Archos annonce des machines sous Android, Windows et ChromeOS pour l’éducation

Archos est en croisade pour l’éducation, la marque Française a bien compris qu’il y avait là un énorme marché potentiel et une jolie croissance en perspective pour ses ventes. Ce n’est donc pas 1 mais 4 produits qui sont annoncés pour cette année.

4 machines et 4 diagonales chez Archos. 2 tablettes en 9 et 10 pouces, 2 portables en 11.6 et 14 pouces. 3 systèmes différents avec Android et ChromeOS de Google d’un côté et Windows 8.1 Education Pro de l’autre. On peut dire que la gamme de la marque est assez large sur ce segment.

Archos Education

Vous vous souvenez probablement du discours de François Hollande à propos de l’informatique à l’école. Celui-ci n’est pas resté lettre morte chez Archos, qui a déjà proposé des machines pour l’éducation par le passé, et je suppose qu’un brainstorming consciencieux a été lancé suite à l’annonce Présidentielle.

Archos Education

Au menu donc, Archos proposera tout d’abord 2 tablettes sous processeur Intel quadruple coeurs cadencés à 1.6 GHz, non détaillés. Il s’agit probablement d’Atom classique en Bay trail. La première est une 8.9 pouces tandis que la seconde est une 10.1 pouces dont on ne connait pas les définitions pour le moment.

Elle embarqueront 2 Go de mémoire vive et et 64 Go de stockage électronique. Les 2 seront proposées sous Windows 8.1 ou Android et embarqueront une solution de clavier détachable en USB.

Archos Education

Avec 2 capteurs vidéo, un en VGA et l’autre en 2 mégapixels et une autonomie de 8 heures annoncées, elle seront vendues respectivement à 200 et 250€HT. Leur garantie sera de 2 années avec une option première casse.

Archos Education

Suivent 2 autres machines, un Chromebook de 11.6 pouces basé sur le même matériel, on devrait toutefois passer de l’Atom au Celeron et d’Android à ChromeOS, pour le reste les spécifications sont très semblables avec toujours 2 Go/64 Go, une autonomie de 8 heures et un capteur frontal VGA. Ce Chromebook Archos sera proposé également à 250€ HT.

Archos Education

Enfin un 14 pouces sous Windows 8.1 Education Pro sera également de la partie, toujours en Intel Quadruple cœur, mais cette fois ci avec 4 Go de mémoire vive et 250 Go de stockage mécanique. Toujours garanti 2 ans il sera proposé à 300€ HT.

Les prix Hors Taxes finissent de nous alerter sur le côté administratif de ces appareils qui ne seront probablement pas distribués pour le grand public. Ce type de machines vise les conseils généraux et autres administrations territoriales pouvant décider d’injecter un panel d’engins dans leurs écoles.

Archos proposera en outre à ces partenaires des modifications esthétiques avec par exemple l’apposition d’un logo ou le changement d’un coloris dans la fabrication des engins. Histoire d’identifier la tablette de l’école de l’engin personnel mais peut-être également d’éviter la revente de ce type de produit.

Archos annonce aussi un kiosque d’applications qui permettra de faire le tri dans les outils disponibles pour le marché Français facilement. Ainsi qu’un système de gestion de flotte et de sécurité permettant, je suppose, d’authentifier les machines pour se connecter à un Wifi scolaire par exemple mais également pour les maintenir à jour.

Il manque beaucoup d’éléments pour se faire un avis sur ces engins, pas d’infos techniques sur la connectique ou les réseaux embarqués. On en saura plus d’ici quelques temps. C’est néanmoins une excellente stratégie pour la marque qui va probablement bénéficier des bonnes grâces de notre administration en tant que société Française. Le potentiel est énorme, de centaines de milliers de machines sont en jeu.

Reste à savoir si Archos saura se battre face à des adversaires de poids tels que HP, Acer, Dell ou encore Lenovo. Autant d’acteurs également très présents sur le marché de l’éducation, acteurs qui ne sont pas des sociétés Françaises mais qui emploient peut être plus de personnel sur le territoire qu’Archos en ce moment.

25 commentaires sur ce sujet.
  • 24 février 2015 - 19 h 02 min

    Moi même confronté dans mon travail à l’équipement de 6 écoles élémentaires, je dois dire que je suis pas dutout emballé.
    La webcam frontale déjà, elle vaut rien, c’est pas le coût d’une 1.3 ou 2MP qui justifie ce choix ridicule…. comment on fait pour les projets de “skype” ou autre avec les élèves étrangers….
    Franchement, ils auraient pû bosser leur cahier des charges un minimum…
    Et l’important dans l’éducation, c’est l’ecosystème qu’il y a derrière…là, il n’y a rien…et les profs vont en faire quoi du coup??? (tout du moins pour les écoles élémentaires, au collège on peut manipuler un ordinateur nativement sous windows)
    bref je pourrait en parler longtemps tant je suis dans la problématique en ce moment.

    Répondre
  • 24 février 2015 - 19 h 34 min

    Archos, AH AH AH ^_^, elle est bien bonne celle- là !

    Répondre
  • 24 février 2015 - 22 h 05 min

    Vraiment, j’y crois pas une seconde à cette distribution de flottes de tablettes déversées dans les collèges… pour se retrouver avec des terminaux obsolètes au bout de trois ans maxi et attendre autant pour que le matériel soit renouvelé… A chaque élève d’acquérir son propre terminal. Facile… il l’a déjà, c’est son smartphone ! A l’Education Nationale de définir son utilisation dans les différents cycles et de contribuer à l’équipement des enfants pour les familles en difficulté.
    Rien de plus à ajouter…

    Répondre
  • 24 février 2015 - 22 h 45 min

    C est toujours aussi étonnant que les constructeurs poussent du chromeos ( sûrement pas certifié Google) la ou un Ubuntu linux serait bien plus utile dans l éducation.

    Répondre
  • 24 février 2015 - 22 h 51 min

    roooohhh; un ‘ta ton tans” ?
    ce bon vieux cartable que je me suis traîné toute ma primaire (il était plus large que moi et me sciait le dos, deja que je l’avais pas en super forme à l’époque scoliose, cyphose toussa toussa)
    rohhh les souvenirs
    je vais me coucher avec le sourire ce soir (on se foutait bien de ma gueule à l’époque en me traitant d’intello, de serpent à lunette et j’en passe, mais maintenant quand je revois la plupart de ces anciens élèves,et meme de bien après la primaire, c’est moi qui jubile)
    ahhh, l’école et son univers impitoyaaaableuu
    moua ahh ahhhhh (rire diabolique)
    m’attendais pas à ça ce soir dans ma petite visite de minimachine avant d’aller me coucher
    merki minimachine, je vais passer une bonne nuit moa

    Répondre
  • 24 février 2015 - 23 h 09 min

    @ekimia: j’ai passé 3 ans à faire de la maintenance de chariot informatique pour des primaires, les gamins ils s’en moquent (ça m’a définitivement dégoûté de la maintenance info ce contrat)
    seul les contrats comptent et de “remplir les objectifs” demandés “au dessus”
    ça saoulent les profs de faire ces cours (la plupart y entravent que dalle d’ailleurs et m’aiment pas ça) et il n’y a aucun “vrai” programme pour “apprendre” à se servir d’un système (quel qu’il soit)
    personne veux se “former”, certains veulent même pas se déplacer pour aller chercher le chariot dans le coin ou il est remisé c’est dire
    si on rajoute qu’il n’y a aucun portail éducatif utile, support , site ou autre, c’est du fric foutu en l’air
    mais bon, les effets d’annonces et les promesses, y a que ça de vrai
    (et si c’est pour donner des tablettes de pure consultation idiote avec rien d’éducatif à consulter aux gosses, aucun intérêt de toute façon)
    alors archos ou un autre, windows ou autre chose (ils savent deja pas se servir correctement d’un windows pour la plupart ou le pourrisse si vite que c’est inutilisable, m’étonne pas qu’ils en veuillent plus)
    on verra qui remportera le contrat, mais à part faire un gros chèque, c’est du vent (qu’elle que soit le preneur de décision)
    si vraiment il y avait une volonté et quelqu’un qui s’y connaît derrière, il y aurait minimum des formations pour les profs ou des intervenants sous contrats et des RPI pour tous le monde
    là, ce serait du sérieux avec aussi bien du “programme” B2i que des vrais projets pour les plus motivés
    en plus, c’est made in england (CEE)
    mais bon, le mammouth il est quasi impossible à faire bouger (deja une administration c’est dur et long, mais celle là, c’est une des pire, peut être même la pire)

    Répondre
  • 25 février 2015 - 7 h 41 min

    @orangina rouge:

    Merci pour ton commentaire, je le remonte à ma direction avant que les déideurs ne décident n’importe quoi!!!
    our vous dire…ils voulait équiper même les maternelles de chariot mobile tablettes…. je me demandet bien pour faire quoi dessus ( à part baver, caser les écrans et tester la résistance du matos à coup de chutes….

    Répondre
  • 25 février 2015 - 7 h 42 min

    pardon pour les fautes, je suis au revil cérébral là^^

    Répondre
  • 25 février 2015 - 8 h 02 min

    Faut peut être pas faire le genre de généralités que je peux lire… c’est totalement scandaleux.
    J’suis enseignant, instit, sous Linux depuis 10 ans et je monte mon matos depuis 15… Parler “des profs” ou “des fonctionnaires” me rappelle d’autres généralités répréhensibles par la loi…
    Pour être plus constructif, j’utilise des tablettes en Petite Section (2.5 à 4 ans) depuis trois ans et je peux témoigner qu’on peut faire uen multitude de choses avec : motricité fine, logique, s’entrainer au tracé des lettres et des chiffres, création d’imagiers sonores, loupe d’observation d’animaux (quand relié à un vidéoprojecteur…) et le champs des possible n’a pas de limites…
    Ah dernière chose, un élève de Petite Section ne bave pas sur un écran et en 3 ans, je ne déplore aucune casse pour une utilisation quasi quotidienne… les donneurs de leçon peuvent en dire autant dans leur famille ?
    Franchement les préjugés et les idées préconçues ça a le don de m’énverver… Venez dans les classes voir la réalité du terrain avant d’avoir un avis !

    Répondre
  • 25 février 2015 - 8 h 47 min

    bon cela va couter de l’argent au contribuable , et ne servir a rien , pour avoir travailler en zep , ceux qui aurai besoin de ce type de produit
    ne l’utiliserons pas et ceux qui n’en ont pas besoin non seulement il l’ont déjà mais en plus il savent l’utiliser

    en clair a part relancer archos, ou le couler , qui fait de bon produit quand il ne rechape pas), ça n’a pas beaucoup d’interet

    Répondre
  • 25 février 2015 - 10 h 11 min

    Il faut arrêter de penser “matériel” dans le cadre scolaire.
    Ce qui compte c’est l’outil pédagogique. C’est à dire, quels outils sont mis à disposition de l’enseignant pour remplir ses objectifs pédagogique.
    Un système Windows ou Androïd seul ne répond à aucun besoin d’enseignement. Ce sont les logiciels adaptés qui comptent.
    Ensuite, il suffit juste que le matériel soit suffisant pour faire fonctionner le logiciel.
    On peut faire de l’éducatif juste avec un Raspberry Pi ou une tablette à 50€. Tout dépend de l’objectif visé.
    Pour finir, comme certains l’ont déjà abordé, la formation de l’enseignant à l’utilisation des outils compte tout autant, voir plus, que l’outil lui même. Il faudrait que les constructeurs proposent des solutions complètes : matériel, logiciels adaptés, formation des enseignants, formation à la maintenance du parc.

    Répondre
  • 25 février 2015 - 10 h 33 min

    @Frédérick Geoffroy:
    Ben on a pas les même instituteurs dans notre collectivité.
    Le simple passage de XP à un système Linux a provoqué une belle levée de boucliers…
    ils n’ont d’ailleurs toujours pas trouvé la moindre utilité aux programmes éducatifs fournis comme Gcompris, Le Terrier ou autre…non non rien ne vaut wine et leurs vieux executables sous win3.1

    Après je généralise pas, heureusement qu’il y a des passionnés, des profs qui s’y connaissent et développe des logiciels libres. Mais c’est lon d’être une généralité, pour la plupart, il vaut mieux fournir du matériel avec un écosystème clé en main, et qui servira à quelque chose. (justement, apprentissage de l’écriture, du language etc…)
    Mais fournir une tablette Android ou windows8.1 telle quelle, tu avoueras que ça sert effectivement à rien.
    Il faut un TBI, un écosystème logiciel et surtout que cela soit clé en main, car une majorité des enseignants n’ont pas le temps/la possibilité/la motivation/ou autre pour apprendre de A à Z, il faut juste que ça marche out of the box, ce que je trouve normal (leur but c’est d’enseigner, pas de comprendre comment fonctionne les nouvelles technos)

    J’ai des vus sur la solution Bic Education, un retour? qu’en pensez vous?
    http://www.bic-education.com/

    Répondre
  • 25 février 2015 - 11 h 36 min

    @OCman:

    Personnellement, je ne crois pas du tout aux “solutions clefs en main”. Tout le monde essaye de nous les vendre (fichiers et autres…) et ça ne correspond jamais à la réalité de la classe ou aux envies des enseignants, des enfants.
    Il est vrai qu’en ce moment c’est le temps des défricheurs, mais c’est ce qui est passionnant : on imagine les possibles, on dérive des outils de leur utilité première, on crée… avec les enfants et pour les enfants.
    Après que certaines technologies se simplifient ça sera un plus (par exemple caster un écran sur un VPI est toujours galère, miracast ayant un temps de latence un peu trop grand) mais il faut préserver le tâtonnement, l’expérimentation c’est un enjeu important. Je ne suis pas là pour faire la même page du manuel le même jour de l’année, un enseignant, normalement, c’est autre chose. C’est quelqu’un qui réfléchit, qui remet en cause ce qu’il fait, qui cherche des moyens plus efficace avec les élèves qui compose sa classe et qui se forme à ces moyens.
    Après, que notre hiérarchie se sorte un peu les doigts pour former les enseignants, c’est certain que ça serait positif. Mais former à l’outil pour ouvrir le champs des possibles, pas former à une utilisation avec un outil clef en main…
    En fait, aujourd’hui comme hier, il faut s’appuyer sur les enseignants motivés qui veulent aller dans cette direction. Si une équipe d’enseignants en fait la demande, les relayer est indispensable. A l’inverse, imposer le matériel dans les écoles, une hérésie.
    En ce qui concerne Bic, Apple et tous ces vendeurs je n’ai pas d’avis véritable, juste une aversion naturelle. L’éducation ne doit pas attendre que des sociétés lui trouve des outils mais elle doit se les forger ou se les faire réaliser… position de principe peu en accord avec notre société mais position quand même…

    Répondre
  • 25 février 2015 - 14 h 07 min

    @Frédérick Geoffroy

    Ecole publique ou libre?

    Répondre
  • 25 février 2015 - 15 h 28 min
  • 25 février 2015 - 17 h 23 min

    @Freethinker:

    École publique mais libre dans sa tête et dans ses outils ! ;-)

    Répondre
  • 25 février 2015 - 18 h 40 min

    @Frédérick Geoffroy:
    Je partage ton aversion, mais quand je vois la mauvise volonté de l’équipe enseignante dans les 6 établissement ou je gère le matos ( il faut dire que 95% des enseignants ont plus de 45/50ans, et sont hermetiques à l’outil informatique)

    le truc et je parle que de mon quotidien, je sais bien que tous les profs sont pas comme ça ( j’adorais mon prof d’histoire geo, de techno, d’anglais de math….Etc) mais ceux que je cottoient au quotidien, et ben ils ont fait des textes à trou en 1998 sous win3.1 et la premiere version de JClic. Et voila….
    ils veulent pas recommencer, ils réutilisent les mêmes exos veulent pas rebatailler a creer des exos, alors la version Jclic2, dispo et fonctionnelle sous linux ferait très bien l’affaire, mais faut refaire les exos et ils veulent pas…( sans deconner…)

    On a deja fait l’effort d’apprendre a s’en servir mais ça change tout le temps…. oui ok paye ton envie d’effort.

    Donc oui, le clé en main m’a toujours rebuté….MAIS… passer du temps à expliquer des choses….pour rien ben non….

    Exemple: je leur monte un serveur mail libre, je leur propose de créer une boite mail par prof, pou harmoniser tout ça, qu’ils puissent echanger entre etablissement vu qu’on leur fourni les mêmes outils, etc…. et ben ça fait 4mois que le serveur tourne, le seul compte utilisateur dessus, c’est le mien.
    Aucun retour sur les 6 établissements.

    alors de là a coupler derrière un cartable numérique avec une liaison directe avec les parents pour pouvoir echanger avec eux par mail etc….
    quel intéret…je t’assure ça donne pas envie d’exploiter les eventuelles possibilités que le libre peut offrir…et c’est bien triste.

    Répondre
  • 25 février 2015 - 18 h 57 min

    @OCMan:

    Non, la réponse est toute simple dans un cas comme ça : il faut lâcher l’affaire !
    Il faut se dire que les équipes ne sont pas prêtes… même une solution toute faite ne sera pas utiliser dans un cas tel que tu le décris.
    Par contre lâcher l’affaire, ce n’est pas abandonner : il faut surveiller un peu les équipes pour voir si des jeunes arrivent lors du mouvement des enseignants, voire des jeunes directeurs et essayer de relancer avec eux…
    L’équipe que je pilote (j’suis directeur) n’était vraiment pas intéressé par les nouvelles technologies mais à me voir les utiliser, elles ont demander des ordi dans les classes (qui tournent tous les jours !) et une de mes collègues commence à baver sur le VPI depuis qu’elle sait que je vais être équiper…
    J’suis convaincu que le vrai noeud ce ne sont pas les outils (tout fait ou non) mais les personnes. Il faut des relais sur le terrain pour être efficace sinon c’est de l’argent communal gâché…
    Dernier exemple : dans mon école j’ai, peu à peu, remplacé le cahier de liaison par la correspondance mail. Au début, ça a freiné. Et puis, quand tout le monde à constater le gain de temps (plus de papier à imprimer, coupé, coller…) et le gain de réactivité avec la liaison direct parents/enseignants j’ai quasi 90% des familles qui ont fait ce choix… et les collègues en sont très contentes !

    Répondre
  • 25 février 2015 - 19 h 14 min

    @Frédérick Geoffroy: je sais bien que certains enseignants sont doués en info (rien qu’un fameux prof linuxien et son blogue sont un bon exemple – pas en primaire cela dit), le problème c’est les 99,99% restants
    et eux, oui, il leur faut une formation (pour certains c’est indispensable tellement l’outil info ne fait pas partis de leur vie) et des outils clé en mains (l’équivalent du “next, euh, next, ah et next, voilààà”)

    quand je suis arrivé sur ce contrat, c’était pour rester dans le 78
    la première chose qu’on m’a dites au chesnay quand on a signé nos contrats, c’est “soyez patients avec les enseignants (élémentaires), ce sont des gens qui n’ont jamais quittés l’école au final et sont assez “particuliers” comme population”.

    j’avoue qu’au début, j’ai pas compris, après oui

    cette petite phrase lancée “en rigolant” après un beau discours institutionnel résume assez bien la situation que j’ai pu connaître

    le marché des maternelles et primaires, c’est pas ‘l’état’, mais les collectivités locales pour le choix des équipements et “faire le chèque” donc c’est très, très morcelé comme solution (à mon avis, pour ça qu’archos vise “large” d’ailleurs)

    beaucoup n’y connaissent rien et à l’époque il avait un catalogue avec des solutions “éducative” agrées éducation nationale (ça va des boites de craies aux classeurs en passant par du matios infos), la seule que les enseignants voulaient, c’était les macs “pack éducation” (macs mini à prix “reduit” et le pack office, super) et rien d’autre (toujours refuser à cause du prix d’ailleurs)

    les chariots, j’en ai vu stocké dans des réduis au rez de chaussée, l’ascenseur à une clé pour l’utiliser et les classes sont à l’étage, résultat, personne à jamais utilisé ces chariots (parce qu’il faut demander la clé au dirlo qui est en cours, et la clé de l’ascenseur qui est réservé aux “urgences” – pompier ou élève en fauteuil roulant – ce qui emmerde deja les profs obligés d’aller les chercher (bah oui, “qui surveille la classe qui descends les escaliers si je m’occupe du fauteuil ?” 0_°)

    bref, non, je caricaturise pas, ce contrat m’a fait halluciner (et pourtant il y a des moyens dans ce département, mais pas de réel volonté ni politique, ni sur le terrain)

    le pire, c’est que certains sont bons, ont de petit effectif et pourrait avoir de bonne solution

    mais comme ce sont des achats “groupés” avec contrats de maintenance derrière, c’est presque celui qui paye le plus qui décide (et c’est toujours une solution bof, juste histoire de dire “on l’a fait” sans trop faire râler pour les impôts derrière)

    j’ai bien vu l’ensemble du shmilblick, c’est effarant

    les moyens ne sont pas donnés de façon globale et efficace, c’est juste des rustines par ci par là

    résultat rien ne tiens vraiment debout
    le marché de “l’éducation”, pour moi est entièrement à repenser (il est au service des boites d’édition , pas à celui des mômes)

    qu’on commence deja à payer des formations au profs
    (je rigole deja sur les questions des “heures” que certains ne manqueront pas de poser dans les établissements, et quand ça remontera plus haut, ils feront un chèque pour du matos, ça coûtera moins cher, et ils auront la paix, je le sens)

    après on pourrait parler de matos en fonction de leurs besoins et projets

    désolé si ça choque, mais pour les primaires et maternelles, je change rien

    Répondre
  • 25 février 2015 - 19 h 17 min

    Moi les enseignants qui jouent les pucelles effarouchées… Il n’y a qu’a voir le bon niveau scolaire des jeunes gens qu’ils ont formé et l’échec global de l’éducation en France à tous les niveaux : savoir, respect, social…

    Plus de moyens humain, je peux le comprendre, plus de tablettes et d’ordinateurs : aucun interêt.

    Répondre
  • 25 février 2015 - 21 h 09 min

    @Dadoo: le savoir ok
    pour le respect et “l’éducation” au sens large, c’est aux parents de la faire, pas aux profs
    là dessus, je les rejoins
    c’est un soucis de société mais eux non plus n’ont pas le temps sur le temps scolaire
    (surtout que maintenant, vu les heures de boulots des parents, c’est pas avec 1 heures ou 2 par jours qu’ils y arriveront également)
    mais c’est pas leurs jobs d’éduquer des “citoyens”, juste de leurs enseigner leurs matières obligatoires (et deja, c’est pas simple avec certains de boucler les programmes)

    pour le reste, il faut “d’autres cours” ou d’autres structures (et ça coûteras de l’argent, bien plus qu’une poignée de tablettes)
    pas sur en plus que tout les parents acceptent, il y a un paquet d’opinions diverses et variées qui ne rentreront pas “dans les cases” et créeront des conflits (dans tous les sens d’ailleurs)

    mais tous ça, c’est un autre débat bien plus large et difficile que l’éducation nationale (dont c’est pas le rôle)

    Répondre
  • 25 février 2015 - 22 h 28 min

    @Dadoo : pour lutter contre “l’échec” de l’éducation nationale (y’aurait beaucoup à en dire) on t’attend quand tu veux pour prendre la relève… la critique est aisé mais l’art est difficile… et dire que ordinateurs et tablettes n’ont aucun intérêt c’est méconnaitre complètement notre société et son fonctionnement. A moins que tu souhaites le retour de la blouse, des toilettes à la turc et des coups de règles sur les doigts…

    @orangina rouge : désolé de te le dire mais tu ne connais pas grand chose à l’enseignement… Notre Ministère est celui de l’Education et ce n’est pas sans raison. Former le citoyen de demain est au coeur de notre métier. Apprendre à vivre ensemble également. Bien entendu c’est aussi le rôle des parents mais également le notre. “Boucler le programme” n’a aucun intérêt à mes yeux si on ne le fait pas dans des projets motivants pour les enfants et si on ne leur permet pas de construire leur savoir. J’ai bien dit construire et pas transmettre.

    Enfin, et je n’en dirai pas plus, peut être qu’il est tant d’arrêter d’avoir un avis sur l’éducation parce qu’on a été élève ou parce qu’on a des enfants… J’aime beaucoup manger mais je ne suis pas expert en cuisine. J’ai fait des milliers de kilomètres en voiture mais je ne suis pas expert en automobile… Tout ça pour dire qu’un peu plus de respect pour les professionnels que nous sommes, un peu plus de confiance aussi, ne nous ferait pas de mal.

    Bonne soirée.

    Répondre
  • 25 février 2015 - 22 h 59 min

    @Frédérick Geoffroy: n’oubliez pas de bien le répéter aux enseignants, encore et encore (surtout à ceux qui sont bien rentrer dans leur routine et veulent plus en bouger)
    faire un rappel de temps en temps serait pas un mal peut être (et pour nous aussi, vu que la réalité colle pas toujours)

    sinon, perso je parlais surtout de l’outil info dans les écoles primaires au niveau d’un département (de leurs maintenance et utilisation, la façon dont les contrats se bidouillent au final etc etc)
    j’aurais sûrement pas du en dire plus sur “l’éducation nationale” et répondre à un com
    (même si je sais que dans les rectorats et académies, ils n’en pensent pas moins, je parle même pas des mairies qui payent pour certains matos, le surveille pendant les vacances etc etc)

    en tous cas, vos élèves ont de la chance, j’espère que les enseignants qui les suivront dans le futur seront aussi motivés et ouverts que vous
    (parce que “suivrent” les profs à coup de reunionite, ça marche pas bien – et vous savez comme “tous le monde” aiment ça les réunions “obligatoires” – il y a pas de vrai techos fonctionnaires pour faire ce suivi localment et avec une veille techno constante, le poste existe pas d’où les contrats de maintenance privé qui coûte moins cher avec des trucs finalement bancal OU des solus clé en mains des gros dont tous le monde aimerait se passer)

    perso, je mettrais les moyens infos dès le collège dans les cours de science, technos etc etc
    MAIS ,avec le plus de matos et de projets type RPI possible
    là, ça vaudrais le coup je pense (plus qu’un chromebook)

    si c’est juste des outils pour le B2I, autant le faire via un site web (un login mot de passe par élève et ils peuvent le faire même de chez eux s’ils veulent ou médiathèque, biblio municipale etc etc)
    ça coûterais moins cher et rentabiliserait certains équipements

    qui vivra verra

    Répondre
  • 25 février 2015 - 23 h 23 min

    @orangina rouge: Welcome to my world…et moi c’est pas un contrat, je bosse au SI de la Ville…et je dois les gérer en plus de toute l’infra de la ville ( douze site relié en fibre hertzienne, VOIP, serveurs applis,Ad etc…)
    donc bref, quand je me casse les …. à faire un projet …pour la gloire, merci…je prefere faire des roms customs sur XDA au final :(

    Répondre
  • 26 février 2015 - 0 h 26 min

    @OCMan: je comprends, je l’ai bien vu dans certains coins, c’est la mairie qui s’occupe de tout, gère tous, commande, surveille, nous reçoit et nous ouvre les locaux etc etc
    c’est galère quand comme vous, ça viens EN PLUS du boulot (mais au moins, on avait des interlocuteurs qui savaient de quoi on parle, ce qui est rarement le cas. malheureusement le directeur de maternelle plus haut est un cas assez isolé je trouve)

    bref, et bien bon courage (surtout pour “surveiller et attendre” que les équipes soient “enfin réceptives”, je sais pas comment vous allez faire ça mais bon)

    je suis de tout cœur avec vous (moi au moins c’était mon taff quand il y avait encore de l’argent dans les caisses)

    allez, rien de bien pour moi sur qoqa ce soir
    bonne nuit à tous et à bientôt

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *