Freescale annonce la mise en production de masse de sa série i.MX6

Le salon Eletronica qui se déroule à Munich en Allemagne depuis hier est l’endroit qu’a choisi Freescale pour annoncer ses séries i.MX6. Si d’un point de vue strictement performance les nouvelles puces ARM n’offrent pas grand chose de neuf avec leur conception Cortex-A9, elles proposent quelques avancées intéressantes.

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

Pour commencer les 5 puces annoncées sont compatibles entre elles, cela veut dire que sur le même support, la même carte mère, le fabricant qui les emploie pourra choisir entre du simple coeur, du double ou du quadruple. Tout comme il choisit de changer la mémoire vive en soudant un composant identique entre 512 Mo, 1 ou 2 Go, il pourra déterminer le niveau de puissance désiré en changeant de processeur Freescale.

L’économie réalisée est énorme puisque le fabricant pourra choisir la même carte mère pour toute sa production et jouer ensuite sur les composants facilement : Processeur, mémoire vive, stockage, Wifi, etc, tout  se combinera aisément.

Cette flexibilité devrait réduire les coûts de production et de fabrication et donc permettre d’atteindre des prix plus bas sur de nombreux produits ARM. Cela fait  dire à Freescale que leur nouvelle plateforme est inscrite dans la durée malgré l’arrivée prochaine des ARM Cortex-A15. On peut espérer que certains fabricants voient là une opportunité de se débarrasser des derniers processeurs d’ancienne génération qui restent encore assez implantés sur certains marchés entrée de gamme.

Dans le lot des nouveautés apportées par les i.MX6 on découvre des solutions étonnantes en matière d’affichage vidéo : Certaines puces permettent d’afficher sur 2 écrans QXGA (2048 x 1536) en simultané. Ou 2 WUXGA (1920×1200) et deux 1080P en parallèle. De quoi construire des solutions complexes en matière d’affichage. La prise en charge des affichages passifs à encre éléctronique de SiPix et E-Ink fait aussi partie des fonctions des puces.

Barnes and Noble, Kobo et Amazon utilisent les puces Freescale et ces nouvelles venues pourraient apporter de nouvelles fonctionnalités à leur produits. On imagine assez facilement une liseuse dockable prenant alors le rôle de mini machines connectée sur laquelle on pourrait jouer, lire, télécharger des données grâce à un écran externe.

Source : GoodEreader

6 commentaires sur ce sujet.
  • 14 novembre 2012 - 16 h 39 min

    OMG bon ben adieux les atoms alors j’espere !!! Parce 2 ecrans quand meme et c’est pas une petite résolutions mais bon je veux du concrets moi
    DES TEST !!! Ca faits longtemps que t’en a pas fait pierre , j’ai juste une question blogeee appartient a Cnet maintenant mais tu travailles pas pour eux si ?

    Répondre
  • A
    14 novembre 2012 - 16 h 58 min

    @jujudk:

    Ca remplace pas l’Atom car ce n’est pas du x86. Pas la meme architecture de SoC. Donc on ne peut pas utiliser les memes logiciels, notamment Windows et OSX. En tout cas pour l’instant.

    Répondre
  • 14 novembre 2012 - 20 h 47 min

    la wandboard (http://www.wandboard.org/) exploite ce type de processeur,
    c’est une carte concurrente au raspberry,
    j’espère que le coté open source en fera une véritable alternative à celui ci,
    car d’un point de vue processeur on passe d’une 2CV à une F1,
    la carte est très bien pourvu au niveau connectique
    et pour terminer on pourra changer le carte CPU/RAM facilement

    Répondre
  • 14 novembre 2012 - 22 h 38 min

    @A ben renseigne toi windows 8 est dispo sur arm ! Donc ce que je dit tiens la route.

    Répondre
  • A
    14 novembre 2012 - 22 h 47 min

    @Jujudk:

    Ouais, mais c’est pas Windows à proprement parler, c’est RT. C’est comme comparer iOS avec OSX.
    Ce ne sont pas les memes OS.
    Surtout, la grande différence entre windows (ex Metro) et RT, c’est que tu ne peux utiliser aucun des logiciels ‘Legacy’ qui tournent sur W7.

    Répondre
  • 9 janvier 2014 - 10 h 21 min

    […] 2 modèles embarquent pour le moment une puce ARM signée Freescale, la i.MX6, une Cortex-A9 quadruple coeur. Mais cette puce existe dans de nombreux format et on ne sait pas […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *