Huawei Kirin 920, un processeur ARM 8 coeur et 4G

Huawei Kirin 920, un processeur ARM 8 coeurs et 4G

Le Huawei Kirin 920 est un processeur intéressant à plus d’un titre. C’est d’abord une nouvelle mouture chez Huawei en attendant l’exploitation de ses futures licences 64 bits. C’est ensuite un processeur livré avec une fonction 4G et c’est enfin une puce de fabricant, une tendance qui s’accélère et qui pourrait avoir des conséquences dans le futur.

Le Huawei Kirin 920 n’est pas qu’un processeur 8 cœurs de plus sur le marché très encombré des puces ARM, c’est un huit cœurs avec modem 4G intégré et une puce de fabricant. Un ensemble de choses qui pourrait faire grand bruit à terme sur le marché. Huawei fabrique ses puces par l’intermédiaire d’une de ses filiales, Hisilicon et après plusieurs modèles dont le récent Kirin 910 qui équipe la très surprenante Huawei Mediapad X1, cette nouvelle venue montre l’intérêt de la marque dans le développement de processeurs sur mesure.

HUAWEI

Sur le papier donc, ce nouveau processeur ARM Kirin 920 est un 8 cœurs somme toute assez classique : 4 coeurs cortex-A15 cadencés à 1.6 GHz associés à 4 coeurs Cortex-A7 dans une configuration big.LITTLE mise au point par ARM. Elle permet de mélanger les performances et la puissance des Cortex-A15 avec la faible dépense en énergie des Cortex-A7. Une solution exploitée par de nombreux fabricants puisqu’elle permet de solutionner les différents besoins d’une tablette ou d’un smartphone en mélangent performances et autonomie.

HUAWEI KIRON 920

Cette solution sera assemblée sur un même SoC avec un ARM Mali-T628 MP4 (4 coeurs). Là encore c’est une solution si ce n’est banale, au moins largement déjà vue. Gravée en 28 nanomètres, cette puces Huawei Kirin 920 ne se démarquera donc pas spécialement du reste du marché par ses performances qui devraient être excellentes sans se dégager vraiment du reste de la concurrence. Du confortable et rapide donc. A cet ensemble, toujours sur la même puce, Huawei intègre un modem 4G/LTE Cat 6 censé supporter théoriquement du 300 Mbps.

Il faut prendre un peu de recul par rapport à cette annonce car elle n’est pas prévue immédiatement et surtout Huawei a l’habitude d’annonces précises non suivies de fait. L’annonce d’un puce 8 coeurs chez le fabricant date du CES… 2013 et n’a pas été suivie d’effets immédiats. Plusieurs puces précédentes ont été d’abord annoncées dans différents produits avant d’être finalement reculées sur un calendrier plus long et sauter une génération de produit.

HUAWEI Hisilicon

C’est pourtant un mouvement intéressant de la part de Huawei, la marque Chinoise est en train de muer de façon très intéressante. D’un rôle de fabricants de terminaux et autres solutions pour des marques tierces, Huawei est en train de devenir un acteur à part entière du marché avec des terminaux signés de son nom de plus en plus efficaces et réussis.

Huawei est en pleine croissance et génère désormais la majorité de son chiffre d’affaire à l’international tout en conservant à la fois un rôle de fabricant tiers et une belle base de ventes en Chine. Le fait que la marque se dote de son propre processeur est donc assez significatif sur une tendance de développement du marché actuel. Tendance que je qualifie de « petits producteurs » avec un léger sourire, et qui permettra à une marque comme Huawei de gagner plus d’argent sur chaque vente qu’un concurrent achetant un processeur externe.

Non seulement la solution Huawei Kirin 920 est moins cher pour Huawei mais elle permet une intégration parfaite et facile d’un ensemble comprenant le processeur et le modem 4G. Huawei étant un grand fournisseur de solutions 4G pour opérateurs, il assure également une grande compatibilité de sa puce avec les futurs réseaux en place et s’offre dans le même temps une solution clé-en-main pour la marque afin d’assurer le suivi des mises à jour d’Android.

HUAWEI

Cette tendance de petits producteurs va à l’inverse d’un marché mondial classique où quelques fabricants de puces ARM espèrent manger la plus grosse part du gâteau en proposant leurs puces au plus grand nombre de marques: Qualcomm, Nvidia, Intel, Rockchip, Allwinner se partagent ainsi un marché où de plus en plus de marques de terminaux disposent de leurs processeurs : Après Samsung et ses Exynos, Fujitsu, LG, Toshiba, ZTE et bien d’autres marques accompagnent Huawei dans le développement de puces sur-mesures. La raison est plutôt simple, le prix de la licence et la fabrication via une usine tierce d’après le modèle de pouce ARM coûte moins cher à partir d’un certain volume que l’achat de puces concurrentes. Cela limite ce mode de développement aux plus gros acteurs du marché actuel mais n’empêche pas ces acteurs de proposer leurs puces à des concurrents pour amortir leur propre recherche et développement plus rapidement.

On a vu des Exynos de Samsung fleurir sur des produits non Samsung, verra-t-on un jour des Huawei Kirin 920 chez d’autres fabricants dans le futur ? Possible. En attendant la prochaine génération de puces Cortex de la marque, Huawei a en effet acheté les licences des puces 64 bits Cortex-A50 (Cortex-A53 et A57) d’ARM. De quoi tenir la distance dans les années à venir face à la concurrence.

7 commentaires sur ce sujet.
  • 9 juin 2014 - 14 h 04 min

    Encore une news qui me donne raison à ce que je disais il y a déjà plus d’un an, à avoir des ordinateurs sous proc ARM 64 bits prêts à détrôner les PC x86… Ce n’est que mon avis. ;)

    Répondre
  • 9 juin 2014 - 15 h 13 min

    @Sopilou: Je ne vois pas bien le rapport en fait ?

    Répondre
  • 9 juin 2014 - 16 h 18 min

    A moi aussi, une news qui me donne raison.
    Intel va se casser les dents sur le marché des puces basses conso.
    Ou tout du moins, il y a tout un pan d’acteurs majeurs du marché, qui ne s’embêteront que peu à intégrer les solution Intel.

    Tout ces acteurs qui développent leurs propres puces, et les utilisent dans leurs propres terminaux.
    Ils n’ont aucun intérêt à pousser les solutions Intel.

    J’espère que le stratégie de la terre brulée actuellement menée par intel est vouée à l’échec.

    Répondre
  • 9 juin 2014 - 16 h 37 min

    @komino: La différence entre Intel et d’autres, c’est que ce n’est justement qu’une partie de sa stratégie visant a diviser la valeur des processeurs ARM. Cette apparition de micro acteurs va donc dans le sens de la stratégie d’Intel. Certes ils n’arriveront pas a imposer leurs puces dans des machines Huawei. Ni chez ZTE, ni a terme chez Samsung. Mais les principaux concurrents d’Intel que sont Qualcomm, Allwinner et Nvidia, eux non plus ne parviendront plus a rentrer sur ces marchés là.

    Le risque étant que ces marques avec des puces premium n’arrivent plus a payer suffisamment de R&D pour sortir du lot et soient obligées de baisser leur niveau de qualité.

    Intel aura toujours le reste du marché PC pour vivre… confortablement.

    Répondre
  • 9 juin 2014 - 18 h 35 min

    Et bien justement… Je parie en mille que les ventes de PC (desktop et notebook confondus, plateforme x86 bien entendu) ont diminué cette année encore ?

    Répondre
  • 9 juin 2014 - 21 h 36 min

    @Sopilou: Non c’est plutôt en hausse. Mais c’est conjoncturel !

    Répondre
  • 11 juin 2014 - 0 h 03 min

    Si ça permet à la mediapad x1 d’arriver encore plus sereinement en France et d’avoir plein de petits frères et soeurs, je serais le plus heureux :)

    Reste à voir comment vont réagir les fondeurs purs comme Nvidia et Qualcomm… Vont-ils eux aussi se lancer dans le business de la fabrication de produits sans pour autant casser leur partenariat avec leurs clients actuels ? Et si la tablette Nvidia sous Tegra4 donnait des idées ?

    Hum, je sens que les prochains mois vont être passionnant….

    @Sopilou : Si Intel se met à licencier certaines de ses puces, pas sûr qu’il reste grand chose à ARM. Pour ma part, si je pouvais avoir le choix de l’architecture qui équipe ma tablette et mon téléphone, je choisirais sans hésiter du x86 ne serait-ce que pour faire tourner un Linux sans recompiler à tout bout de champ :p (et d’autant plus que pour le moment Intel joue la carte open source pour ses GPU (ARM semble s’y mettre pour les GPU Mali, mais il y a encore du chemin à faire…)

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *