Asus TP370QL : Le nom de code du PC ARM Windows 10 d’Asus

Après les fuites d’HP concernant ses machines sous Windows 10 ARM, c’est au tour du fabricant taïwanais Asus de livrer quelques infos par le biais d’un test en ligne. Le Asus TP370QL apparaît ainsi comme le premier PC de la marque tournant sous Windows et Snapdragon.

L’Asus TP370QL est un engin fonctionnant sous Windows 10 ARM, la mouture sur mesure de Microsoft qui sera capable d’émuler un processeur x86 pour lancer tout type d’applications, grâce à un SoC Qualcomm Snadragon 835 et 4 Go de mémoire vive.

2017-11-22 12_07_36-minimachines.net

Il devrait débarquer – sous un autre nom que TP370QL et peut être une nouvelle gamme chez Asus – prochainement. On retrouve les mêmes éléments que les machines ayant fuité précédemment : Un processeur « virtuel » qui s’exécute sur une version 32 Bits de Windows. La puce de Qualcomm continue de donner des scores de référence inférieurs à ce que peut donner un smartphone sous Android dans ce même test. Ce qui semble logique pour des raisons d’émulation mais également de maîtrise du sujet : Le système d’exploitation est somme toute très jeune puisque toujours en gestation.

On constate donc toujours la présence unique du Qualcomm SnapDragon 835 comme solution au sein de toutes ces machines. Un constat qui, avec les différentes communications de Microsoft au sujet de son système d’exploitation, transforme petit à petit ce Windows 10 ARM en « Windows 10 SnapDragon 835 ». Un constat qui pose sérieusement la  question de l’intérêt de ce système par rapport à la situation actuelle du monde x86 où deux protagonistes sont en concurrence : Intel et AMD.

qualcomm-snapdragon-835

Si Windows 10 ARM se résume à une seule puce compatible, cela ne sera pas forcément une grosse avancée pour les utilisateurs : Le manque de concurrence et le prix élevé de la solution ne permettra pas de tirer profit de cette nouvelle plateforme. On aura bien entendu des intérêts techniques avec une superbe intégration du SoC qui ajoutera de nombreuses fonctions par défaut : Circuit graphique, wifi rapide, modem 4G… Et évidemment des fonctions avancées, notamment en matière d’économie d’énergie et de connexion permanente au réseau, issues du monde mobile.

Mais le manque de compétition entre différents concepteurs de puces ARM devrait également avoir des répercussions de prix : Ceux qui espéraient un Windows 10 ARM permettant de fabriquer des machines forcément moins chères que les propositions Intel/AMD en seront pour leurs frais.

Source : Neowin

29 commentaires sur ce sujet.
  • 22 novembre 2017 - 12 h 51 min

    Pierre, je comprends ton article, mais j’avais dans l’idée que ce serait tout le contraire. Il faut bien commencer par quelque chose, et donc ça commence avec cette puce… Avec, dans l’idée, que plus tard d’autres processeurs ARM pourraient être utilisés, c’est à dire proposer une alternative à Intel (et AMD).

    En lisant ton article, on a l’impression que c’est « fermé », seulement sur cette puce là et qu’il n’y en aura pas d’autre du tout, que ce n’est pas dans les tuyaux. Est-ce que c’est un ressenti de ta part ou bien une idée que tu as construite avec des informations dont tu disposes ?

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 13 h 07 min

    je pense aussi que cela va évoluer et plus vite qu’on le pense.
    Il faut essayer de voir les choses autrement, par exemple, le fait que (soit disant) microsoft abandonne Windows Phone !
    Hors, avec ce type de solution, cela m’amène à dire que finalement microsoft n’abandonne pas l’idée de fournir un OS pour smartphone.
    Ce sera plus un Windows conçu pour tout type de machine… Tablette, Smartphone, PC, etc…
    Donc la maintenance ne se fera plus que sur 1 OS et non plus sur 2 ! Et donc des coûts totalement réduit !
    Et oui, ce n’est pas une société à but non lucratif ;)

    bref attendons de voir ;)

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 14 h 00 min

    la technologie d’émulation est un partenariat étroit entre Qualcomm et Microsoft. Il est donc logique que les premières puces à en bénéficier soient des SnapDragons.

    Par contre, je suis moins pessimiste que toi pierre, il suffit de prendre l’exemple de vista/7 chez Microsoft qui ont été codées sur du intel, pour du intel et qui ont ensuite vu des patch AMD à cause d’une dégradation de performance.

    Vu les antécédents de RT, tu peux déjà être sur qu’il y’a au moins des vieux pilotes WDDM compatibles avec les Tegra 3 et donc un archi ARM relativement pure et collant bien aux specs (au moins pour le A9).

    A mon avis on restera dans la même optique que pour le pc, ils assureront la compatibilité de base et celle pour ses partenaires et restera à la charge des OEMs et industries de fournir le support logiciel adapté

    Après, je ne pense pas non plus que ça sortira en même temps ou que Microsoft fournira un média d’installation. Mais qui sait, on peut rêver d’une version raspberry pompant autant de données que les autres mais sans le ticket d’entrée (ça ferait le complément avec IoT)

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 14 h 05 min

    @starlord: Et bien disons que pour le moment, on n’a pas vu l’ombre d’une ouverture vers d’autres puces de la part de MS :
    Il n’y en a que pour le Snapdragon 835 et uniquement lui.

    Et on touche du doigt une des problématique de la plateforme. faire tourner windows sur x86 est possible parce qu’il y a une retro-compatibilité entre les puces. Dans le cas du Snapdragon c’set une puce Qualcomm à 100% sur des bases ARM. Mais les coeurs ne sont pas des cortex purs et le GPU est signée Qualcomm également. Dons les développements menés par MS et Qualcomm pour porter Win 10 ARM sur 835 ne seront a priori pas les mêmes pour un Amlogic, un Nvidia, un Allwinner ou un Samsung. Et c’est là le début des problèmes pour cet écosystème.

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 14 h 06 min

    @softreaper: J’espère que oui. Pour le moment, aucun signe dans ce sens.

    PS : AMD paye une licence x86 qui lui permet d’offrir sa compatibilité. Si MS s’appuie sur des codes propres au Snapdragon 835 personne ne pourra se payer ces licences a priori.

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 14 h 10 min

    moué ça sent le bide cuisant quand même, les M$ enthousiastes qui ont goûté à WinRT ne retenteront pas l’expérience, les autres vont voir une machine castrée à un prix délirant et les rares qui se verront offrir ces machines vont la laisser prendre la poussière après quelques tests… imaginez un win10S avec en plus l’incompatibilité x86 (oué l’émulation ça fait pas tout) ça donne pas vraiment envie

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 14 h 18 min

    De toute façon le problème ce n’est les puces c’est Windows qui est depuis toujours une grosse daube et donc changer de processeur ne l’améliorera pas.

    Répondre
  • Alu
    22 novembre 2017 - 15 h 33 min

    MS refait avec les ordinateur Windows ARM l’erreur ce qu’il a fait avec Windows Phone (et qui les a bien planté…) qui limitait les constructeurs à des puces snapdragons.

    Si les constructeurs vont tous proposer le même hardware en plus du software: sur quoi vont-ils se démarquer pour leur politique produit? Uniquement le prix et le design?

    Enfin, bien sur, avoir une seule puce fait qu’il n’y a même pas de gamme possible et qu’on est tenu par la c**** par ses fournisseurs…

    Pour le consommateur ça a pour effet de diminuer le choix possible (donc de limiter la cible potentielle) et diminuer la concurrence…

    Bref si c’était pour faire ça c’était pas la peine de lancer le projet…comme pour windows RT d’ailleurs…

    Microsoft a fait fortune grâce à DOS/Windows qui donnait accès à un important choix matériel pour un même logiciel. C’est avec cette politique qu’ils ont presque tué Apple dans les années 90… Mais maintenant ils se rêvent constructeurs avec une intégration verticale…le souci c’est que ce n’est pas leur cœur de métier…

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 15 h 45 min

    moi je reste pessimiste sur l’émulation… cela reste de la castration !

    aucun proc (meilleur soit’il au monde) ne peut faire mieux qu’un proc natif (si mauvais soit t’il)… du coup je comprend pas trop l’intérêt !

    si c’est pour attaque sur le prix ou la conso pur autant racheter VIA qui vend encore son Nano et essayer de sortir une nouvelle gamme !

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 16 h 18 min

    @Augure oh, un core i7 doit savoir très bien émuler un 6502 ou même un Z80 de nos jours ;-)

    @Pierre, tu avais écrit un billet où tu annonçais que ce windows ARM était le hérault d’un monde enfin libéré de linux et autres bsd. Ça ne semble pas très compatible ave un windows fonctionnant sur toutes les puces ARM.

    Qui vivra subira et appréciera.

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 16 h 44 min

    Combien y a-t-il de SoC ARM atteignant les perf du SD835 actuellement, tant sur le CPU que le GPU? ( or Apple A10 et A11 s’entend )
    Je pense que c’était le meilleur candidat.

    Ce que j’espère, si Qualcomm a le droit de le faire, c’est que le noyau Linux soit rapidement compatible avec ce SD835 spécial, et qu’on puisse vite virer Windows !

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 17 h 01 min
  • 22 novembre 2017 - 17 h 01 min

    @Nicolas: Ah ah, j’y crois pas une seule seconde à la libération du code pour Linux.

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 17 h 25 min

    @titi95830:
    Le problème est aussi côté fondeur: Tour ce que spécifie Intel, c’est fait pour être peu clair. Tout jusque dans le vocabulaire utilisé est fait pour perturber. Les docs pareils. Le démarrage et le système d’exploitation sont pleins de dépendances inexistantes partout ailleurs, ou on cherche plutôt à éviter ces nids à emmerdes (et aussi de véroles: Sans services BIOS puis EFI à détourner, il n’y aurait jamais eu de virus de boot… prétexte au secure-boot emplâtre sur une jambe de bois etc…), posant des problèmes récurrents aux systèmes tiers.

    Bref, tout semble fait pour que celui qui ne travaille pas la main dans la main avec eux puisse difficilement s’en sortir: Manière de préserver le business des vendeurs de bios et de Microsoft.

    Pierre avait souligné le risque de voir un WinQual se développer à la WinTel, ce qui faisait douter tant reproduire cela à notre époque parait voué à l’échec! Il faut être beau joueur et savoir dire qu’il avait raison…

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 17 h 58 min

    Pour l’instant ça ressemble à la même expérience utilisateur que les 1ers Netbook, qui proposaient plus d’autonomie que la moyenne mais avec des « performances » dignes d’un autre temps.

    La puissance sera suffisante pour des tâches basiques uniquement lorsque le SoC proposé sera environ 40 à 50% plus puissant que le Snapdragon 845.

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 19 h 49 min

    Sans oublié que les perf sont absolument nul, un Z8350 est gratuit et est aussi puissant …
    Donc si le développement de ce windows est fermé au top soc qualcomm c’est mort direct !

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 21 h 19 min

     » Ceux qui espéraient un Windows 10 ARM permettant de fabriquer des machines forcément moins chères que les propositions Intel/AMD en seront pour leurs frais.  »

    Quand ils vont voir que les ventes ne seront pas ça. Ils vont revoir leur concept et proposer une offre vraiment intéressante (et descente).

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 21 h 53 min

    @Will: Mais avec quelle puce ?

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 22 h 53 min

    Concernant l’emulation, n’oublions pas le passage du Mac de l’architecture motorola (68040) au power pc (certes a l’époque carrément plus puissant qu’un cisc motorola).
    Quasiment tous les softs en version motorola tournaient en emulation, avant que progressivement les version natives power pc arrivent.
    Certes le rapport de de puissance entre un power pc et un 68040 était bien plus énorme a mon sens qu’entre la meilleure puce Qualcomm et un atom….
    Concernant le 835, il faut peut être aussi laisser un peu le temps à la couche d’émulation de s’optimiser… le 835 est peut être le seul soc permettant une émulation suffisamment rapide. L’optimisation, avec le temps, pourrait ouvrir la
    Porte à des socs moins puissants.
    L’avantage de l’emulation, si elle est complète, est de garantir la compatibilité des applis existantes (x86) en attendant leur éventuelle portage arm, sans se brider comme
    Pour RT au seules applis .net spécifiques.
    Portage qui peut devenir justifie si effectivement t Microsoft fait un réel pas en dehors d’intel…
    l’avenir le dira.

    Répondre
  • 22 novembre 2017 - 23 h 21 min

    Reste a savoir si Microsoft veut un Windows pour Smartphone ou un Windows générique ?
    C’est sur que la crise des Smartphones Windows a planté Microsoft avec peu de processeurs ARM compatibles avec ce système .

    L’erreur de Microsoft reste de bosser avec un seul fournisseur de processeur ARM ,il est certain que si Microsoft bossait avec les développeur du processeur ARM en Angleterre ,la solution Windows + Arm passerait beaucoup mieux partout .

    J’ai peut etre tord mais si Windows est devenu ce qu’il est maintenant ,c’est parce qu’il a sut s’adapter a INTEL puis INTEL & AMD .
    D’un autre coté ,les fabricants de puces ARM pourrait avoir une base commune d’instruction comme dans les x86 afin que les programmes tournent sur toutes puces ARM .

    C’est sur que Windows c’est pas la popularité sur Tablettes ou Smartphone face a une invasion Android ou Apple .
    Peut etre Microsoft devrait investir sur une PUCE de Référence Made in MICROSOFT peut etre .

    Microsoft sait investir et Vendre aussi ,ses consoles ont inspirées la concurrence pour le choix des puces internes par exemple .
    Si demain Microsoft veut sortir un Windows pour Allwinner ,il le peut certainement mais n’est ce pas aux fabricants de puces ARM de définir une architecture commune de ces puces .
    Une gamme de processeur ARM pour chaque utilisation et un OS commun a toutes ces puces , après c’est sur qu’une tablette ou un ordinateur n’ont pas besoins des fonctions d’un smartphone .
    Un simple noyau commun et une interface universelle ,ensuite plus ou moins d’applications intégrées selon l’appareil.

    Je pense pas qu’il existe un marché pour des machines forcement moins chère car il y a pas grand chose qui change d’un ordinateur a l’autre dans une même gamme de prix .
    C’est sur pour 250 euros ,le choix entre un ATOM de marque ou un PC portable chinois reste difficile a faire .
    Pour 250/300 euros c’est souvent un Smartphone Android et non Windows ,pour une tablette la taille et les limitations imposées pour un Windows gratuit ont données des ventes défavorable a Microsoft .

    Reste a savoir sur quelle gamme de smartphones ou tablettes Microsoft peut réussir .
    Reste aussi a voir ce marché Windows ARM si INTEL ou AMD Osait fondre des puces ARMS .
    La technologie d’un fondeur comme Intel lui donne le pouvoir de fabriquer des processeurs ARM bien conçut ,puissants et abordables .
    Quand on lit que les ATOM coûtaient moins de 5/8 euros soit le prix d’un ARM de bas de gamme ,si demain Intel sort un ARM puissant a 10/15 euros pour une puce intégrant absolument tout .

    Répondre
  • 23 novembre 2017 - 9 h 11 min

    Je rejoins certain en pensant que Win10 ARM supporte les applis x86 en émulation, en attendant les portages natifs en code arm (via des binaires universels, qui plus est ?).
    Par contre, c’est la stratégie commerciale que je ne comprends pas si ça reste cantonné au SD835.
    Si le SD835 reste un flagship en attendant la déclinaison vers d’autres CPU, ça ira. Sinon, c’est mort.

    Question : le SD835 n’aurait-il pas des copros permettant de faciliter l’émulation ?
    Si c’est le cas, n’est-ce pas une démonstration de technologie qualcom qui pourra être revendue sous licence à d’autres fondeurs de puce, à l’instar d’une licence ARM ?

    Répondre
  • 23 novembre 2017 - 16 h 06 min

    Sur smatphone sous S835 on peut avoir des phones à +1000€ comme des phones à moins de 500€.
    Les fabriquants joue sur d’autres choses que la plateforme pour finaliste le prix.
    Et pourquoi ne pas faire de même pour ces nouveaux PC portables

    Perso je ne me vois pas acheter à +1000€ un PC portable aussi peu puissant (comparé aux APU X86) même s’il propose une très bonne autonomie, une finesse très réduit…

    Répondre
  • 23 novembre 2017 - 17 h 01 min

    @will: comme beaucoup d’entre nous, on est bien d’accord sur ta dernière phrase. Malheureusement, il suffit de voir le marché de l’ultrabook qui n’a vu que des cpu dual core pendant près de 6 ans pour comprendre que la logique et l’écoute du consommateur n’est pas la principale qualité des société mairesse du marché de la technologie

    Répondre
  • 23 novembre 2017 - 21 h 44 min

    Il est tout à fait possible et à mon sens probable qu’une grande partie du code puisse être traduit à la volée puis réutilisé par la suite, avec des applis un brin lentes à la première exécution puis confortables par la suite. On peut avoir des surprises.

    Répondre
  • 23 novembre 2017 - 22 h 17 min

    Quel est le modèle de CPU x86 grand-public le plus comparable au snap 835 pour le moment ?

    Répondre
  • 24 novembre 2017 - 9 h 34 min

    @Nicolas: +1 !@StarDreamer: +1, mais Micro$oft ne parle pas d’émulation mais de transformation du code x86 en ARM à la 1ère exécution. Je suppose que c’est moins lent que de l’émulation. Micro$oft permet de faire du code « universel », des futures versions de logiciels auront donc du code ARM en natif.

    Si, pour l’instant, seul le S835 est compatible c’est peut-être qu’il est le seul ARM à être compatible DirectX12. Rockchip vient d’annuler son X30, c’est peut-être pour se concentrer sur WinARM…

    Répondre
  • 24 novembre 2017 - 9 h 50 min
  • 24 novembre 2017 - 10 h 16 min
  • 27 novembre 2017 - 15 h 32 min

    @Skwaloo:
    C’est faux… Windows est plus lourd et les performances sont équivalentes à des ATOM ou Celeron double coeur…

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *