Google PixelBook, la nouvelle icône de la mode Chromebook

Le Google PixelBook a été dévoilé hier et, sans surprises, il est beau, il est performant, il est cher et il ne sera pas vendu en France. Petit retour sur une merveille pas prévue pour tout le monde.

Après le Chromebook Pixel, voici donc venu le temps du PixelBook. Le dernier engin portable de Google se démarque clairement de la concurrence en visant un secteur haut de gamme.

Si j’étais vénal, j’aurais mis une jeune mannequin en déshabillé sur l’image illustrant ce billet. Car c’est l’effet affriolant que me fait le PixelBook aujourd’hui. Une icône de mode inaccessible juste là pour inciter a renouveler sa garde robe.

Google PixelBook

Amnésique, Google indique que son PixelBook est le premier ordinateur portable capable de se transformer en tablette. Le constructeur semble oublier que le concept de charnière repliée à 360° n’est pas vraiment nouveau puisque Lenovo a lancé ses Yoga  il y a quelques années déjà. Passons. L’engin est donc un transformable. Il peut passer de portable classique à tablette avec les états transitifs habituels des modes tente et présentation.

Google PixelBook

Dans sa fine carcasse, l’engin embarquera des puces performantes pouvant aller jusqu’au Core i7 associé à 16 go de mémoire vive et 512 Go de stockage SSD pour 1649$. La version « entrée de gamme » à 999$ se contentera d’un Core i5, de 8 Go de mémoire et de 128 Go de stockage. Une seconde version Core i5 8Go mais avec 256 Go de SSD est attendue pour 1199$.

2017-10-05 14_56_56-minimachines.net

J’ai tellement hâte…

Son écran est tactile, l’engin est compatible avec les applications Android et il faut donc pouvoir toucher l’écran, mais il est également compatible avec un stylet Wacom optionnel – vendu 99$ parce que pourquoi pas – qui lui offre plus de 2000 niveaux de pression, une latence de 10 millisecondes ainsi que la gestion de l’inclinaison jusqu’à 60°. Il fonctionne avec une pile AAAA qui lui offrira une année d’autonomie. On pourra donc gribouiller ou écrire à l’écran avec la possibilité de poser la paume dessus en mode tablette.

Google PixelBook

L’affichage est un rare 12.3 pouces en 2400 par 1600 pixels, la même définition que le Samsung Chromebook Pro. On se retrouve donc en affichage 3:2 et non pas en 16;9 ou 16:10, une caractéristique intéressante qui différencie fortement l’engin de nombreux concurrents sur ce secteur. On découvre par contre des bordures d’écran assez épaisses, une bizarrerie face aux efforts de la concurrence actuelle.

Google PixelBook

L’ensemble est enfermé dans un châssis en aluminium usiné de 10.3 mm d’épaisseur, livré avec un clavier chiclet QWERTY avec une course de touche de 0.8 mm et rétro éclairé1. Son pavé tactile est large et déborde sur le bas du châssis. On note la présence d’un bouton dédié à l’utilisation de l’assistant vocal de Google. Là aussi, le moteur de recherche veut vous convier à la grande fête de la collecte de données en vous collant un bouton sous le nez. Quand on a un bouton sous le nez, nous autres les humains. On appuie dessus. C’est plus fort que nous.

Le PixelBook pourra donc vous entendre, quatre microphones ont été mis en place pour cela, et vous écouter si vous appuyez sur le bouton. On aurait pu tout aussi bien cliquer sur une icône pour prendre en compte un rendez-vous mais le bouton est plus attirant, plus magnétique.

Le doigt sur le bouton se coincera ensuite dans l’engrenage de l’usage de l’assistant vocal et vous y prendrez goût, parce que l’humain aime les gadgets et qu’il est faible face à eux. Une fois une question indispensable posée, du type « Quel temps fait t-il, je vis dans un bunker ? » le PixelBook  pourra vous répondre avec une paire d’enceintes stéréo.

Google PixelBook

Reste la connectique, ou plutôt ce qu’il reste de connectique avec deux ports USB Type-C pour transférer des données et charger l’appareil grâce au chargeur 45 Watts fourni. La machine propose également un port casque, coup de bol ça semble aussi disparaître chez Google. Et une maigre webcam 720P présente en façade. A 1650$ pièce, on allait quand même pas coller une webcam qui allait avoir un peu de mégapixels a proposer.

Note importante, Google promet que son PixelBook offre 10 heures d’autonomie globale et pourra récupérer 2 heures d’autonomie supplémentaire en se branchant 15 minutes à une prise de courant. Vraiment pas mal au vu de l’usage de l’engin. Car il est mobile et pèse tout mouillé 1.3 Kilo.

Google PixelBook

Très joli mais pas du tout prévu pour nous, le PixelBook va jouer son rôle de défricheur de nouvelles opportunités pour les concurrents. Peut être que les petits Français verraient d’un autre œil un Chromebook moins cher équipé de 128 Go de stockage plutôt qu’un modèle culminant à 32 Go.

Après tout on est dans un pays ou les hôtels low-cost n’ont pas de Wifi et où les palaces n’hésitent pas a vous le facturer 20€ la journée. Pas encore le pays du tout sans fil donc.

Images : TheVerge

Notes :

  1. Et ne vous attendez pas à un clavier AZERTY, l’engin est pas prévu pour les frenchies.
9 commentaires sur ce sujet.
  • 5 octobre 2017 - 15 h 44 min

    haha méga dose d’ironie ^^

    Répondre
  • to
    5 octobre 2017 - 16 h 02 min

    Donc ils ont collé un clavier a un ipad pro… Une minute de respect pour les mecs de la boite de com qui a du pondre les elements de langage ;)

    Répondre
  • 5 octobre 2017 - 16 h 47 min

    Excusez moi, un Core i7 pourquoi faire sur ce genre de machine et OS ?
    Y a t-il des équivalent de photoshop, 3DS Max dessus ?

    Répondre
  • 5 octobre 2017 - 17 h 03 min

    On peut installer Windows dessus ?

    Répondre
  • 5 octobre 2017 - 18 h 12 min

    Qu’est-ce qu’il est moche mais le même sous Windows ou Linux avec bordures d’écran réduites ça serait top.
    Je ne connais pas bien chrome OS mais je connais bien les émulateurs android sur laptop et desktop, beh pour le moment ça sera pas pour travailler mais pour les loisirs ça peut avoir son utilité surtout avec le stylet.
    En même temps les développeurs vont avoir une machine performante pour développer dea apps tirant partie de cette puissance.
    Bref, c’est peut-être le chromebook moyen de dans 5 ans ou ça restera un prototype comme ses prédécesseurs…

    Répondre
  • 6 octobre 2017 - 2 h 27 min

    @H2L29: pareil, après l’article sur Windows 10S, j’ai explosé de rire sur celui-ci. Un délice de lecture.

    Répondre
  • 6 octobre 2017 - 9 h 30 min

    ‘LLo,

    Ouaip, mieux vaut en rire (de peur de n’avoir à faire le contraire !).
    Ils auraient pu aussi mettre un p’tit oeil rouge quelque part sur cette babasse, pour rendre hommage à Clarke & Kubrick qui avaient entrevu quasimment tout ça, il y a presque un demi-siècle, pfuuu..!:

    https://fr.wikipedia.org/wiki/HAL_9000

    & en particulier le paragraphe culture populaire/informatique consacré à l’entité commerciale/omniprésente d’un autre visionnaire (?) que je ne peux m’empêcher de coller ci-dessous*:

    « Le logiciel Siri, l’assistant personnel d’Apple dit, lorsqu’on lui parle de HAL, que « tout le monde sait ce qui est arrivé à HAL » ou encore qu’il « n’a pas fait les bons choix mais il chantait bien », il conclut par « n’en parlons pas », mais propose de rechercher HAL 9000 sur le web. »

    *: Il faudrait aussi évidemment vérifier si l’assistant de « Big Googler (is listening you..?) » est d’accord avec son collègue cupertinien sur le sujet (juste avant de ne + en parler)..? ;-)

    Répondre
  • 6 octobre 2017 - 10 h 36 min

    @Jerry Khan:
    Pour jouer à Asphalt 8 on te dit ! :D

    Répondre
  • 9 mai 2018 - 9 h 44 min

    […] le PixelBook, le Chromebook de Google, qui sera le premier a proposer ce nouvel outil permettant de piloter des […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *