Une nouvelle feuille de route annonce toujours l’Intel Gemini Lake en 2017

Il ne reste plus beaucoup de temps à Intel, le fondeur annonce toujours sa nouvelle génération de puces Intel Gemini Lake pour ce mois de Décembre. Les nouveaux Intel Pentium et Celeron doivent bien sortir ce mois-ci annonce Intel.

La gamme de processeur Intel Gemini Lake devrait sortie en double et quadruple cœurs dans une gamme de puces à très basse consommation. Ils sont positionnés comme les successeurs naturels de la gamme actuelle de processeurs Apollo Lake.

Skyworld expose un portable sous Intel Gemini Lake à Hong Kong

Un prototype de PC Intel Gemini Lake

Construites sur l’architecture des puces Intel Atom, ces puces Intel Gemini Lake situées sous les 10 watts de TDP devraient permettre la construction de machines intéressantes d’un point de vue mobilité : Bonne autonomie, bonnes performances d’entrée de gamme et bonne réactivité. Pour peu que l’on associe à ces puces les composants nécessaires, à savoir un stockage rapide et un minimum de 4 Go de mémoire, le pari Gemini Lake d’Intel peut être réussi.
Encore faut t-il que les constructeurs suivent ce mouvements. On a vu d’excellentes solutions équipées de puces Atom X5 ou X7. Pourquoi ne pas imaginer de très bonnes solutions Intel Gemini Lake avec 4 Go de mémoire vive et un minimum de 64 Go de stockage, si possible amovible.

J’ai bien peur pourtant, je n’ai que des bruits de couloir pour le moment, que la plupart des constructeurs continuent de proposer des machines très entrée de gamme avec ces puces. Du 11/14″ bien bateau, souvent en HD, avec 2 petits Go de mémoire et parfois le double. Un stockage MMC de 32 Go et plus rarement de 64 Go mais presque jamais évolutif. Quand on interroge sur le pourquoi de ces décisions, la réponse est floue. Cela va d’une recherche d’homogénéité de la gamme à un positionnement tarifaire précis.

2017-08-29 12_18_27-minimachines.net

L’architecture Gemini Lake

En gros, on vous dit que comme Intel semble situer Gemini Lake sur de l’entrée de gamme, alors les constructeurs conçoivent des machines le plus entrée de gamme possible. Personne ne semble se dire que l’entrée de gamme proposé ici est plus performante que ce que proposait un PC Professional il y a quelques nnées. Que l’ensemble de  ces capacités est suffisant pour les usages les plus courants d’un PC : Bureautique, retouche d’image, surf, multimédia si, et seulement si, les puces sont équipées d’un minimum de mémoire vive et d’un stockage rapide.

L’autre argument est donc purement économique. Monter un PC Intel Gemini Lake trop performant ferait de l’ombre aux gammes Core. En castrant les performances de la machine avec une limitation de mémoire et un stockage étroit, « on ne vise que le très grand public » sous entendu « qui n’y connait rien ».

J’espère sincèrement que les constructeurs internationaux vont réaliser le potentiel de ces machines et se positionner de manière moins réductrice dessus. Il y a vraiment là matière à concevoir d’excellents ultraportables abordables et intelligemment positionnés. Des machines proposant souvent une très belle autonomie, pouvant fonctionner sans ventilation et affichant des capacités respectables.

glk

Les autres enseignements de cette feuille de route sont plus lointains : On y retrouve des puces Coffee Lake-S en deux, quatre et six coeurs pour PC de bureau en 2018 associées à un chipset Intel 300. Puis, vers la toute fin de l’année 2018, une mention d’un nouvelle gamme de puces Cascade Lake-X est confirmée. Elle concernera les machine de bureau très haut de gamme et surement très gourmandes.

Evidemment, si la date de sortie des Intel Gemini Lake est toujours située en 2017, une petite ligne en bas de la feuille de route nous rappelle prudemment que ces éléments peuvent changer à tout moment…

Source : MyDrivers.com via  FanlessTech

8 commentaires sur ce sujet.
  • 4 décembre 2017 - 19 h 02 min

    Admettons que l’auteur du powerpoint ait glissé un peu trop le rectangle rose vers la gauche (je plaisante ^^)

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 19 h 32 min

    C’est vraiment dommage que les fabricants de cpu créent de si grandes gammes de puces. Un celeron un i3 un i7. Pareil chez amd. Et une puce i3/gpu pour counter Strike.

    En version bureau aussi. Les nouveaux i3 8100/r5 1500 a 150€, un r7/i7 pour les « enthousiastes » a 300€, et un apu a 60€.

    La segmentation de gamme, c’est une plaie. Et le marketing associé verrouille ces machines, comme tu l’écris. Il n’y a plus de w8.1 avec bing, et on trouve des machines a 2go de ram, et w10… Quand je vois mes 3.5go qui sont à la peine, et le prix d’un mini pc/portable avec 2x4go et un proco fanless… Comme tu le dis, les procos sont pourtant suffisant pour bien des usages… Si on ne les couples pas à des écrans qhd.

    Répondre
  • 4 décembre 2017 - 23 h 56 min

    @arpenteur:
    Autant je suis relativement d’accord avec ton propos, autant je dois reconnaitre que la segmentation des gammes chez AMD avec ses Ryzen est juste « publicitaire ». Tous les modèles sont espacés très justement avec à chaque fois un petit ajout en prix et un petit ajout en performances. Au client de voir jusqu’où il veut aller en prix et en performance, mais le rapport Prix/Perf est relativement constant chez AMD. Et c’est cool.

    Moi, j’espère que les constructeurs chinois de « bas de gamme qui montent » comme Chuwi et Vivo (et dans une moindre mesure Xiaomi, qui sont plus situés sur des gammes supérieures) vont sentir le vent tourner et proposer des machines sympas, comme ils ont déjà commencé de le faire avec les Apollo Lake. Ca, avec Gearbest qui ouvre un entrepot en France (ça a été annoncé je crois), et on va faire venir lentement mais surement des modèles plus intéressants.
    Je crois même qu’Amazon chercherait à importer des produits de ces constructeurs chinois… faudrait creuser les actus du web pour retrouver ça.

    Répondre
  • 5 décembre 2017 - 9 h 21 min

    Les anciens atoms avaient in TDP de 2W les nouveaux sont à 10W…

    Répondre
  • 5 décembre 2017 - 10 h 43 min

    Oui c’est un GROS soucis.

    Répondre
  • 5 décembre 2017 - 11 h 20 min

    Besoin de réinventer le roue, et donc d’une nouvelle architecture chez Intel. Ou deux.

    Les TDP regonflent, ils ont vraiment besoin d’une étape de plus. Et le Tic tic (tic?) toc ne va pas les sauver cette fois ;D

    @yattoz
    C’est plus le souci de dépenser de l’argent à faire des versions avec/sans ventirad, avec des ventirads différents, et de faire du 4c/4t (R3 1200, R3 1300 o/C, R5 1400 (mais cache limité) R5 1500 gros cache et oc et SMT) sous de nombreux modèles.

    Ce sont des dépenses superflues, même si cela permet de recycler les puces selon leur niveau de qualité.
    Je pense vraiment que les temps changent, et quand on voit Intel abandonner de nombreux projets, ses réunions bling bling, et conserver ses bénéffices, il est temps de couper aussi dans le marketing foireux.

    Un seul ventirad produit en série coûte moins cher que trois. Même si tu surdimensionnes pour les petites puces (vaut mieux ça que du throttling sur du haut de gamme) et que tu prends le plus cher des 3.
    Amd avec ses moyens limités de production, de budget, de qualité de gravure, devrait couper partout où c’est possible, sans porter atteinte à l’entreprise. Je crois.

    Répondre
  • 5 décembre 2017 - 17 h 00 min

    Je pense honnêtement que Windows 10 arm va faire de l’ombre à ces architectures d’entrée de gamme.

    Répondre
  • 5 décembre 2017 - 17 h 24 min

    @Le Breton: Attend de voir le prix des PC avant de t’avancer trop hein.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *