Google veut fluidifier l’accès à ses services avec GMS Express

La certification nécessaire pour obtenir l’accès aux services de Google a un coût, elle a également un calendrier. Avec GMS Express Google veut améliorer l’accès aux Google Mobile Service en réduisant le temps nécessaire à la certification de ceux-ci tout en baissant leur impact économique.

Le service GMS Express proposé par Google est un moyen pour un fabricant de smartphones, de montres connectées, de TV-Box ou de tablettes d’obtenir l’accès aux Google Mobile Services pour son produit sans subir les délais et les coûts habituels.

2017-11-02 10_34_38-minimachines.net

Si vous avez déjà acheté une tablette Android Chinoise ou destinée au marché asiatique, vous avez peut être rencontré ce problème : Elle est livrée sans un accès au Google Play Store, n’a pas de lien vers Gmail, Youtube ou de navigateur Chrome. Elle peut tourner sous une version très récente d’Android mais être tout de même amputée des services de Google.

La raison en est simple, ces tablettes visent un marché qui se passe parfaitement des services de Google, tout comme il se passe parfaitement de Facebook ou d’autres grands services en ligne. Les internautes chinois ont depuis toujours fait sans Youtube par exemple et continuent donc sur cette lancée. Autre souci, et peut être explication parallèle de ce phénomène, les constructeurs ne veulent pas s’offrir et souffrir de la certification de Google.

Quand on fabrique un produit qui tournera sous Android et que l’on veut accéder à ces services, il faut passer par une certification de Google, la fameuse GMS : Google mobile Services. Cela coûte cher aux constructeurs et surtout cela ralentit le moment où leur produit débarquera sur le marché. Or, beaucoup de petits constructeurs asiatiques travaillent quasiment en flux tendu, sans énormément de trésorerie. Les gains réalisés avec les ventes d’une tablette ou d’un smartphone sont directement réinjectés pour construire la prochaine gamme de produits. Attendre trois mois une certification pose donc problème. Beaucoup préfèrent donc une méthode un peu plus expéditive, celle qui consiste à installer un Android sur l’appareil puis à injecter des applications sur l’appareil comme Youtube ou Gmail. Sans passer par la certification…

Google en est conscient et évidemment cela lui pose problème. L’accès à Youtube lui coûte de l’argent et si la personne n’est pas identifiée, si elle ne dispose pas de compte Google, elle ne lui rapporte quasiment rien. Ce marché Chinois est donc ingérable autant qu’il est énorme, Google a donc eu l’idée de proposer un service baptisé GMS Express qui accélérera l’obtention de ce fameux sésame en réduisant son coût. Il passera de trois mois d’attente, comme c’est le cas actuellement, à un mois seulement. Un moyen plus simple pour les constructeurs de se faire certifier puisqu’il suffit de construire des prototypes des appareils en avance et de lancer ensuite la production. Le prix de la certification sera revu à la baisse également.

2017-11-02 10_35_00-minimachines.net

Pour parvenir à ce résultat, Google a, semble t-il, pris comme position de départ le fait que la certification se base sur des composants et éléments variés mais dont les principales fonctionnalités sont désormais intégrées dans un seul et même SoC. La marque s’est donc rapprochée de concepteurs de puces afin de certifier en amont leurs SoC une fois pour toutes. Avec Mediatek, premier partenaire a s’engouffre dans cette opportunité, les puces qui seront validées pour passer par le services GMS Excpress permettront de fluidifier l’obtention du précieux sésame. En fait, Google va certifier des SoC ARM Mediatek d’office et toute utilisation de ces SoC validera d’emblée une bonne part de la certification : Avec des puces qui embarquent désormais des cœurs cortex classiques mais également des composants vidéo, des circuits Wifi, des GPS et autres modems, cette idée de vérifier à la source est intelligente. Il ne restera plus qu’a vérifier des points techniques secondaires pour valider ou non les produits.

GMS Express semble ouvert à tous les concepteurs de puces, tous ceux qui veulent proposer une gamme de produits ayant pour destination autant le marché Asiatique que le marché Américain ou Européen auront intérêt à se pencher sur des SoC certifiés GMS Express. Si cela fonctionne bien pour Mediatek, cela lui assurera donc de meilleures ventes.

mediatek

C’est également très malin de la part de Google puisque cela poussera les constructeurs de smartphones Asiatiques à proposer l’accès aux services de Google officiels au lieu de passer par des injections de fichiers APK. De quoi améliorer son implantation en Chine, par exemple. Si les ventes de Mediatek ont un sursaut, les autres concepteurs de puces type Amlogic, AllWinner ou RockChip auront probablement tendance à se pencher sur ce GMS Express pour leurs propres processeurs. Un effet boule de neige positif pour Google mais également pour les utilisateurs Européens qui n’auront plus à se casser la tête pour profiter des applications habituelles de Google si ils importent une tablette d’Asie.

Source : XDAdevelopers via Liliputing

10 commentaires sur ce sujet.
  • fpp
    2 novembre 2017 - 13 h 00 min

    « Gogole » dans l’intro, c’est voulu ?… :-)

    Répondre
  • 2 novembre 2017 - 13 h 39 min

    « …débarquera sur le marché. Hors beaucoup de petits constructeurs asiatiques travaillent quasiment en flux tendu, … »

    Hors -> Or

    Répondre
  • 2 novembre 2017 - 13 h 42 min

    @fpp: Je me suis fait la mm remarque :D
    Les produits Xiaomi sont certifiés?

    Répondre
  • 2 novembre 2017 - 17 h 40 min

    Quelle horreur, il faudrait justement que android soit livré sans GMS et qu’il soit installable via un APK pour ceux qui veulent du google. Google a completement perverti le concept d’Android.

    Répondre
  • DBP
    2 novembre 2017 - 18 h 20 min

    @EKIMIA:
    Entièrement d’accord avec toi !!! N’étant pas un expert, est-ce que l’on peut enlever facilement tous les services Google d’une tablette Android. Et, si oui, est-elle alors vraiment « utilisable » après?

    Répondre
  • 2 novembre 2017 - 20 h 43 min

    @EKIMIA
    Pire que pervertis : Ils prennent la même direction que wincro$oft fin 90.
    Plus un seul informaticien dans les locaux. Juste des commerciaux.

    @DBP
    Bien sûr que tu peux retirer très facilement n’importe quel logiciel.
    ca nécessite juste d’être en mode root.

    Répondre
  • 2 novembre 2017 - 21 h 01 min

    Ça pue grave. Quand on ce rappelle que Netflix à était bloqué sur les machines non certifié il y a quelques temps. Cela veut dire que Google va prendre la main sur Android et on va être obligé d’avoir toute les applications Google installé sans qu’on en ai besoin.

    Répondre
  • 2 novembre 2017 - 23 h 11 min

    Quelle est la difference entre « proposer l’accès aux services de Google officiels » grace à la certification et « passer par des injections de fichiers APK » ?
    Si je comprends bien, les constructeurs asiatiques, faute de certification, installent la version Android sans les services intégrés de Google… Mais est-ce que c’est potentiellement « bloquant » pour l’utilisateur final ?
    Je suppose que ça se traduit par l’absence de l’icône des paramètres Google et de la panoplie d’applications estampillées Google (store, cloud, player….)
    Mais si le constructeur chinois installe manuellement le store, ou est la problématique ? Je peux – ou pas – récupérer les applications correspondantes en passant par le store, non ?

    PS: Excusez moi mais je n’ai encore jamais possédé de tablette ou smartphone Android 😁

    Répondre
  • 3 novembre 2017 - 9 h 39 min

    — Quelle est la difference entre “proposer l’accès aux services de Google officiels” grace à la certification et “passer par des injections de fichiers APK” ?

    La légalité pour le constructeur.

    — Si je comprends bien, les constructeurs asiatiques, faute de certification, installent la version Android sans les services intégrés de Google… Mais est-ce que c’est potentiellement “bloquant” pour l’utilisateur final ?

    Que gmail soit installé en usine ou par le client ne changera rien à l’utilisation.
    Tout du moins en principe car les limites se situes plus au niveau de l’emplacement de l’appareil (la France, la Martinique ou la Corée du nord n’ont pas les même droits sur le playstore) que de l’installation des utils google.

    — Mais si le constructeur chinois installe manuellement le store, ou est la problématique ? Je peux – ou pas – récupérer les applications correspondantes en passant par le store, non ?

    Tout à fait.
    Installe tes applis toi-même et tu pourras passer par le playstore

    — PS: Excusez moi mais je n’ai encore jamais possédé de tablette ou smartphone Android 😁

    Les idiots ne posent jamais de questions :-)

    Répondre
  • 3 novembre 2017 - 10 h 57 min

    Merci 😁

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *