Exynos ModAP, Samsung rajoute la 4G dans ses SoC

Exynos ModAP, Samsung rajoute la 4G dans ses SoC

C’est un élément sur lequel travaillent les plus grand noms des producteurs de puces ARM depuis des mois, l’ajout de fonctions 4G directement au sein de leurs puces. Avec l’Exynos ModAP, le géant Samsung va enfin pouvoir se battre sur ce terrain.

Samsung annonce donc des Exynos ModAP, c’est à dire des puces comprenant à la fois les fonction de calcul ARM, un chipset graphique mais également la ribambelle de fonctions annexes de contrôles et réseaux habituels : USB, Wifi, Bluetooth, FM etc. Ils rajoutent au passage la présence d’un modem 4G LTE.

Exynos

C’est un élément important pour Samsung qui est pour le moment obligé d’utiliser des puces concurrentes sur ses propres produits quand il veut intégrer de la 4G à ses machines. Et pour qu’un fabricant de processeurs choisisse un processeur concurrent pour ses propres produits, c’est qu’il y a là un enjeu économique de taille pour les assembleurs.

comment expliquer que Samsung choisisse un processeur extérieur à ses propres productions si l’intégration d’une solution signée par ses usines et l’ajout d’un modem externe n’avait pas des conséquences économiques et architecturales très importantes. C’est ce qui explique la course de la plupart des constructeurs de puces dans l’ajout d’un modem 4G dans leurs puces.

Ajouter un second processeur pour gérer la 4G coute plus cher que d’intégrer une puce concurrente, ce la implique aussi une perte d’espace dans l’objet et c’est ce qui fait qu’au final une marque comme Qualcomm a raflé la mise sur la plupart des solutions haut de gamme en matière de smartphones ces derniers trimestres.

Exynos

Samsung, Nvidia, Qualcomm, Mediatek, autant de marques qui s’appuient donc sur cette facilité d’intégration pour vendre leurs puces dans le futur, mais qui seront bientôt talonnées par d’autres concurrents moins connus sur ces marchés.

Avec la Exynos ModAP, Samsung ne prend pas d’avance sur ses concurrents mais rattrape donc juste suffisamment son retard pour éviter de céder trop de parts de marché à Qualcomm ou à d’autres. Pragmatique,  la marque continuera de proposer des puces concurrentes si c’est plus rentable. La puce ainsi annoncée est une quadruple coeur 28 nanomètres classique, en 32 bits et probablement en Cortex-A15. Une puce qui devrait donc uniquement occuper un segment milieu de gamme.

Un commentaire.
  • 15 juillet 2014 - 20 h 15 min

    bonne nouvelle.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *