Broadcom rêve de s’offrir Qualcomm pour 100 milliards de dollars

Broadcom qui absorberait Qualcomm, si pour le moment cela reste un fantasme, cette annonce de Bloomberg ne manque pas d’éléments précis sur les montants et le calendrier de l’événement.

Bloomberg publie un article détaillant par le menu la stratégie de Broadcom pour un rachat par actions de Qualcomm. Un évènement énorme pour le monde des solutions mobiles puisque les deux géants fusionnés deviendraient une supernova sur le secteur.

qualcomm

Un mouvement qui poursuivrait l’actuelle consolidation du marché : Si ARM a été absorbé par SoftBank l’année dernière, Qualcomm est en train d’avaler NXP Semi qui avait lui même englouti Freescale il y a quelques années. Le gros poisson avale le moyen qui avait avalé le petit. Broadcom, marque emblématique américaine, a été rachetée par Avago Technologies en 2015 pour 37 milliards de dollars. La société Singapourienne déplace alors son siège social en Asie. Elle se débarrasse de sa branche internet des objets l’année suivante avant de racheter le concepteur de solutions filaires, Brocade, dans la foulée. Avago-Broadcom a, par ailleurs, fait part de sa volonté de re-basculer son siège aux US.  Si l’offre se concrétise, Broadcom deviendrait alors un monstre dans son domaine, sans aucun rival de par sa taille et, probablement, ses brevets.

Broadcom

Actuellement plutôt connue pour, sur le secteur pro, ses puces pour matériel réseau, la société est également très connue auprès du grand public pour équiper les cartes Raspberry Pi. Qualcomm de son côté n’est pas à présenter, ses Snapdragon règnent en maîtres sur les smartphones haut de gamme.

Bloomberg détaille que l’offre pourrait être officialisée aujourd’hui. La marque offrirait entre 70 et 80 dollars par action de Qualcomm ce qui serait une excellente affaire pour les détenteurs du portefeuille de la marque puisque cela représenterait au minimum une plus value de plus de 27% par rapport au cours de l’action actuel. Qualcomm pèserait alors plus de 100 milliards de dollars.

Si il est clair que les deux entreprises gagneraient probablement beaucoup en terme d’efficacité et de puissance sur le marché, elles pourraient créer des synergies intéressantes entre les puces de gestion de réseau et les puces mobiles, le mouvement pose quelques questions :

La puissance de la marque deviendrait énorme et Qualcomm, déjà mis à l’amende pour abus de position dominante l’année dernière, pourrait être encore plus la cible de ce genre de revers. L’autre question concerne les emplois générés par les deux branches. Si il est clair que les entités tireraient bénéfices sur plusieurs secteurs de ce rapprochement, il est également probable que beaucoup d’emplois deviendraient caduques ou feraient doublon.

Enfin, il est possible que cette information soit tout simplement un plan de travail de Broadcom qui explorerait cette voie comme une option pour son futur, sans que cela ne soit concrétisé réellement sur le marché par un rachat. Nous serons rapidement fixés si le calendrier annoncé est tenu.

Source : Bloomberg

7 commentaires sur ce sujet.
  • 6 novembre 2017 - 11 h 28 min

    ‘LLo,

    P’tite coquille dans le lien en rouge -> 2015 pour 37 milliards de dollars !

    Répondre
  • 6 novembre 2017 - 13 h 31 min

    Et en tout début d’article :
    « Bloomberg publie un article détaillant par le menu la stratégie de Qualcom pour un rachat par actions de Qualcomm. »

    Plutôt ça non ?
    Bloomberg publie un article détaillant par le menu la stratégie de Broadcom pour un rachat par actions de Qualcomm.

    Répondre
  • 6 novembre 2017 - 17 h 59 min

    Et avec un monstre pareil, qui bâillonnera les concurrents grâce à ses brevets, je suppose qu’on n’aura plus qu’a pleurer quand le prix des puces fera x2…

    Répondre
  • 6 novembre 2017 - 21 h 28 min

    les derniers articles sur le sujet parlent maintenant de 130 milliards de dollards ! ils mentionnent aussi que broadcom serait preneur avec ou sans NXP (l’acquisition de NXP par QC n’a toujours pas recu le feu vert coté Europe) Bonjour le mecano ! L’option sans NXP pourrait ouvrir la porte à d’autres rapprochements
    Il me semble ausssi que lors du debut des grandres manoeuvres = prise de controle de broadcom par avago il y a avait les fonds KKR et silver lake aux manettes et j’ai bien l’impression qu’ils sont toujours presents

    Répondre
  • 7 novembre 2017 - 0 h 37 min

    je me demande si c’est justement ce qui ne va pas bloquer niveau juridique… déjà que la fusion Qualcomm/NXP avait du mal à passer niveau « concurrence », là Broadcom est (à mon gout) carrément un concurrent frontal !

    du coup, je sent bien venir l’autorisation du rachat si ils cedent des « branches » et pourquoi pas NXP (mais alors ?QUI? oserai l’aventure oO).

    en tout cas… si ils ne sont pas trop con, ils vont laisser toute la partie SoC à l’équipe Qualcomm… et du coup, pils poil dans les temps pour nous faire le Rpi@Snapdragon675@2019 ! :D

    Répondre
  • 7 novembre 2017 - 21 h 06 min

    Si le rachat est validé on va avoir une guerre entre Qualcomm/broadcom et Intel/AMD qui va laissé des traces. Ça c’est pour la partie Windows.
    Ce que j’espère mais c’est improbable c’est la victoire riscV/Linux. Même un cierge à Lourdes suffira pas.

    Répondre
  • 12 mars 2018 - 19 h 10 min

    […] de dollars,  le bagage de la marque était déjà assez joli. Depuis quelques mois c’est Broadcom qui rencontre Qualcomm régulièrement avec un seul objectif : en faire l’acquisition. Le prédateur n’est, là encore, pas […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *