GameShell : Encore une console portable à assembler soi même

La GameShell est une petite console portable, assez proche physiquement d’une GameBoy mais exécutant un système GNU/Linux et qu’il faudra assembler avant de s’en servir.

La GameShell de Clockwork évoque clairement les premières Gameboy dans son design. Moins épaisse, avec un écran couleur, cette console en financement participatif sera distribuée en Avril, si le calendrier est respecté, pour un prix de base de 89$ pour les premiers arrivants.

GameShell

La grosse différence entre la GameShell et une console commerciale, outre son système ouvert conçu pour intégrer plusieurs types d’applications, de jeux et d’émulateurs, c’est qu’il est nécessaire de commencer par assembler sa console avant de pouvoir y jouer.

La carte est vendue dans un format à mi chemin entre le puzzle et la maquette. Des morceaux à assembler, entre plastique et électronique, dans un châssis qui unifie le tout.

2017-11-15 15_20_08-minimachines.net

On retrouve tout d’abord une carte mère baptisée Clockwork Pi qui propose un SoC Allwinner R16. Un quadruple coeur ARM Cortex-A7 associé à un circuit graphique ARM Mali-400MP2 et un demi gigaoctet de mémoire vive. L’engin ne dispose pas de stockage direct à proprement parler, un lecteur de cartes MicroSDHC permettra d’embarquer jusqu’à 32 Go de mémoire à la GameShell.

Un module Wifi 802.11b/g/n permettra de se connecter à un réseau et un Bluetooth 4.0 est également présent. Un port MicroUSB chargera la  batterie de 1050 mAh et une série de broches de développements seront également accessibles.

GameShell

L’écran est un 2.7 pouces en 320 x 240 pixels couleur à 60 Hz de fréquence. Pas une merveille donc mais un affichage suffisant pour de petits projets et l’émulation de jeux : Deux titres seront livré d’origine avec DOOM et Cave Story. Il sera évidemment possible de lancer des jeux adaptés à ce type d’affichage et la page de la GameShell de citer des titres Atari, GameBoy, GameBoy Advance, NES, et SNES. Une paire d’enceintes stéréo est également de la partie. La jouabilité sera assurée par un dispositif classique de boutons et de croix directionnelle.

GameShell

Le gros intérêt de ce design modulaire est qu’il sera théoriquement envisageable de mettre à jour l’engin dans le futur : Un nouvel écran, un nouveau SoC plus puissant, plus de mémoire ou de fonctions.

GameShell

Il sera possible de modifier sa GameShell au fil du temps. Du moins si les ambitions de Clockwork aux commandes du projet, aboutissent. Il sera également possible de faire de cette console tout à fait autre chose qu’un périphérique de jeu.

A découvrir sur Kickstarter

8 commentaires sur ce sujet.
  • 15 novembre 2017 - 16 h 43 min

    C’est sympa tout ces petits projets qui fleurissent.
    Celui-ce à l’air plutôt bien abouti, pour un néophyte pas trop technique.

    Avec un peu de chance, d’ici un ou deux ans, on verra le même genre de truc en magasin…. Ils l’ont bien fait pour un R2D2 a assembler soit-même ces derniers temps.

    Nota : Ben quoi, on a bien le droit de rêver ;-)

    Répondre
  • 15 novembre 2017 - 18 h 13 min

    On va même en trouver vendu avec pif gadget 😃

    Répondre
  • SDK
    15 novembre 2017 - 18 h 18 min

    Mouais

    Pour le prix, autant prendre une psp et ajouter retroarch

    Répondre
  • 15 novembre 2017 - 18 h 41 min

    Pour une fois le prix me semble logique .
    90 Dollars face a des kits pour R-PI a 160 avec le R-PI .
    Reste que si un petit chinois malin osait ,le kit pour R-PI Zéro sur lequel il suffirait de clipser le R-PI ce serait génial .
    Petit reproche pour le choix de l’écran car ,je pense que l’acheteur est prêt a payer 100 Dollars pour disposer d’un très bon écran un poil plus grand .

    Répondre
  • 15 novembre 2017 - 19 h 41 min

    Une petite console qui peut être sympathique. Cependant, le côté assemblage a l’air vraiment simpliste, ça m’a l’air un peu juste pour ceux qui veulent vraiment faire le côté assemblage d’un côté, et pour le grand public de l’autre côté, le concept d’assembler soi même est un peu hors de question. Peut-être pour initier des enfants ? Mais dans ce cas-là, Doom est un peu violent pour eux…
    Par contre Cave Story, très bon jeu, c’est un freeware (donc pas de coût pour eux) et toujours aussi plaisant à jouer (mais la vraie fin est exigeante…)

    Répondre
  • Luz
    15 novembre 2017 - 20 h 32 min

    il lui manque surtout des touches L et R pour en faire un émulateur Snes.

    Répondre
  • 16 novembre 2017 - 10 h 03 min

    Le projet semble bien ficelé et la machine est séduisante :). Après, chacun jugera suivant ce qu’il recherche.

    Pour ma part, je suis très attiré par ces machines au format gameboy mais je ne sais pas quelle voie prendre : la simpliste avec un projet en kit comme celui-ci, ou la plus technique sur une base raspberry avec plus de bidouillage. Je me tâte pour ce kit.

    Répondre
  • 16 novembre 2017 - 14 h 10 min

    @Luz: C’est ça en fait, ça reste très bien pour du 8 bits. Je pense qu’avec les boutons L & R, ça serait beaucoup plus compatible 16 bits.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *