Google ouvre ses Chromebooks à plus d'OS

Google ouvre ses Chromebooks à plus d’OS

Est-ce que Google est masochiste ? Le moteur de recherche annonce vouloir ouvrir un peu plus encore son système ChromeOS pour permettre l’installation de solutions Linux alternatives sur ses Chromebooks.

Le mode développeur permet aux utilisateurs de Chromebooks de tester des solutions logicielles avancées. Ce mode est également exploité depuis de nombreux mois pour utiliser Crouton, un système d’exploitation Linux qui va venir cohabiter avec ChromeOS sur la machine.

Crouton Chromebooks

Une prochaine mise à jour permettra donc d’exploiter de nouvelles fonctionnalités de test indique François Beaufort, Chrome Evangelist pour Google. Un des points importants décrits est lié à la désactivation des systèmes de vérification de ChromeOS permettant de modifier les fichiers systèmes.

Crouton Chromebooks

Mieux encore, l’amorce du système sera enfin paramétrable, ce qui libérera la possibilité de booter l’engin sur un port USB par exemple et donc d’installer de manière persistante ou temporaire un autre OS. Autre usage qui sera ouvert, le SSH, qui permettra de prendre le contrôle de son Chromebook à distance.

Masochisme, générosité ou calcul ?

Difficile de voir où veut en venir Google avec cette libération. En ouvrant son code et ses défenses techniques – même si elles sont déjà bien attaquées depuis Crouton – Google ouvre la porte à la disparition pure et simple de son radar de machines sous ChromeOS. Or toute la stratégie de Google est liée à l’adoption massive de son système et chaque machine qui passe sous un Linux libre est une machine perdue dans l’écosystème du moteur de recherche.

Est-ce du masochisme de la part de Google de libérer ses Chromebooks ? La marque sait pertinemment que de nombreux utilisateurs passent leurs engins sous Linux depuis des mois et des mois. Certains revendeurs se sont même spécialisés dans la transformations de Chromebooks sous Linux. Je suppose même qu’un pourcentage non négligeable d’acheteurs investit dans un engin de Google avec comme objectif premier de le passer sous Crouton sans même tenter d’utiliser ChromeOS.

En libérant un peu plus ses défenses, déjà en partie sapées par la communauté Linux, Google espère peut être augmenter ses ventes. Quitte à ne pas voir son parc logiciel se multiplier à la même vitesse ?

17 commentaires sur ce sujet.
  • fpp
    15 janvier 2015 - 11 h 46 min

    « Je suppose même qu’un pourcentage non négligeable d’acheteurs investit dans un engin de Google avec comme objectif premier de le passer sous Crouton sans même tenter d’utiliser ChromeOS »
    –> tu supposes bien Pierre :-)

    Répondre
  • 15 janvier 2015 - 11 h 48 min

    Oh punaise ta news arrive à point, j’allais vendre mon chromebook 11 cet après midi justement parce que j’en avais marre d’avoir ChromeOs+crouton au lieu d’un vrai boot linux à part entière… je vais tenter !
    Merci Pierre !

    Répondre
  • 15 janvier 2015 - 11 h 55 min

    Solution sympa ou Solution Batarde ?

    C’est sur qu’avoir un dual boot ou un système plus ouvert que Chrome OS peut sembler INTERESSANT .

    Sauf qu’il y a peu de chance qu’un LINUX soit parfait sur une machine a base de Tigra ou autre processeur ARM équivalent .

    La solution offerte par Google ne peut donc être intéressante que pour une machine a base d’un processeur x86 donc un Intel ou un AMD .

    Je vois donc plus cette présentation comme un effet retour de la licence gratuite de Microsoft BING que comme une alternative complémentaire et intéressante pour Chrome OS .

    Je pense que pour offrir une ALTERNATIVE au solution Linux ou Microsoft , GOOGLE devrait être capable de nous offrir un OS qui mixe a la fois les nombreuses applications d’ANDROID et la facilité d’utilisation de son Chrome OS .

    Pour simplifier ,il faut les jeux et la bureautique dans un OS moderne .

    GOOGLE va certainement perdre ce match entre BING et CHROME OS , reste qu’ANDROID n’est pas parfait non plus .

    Répondre
  • 15 janvier 2015 - 11 h 55 min

    l’ouverture de ubuntu sous un onglet de chrome me conviens pour pouvoir faire du libre office, handbrake de l’onglet à un NAS j’ai vue que l’on pouvez jouer a counter strike avec une chromebook

    >en attente la simplicité et la rapidité de chrome au quotidien sans les cochonneries pré installer, la lenteur, les mises a jours quotidienne d’un OS à 150€ pré installer, ça me parle

    Répondre
  • 15 janvier 2015 - 12 h 53 min

    ptipaj : je fais des bonds sur place à te lire. A croire que Linux ne fonctionne pas sur ARM ? Punaise, je tombe des nues, je vais pouvoir balancer les Raspberry Pi par la fenêtre (pourtant ça semblait bien fonctionner, sous Linux, avec un ARM), ainsi que les Coala, les cartes STM32…
    Bon sang, non mais !
    Bien sûr que ça marche Linux sur ARM, grnondediou !

    Répondre
  • 15 janvier 2015 - 14 h 01 min

    Excellente nouvelle, j’ai bien fait de configurer le verrou maj. comme meta-touche dans mon linux perso, va y avoir du full-format de Bing un de ces jours…

    Répondre
  • 15 janvier 2015 - 14 h 17 min

    O_ops, de Chromeos, plutôt, heureusement en pleine digestion, personne avait noté.. ;-)

    Répondre
  • Cid
    15 janvier 2015 - 15 h 01 min

    En même temps Google ne vend pas de matériel.

    Répondre
  • 15 janvier 2015 - 16 h 35 min

    … Un p’tit MintBook relativement facilement, ça serait pas mal…

    Répondre
  • 15 janvier 2015 - 17 h 53 min

    Et si tout simplement, l’avenir de ChromeOS résidait dans le navigateur ? Le navigateur en espace Google pour des applications/containers. Ce ne serait pas bête du tout et permettrait à Google de royalement s’affranchir de tout OS tiers. L’utilisateur a juste à installer Chrome et hop, il a accès à tout plein d’applications. Ainsi, Google peut même « capter » les gens sous Windows sans leur faire peur ;)

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 0 h 36 min

    Déjà que cela sentait le sapin pour ces machines qui se vendent super bien aux états unis mais dont personne ne détient de stats solides !

    Je pense aussi qu’avec un linux et chromium c’est déjà beaucoup mieux.

    Répondre
  • bob
    16 janvier 2015 - 3 h 43 min

    @StarLord: a part sur le Rpi ou y’a les drivers graphiques pour avoir de l’acceleration materielle, et sur le Nvidia K1, non,
    Linux ne marche pas tres bien en tant que « desktop » sur ARM
    (Cependant cela doit etre possible d’utiliser les blobs de ChromeOS, donc y’a une chance que ca marchotte).

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 11 h 38 min

    Super bonne nouvelle, j’en avait marre de l’avertissement au démarrage parce que j’ai installé crouton :/

    C’est une excellente nouvelle pour les utilisateurs, peut-être tout simplement que ne pouvant pas empêcher le passage à linux, Google préfère contrôler le passage (vaut mieux un dual boot Chrome/Linux qu’un simple boot Linux)

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 11 h 39 min

    sans doute pour contrer un le win « gratuit » …

    c’est vrai que du coup ça devient super cool vu la légèreté d’un linux par rapport à l’autre ..

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 11 h 58 min

    NON Linux n’est pas parfait sur ARM .

    Expérience de Linux depuis fin 1998 ,Redheat 5.2 il me semble sur un vieux Intel 486 sans problème .
    Utilisation de diverses Version de Mandrake et d’Ubuntu depuis sur x86 (du Celeron au Pentium III en passant par divers AMD) .

    Pas convaincu par contre par mes essais sur Rikomagik MK II ,Mêle A 200 ou même RK 3066 .

    OK ,il existe des Ubuntu qui fonctionnement sur Trimlice et autre machine dédiées plus ou moins équivalentes .

    Le cas Raspberry Pi est particulier ,d’abord cette machine dispose d’une communauté dédiée particulièrement réceptive a la mise a jour d’OS sur cette machine .

    Je pense pas qu’il existe un OS pour chaque processeur ARM ,leur nombre et les versions trop diverses ne facilitant pas

    Répondre
  • 16 janvier 2015 - 12 h 01 min

    @ptitpaj:
    La diffusion de système dédié a chaque machine.

    Le nombre de processeurs différents chez chaque fabriquant laisse planer un doute sur la viabilité des solution ARM ,hormis bien sur pour un projet dédié .

    Répondre
  • 20 janvier 2015 - 16 h 28 min

    Moi, je reste persuadé que la méthode Crouton est complètement maitrisée par Google ! Je pense que Google garde le controle de toutes les communications réseau même lorsque l’on utilise Ubuntu sous Crouton.
    D’ailleurs, à la place de Google, je rendrais le dual boot chromeOS/ubuntu natif, pour donner accès à l’impression, par exemple et surtout faciliter l’adoption du truc (il suffit de lire dans la presse généraliste combien il est difficile d’installer crouton/ubuntu, hein, pas vrai 01info de janvier ?)
    Devoir utiliser Google cloud print et ne pas pouvoir faire grand chose en local sans connection sont des freins majeurs et la cause de nombreux retours machines dans les magasins électro-ménagers en France, ce qui les a dégoutté de les vendre.

    Cela dit, je trouve que la compatibilité avec les apps Android est encore loin de ce qu’on nous avait promis et que c’est bien dommage !!!

    Reste que la concurrence est rude, MS a réagi, mais pouvoir booter en moins de 7 sec. et utiliser toute la puissance de mon processeur pour la bonne cause et pas des antivirus ou des services inutiles, c’est tout à fait révolutionnaire et je ne veux pas revenir en arrière !!

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *