CES 2015 : FLIR One apporte la vision thermique à Android

Disponible sur iOS depuis des lustres, le petit module FLIR permet de voir l’infrarouge et donc de détecter la chaleur dégagée par ce que filme cette extension. Cette nouvelle version baptisée FLIR One apportera désormais cette fonction aux terminaux Android.

La marque FLIR est connue pour ses caméras thermiques, des outils pas donnés qui servent à des gens formés et qualifiés à déterminer la chaleur dégagée par divers appareils. Ces appareils servent à une foule d’usages précis, généralement des expertises et coûtent une petite fortune.

Un EeePC 701 en camera thermique

Avec ce module FLIR One, un simple particulier pourra ajouter à son terminal Android une fonctionnalité de détection de chaleur pour des usages plus, comment dirais-je, civils du procédé. Evidemment on n’est pas au même niveau de finesse de détection. L’étendue de la gamme FLIR est telle en tarif qu’on se doute qu’entre le modèle entrée de gamme et son haut de gamme il y a déjà une foule de détails qui changent.

Flir ONE

Mais pour avoir rêvé un jour d’acheter une de ces caméras pour filmer les machines que je teste, je suis ravi de voir apparaître une version Low-Cost de ce type. Ci dessus vous voyez une vidéo et une photo réalisée par une vraie caméra thermique FLIR du temps de Blogeee. Calibrée et prise par un professionnel, elle permettait de voir l’invisible, la répartition de chaleur sur la machine.

Flir ONE

FLIR One, ce nouveau dispositif pour Android propose de se connecter sur un MicroUSB et délivre le rendu capturé en temps réel par sa caméra thermique en direct sur l’écran de l’appareil auquel il est connecté. Cela permet de détecter par exemple une surchauffe dans un compteur électrique, un problème dans un moteur ou des ponts thermiques dans l’isolation d’une maison. Pour un blogueur un peu maniaque, cela permet de comprendre la circulation de l’air dans un PC et les endroits où il est plus chaud.

Flir ONE
Le prix annoncé est encore flou puisqu’il oscille entre 200 et 300€. Une somme, mais loin des tarifs du catalogue des caméras de la marque.

Flir ONE

Ce nouveau modèle utilise un nouveau capteur, plus performant que le précédent modèle et dispose d’une batterie intégrée pour éviter de décharger le smartphone.

Voilà un gadget sympathique pour faire des tests de machines.

Source : HDBlog.it

12 commentaires sur ce sujet.
  • 9 janvier 2015 - 17 h 53 min

    Hello Pierre,
    Pas pour polémiquer mais vraie question: est-ce que cela sert à quelque chose pour les PC?
    Je ne doute pas des applis type détection des fuites thermiques dans des maisons, mais nettement moins coinvaincu pour les PC et autres.
    On voit dans certains sites foultitude d’analyses thermiques de PC. Autre le fait que cela nécessite des matériels assez chers, des conditions de labo strictes… reste qu’il faut avoir des compétences pour analyser les résultats de façon pertinente.
    Les grands constructeurs en ont certainement les moyens. Mais les petites structures?
    Je reste avec l’impression que cela se fint en: “regarde, là c’est plus rouge, donc plus chaud”. Sans grande valeur ajoutée? A part faire joli…
    Quelle est ton expérience sur le sujet?
    Merci!

    Répondre
  • 9 janvier 2015 - 18 h 23 min

    @jorge-c: Je suis assez d’accord en fait. Des produits de ce type existent déjà sous Android et le problème n’est pas lié à la qualité du capteur mais à la formation de celui qui l’exploite. Pour faire mon petit test du EeePC 701 le type qui a fait le test, un pro de chez Veritas, a mis 20 minutes a calibrer son appareil pour la machine afin d’avoir des T° réalistes.
    A la fin il m’a dit, quand on est rodé et toujours dans le même environnement on peut faire ça en moitié moins de temps..” Bref même avec l’appareil c’est pas super fiable d’un point de vue note. Par contre c’est tout de même intéressant de voir la circulation d’air, le fonctionnement thermique de l’engin. Je suis sur qu’en fanless ça doit valoir son pesant de cacahuètes.

    Répondre
  • 9 janvier 2015 - 18 h 30 min

    @jorge-c: C’est surtout utile pour vérifier une dissipation homogène des points chauds, signe d’un travail efficace de la part des constructeurs au niveau de leur produit.

    Répondre
  • 10 janvier 2015 - 8 h 50 min

    @Pierre Lecourt:
    20 minutes de calibration de la part d’un pro avec du matériel pro… cela en dit long.
    Même la moitié du temps, cela donne une idée de la difficulté de la tâche.
    Je me demande combien de ceux qui publient des résultats le font correctement: pas simple!
    Donc cela sert surtout comme tu et SIRoB dissent, pour vérification qualitative.
    Merci de vos réponses!
    Cordialement, Jorge

    Répondre
  • 10 janvier 2015 - 21 h 26 min

    @jorge-c : pour travailler beaucoup dans la mesure de température dans l’industrie je peux apporter un petit témoignage. D’abord la mesure juste d’une température est très compliquée. Le second point délicat est de savoir ce que l’on mesure exactement : le matériau, sa peau, l’air environnant immédiat, l’air ambiant ? Un peu de tout ? Dans ma société la mesure par rayonnement sert à dégrossir, pas plus. Pour une mesure fine c’est exclusivement au thermocouple. Et leur étalonnage est à peu près aussi simple que les 20 min passées par le technicien avec Pierre … .
    Par contre la mesure par rayonnement a un quelques gros avantages.
    1. C’est pas si cher. Un seul appareil là où il faut une myriade de thermocouple et une centrale d’acquisition.
    2. C’est rapide, très rapide !
    3. C’est très peu intrusif.
    4. Si la mesure en absolu est peu juste, ces appareils sont plutôt bons en relatif et permettent de hiérarchiser rapidement des éléments.

    En l’occurrence, si on parle d’un PC que ce soit l’intérieur ou l’extérieur, ça permet en un coup d’œil rapide et sans esquinter le matériel d’avoir une bonne idée des zones chaudes. Que ce soit en émission (composants, électronique) ou des zones chaudes (accumulation, mauvaise ventilation). Bien sûr on ne pourra pas certifier que le ventirad est exactement à 44.96°C plutôt qu’à 41.32°C. Par contre on saura rapidement qu’il est à peine 20°C au-dessus de l’ambiant donc pas d’anomalie.

    C’était ma petite contribution du soir :)

    Répondre
  • 10 janvier 2015 - 22 h 24 min
  • 11 janvier 2015 - 10 h 13 min

    @ArnoH:
    Hola,
    Merci pour ta “petite contribution”, c’est vraiment intéressant d’avoir le point de vue de quelqu’un qui travaille dans le sujet.
    Cordialement, Jorge

    Répondre
  • 11 janvier 2015 - 11 h 24 min

    @ArnoH:
    Très bien.
    En effet, en aménagement c’est tout ce qu’on cherche : détecter les points froids (ou chauds selon le cas).
    Et une caméra thermique est bien trop onéreuse pour le particulier qui en a besoin une fois de temps en temps lorsqu’il change une fenêtre.
    Il y a quelques années on pouvait louer ce genre d’engin pour pas cher chez Leroy-Merlin. C’est fini, du moins dans ma région.
    La location existe toujours mais revient au prix du neuf au bout de quelques emprunts.
    Bref, cela pour dire que l’on tient peut-être là une solution pertinente pour le contrôle a posteriori d’une pose ce qui permet de reboucler en cas d’erreur.
    Toujours mieux que les protos que l’on trouve ici et là et s’appuyant sur un thermomètre infrarouge déplacé par un minirobot afin de couvrir la surface de mesure.
    db

    Répondre
  • 11 janvier 2015 - 23 h 24 min

    @jorge-c: je t’en prie. Avoir plusieurs avis c’est toujours plus intéressant ;)

    @Pierre : effectivement c’est très en phase avec ton approche subjective des tests. Et c’est à mon avis la meilleure chose à faire. Donc bien d’accord que pour 300€ cet appareil peut être un excellent apport pour guider ou épauler tes impressions et tests.
    Quand on voit le temps et les moyens conséquents qu’il a fallu aux Nums pour monter leurs studios de mesure. Et même avec ça ils pêchent encore dans la régularité des mesures et on sent qu’ils manquent un peu d’expérience et de matériel pour être inattaquables. Il suffit de voir la longueur sans fin des débats qui animent parfois les mesures fraîches chez eux ;)

    @Gaduc : On est bien d’accord, que ce soit industrie, BTP ou informatique on se rend vite compte que l’avantage de ce type de mesure est bien de dégrossir le sujet et non d’être précis.

    Un dernier ajout pour illustrer la complexité de la mesure de température sur un en système au fonctionnement dynamique, fait de plusieurs matériaux et avec plusieurs sources chaudes/froides.
    Dans mon cas, si l’on veut obtenir des certitudes quant aux températures exactes atteintes sur des pièces critiques il nous faut mesurer au minimum trois exemplaires du système. Toujours dans une pièce à l’ambiance contrôlée. Chaque mesure mobilise environ 1000 thermocouples … étalonnés et deux centrales d’acquisition. Bref, il faut bien un mois de boulot et plus de 3000 thermocouples étalonnés pour obtenir une valeur exacte ! On ne va pas se mentir, ça coûte une fortune et les moyens d’essai sont irrémédiablement endommagés. Faut être un fabricant pour se payer ça :)

    Quand je vois le petit PC chez Pierre je me dis qu’il faut déjà une centaine de thermocouple minimum pour cartographier ce que voit la caméra, et on pourrait dire adieu à l’écran et au châssis. Et on aurait pas résolu la question de la répétabilité et des statistiques puisqu’il n’y a qu’une seule mesure.

    Répondre
  • 12 janvier 2015 - 16 h 56 min

    […] confrères de Minimachines ont repéré un gadget singulier, essayé par HD Blog, lors de cette édition 2015 du CES de Las […]

  • 12 janvier 2015 - 17 h 33 min

    @Gaduc:

    Ca se loue toujours le modèle “de base” en modèle “caméra au poing” chez kiloutout ou ses consurrents pour 150€la journée alors que le modèle proposé neuf vaut 1500€ … ça c’est de l’amortissement rapide ;-)

    Répondre
  • 13 janvier 2015 - 2 h 02 min

    […] confrères de Minimachines ont repéré un gadget singulier, essayé par HD Blog, lors de cette édition 2015 du CES de Las […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *