

Reste une chance pour le nouveau venu, que le passage de Dalvik à ART rebatte réellement les cartes et que les constructeurs s’intéressent avant tout aux performances des puces, plus qu’à leur renommées sur le marché.

Les constructeurs sont enclins à choisir des puces pour leurs performances mais aussi pour leur nom et leur développeur. Proposer un processeur Qualcomm ou Intel a une autre aura qu’un Rockchip ou un AllWinner sur le marché, même si ces derniers proposent également des solutions viables. Une solution pour le fondeur ?

Séduire les développeurs avec de performances haut de gamme, IT s’y emploie déjà en distribuant des cartes de développement gratuitement à qui montrera patte blanche. Une opération qui a eu un succès tel que l’offre a rapidement été close, les chanceux qui ont reçu la leur ont juste  eu à préciser ce qu’ils allaient faire de leur carte MIPS Creator CI20 survitaminée.

10 commentaires sur ce sujet.
  • 2 septembre 2014 - 22 h 30 min

    Très Intéressant… Qui sait, peut être que ART va bouleverser la donne !?
    Merci Pierre pour ces papiers qu’on ne trouve qu’ici !

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 0 h 52 min

    Intéressant mais quel sont les vrais supériorités du MIPS face à l’ARM?
    Déjà qu’il n’est pas évident de voir la différence en le X86 et l’ARM dans des applications optimisés pour les deux cas alors si le MIPS est si au dessus pourquoi personne ne l’a privilégié alors qu’il existe depuis un petit moment maintenant (avant Android)?

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 2 h 15 min

    ça fait déjà quelques fois qu’il y a des nouvelles concernant les mips, mais toujours rien d’intéressant.

    @youri_1er, les mips étaient là bien avant android, ils sont utilisés que pour des systèmes embarqués

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 4 h 43 min

    @Pierre Pourquoi vous pensez que ART va bouleverser la donne ?

    @youri_1er: Ben un début de réponse est que MIPS est une vielle architecture, utilisée dans des station de travail par exemple, et qui avait « disparu » du marché. Elle a été racheté récemment (entre autres) par Imagination (et ARM) pour proposer des CPU pour mobile. On ne connait pas encore les réels performances (calcul, consommation, …) de ces puces Imagination.
    Si ils sont capable de proposer du 64bit avant les autres, ca pourrait les aider…

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 8 h 19 min

    MIPS est très très répandu (voir il n’y a qu’eux) dans les SoC de routeurs wifi et autre puces de cartes wifi.
    Tout le monde a au moins un coeur MIPS et ARM chez soi sans le savoir!

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 8 h 55 min

    @MooMarama: Parce que Dalvik avantageait ARM ou du moins nécessitait un traitement des applications pour mieux prendre en compte x86 ou MIPS.

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 9 h 15 min

    J’ai encore un PocketPC Casio MIPS qui était très cohérent. Mais ARM avait semble-t-il un léger avantage qui a fait basculé le marché en monopole.

    Répondre
  • Alu
    3 septembre 2014 - 10 h 08 min

    Au moins on émulera plus facilement les PS1 et PS2 qui avaient des procs MIPS. :-)

    Répondre
  • 3 septembre 2014 - 10 h 41 min

    Les processeurs MIPS avaient pas déjà été intégrés dans des smartphones android il y a quelques années?
    Je dis ça parce que pour moi, c’est beaucoup plus pertinent que le x86 dans le mobile.

    Répondre
  • 5 septembre 2014 - 2 h 41 min

    @Pierre Lecourt: Ha OK! Vous auriez une source, ca m’interesserait pas mal de connaître ce qui limitaient la Dalvik et/ou son JIT.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *