10000€ pour réinventer la machine à recycler le plastique

C’est une des questions qui me hantent lorsque je contemple l’amas de machines dont je dispose. Que vont t-elles devenir le jour où leur obsolescence (oui la mienne) sera consommée. On nous parle beaucoup de recyclage mais je ne suis pas sur que recycler le plastique soit si facile. Et si la donne changeait ?

Tweet about this on TwitterShare on FacebookShare on Google+Share on RedditShare on LinkedInEmail this to someone

A vrai dire, les ordinateurs sont une petite part du problème plastique, les emballages, sur-emballages, bouteilles d’eau et autres flacons divers et variés qui nous entourent sont légion. Leur recyclage consiste souvent à poser un pastille sur leur étiquette et a s’acquitter d’une taxe mais dans la pratique bien peu sont valorisés.  Brûlés, enfouis ou perdus dans la nature, les emballages vont mettre des siècles voire beaucoup plus à disparaître.

Recycler le plastique devrait être non seulement une priorité pour les états mais également une obligation pour les entreprises qui en utilisent des tonnes au quotidien. Mais on constate vite que très peu de filières de recyclages ont été pensées ou réellement développées sur le territoire. Et pourtant, à partir de bouteilles vides, on peut faire de nouvelles bouteilles, des containers, bacs voire même des vêtements et fibres solides.

bouteilles plastique

Et si les particuliers et le milieu associatif pouvaient aider à améliorer cet état de fait ? Dave Hakkens a reçu un prix de 10 000€ il y a quelques années pour le travail qu’il a mené dans la création d’une machine à recycler le plastique. Une machine Open source parfaitement libre et documentée que tout le monde peut copier et améliorer afin d’avoir localement sa propre usine de recyclage. Evidemment ce n’et pas un travail à la portée de tous, mais on peut imaginer qu’un fablab en fasse un bon projet à mettre en place, d’autant que le plastique ainsi recyclé peut devenir une source de matière première pour inventer ensuite d’autres produits.

fablab recyclage

C’est ce qu’a mis au point Dave Hakkens il y a quelques années. C’est ce qu’il cherche à améliorer aujourd’hui. Le concepteur de la première machine estime qu’elle n’est pas encore au point et qu’une version 2.0 serait bienvenue. Malheureusement, il n’a plus le temps de s’y consacrer comme il le souhaiterait, il est en effet impliqué dans le fameux Project ARA de Google. Aussi propose t-il un emploi au Pays Bas à qui aurait les compétences nécessaires à la réalisation de cette version 2.0. Il dispose des ressources, des matériaux et du local pour fabriquer cet engin, il va même jusqu’à remettre en jeu le prix de 10 000€ qu’il a gagné pour faire avancer la cause.

Si vous êtes libre de partir à l’aventure, que vous maîtrisez l’Anglais ou le Néerlandais (pas facile) et que vous avez des compétences en électronique, ce poste est peut être pour vous. Si vous ne comprenez pas un traître mot du vocabulaire local hormis quelques noms de fromages, le projet peut tout de même vous intéresser et le site Precious Plastic vous donner des idées. Une unité de recyclage plastique dans chacun des FabLab de France pour bientôt ? Ce serait un processus intéressant si on arrivait à combiner ce type de recyclage avec la création de filaments pour l’impression 3D.

5 commentaires sur ce sujet.
  • 2 décembre 2014 - 12 h 45 min

    Une machine à recycler le plastique simple à monter ? Il aurait dû recevoir 1 million € minimum !

    Répondre
  • 2 décembre 2014 - 13 h 47 min

    @Misutstu : pas sur que le concept de sa machine soit adapté à un traitement à grande échelle des déchets. Il doit s’agir d’une petite machine qui se cantonne à un usage “domestique”.

    PS: pour avoir travaillé aux Pays-Bas il y a quelques années, pas besoin impératif de maîtriser le néerlandais, notamment au niveau pro

    Répondre
  • to
    2 décembre 2014 - 15 h 12 min

    Ca existe deja au niveau industriel, quand vous allez deposer vos vieux ordis, ecrans, aspirateurs,etc dans une recyclerie (emmaus par exemple), soit ils reparent soit ils demontent et les morceaux sont mis dans des “lessiveuses” qui trient puis c’est envoye dans des usines qui recuperent les metaux ou les plastiques et le reste est incinere.

    Répondre
  • 3 décembre 2014 - 2 h 22 min

    Je ne sais pas où on en est en France, mais il y a des pays, comme le Japon, ou il y a une filière spécifique pour le recyclage des bouteilles (entres autres). Ca marche: tri, récolte, et recyclage.
    C’est aussi une volonté politico/industriel de mettre en place ce genre de chose.
    En étant rabat-joie, je dirais que c’est plus simple de demander à une personne “lambda” de trier ses poubelles et aider à ce que la récolte des déchets se passe correctement, que de lui demander de faire son propre recyclage.

    Répondre
  • 3 décembre 2014 - 10 h 48 min

    Et puis le pb actuellement serait plus sur le recyclage du verre et non pas du plastique (qui est plutôt pertinent).
    Car la filière de recyclage du verre est plutôt incohérente : collecter le verre, le transporter jusqu’à des points de traitement, le trier, le fondre, etc.
    Alors que la bonne vieille méthode de la consigne où l’on ramener ses bouteilles et autres en magasins contre des petites pièces fonctionnait très bien et était écolo avant l’heure (refaire du verre neuf à partir de morceaux est très énergivore et reste une aberration).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *