Hardware.fr tire sa révérence, le site ne publiera plus de contenu éditorial

Hardware.fr, site emblématique du net technophile français, annonce la fin de son aventure éditoriale après 21 années de bons et loyaux services sur la toile. Le forum restera en place, la boutique du même nom également mais c’est la fin de 21 années de tests, de passion et de travail pour le site et son créateur : Marc Prieur.

Je vais faire un peu le vieux con dans ce billet et je m’en excuse. Mais les mots choisis par Marc pour expliquer la fin de son aventure sur Hardware.fr résonnent assez fortement en écho avec mes propres réflexions en ce moment pour Minimachines. Non pas que je veuille arrêter l’aventure mais je suis bel et bien obligé de faire les mêmes constats.

Mode vieux con enclenché

Je vous encourage à aller lire le mot de Marc dans son intégralité, il détaille l’état des lieux qu’il dresse en rendant les clés de son site. Et je suis on ne peut plus d’accord avec lui sur de nombreux points.

2018-05-10 15_42_44-minimachines.net

Une des pub papier de Eurisko en 1999

J’ai connu Marc alors qu’il était encore au lycée. Il appelait alors la boutique dans laquelle je bossais pour avoir des infos ou recevoir du matériel de test. Hardware.fr n’existait pas encore, son site s’appelait Achat PC et il ressemblait plus à un blog qu’à autre chose. Quand Marc parle de flamme, et malgré son aspect nonchalant à l’époque, je vois bien ce qu’il veut dire. La flamme, il la portait très haut. Il s’intéressait à des détails importants, creusait, fouillait et exhumait des informations qu’aucun autre acteur de la presse grand public de l’époque ne songeait à vérifier. Il passait des heures à tester des puces, des cartes mères ou des disques durs. Je ne sais toujours pas si il faut être totalement dévoué ou totalement fou pour passer des heures à bencher des disques durs afin de remplir un tableur et sortir des statistiques. Lui le faisait, par passion. 

Chez Eurisko.fr, ma boutique de l’époque donc, on appréciait cela. On a donc aidé Marc comme on le pouvait. Faut dire qu’on aidait tout le monde dans ce net francophone High-Tech naissant. Qu’un site sache faire la différence entre de la SDRAM PC100 et de la PC66 arrangeait bien nos affaires puisque nous informions notre clientèle de ce genre de détails à une époque où le flou régnait en maître sur les composants embarqués dans les PC vendus. 

2018-05-10 13_50_41-minimachines.net

Ce n’est pas le plus beau des logos mais c’est bibi qui l’a fait : fier.

Et puis, de manière plus personnelle, j’ai aussi aidé Marc pour son site : Logo, images… ce que je pouvais faire à titre perso et qui pouvait l’aider, je l’ai toujours fait sans trop rechigner. Je respectais énormément son courage dans cette aventure.

Marc a lancé le forum HFR1 qui est rapidement devenu un élément central de l’informatique en France. On y croisait des fous et des génies, j’y ai passé de longues heures sous le pseudo « Webmaster Risko » autant pour des discussions endiablées que pour rigoler ou assurer du SAV. Puis est apparu Hardware point fr – avec pas mal de soucis d’ailleurs pour obtenir ce nom de domaine –  et cela a été l’aboutissement et la consécration pour Marc. Le site est devenu un incontournable du web francophone. J’ai pu discuter et rencontrer quelques auteurs du site et tous partageaient cette même passion : Marc bien sûr mais également Antoine, Alan, Saïd, Philippe, Vincent et Damien. Je ne crois pas me  tromper en disant que Hardware.fr et ses auteurs ont fait naître dans leur sillage de nombreux sites high tech d’une part mais également une bonne partie de la génération actuelle des journalistes tech d’aujourd’hui. Avant de devenir Youtubeur, les gosses avaient des étoiles dans les yeux en rêvant de devenir testeurs de hardware…

Puis, j’ai quitté Eurisko, débauché par LDLC. Hardware.fr ayant été absorbé par la même entité je suis devenu un collègue de Marc même si notre éloignement géographique n’a jamais permis un rapprochement plus complet. Je suis resté « Parisien » et lui « Lyonnais ». N’empêche, c’était pratique d’avoir Marc dans sa messagerie face à certains problèmes hardware. Enfin, j’ai quitté LDLC pour lancer Blogeee à plein temps et enfin tenté l’aventure Minimachines. Je ne croise donc plus trop Marc, j’échange juste avec plaisir quelques mots de loin en loin. Plus par un hasard électronique qu’autre chose.

2018-05-10 15_46_58-minimachines.net

Une des rare photo publique de Marc qui n’aime pas trop les flash

Quant aux raisons de cette disparition du paysage, elles sont clairement énoncées et reflètent malheureusement un état des lieux que je partage totalement. Marc résume cet état des lieux en quatre points. Je vais essayer de rebondir dessus.

Le premier est personnel, il nous parle de sa passion de l’informatique, de la flamme nécessaire et des difficultés pour continuer à écrire après 21 ans de service. Je ne saurais pas mieux définir le problème d’usure que l’on rencontre les années passant. Le jour où, au réveil, on se rend compte qu’on traîne des pieds pour aller parler d’un sujet qui ne nous passionne plus est vraiment problématique. Le jour où on se rend compte que cela fait désormais plusieurs semaines qu’on y va à reculons…

2018-05-10 15_52_02-minimachines.net

Le second point est économique : J’imagine que l’essentiel des dépenses générées par l’entité éditoriale de HFR est absorbée par LDLC. Le site a ouvert sa propre boutique mais les pages de contenu n’ont jamais cédé à des pratiques publicitaires trop invasives. Pas de popups énervants, des opérations marketing bien ciblées et point d’artifices générateurs de vues comme un rafraîchissement des pages ou des articles aguicheurs. Gagner sa vie en proposant des contenus riches, construits et complexes reste un challenge impossible en ne vivant que par la publicité. Je ne connais pas les chiffres mais j’imagine que si Marc avait voulu faire de son forum une machine à fric, cela aurait été relativement simple. 5 bannières par page, un auto refresh fixé sur 30 secondes, des pop-up et pop-under et même, pourquoi pas , des habillages bien dégueulasses auraient permis de faire cracher un maximum de cash à chaque page. En ajoutant une solution de téléchargement de pilotes et autres, l’aventure aurait sans doute été une ruée vers l’or du clic facile. Elle aurait sans doute été plus courte également. La décision de garder un site lisible sur le long terme a primé. Bravo.

«Le modèle du tout gratuit qui a fait le succès du web est arrivé depuis quelques années à ses limites. Combiné à un contenu assez ciblé, chronophage et sur un site sur lequel nous refusons les publicités trop intrusives, on arrive à une équation complexe.»

Difficile de résumer plus efficacement le problème. Faire du contenu lourd et complexe à destination du grand public est une hérésie. Le web d’aujourd’hui calcule plus volontiers l’intérêt d’une news à la tête débile positionnée sur une vignette de présentation qu’à l’exactitude des chiffres d’un test en 32 pages. Comme j’ai pu l’entendre, il n’y a pas si longtemps encore à l’IFA : « HFR c’est super mais franchement, qui a envie de lire aujourd’hui sur son téléphone un test de 50 pages !? ». Ce n’est pas un constructeur qui me disait cela, c’est un journaliste. Et un journaliste qui, en lisant les 50 pages pouvait à son tour faire son boulot en synthétisant cet énorme travail en une page… bourrée de pubs.

2018-05-10 15_56_52-minimachines.net

Troisième point qui a probablement beaucoup  accéléré le mûrissement de cette décision, le départ de Damien Triolet. Le constat de fatigue intellectuelle a dû être plus rapide pour Damien que pour Marc car même si c’était un pilier du site en débarquant dans l’aventure HFR en 2003, il n’avait pas le même attachement que Marc pour le site. Ce n’était pas son bébé. Faire un site en solo est difficile, croyez moi. Mais éditer un site à plusieurs depuis plus de dix ans et voir s’en aller une partie de son équipe doit être encore pire.

 

2018-05-10 15_58_10-minimachines.net

Dernier point et non des moindres, Marc évoque le tassement de l’innovation constaté ces dernières années. Le report d’une bonne partie de la Recherche et Développement sur le secteur du Mobile est probablement une des raisons de ce ralentissement et comme HFR ne traitait2 pas de ce sujet, le volume d’innovation a considérablement réduit.

Même si le retour d’AMD semble vouloir rebattre les cartes et apporter enfin un peu de compétition au secteur, même si certains autres sujets sont intéressants à suivre, le constat est clair. La ligne éditoriale 100% « Hardware » du site est de plus en plus difficile à tenir. Quelle orientation prendre pour HFR ? La mobilité ? Le « Gaming » ? Abandonner les tests de fond pour se concentrer sur des guides d’achat ? Faire des ronds de jambe en vidéo en donnant la parole à ceux qui sont autorisés à parler chez les constructeurs ? L’équation parait vraiment difficile à résoudre.

Je partage totalement cette dernière opinion et j’avoue que, parfois, la maigreur des annonces à présenter sur le secteur des minimachines me fait peur. Je me refuse également à parler de smartphones pour la bonne et simple raison que ces engins n’arrivent pas à m’intéresser suffisamment. Je pourrais bien sûr vous tartiner des tests bateau des smartphones haut de gamme du marché. Ceux qu’on me propose régulièrement. Mais quitte à faire un truc qui ne m’intéresse pas, autant me faire embaucher ailleurs à un bien meilleur salaire. 

Je me doute que Marc va savoir rebondir et s’investir désormais à plein temps sur ses autres bébés que sont la boutique Hardware.fr et son forum. Les journées sont courtes et cela fait déjà pas mal de boulot à assumer.

Je garde un gros pincement au coeur tout de même car si je n’étais plus un lecteur quotidien de Hardware.fr, le site a partagé ma vie pendant plus de vingt ans. Dont quelques années de manière très très intensive.

Bon vent à Marc et Guillaume donc. En espérant qu’un jour, tel le Phœnix…

 

Notes :

  1. Avec Joce qui accessoirement travaillait également sur la conception du site Eurisko
  2. Cela me fait bizarre de parler de Hardware au passé
53 commentaires sur ce sujet.
  • 22 mai 2018 - 10 h 37 min

    En parlant de Clubic (Puissance PC) tellement rué vers l’or que M6 à revendu le site à ses créateurs historique et planté complètement un site pas trop mal pour en faire le voici ou closer de la presse IT.
    Un nivèlement par le bas, avec du copié collé de wikipedia, sur des informations fausse en plus.

    Répondre
  • 4 juin 2018 - 14 h 08 min

    Bon ben en un coup la moitié des sites d’infos que je suis réellement vient de fermer… :(
    le deuxième étant Minimachine, j’aurais aimé un billet plus optimiste de ta part Pierre ;)… là tu ne me rassure pas !

    car mise à part vous deux, les autres sites que je suis (genre les numériques) c’est juste pour les infos/rumeurs ASAP, leurs tests, ne je n’arrive malheureusement pas à leur faire confiance (certainement du à de belles erreurs que j’ai identifié).

    contrairement à Marc qui avait monté (au fil du temps) une petite armée (surtout pour gérer son bouillant forum de main de fer… un peu trop dur des fois ! je me suis fait ban définitivement, car je n’avais pas répondu à un MP d’un modo en 10jours… faut dire qu’il aurait pu réfléchir qu’en Aout, cela peu arriver de se couper du monde pendant plus de 10jrs… :D ).

    Du coup, tu n’as jamais songer à prendre un virage ? demander de l’aide pour rédiger des articles et prendre plus de temps pour du consulting ? (genre aider Atari à ne pas gaspiller leur millions… ;) )

    en tout cas, ménage nous en cas d’arrêt toi aussi ! ;)

    Répondre
  • 25 juin 2018 - 17 h 52 min

    […] Vous pouvez lire le témoignage de Pierre, car c’est vraiment plus qu’un ressenti, c’est une implication personnelle dans une histoire qu’il connaît bien. Vous pouvez lire aussi le billet raté de Cascador, qui réussit à avoir tort en même pas dix […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *