Android fait tâche d'huile sur ChromeOS, Linux et Windows

Android fait tâche d’huile sur ChromeOS, Linux et Windows

Est-ce que Google garde une barrière artificielle entre Android et ChromeOS ? C’est ce que l’on peut se demander à la vue de la vitesse de développement d’une solution pour exploiter les applications mobiles Android en tant qu’extensions sous ChromeOS, et cela pas uniquement sur les Chromebooks.

Google a prévu d’intégrer peu à peu les applications Android  dans ChromeOS pour améliorer les capacités des Chromebooks et leur offrir un catalogue énorme d’applications supplémentaires. 4 premières Apps sont donc officialisées par Google. 4 Apps décortiquées dans la foulée par la communauté de développeurs de manière à comprendre les mécanismes de ce portage.

android-in-chrome

Dés le lendemain, un premier hack est publié, expliquant comment  faire fonctionner n’importe quelle applications Android sous ChromeOS. Aujourd’hui le travail a porté de plus gros fruits et les applications du monde Android peuvent se lancer sous divers systèmes : Windows, Linux et ChromeOS à travers le navigateur Chrome.

Pour le moment ce n’est pas super simple d’emploi, il faut un script spécifique qui permet de transformer l’application Android en extension Chrome. Evidemment une fois ce travail fait, il est possible d’exploiter ces extensions Chrome directement. Un petit bémol toutefois, les applications Android que l’on peut trouver en ligne au hasard d’un téléchargement peuvent être vérolées mais leurs versions Chromifiées sont absolument hors de contrôle. A vos risques et périls donc.

Au delà des problématiques liées à ces hacks, des plantages et manques manifestes d’ergonomie entre une application mobile tactile et l’usage d’un Chromebook ou d’un PC classique, on remarque ici la grande perméabilité entre Android et ChromeOS. Une hérédité évidente et la possibilité réelle pour Google de partager l’ensemble de ces univers facilement et rapidement.

Si une communauté de hackeurs a mis 48 heures pour transformer une petite faille en brèche géante on imagine que l’étanchéité entre les systèmes est totalement artificielle entre Android et ChromeOS. Comme une munition gardée en réserve pour une annonce plus tardive permettant une vraie et totale gestion des deux univers ensemble. Quelque chose d’assez colossal puisque les Chromebooks deviendraient d’un coup tout ce qu’ils ne sont pas encore, à savoir des monstres applicatifs et ludiques au fur et à mesure de l’apparition des extensions officielles pour ChromeOS des applications phares d’Android.

23 commentaires sur ce sujet.
  • 22 septembre 2014 - 9 h 34 min

    J’ai pas le sentiment que ça leur donne pour autant un attrait ou un intérêt supérieur. Si c’est pour utiliser des applis Android avec un clavier, autant prendre une tablette et un clavier Bluetooth par exemple.
    Pas forcément moins puissant et surtout tu ne gardes pas de fil à la patte lorsque tu as besoin de repasser en mode nomade.

    Je ne sais pas si c’est une solution par défaut pour Google de passer son catalogue à ChromeOS ou si c’est prévu de longue date mais pour moi, à part pouvoir donner l’argument « on a un gros catalogue d’apps » c’est inutile.

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 9 h 37 min

    Précision par rapport à mon précédent commentaire:
    je n’ai rien contre le Chromebook et je surveille étroitement l’évolution moi-même. C’est surtout l’adaptation Android sur Chrome que je critique (un peu).

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 9 h 45 min

    @Juju_des_Highlands: Tout est une question d’habitude. Si tu as une app qui n’existe pas sous Chrome mais que tu utilises souveznt sous Android, tu seras content de la retrouver…. hors ligne. Grâce à l’extehsion il te sera possible de profiter de nombreuses apps hors ligne mais également d’autres applis performantes variées : Retouche d’image, calcul, réseau… autant d’applications où tu as pu te créer des répères sur Android mais que tu pourras gérer en plein écran sur un 11/13 pouces sans soucis.
    Evidemment ce n’est pas pour jouer a Angry Birds mais plutôt pour d’autres type d’usage. Il se passe un truc différent dans ta tète lors de ta décision d’achat d’un engin nomade si tu sais que ton logiciel de connexion à ton serveur ou ta solution de FTP sous Android est également disponible sur ChromeOS. Ton choix ne se limite plus forcément à une solution de type Windows.

    Répondre
  • Gp
    22 septembre 2014 - 9 h 55 min

    Sur Android une app peut contenir plusieurs types d’affichage (smartphone, tablette, caractéristiques de l’écran), j’imagine que l’on pourra dans l’avenir en rajouter un pour le mode clavier/souris, ainsi une meme app Android pourra proposer une ergonomie spécifique sur smartphone, tablette, et Chrome OS.

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 10 h 12 min

    C’est tout simplement une news exceptionnelle que ce soit pour les possesseurs de Chromebook, les developpeurs d’application, etc… Maintenant j’ai encore plus envie de m’acheter une de ces petites machines ;)

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 10 h 12 min

    J’ai testé la bidouille sous Windows avec Chromium…et je suis bluffé par la fluidité de la chose. Je vais faire l’essais sur mon Chromebook qui prenait la poussière.

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 10 h 41 min

    Si la frontière est si fine, alors pourquoi segmenter en 2 OS ?

    Quel est l’intérêt stratégique ?

    Autant améliorer la gestion clavier/souris sous Android.

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 10 h 48 min

    @sourioplafond: Peut être pour garder un catalogue applicatif en faveur d’Android. La stratégie de Google est clairement pro-Android pour le moment. La concurrence Apple est difficile sur le mobile, celle de Microsoft tout autant sur le marché PC. Autant affronter un géant à la fois. Si Google devait affronter iOS et Windows ce serait plus difficile alors qu’en utilisant Android dans un second temps pour mettre en avant ChromeOS, Google est peut être plus gagnant.

    Répondre
  • SGT
    22 septembre 2014 - 11 h 05 min

    Perso je trouve que cela tomberai sous le sens de disposer d’apps Android sous Windows au même titre que d’autres les apps Windows Legacy et modern UI.

    J’espère donc que Windows 9 ira dans ce sens, c’est plutôt un plus pour Microsoft qu’une menace que de pouvoir disposer de centaines de mini apps.

    Sous Windows cela serait bien aussi d’amener plus de fonctionnalités téléphonie au sein du desktop en association avec le smartphone comme le propose iOS 8.

    Microsoft peut certes toujours résister aux évolutions, l’ouverture comporte des risques mais je pense au final que les avantages seront toujours plus grands.

    Répondre
  • Gat
    22 septembre 2014 - 11 h 06 min

    Salut ou trouver un tuto je comprend rien lol merci

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 11 h 12 min

    @SGT: C’est surtout que MS n’a pas le choix, ca passe par Chrome et donc par Windows très naturellement. MS ne peut pas interdire Chrome sans s’attirer les foudres de nombreux régulateurs…

    Répondre
  • SGT
    22 septembre 2014 - 11 h 24 min

    @Pierre Lecourt:

    Oui j’ai bien compris pour Chrome, mais en partant de ce fait je pense que Microsoft pourrait aller plus loin dans le domaine en permettant une intégration plus profonde des apps Android dans son système… une sorte d’émulateur performant et sécurisé… et que les bénéfices seraient supérieurs aux risques.

    Après tout ils viennent bien de lancer une offre de 30 Go One Drive pour les malheureux manquant d’espace pour faire la migration d’iOS 8… preuve en est qu’ils peuvent investir d’autre plateformes

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 12 h 01 min

    @SGT: Oui mais cela se ferait au détriment de leur propre store en fait.
    Je veux dire qu’en sécurisant ils permettraient à l’utilisateur d’acheter l’application XXX en payant Google tout en laissant le développeur de l’application XXX sans retombées sous Windows Store. A terme le message pour les devs c’est : Ne vous ennuyez pas a dev pour MS si l’application existe déjà sous Android. Suicidaire.

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 13 h 17 min

    C’est une bonne nouvelle !

    Après tout il s’agit simplement de porter une machine virtuelle sur un autre support. De plus, Google a su fédérer un grand nombre de développeurs dans tant de projets différents que la seule chose qui me surprenne est pourquoi ce genre de chose n’ai pas été vu plus tôt ;)

    Par contre l’écuieil à éviter pour Google sera que si une app Android peut tourner sous windows, pourquoi installer ChromeOS. Et là, je me demande quelle est la stratégie qu’ils mettront en place pour éviter ce problème.

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 13 h 38 min

    @Baldarhion:

    on peut voir en sens inverse, pourquoi avoir win pour des applis android si elles tournent sur android/chrome ?

    Sachant que le prix du hard est multiplié par deux si tu veux un win qui tourne a peu près correctement ..

    Répondre
  • 22 septembre 2014 - 14 h 13 min

    @toto : nous sommes bien d’accord :)

    Répondre
  • 23 septembre 2014 - 7 h 22 min

    Encore une bonne année de travail et ARC sortira de la Beta, sera intégré dans Chrome (au lieu d’être une extension), avec un cycle de développement parallèle à ART.

    Et là, le Chrome Web Store va exploser, au grand détriment du Windows Store.

    Répondre
  • Cid
    23 septembre 2014 - 8 h 58 min

    Quand vous dites que Google veut rester sur le marché mobile (smartphone / tablette) pour continuer à se battre contre Apple OK mais quand on voit l’arrivée de Windows massivement sur ce secteur, Google peut/doit aussi se lancer sur le terrain des OS « bureautique » contre Windows (et Apple). Et donc pour étoffer ChromeOS quoi de plus simple et puissant que de rendre les apps Android compatible. Après faut que Google arrive à bloquer l’exploitation de ces apps sur le navigateur Chrome des autres OS. Sinon c’est la balle dans le pied…

    Répondre
  • 23 septembre 2014 - 16 h 12 min

    Celui qui a le plus à perdre dans l’histoire est clairement Microsoft. Pierre l’a très bien expliqué. Comment promouvoir le Windows Store si les mêmes app Androïd sont déjà accessibles via Chrome. Microsoft a déjà bien du mal à convaincre les dev de porter leurs apps.

    Après, la plupart des apps Androïd sont faites pour fonctionner sur du tactile. Elles perdent leur intérêt sur un ordi. Je ne crois pas que l’on puisse mixer les deux usages convenablement.

    Répondre
  • 23 septembre 2014 - 16 h 38 min
  • 23 septembre 2014 - 20 h 00 min

    @Balbylon
    J’utilise pas mal d’applis au clavier/Toucpad (logitech K400r+Keyboard helper pro pour un support français parfait, meilleut qu’avec Clavier Azerty, deux applications dispos sur Google play) sur clés HDMI.
    Cela fonctionne très bien. Il ne manque que les fonctions de zoom pour remplacer le pinch to zoom (supporté par le K400r mais pour Windowd 8.1 uniquement).
    Il faut noter toutefois que le support natif par Android des claviers externes internationaux est… lamentable et nous ramène au millénaire dernier ou il fallait jouer avec des keymaps, des key/scan codes.
    Je vais tester en émulation sous Windows 8.1+Chrome pour voir si ça change.
    Pour moi, c’est un plus pour Microsoft Windows+Intel qui permet de faire fonctionner les applis de tous les univers: windows nativement, le reste (Linux, Mac) en virtualisation (VMware voire Virtualbox) ou en émulation (Android, Firefox OS).
    Où les revenus seront-ils les meilleurs? En gardant le leadership sur les OS ou en se gavant avec 30% des revenus des vendeurs sur les différents « store »? Crapules…

    Répondre
  • 25 septembre 2014 - 1 h 38 min

    je pense que google n’autorise pas toutes les applications sur chromeOS principalement pour un soucis d’ergonomie.
    pas d’accéléromètre, pas de gps, pas forcément de tactile, pas de gyroscope.

    Répondre
  • 10 octobre 2014 - 11 h 16 min

    […] une première salve d’applications Android portées sous ChromeOS, après l’arrivée de solutions plus ou moins efficaces pour transférer soi même des applicat…, voici donc une seconde salve […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *