Xiaomi en France : Quels matériels et quelle distribution ?

Xiaomi en France c’est donc, pour le moment, un assez faible catalogue de produits et beaucoup de promesses. L’ouverture de la boutique Parisienne nous donne un aperçu de la recette qui sera appliquée dans le pays et nous permet, au vu des tarifs asiatiques et du reste des implantations Espagnole et Polonaise, de voir comment la marque a choisi de se positionner dans l’hexagone.

Xiaomi France

Une boutique qui servira de vitrine

Disons le tout net, la boutique qui vient d’ouvrir à Paris n’a aucune chance d’être rentable en l’état. Même avec un excellent rendement, au vu des marges pratiquées, des loyers du quartier et surtout du nombre d’employés présents sur place, l’équilibre financier sera probablement impossible.

2018-05-22 06.08.23 2

L’adresse au 22 Boulevard Sébastopol dans le premier arrondissement parisien n’a d’autre but que d’assurer la promotion de Xiaomi en France. De rassurer le consommateur d’un côté et d’exposer les produits de l’autre. Il est beaucoup plus difficile pour une marque chinoise de décoller en France sans ce type de point de vente. Même si le client final achètera via un autre canal, le fait de disposer d’une boutique physique permet de montrer ses produits et de pouvoir dire au client que la marque a pignon sur rue.

Xiaomi France

En faisant le tour des lieux, on se rend compte de deux choses assez rapidement. D’abord, il y a du personnel, beaucoup de personnel par rapport à la surface disponible. L’endroit n’est en effet pas gigantesque. Une première salle en rez-de-chaussée qui ne fait que quelques dizaines de mètres carrés et un escalier qui permet d’accéder à un sous sol composé de trois pièces assez exiguës. J’ai du mal à chiffrer la surface complète du lieu mais cela ne doit pas dépasser les 200 mètres carrés. Je suppose que Xiaomi a voulu éviter les problématiques de sécurité et d’accessibilité aux handicapés en restant dans un local restreint.

Xiaomi France

Pour gérer la clientèle, on ne compte pas moins de neuf salariés aux profils différents. Tous très motivés par ce nouveau boulot, semble t-il. Certains sont plus réservés que d’autres, certains sont clairement dans leur élément. Tous ceux que j’ai interrogés semblaient connaitre les produits de la marque. Pas seulement ceux exposés dans la boutique mais également certains que Xiaomi distribue en Asie. Les caractéristiques des matériels en vente sont maîtrisées sur le bout des doigts, il faut dire, comme nous le verrons plus bas, que l’achalandage n’est pas des plus importants. Ce qui facilite la tâche.

Xiaomi en France

Neuf personnes pour gérer cet endroit, même en comptant sur un réassort permanent, c’est trop. Je suppose qu’il y a aura une gestion des horaires qui fera que les neufs ne seront pas en permanence sur place mais cela me parait tout de même beaucoup quand on voit que certains magasins de grande surface de proximité aux rayons chargés de milliers de produits tournent en semaine avec trois ou quatre salariés seulement.

Xiaomi en France

Pour autant, je ne serais pas inquiet pour le personnel sur place car je pense que Xiaomi a clairement fait une croix sur la rentabilité du lieu. Le but pour la marque est d’asseoir sa réputation. Il y a peu de produits exposés mais ils sont pour la plupart assez faciles à vendre. Le rôle des salariés est donc, d’une part, de gérer des commandes basiques sur des produits simples : Batteries ou accessoires Bluetooth. Chose qu’un kiosque à journaux sait faire sans former de vendeurs. Mais aussi et surtout de mettre en valeur la marque et quelques modèles de smartphones.

Le principe du magasin est donc bien de fonctionner comme une publicité géante et cela se voit immédiatement dans la décoration du lieu. De grands placards lumineux mettant en valeur la marque et ses slogans et du conseil avec beaucoup de vendeurs.

Xiaomi en France

La boutique Xiaomi : L’arbre qui cache la forêt

Cela ne veut pas dire que l’impact de la marque ne sera pas important. En effet, le constructeur a choisi un fonctionnement très traditionnel pour la distribution de ses accessoires. Entendez par la : « Tout sauf les smartphones ».

2018-05-25 18_46_27-minimachines.net

Xiaomi sera distribué en France par Exertis, ex-Banque Magnétique / Comtrade. Un grossiste très bien implanté avec un réseau de centaines de boutiques et de VPCistes. Cela veut dire qu’en plus des grands mastodontes de la distribution classique que nous avons vu lors de la conférence de presse, tous les revendeurs ou presque pourront donc distribuer les accessoires de la marque.

Trottinettes, accessoires bluetooth, casques, bracelets connectés, batteries et autres accessoires du même acabit vont donc débarquer partout où Exertis dispose de revendeurs. Il y a de forte chance que la batterie Xiaomi de base fasse donc son apparition chez tous les distributeurs informatiques, petits ou grands.

C’est là que le rôle de cette boutique Parisienne rentrera en jeu. Pour faire passer la pilule d’un achat de la marque , encore inconnue pour beaucoup de clients français, il sera bon de pouvoir dire que Xiaomi est désormais implanté en France avec une boutique à Paris. Le SAV se fera, quant à lui, de manière tout à fait traditionnelle. Le stock d’Exertis servira de tampon pour échanger les matériels en panne. Exactement de la même manière que pour la très grande majorité des produits fabriqués en Asie, quelle que soit leur marque.

A noter que les périphériques et accessoires basiques ne devraient pas avoir un SAV de réparation. Ils seront purement et simplement échangés, cela n’est pas rentable de tenter de réparer une oreillette Bluetooth ou une batterie. Les smartphones auront, quant à eux, droit à un SAV développé avec des techniciens partenaires qui assureront le remplacement des parties défectueuses à partir de composants d’origine fournis par Xiaomi. Là encore, rien d’autre qu’un comportement très classique.

Xiaomi France

Le catalogue Xiaomi en Chine

Xiaomi France

Le catalogue Xiaomi en France…

Quelle sera l’étendue de la gamme Xiaomi en France ?

Difficile de répondre à cette question tant le catalogue des produits est vaste. Le premier indice nous vient de la boutique et des références exposées. Car l’adresse Parisienne n’a beau pas être très grande, le catalogue est encore plus faible et l’impression d’être dans un magasin quasi vide est vite une évidence.

Deux références de smartphones pour commencer : Le Xiaomi Mi MIX 2S et le Xiaomi Redmi Note 5. Cela fait peu par rapport à l’étendue du catalogue du fabricant chinois qui compte des dizaines de modèles dont certains sont parfaitement compatibles avec nos réseaux. Le Xiaomi A1 aurait, par exemple, pu être distribué le jour de l’ouverture de la boutique puisqu’il est disponible en Espagne. Cela n’a pas été le cas et on imagine qu’il y a plusieurs raisons stratégiques à cela : Certifications, service après vente, garanties. La distribution d’un smartphone n’est pas aussi facile que celle d’un périphérique.

Xiaomi France

Quand on ne propose que deux références de smartphones dans une boutique qui a été pensée pour mettre en priorité ces produits en avant, on arrive à une situation étrange où les deux tables centrales exposent plusieurs fois le même produit. Pas moins de huit Redmi Note 5 sont ainsi présentés et autant de Mi MIX 2S.

Xiaomi en France

Autour de ces tables centrales, des présentoirs mettent en scène les accessoires. Batteries, enceintes, bracelets, pieds photo, casques… Enfin, des étagères permettent de piocher directement l’accessoire de son choix et de se présenter à la caisse. Les Smartphones ne sont pas en libre service, seuls les éléments les moins chers sont ainsi disponibles.

Xiaomi FranceXiaomi France

A l’étage du dessous, la sensation de vide est encore plus immense. Une des pièces expose des téléviseurs de la marque ainsi qu’un vidéo projecteur. Aucun d’eux n’est en vente dans le magasin.

Xiaomi France

Les murs sont remplis de boites de produits identiques exposés là pour combler le vide. Dans l’autre pièce, on trouve d’un côté les mêmes produits que ceux exposés en haut et de l’autre une série de matériels non disponibles.

Xiaomi France

Xiaomi en FranceXiaomi en France

Xiaomi en FranceXiaomi en France

Présenter des produits indisponibles, une bonne idée ?

La caméra Mi Action 4K, La Mi Box TV 4, une brosse à dent électrique, la balance Mi Scale et le bracelet d’activité Mi Band 2. Autant de produits exposés mais qu’il n’est pas possible d’acheter pour le moment.

Xiaomi France

Interrogés, les vendeurs ne savent pas me répondre quant à la disponibilité réelle de ces produits dans les semaines à venir. Un mystérieux « Ça arrive » sous entendant une livraison dans les semaines qui suivent plane. Je suppose que Xiaomi n’expose pas ces engins pour rien et qu’il serait contre productif de les présenter sans intention de les vendre à moyen terme.

Xiaomi France

La pièce centrale ne contient qu’une maigre étagère présentant en doublon des produits déjà en self-service à l’étage du dessus…

Xiaomi France

Le catalogue Xiaomi en France est donc « maigre » par rapport à la production de la société en Chine ou ce que présente Xiaomi en Espagne : Les lampes de la marques sont absentes, tout comme une foule d’accessoires variés qui vont de la souris au connecteur bluetooth en passant par les stylos, les montres connectées ou les lunettes de soleil. C’est très logique, la boutique Espagnole est en place depuis de nombreux mois et le flux de produits a eu le temps de se mettre en place. Je ne doute pas que ces accessoires finiront par débarquer également chez nous et à grossir le catalogue des produits disponibles chez le grossiste français de la marque.

Xiaomi en France

Il faut également prendre en compte que tous les produits présentés en France sont garantis 2 ans et doivent passer les tests de conformité pour une commercialisation Européenne. On retrouve l’ensemble des références distribuées en France au catalogue de la boutique Espagnole et Polonaise. Il s’agit probablement des références qui se vendent le plus facilement.

Xiaomi en France

Mention spéciale pour la trottinette Xiaomi M365 exposée et en vente sur place à 349.90€. Elle bénéficie d’une normalisation CE depuis des mois en importation et fait logiquement fureur dans d’autres grandes villes Européennes.

2018-05-22 06.08.06 1

Certains clients sont d’ailleurs repartis immédiatement avec elle.

Ou sont les ordinateurs portables ?

Xiaomi en France

Pas d’ordinateurs portables ? Non. Et je doute très franchement que l’on ait droit à ces références en France même à long terme. Pour cause de localisation géographique principalement mais également parce que les éléments nécessaires à la création d’une chaîne complète de gestion de ces produits reste complexe et onéreux à mettre en place.

Il faut assurer un SAV pour ces ordinateurs portables Xiaomi en France et donc ouvrir un partenariat avec un réparateur agréé dans l’hexagone. Cela n’a pas forcément du sens pour une gamme aussi limitée de références. Les smartphones y ont droit mais on se doute qu’en tant que coeur du métier de la marque, d’autres références vont arriver sous peu et que le recours à des techniciens pour assurer un SAV décent va être indispensable. C’est d’ailleurs un élément requis par la totalité des distributeurs.

2018-05-25 18_25_55-minimachines.net

Le clavier QWERTY du Xiaomi Air 13.3″

Autre souci pour les ordinateurs portables Xiaomi, le développement d’un clavier AZERTY pour s’adresser au public Français. Comme en Espagne où les portables ne sont pas vendus, les ordinateurs ne semblent pas au programme dans l’hexagone. Interrogés, les vendeurs bottent en touche avec un « on n’a pas d’infos à ce sujet » alors qu’ils savent être bien plus mystérieux quand à l’arrivée des périphériques indiqués comme indisponibles pour le moment.

La version QWERTY du Xiaomi Air 13.3 est exposée, bien qu’indisponible, en Pologne. Cela s’explique par l’utilisation sur place d’un clavier QWERTY US, c’est à dire avec la même disposition de touches qu’un clavier Chinois : La touche entrée est ainsi sur le même rang en largeur et non pas en hauteur comme le clavier AZERTY Français. A noter que le clavier Espagnol est également QWERTY mais que la disposition est celle d’un AZERTY avec une touche entrée en hauteur. Cette différence de clavier n’aide pas à la localisation des machines chez nous et je doute franchement de l’apparition rapide de ces engins sur notre marché. Si des particuliers peuvent se laisser convaincre par des smartphones aux interfaces physiques inexistantes, il sera bien plus délicat de convertir des utilisateurs à se familiariser avec un nouveau format de PC.

Evidemment, Xiaomi pourrait changer ses claviers en usine et glisser des modèles AZERTY à la place des QWERTY mais cela casserait son modèle de production massif qui est une clé de sa réussite.

Xiaomi en France

Des prix dans la norme Européenne

Les tarifs proposés en France sont dans la moyenne européenne, parfois quelques euros plus cher, parfois quelques euros de moins… Mais avec les différences de taxes et les conversions spécifiques, cela reste dans un mouchoir de poche. Il semblerait que nos voisins Espagnols soient tout de même un tout petit peu mieux lotis.

Xiaomi en France

La petite enceinte Bluetooth de la marque est par exemple à 24.99€ en France et 23.80€ en Pologne. La batterie 20000 mAh est commercialisée à 24.99€ à Paris, à 28.50€ à Cracovie et 21.49€ à Barcelone… En importation, on a déjà eu ces produits à respectivement 14.49€ et 16€ lors de ventes limitées.

Xiaomi en France

La batterie 10000 mAh est à 14.99€ en Espagne, 1€ de plus chez nous.

Xiaomi en France

Le Selfie stick est à 18.99€ à Paris, 16.99€ en Espagne. Le casque Mi Sports Bluetooth est à 26.99€ à Paris, deux euros de plus qu’en Espagne. Le Mi Car charger est à 7.99€ partout. Cela ne joue donc pas à grand chose donc et on peut considérer une certaine harmonie pour l’ensemble des pays d’Europe.

Xiaomi en France

Dans l’ensemble le rapport qualité prix reste excellent. Les tarifs restent bas et les qualités des produits sont souvent au dessus du lot par rapport à des solutions – même de grandes marques – proposées au même prix.

Xiaomi en France

L’oreillette Bluetooth basique à 9.99€ fait un excellent travail, au moins aussi bon que des références de marque vendues le triple en grande surface.

Xiaomi en France

Un chargeur allume cigare de qualité vendu au prix du noname.

Xiaomi en France

Un casque entrée de gamme à 4.99€. Ce n’est pas une merveille mais il fait largement mieux que des références vendues à 10 ou 15€ actuellement en grande surface.

Xiaomi en France

Des produits un peu plus qualitatifs proposés un peu plus chers sont également visibles. A 32.99€, cette enceinte Bluetooth est sympathique mais on comprend assez vite le souci de la Xiaomi en France. Autant il sera facilement possible de séduire un public de connaisseurs déjà conquis, celui qui se rendra dans la boutique où on pourra la prendre en main.

Xiaomi en France

Autant vendre cette même enceinte au dessus des 30€ avec une marque inconnue du grand public sera un autre challenge dans une grande surface où elle fera face à des enceintes noname proposées moitié moins cher. Le fait de pouvoir l’exposer à Paris est évidemment un gros plus.

Il va donc falloir conquérir le terrain pour proposer un catalogue un peu haut de gamme. Seule manière d’étoffer petit à petit le catalogue distribué par Xiaomi en France.

Xiaomi en France

Quid de l’importation de produits Xiaomi en France ?

Vous le savez la rubrique Bons Plans présente sur Minimachines fait la part belle aux produits d’importation. Et pas mal de produits Xiaomi font partie de ces bons plans. Il va sans dire que pour les produits commercialisés dorénavant en France, l’importation devient un peu ridicule. Certes les produits seront moins chers en importation au gré d’une vente flash ou d’un code promo mais l’avantage d’un achat en France sera un Service après Vente local et une durée de garantie de deux années complètes au lieu d’un an. L’achat d’une trottinette M365 n’a donc par exemple plus aucun sens en importation. Pas plus qu’un smartphone vendu chez nous par exemple.

Pour d’autres produits cela sera au cas par cas, la garantie de deux années d’un casque audio est généralement plus liée à la robustesse de sa connectique qu’à la durée prévue par la loi. Acheter un casque moitié moins cher en importation, surtout si le stock est Européen, pourrait encore avoir du sens.  Pour la téléphonie c’est également différent, suivant l’évolution du catalogue Xiaomi en France, il restera des produits intéressants au catalogue des importateurs. Les excellents portables de la marque, enfin, gardent tout leur intérêt en importation.

Xiaomi en France

Au vu de la maigreur du catalogue Xiaomi en France, je tâcherai donc de ne pointer que vers des produits pertinents en importation. Cela ne m’empechera pas de pointer vers des produits de la marque bénéficiant d’éventuelles réduction chez des distributeurs locaux.

 

Xiaomi arrive en France et chamboule déjà le marché.

49 commentaires sur ce sujet.
  • GdB
    25 mai 2018 - 19 h 10 min

    Excellent reportage et excellente analyse.
    Merci Pierre.

    Répondre
  • 25 mai 2018 - 19 h 27 min

    ce qui m’intéresserait le plus, ce sont les purificateurs d’air.. et dommage pour les ordinateurs portables, mais pourquoi ne pas en produire quitte à les faire payer plus cher de quelques dizaines d’euros pour le coût de la localisation ?

    Répondre
  • 25 mai 2018 - 19 h 49 min

    @jerrykhan: Les purificateurs d’air sont dispo en Espagne… On peut donc espérer d’ici 6 mois ou un an.

    Pour les portables parce que cela casserait la production globale je suppose. Et le marché est pas certain pour ces produits. Les distribuer serait hasardeux en grande surface. Imagine demain on te propose une très jolie tondeuse de marque « Dàotián » à 800€ en grande surface de bricolage alors qu’autour tu as des outils de marque Bosch, Mc Culloch, Ryobi, Black&Decker, Makita, Gardena. situées entre 300 et 1200€ dans la même gamme de produit. Est-ce que tu irait spontanément vers la « Dàotián » ?

    Le problème est le même pour Xiaomi et les portables. C’est un marché difficile, très concurrentiel où elle ne pourrait pas faire marcher sa recette de fort volume.

    Répondre
  • 25 mai 2018 - 20 h 04 min

    Pierre, pour la disponibilité des produits tu écris: « Interrogés les vendeurs ne savent pas me répondre quand à la disponibilité réelle de ces produits dans les semaines à venir. Un mystérieux « Ça arrive » »

    Ils ne les auraient pas faits venir par les mêmes moyens que Gearbest par hasard parce que c’est vraiment le même type de réponse que sur les trackings :-)

    Bon, je sors

    Répondre
  • 25 mai 2018 - 20 h 41 min

    moi je pense que produire juste une serie de clavier pour un modele aurait du sens ( suffit de faire une analyse des vente en import vers la france des modèles, ça cible le public moyennant quelques euros a gearbest, aliexpress ou autre revendeur chiinois de la marque) . produire 10000 clavier couterait pas bien cher, assembler ces 10000 unités séparément non plus. et certifier juste un modèle bien calibrer non plus.
    C’est peut être dans les cartons pour les prochains modèles, pour faire une entrée la plus pertinente possible sur le marché européen, un seul modèle, mais avec des clavier localisés (juste pour un modèle bien ciblé, c’est pas un gros risque et c’est comme ça qu’on grandit)

    Répondre
  • 25 mai 2018 - 20 h 46 min

    @OCMan: Ca fait un an que les espagnols espèrent. Perso j’ai milité à mort pour que ça se fasse depuis la sortie des portables et malgré des volumes conséquent d’export vers la France on m’a toujours dis que c’était pas possible.

    J’veux pas jouer les défaitistes mais autant pas trop espérer. Même le futur PC Gaming Xiaomi ne sera dispo qu’en QWERTY.

    Répondre
  • 25 mai 2018 - 20 h 48 min

    Alors que j’étais, comme beaucoup, ravi que Xiaomi point officiellement le bout de son nez pour secouer le cocotier dans l’Hexagone ; Quelques part, je me dis que Xiaomi a raté le coche de ce qui aurait pu être une excellente introduction chez nous.

    Les stocks de « produits intéressants » en boutique semblent avoir été épuisés dès les premières heures (à la limite cela peut se comprendre). Plus grave, les stocks de la boutique en ligne n’ont guère fait long feux, notamment sur les smartphones où ils sont désormais tous en rupture ; ce qui n’a pas empêché -semble-t’il- Xiaomi d’encaisser des commandes en lignes pour prévenir à postériori un délais de livraison de 21 jours… Pour le coup, un bad bashing est en train de poindre le bout de son nez sur les réseaux sociaux (notamment Facebook).

    Dans les magasins physiques, il est quasi impossible de trouver du stock de smartphone, excepté quelques rares modèles « ternes » en noir (exit donc les jolies couleurs or, bleu et consort). Dans les boutiques sur le net, il faut slalomer sur les sites, qui pour avoir du 64Go de stockage, qui pour avoir du 128Go, qui pour avoir du couleur or, qui du couleur bleu, etc…

    Bref, j’ai comme la mauvaise impression que Xiaomi a assez mal préparé son coup. Ils ont ouvert à grand renfort de marketing un magasin quasi vide et inauguré un site internet sans stocks ; ils ont venté des partenariats qui à l’heure d’aujourd’hui semblent vides de sens au vue de la faiblesse du nombre de modèles dispos et surtout la rareté des stocks.

    J’espère, pour Xiaomi, qu’ils vont rapidement réagir ;-) En tout cas, dans les grandes surfaces et sur certains sites internet, on voit déjà pointer des « petits rabais » non négligeables sur certains modèles de la concurrence.

    Répondre
  • 25 mai 2018 - 21 h 12 min

    Trop top Xiaomi en france !!!!!

    Répondre
  • 25 mai 2018 - 21 h 32 min

    Xiaomi est arrivée en France et ça c’est une très bonne nouvelle.

    Car la marque propose des produits avec une très très bon rapport qualité/prix. Les autres marques qui se sont gavé depuis des années ont intérêt à remettre leur stratégie en cause sous peine de les voir disparaître du marché français.

    Certes pour le lancement on n’a très peu de produits peu importe c’est juste une question de temps car comme on l’a vu en Espagne le catalogue s’étoffe au fur et et à mesure.

    C’est vrai que c’est compliqué de faire en petite série un PC portable en Azerty.
    Mais je pense que la marque veut d’abord se faire connaître de tous par des produits qui n’ont pas besoin de grosses modifications et c’est ensuite une fois bien installé et reconnu en temps que l’un des leaders que ça faudra le coup d’investir dans ce secteur (qui je le rappelle n’est pas le plus rentable sauf pour les PC gaming)
    De même pour les autres produits comme les TV par exemple marque encore inconnu du grand public aujourd’hui.

    L’exemple de la trottinette est intéressant du fait que la marque s’est associée avec un autre fabriquant spécialisé pour fabriquer ce produit.
    Xiaomi pourrait faire de même avec une des nombreuses startup française.

    Pour ce qui est de l’importation c’est vrai que cela n’a plus vraiment de sens… sauf pour les objet peu cher ou dont on s’en fout un peu du SAV genre le Mi Band 2 ou les batteries externes et autres accessoires pour phone si la différence de prix est assez importe pour.

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 0 h 16 min

    Ta petite boutique paye pas de mine .
    Je rejoins l’idée vitrine Parisienne ,reste que le choix est limité.
    Pour le gadget ,perso j’ai la souris dont la fiabilité du porte pile est nulle .
    Sinon ,la batterie est bien et la clé Wifi pas mal .
    Recherchant un appareil pour lire du MP3 ,je pense a acheter un smartphone pour cet usage ou un iPhone reconditionné .
    Le MP3 sera utiliser pour stocké de la musique mais aussi des fichiers MP3 contenant des programmes informatique AMSTRAD CPC et de Commodore 64 .
    Je pense a 2 Go de RAM et 32 de stockage pour un appareil Android (smartphone ou tablette)
    Faut il impérativement une carte SIM dans un smartphone ?

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 0 h 26 min

    @ptitpaj: Pourt la carte SIM non c’est pas indispensable. Pendant un moment j’ai recyclé un smartphone comme baladeur audio effectivement avec une carte 64 Go et ses 16 Go de base ça fonctionnait bien. J’utilisais PowerAmp comme lecteur qui est vraiment bon. Cela permet également d’écouter des podcasts avec une super synchronisation :)

    Répondre
  • pjl
    26 mai 2018 - 0 h 41 min

    @ptitpaj:
    Tu peux utiliser un smartphone sans puce.
    Il lui fraudra juste du wifi et tout fonctionne sauf appel et SMS bien sur.

    Pierre, je suis étonné que le MI A5 ne soit pas présent. C’est lui que j’ai et il est certifié CE.
    Il me semblait que le Redmi nOte 5 ne l’était pas.

    Pareil pour la télé exposé, il me semble qu’elle n’est qu’en chinois et qu’elle ne capte pas les fréquences TNT françaises.

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 0 h 57 min

    @pjl: Oui il y a plus de modèles en Espagne… Ca viendra surement plus tard. Les téléviseurs n’étaient pas en vente et ils affichaient des images stockées sur la mémoire locale.

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 6 h 39 min

    Bon reportage et j’approuve vos commentaires Pierre.
    J’y suis allé moi-même et, en effet, cette boutique est pleine de vide ! Le choix est trop maigre.
    Je n’avais même pas percuté qu’il y avait un sous-sol ! Je pensais que l’escalier menait à la réserve… Mais bon, il n’y a semble-t-il pas plus de choix en bas.
    Il faudrait très vite qu’il étoffent leur gamme sinon fermeture inévitable.

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 8 h 26 min

    A part la trottinette, zéro intérêt. Dans l’accessoire pas cher, c’est déjà pas les produits chinois qui manquent et on ne se construit pas une image là dessus. Reste certes les smartphones, mais avec le taux d’équipement et le déficit d’image de marque actuel hormis quelques aficionados a qui on a offert un tee-shirt reste un sacré handicap. Leur gamme domotique semble être intéressante (à la reserve du zigbee trop souvent décliné de manière incompatible, à voir chez eux) et vu comme se gave ce secteur (le périphérique à 40/50€, vu les coûts BOM c’est carrément indécent) ils pourraient le chambouler avec en prime la faveur d’un secteur encore neuf et sans marque de référence généraliste (Somfy dans les motorisations est un peu incontournable et essaie de s’y diversifier, mais l’utilisateur s’y sent un peu prisonnier), mais non distribué aussi.

    Les laptops, cela me parait vraiment être un incontournable s’ils veulent se construire une image à la Apple, ce qui semble être un peu le cas: Ne pas y aller vu l’inspiration de leur com/boutique, c’est se construire une image trop décalée pour la réalité d’un vendeur de gadget de plus (avec certes un effort qualitatif mais qui ne paiera pas longtemps car bientôt suivi par la concurrence).

    Quelque part, dans le cerveau, ce genre d’incohérence cela coince trop.

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 8 h 55 min

    bah au pire on achète un portable à l’occasion d’un voyage en Chine et au retour on ajoute un clavier FR sans fil, je pense que si on tient à acheter du Xiaomi (de par ses tarifs rapport caractéristiques techniques), on peut très bien ajouter quelques euros en plus en périphériques supplémentaires.
    Pour ma part j’attend le Mi 8 qui d’après les fuites, serait une tuerie : reconnaissance faciale 3D, détecteur d’empreintes sous l’écran, le tout pour un tarif raisonnable.

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 9 h 39 min

    @yann:
    Désolé de te contredire, mais la majorité des concurrents ne vont pas suivre !!!
    Et je t’en parles par expériences…

    Demande à @Pierre LECOURT, combien de fois ses bons conseils ont été suivis
    par Asus, Lenovo, Acer ou même Dell…

    La majorité des gens ont des oeillères, à croire que la réussite ne les intéresse pas !

    Quand je parles d’innovations, il serait très facile de changer le Monde,
    avec des ‘petits’ rien, une somme de ‘petits’ rien…
    qui font à la Fin de Grosses différences !

    De même que la Sagesse peut s’additionner,
    la bêtise a malheureusement beaucoup plus de succès…

    Aux Échecs voir à 20 coups d’avance fait de Toi un Grand CHAMPION !
    En Technologie, voir à 20 coups d’avance…
    fait de Vous un FOU même par vos pères !!!

    Qu’est ce que la véritable logique ?!

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 10 h 12 min

    idem pour moi , ma commande sur le site n’est meme pas traité mais encaissé me voila obligé bien en bad ayant vendu mon honor5c et esperant tres vite avoir mon nouveau petit bijou , ayant esperer qu’une entreprise aussi enorme venant s’installer en france aurait des stocks …mais voila ma theorie ….
    il sont les stocks en france et largement assez pour innonder le pays , sachant qu’ils comptent s’installer en europe
    un groupe comme xiamoi importe forcemment des containers entiers depuis la chine et en masse
    donc la vrai raison du probleme de stock serait selon moi une strategie que les distributeurs et fabricants ont elaborés pour permettre a tout le monde de vendre les anciens stocks et permettre une entrée en douceur dans le marché
    pour ne pas faire trop baisser les prix de la cvoncurrenc
    ca expliquerait aussi pourquoi les pcs portables et autres ne sont pas en boutique

    Répondre
  • Ted
    26 mai 2018 - 11 h 38 min

    Est-ce que Xiaomi n’aurait pas tout simplement peur de procès pour contrefaçon, dans nos pays qui estiment que la propriété intellectuel existe ? Ce qui n’est pas vraiment le cas en Chine. Je ne critique pas bien sûr les 2 approches se valent.

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 12 h 42 min

    @Pierre Lecourt:

    Bonjour Pierre,

    Lors de tes différents échanges avec les constructeurs chinois, est ce que la possibilité de proposer en option (payante) les touches françaises (sans la touche entrée) que le client se chargerai de changé lui-même sur le clavier ?

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 13 h 48 min

    Je suis assez d’accord avec Mxte29Fr.
    Ici à Marseille on trouve des grossistes chinois qui proposent des produits assez semblables dont certains (baffle bluetooth avec port clé usb, carte microsd, radio, batterie extractible !!!) ne coûtent que 12 euros… Donc je ne suis pas vraiment séduit par une autre société chinoise sur un créneau déjà occupé pour certains produits, qui -c’est amusant- transitent par l’espagne…
    Comme je comprends la chose, il fallait ouvrir à cette date car les rendez vous professionnels étaient pris. Donc même vide ils auraient ouvert la boutique.

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 15 h 32 min

    @Nicolas: Je ne crois pas à la fermeture, comme expliqué la boutique est ps là pour gagner de l’argent mais pour mettre une marque en avant. Pas mal de journalistes ne sont pas descendus non plus en bas, faute de lisibilité du lieu. Moi même je me suis dit que c’était pour le personnel avant de demander à un vendeur.

    @yann: Les laptops je n’y crois pas pour le moment. Trop compliqué à gérer comme expliqué. Lel linéaire est trop cher, les catalogues également. Pousser en avant un portable dans un carrefour aujourd’hui c’est quasiment s’asseoir sur sa marge ou alors le déteriorer suffisamment pour la retrouver : C’est pour ca que des références moisies débarquent aprtout : ELs constructeurs proposent des engins avec le même nom mais changent le SSD pour un HDD. Choisissent un écran HD au lieu du FullHD… Ca permet de retomber sur ses pieds quand tu fait un deal avec une GS. Xiaomi ne fait pas ça et donc ne peut pas s’offrir le linéaire suffisant pour être visible.

    Par contre il y a des chances que cela fasse quand même mal en rayon si les distributeurs jouent le jeu (ce qui peut ne pas les arranger d’ailleurs.)

    Si on met un produit Xiaomi face à un produit noname chinois, la différence est flagrante. La balance connectée, les aspirateurs robots, les lampes, les enceintes tout est de qualité premium et c’est vraiment évident quand on a les produits en main. Maintenant si Boulanger expose une enceinte Bluetooth Xiaomi à 29.99€ à côté de la sienne à 29.99€, ils ne vendront plus leur produit. Alors est-ce qu’ils vont le faire ?

    La seule solution pour un démarrage rapide de Xiaomi c’est le bouche a oreille : La base, les fans et les reviews. Et cela peut faire mouche.

    @Jerry Khan: J’ai fait la manip du changement de touches sur 3 machines Xiaomi et à chaque fois ça passe tr_s bien avec les modifications logicielles indiquées dans mon tests du 12.5″. La gymnastique est facile. Même pour ma moitié qui a hérité d’un modèle Pro qui lui convient parfaitement alors qu’elle venait d’un clavier de Thinkpad. Le clavier n’est pas un soucis tant qu’on peu modicier les touches.

    @Ted: Contrefaçon de ? Quel design ?

    @GAETAN: De visu, sur des salons lors de rencontres on ne me dis jamais « non c’est impossible ». Les commerciaux me parlent de MOQ assez faibles : Genre 1000 pièces commandées pour un vrai layout FR sur un portable Chuwi par exemple. Mais en réalité une fois qu’on rentre dans le vif du sujet, la vérité c’est que tout devient impossible. Les MOQ exposent, des difficultés inentendues apparaissent et on te dit qu’au final ce sera ptet pour une prochaine machine… En clair on te dis jamais non mais cela n’aboutit jamais non plus.

    Je suppose que pour bcp de marques la raison principale est qu’ils ne sont pas des constructeurs mais juste les clients d’usines ODM qui fabriquent pour eux assez peu de pièces. Ils stockent 5000 machines en QWERTY et les écoulent ensuite. Ils ne peuvent pas relancer l’usine pour 1000 machines de plus en AZERTY sans exploser leur tarifs.

    @Dadoo: C’est possible. Il y a certainement un rapport avec une volonté d’introduction en bourse. Comme expliqué dans mon précédent billet sur l’ouverture de la marque, un des reproches des analystes était la faiblesse de leur modèle 100% Chine/Asie et la distribution uniquement en ligne. Avec ces ouvertures Xiaomi devient de fait une société internationale avec une immense couverture brick & mortar.

    sinon comme expliqué à Yann. L’intérêt de la marque est dans la qualité des produits. Les batteries sont excellente d’un point de vue composants et usages, rien à voir avec les modèles nonames servis chez nous. Pareil pour les enceintes et autres produits. C’est quand même le jour et la nuit. Et du coup si un utilisateur montre son produit à un autre en donnant le tarif, la tentation va être forte. C’est comme ça que j’ai connu Xiaomi… Pas avec leurs téléphones mais avec leurs batterie. Et je ne regrette pas, j’ai d’autres marques de batteries (plein) le seul produit que je trouve au niveau de ma 10 000 mAh de l’époque c’est une batterie Asus qui coute pas moins de 2.5 fois le prix de la Xiaomi ! Comme expliqué, les produits exposés sont tous facile a vendre une fois pris en main. Reste que si on ne peut les prendre en main qu’à Paris ça va pas être simple.

    Faudrait que je vous fasse des prises en main rapide en vidéo… Pas forcément que du Xiaomi mais comme je reçois quasiment tous leurs accessoires :p !

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 23 h 09 min

    C’est assez nébuleux pour le moment, mais il y a de très fortes chances que d’autres boutiques ouvrent (j’ai eu vent de quelques infos). Le personnel je pense y sera affecté, du moins une partie. (Tu as des closes de mobilité dans la distribution)

    Répondre
  • 26 mai 2018 - 23 h 52 min

    @John: Mmmhm je vois pas l’intérêt pour Xiaomi d’ouvrir une autre boutique sachant que ses produits vont être dans toutes les grandes surfaces spécialisées ? Si tu juxtapose : Leclerc, Darty, Carrefour, Boulanger, Auchan sur une carte tu as un maillage complet des agglomérations importantes en France. Quel intérêt de payer des salaires à Marseille par exemple ou ailleurs alors qu’il y aura déjà des distributeurs locaux ? sans compter les disponibilités avec les opérateurs et leur réseaux ? Sans compter le web…

    2018-05-26 23_48_49-minimachines.net

    Regarde cette carte des GS dans les bouches du Rhône : J’ai sélectionné que les GS partenaires de Xiaomi. cela ne prends pas en compte les boutiques télécom ni les revendeurs informatiques. Pourquoi ouvrir un Xiaomi Marseille ? Ca n’aurait aucun sens économique ?

    Et tu peux faire le test partout en FR ça sera pareil.

    En Espagne il y a eu une seule ouverture de boutique et ça continue comme ça. Pareil en Pologne, pareil en Grèce. Une boutique, des partenariats et c’est bien plus économique comme cela.

    Et puis je serais Carrefour ou Darty, je serais pas spécialement heureux de vendre des produits si je savais que la marque allait créer une concurrence en direct juste à côté.

    Bref je n’y crois pas même à moyen terme.

    Répondre
  • 27 mai 2018 - 9 h 23 min

    Hier, après avoir fait le tour de quelques « boutiques » physiques au bout de la Bretagne, j’ai enfin réussi à mettre l’œil sur l’appareil qui m’intéressait, à savoir un Redmi Note 5.

    Première constatation : Dans les magasins = aucun stock de smartphones Xiaomi, même pas un modèle à présenter ! Darty semblait être le seul « chanceux » à avoir un seul modèle en stock (le Note 5 /3Go/32Go noir) et encore, j’ai dû insister pour en voir un de déballé, car il n’y en avait même pas sur le présentoir des démos ; j’ai réussi donc à en voir un et à pouvoir le manipuler un peu (déjà configuré, avoir puce sim dedans, donc possiblement déjà en possession d’un vendeur et/ou en cours de tests auprès des vendeurs). Les stocks de Darty s’élevait en tout et pour tout à … 2 pièces (en plus de celui que je venais de voir) ; pas de choix de couleur ni du modèle ! Cela ma conforté dans mon sentiment que Xiaomi a un peu mis la charrue avant les bœufs avec un effet d’annonce pour des stocks non prêts, et qu’il faudra attendre quelques temps (certains parlaient de 3 semaines) pour commencer voir la marque déferler dans les linéaires.

    Deuxième constatation : Alors que certains pensent et disent -ici ou là- qu’il s’agit des mêmes stocks que pour les autres magasins européens, et donc que Xiaomi aurait pu anticiper en rapatriant des stocks déjà sur place. Il s’avère que -au moins pour les produits chez Darty et pour le Note 5- les smartphones sont packagés spécifiquement pour la France, malgré qu’ils soient estampillés « Global Version » : mini dépliant intérieur imprimé uniquement en Français + celui original en Anglais, certificat de garantie de 2 ans uniquement imprimé en Français. Il est à noter également que Xiaomi fourni des écouteurs avec, ce qui ne semble pas être le cas avec les modèles « Global Version » habituellement testé sur les sites francophones. Ces écouteurs ressemblent à ceux à 6€ sur Gearbest (https://fr.gearbest.com/earbud-headphones/pp_1840277.html?wid=1817324). Ce packaging spécifique pour le marché français est peut-être une des raisons du « retard à l’allumage de la diffusion des produits de la marque ?!

    Répondre
  • 27 mai 2018 - 11 h 02 min

    Il manque quand même pas mal de référence, en espérant que ca arrive vite
    Mais cette boutique a l’air vraiment sympa, j’irai si je vais sur paris a l’occasion

    Pour les laptops, j’espère qu’ils arriveront, quitte a avoir la version chinoise avec juste un windows « normal », ca ne me dérangera pas de m’adapter a un clavier qwerty pour le coup

    Répondre
  • 27 mai 2018 - 11 h 55 min

    @Pierre Lecourt: Je ne suis qu’a moitié d’accord. Pour moi la question ‘est que partiellement que le produit soit dispo, a ce stade du développement de Xiaomi il faut aussi envie de donner au gens l’envie d’acheter le biniou en particulier, et la marque en général. Plus spécifiquement:
    1- Apple !
    2- Je ne sais pas si il faut voir les boutiques comme une source de revenus, comme une dépense marketing, ou comme des centres de SAV. A mon avis, un peu les trois. Perso je suis fan de Xiaomi, et ce qui me simplifierait le plus le boulot pour convaincre les hésitants et ignorants, ca serait une boutique ou leur montrer le produit, soit, mais surtout la marque dans toute la splendeur de son catalogue sicobesque mais toujours sexy et facile à la Apple.
    3- si les boutiques Xiaomi vendent prix tarif, les revendeurs sont sans doute plutot appréciatifs du support marketing qu’énervés par la concurrence ? Engros xiaomi fait l’effort de vente, et le revendeur fait la vente ?
    4- les revendeurs vendent servilement ce que les clients achetent, par principe ca va chouiner sur une boutique a coté, mais en pratique tant que les pépettes affluent… Réciproquement, faut pas compter sur Carrefour deja pour expliquer un téléphone, mais alors des que ca devient plus compliqué… Si on veut que le boulot soit bien fait, faut le faire soi-meme.

    Répondre
  • 27 mai 2018 - 15 h 33 min

    @Obarthelemy:

    1- Gni ?

    2- Source de revenus : C’est niet. C’est impossible que les boutiques rapportent quoi que ce soit si elles suivent le modèle de celle de Paris. Celle de Paris ne sera jamais rentable.

    Dépense marketing : Voilà, on est plus dans ce système là. C’est une dépense marketing.

    Centres de SAV : Non, le smartphone que tu as acheté en ligne ou chez Boulanger passer par la boutique en ligne ou Boulanger pour être pris en charge. tu peux pas ramener un pèse personne acheté chez Darty à la boutique de PAris.

    Le catalogue de xiaomi est vaste mais peut être seulement 15% est normalisé CE et peut être 1% est adapté à notre pays (cf notice en FR comme précise @Mxte29Fr.

    L’arrivée des produits devrait se faire comme en Grèce, comme en Pologne et comme en Espagne : Au compte goutte et via une seule boutique…

    3- « si les boutiques Xiaomi vendent prix tarif, les revendeurs sont sans doute plutot appréciatifs du support marketing qu’énervés par la concurrence ? En gros xiaomi fait l’effort de vente, et le revendeur fait la vente ? »

    La boutique xiaomi vend et vendra au prix public. C’est certain. Il n’y aura pas les discounts du web. Du coup la boutique a un rôle marketing, celui qu’avait Surcouf à une époque. On regarde l’écran Eizo ou le scanner Agfa chez Surcouf et on l’achète à côté 25% moins cher.

    Mais du coup quel intérêt de multiplier les points de vente ? Les marchands comme boulanger exposent les produits. Les Darty idem. Les grandes surface vont sélectionner ce qui sera exposé mais de plus en plus exposent également les produits…

    4- « les revendeurs vendent servilement ce que les clients achetent, par principe ca va chouiner sur une boutique a coté, mais en pratique tant que les pépettes affluent… Réciproquement, faut pas compter sur Carrefour deja pour expliquer un téléphone, mais alors des que ca devient plus compliqué… Si on veut que le boulot soit bien fait, faut le faire soi-meme. »

    Deux trucs : D’abord les catalogues sont assez étanches. ce que va distribuer le grossiste Exertis c’est les accessoires Xiaomi. Pas les téléphones. Les téléphones seront traités en direct. Il est pas sur du tout que toutes les GS distribuent les smartphones de la marque et si elles le font, ça sera au cas par cas. Parce que le gérant de l’enseigne le veut. Les GS sont gérées localement par des directeurs qui savent ce qui correspond à leur public. Ils regardent les catalogues de leurs centrales d’achat et piochent dedans. C’est comme ça que le Carrefour de Pornic ne vends pas de crème solaire en Juin alors que celui de Montpellier en a déjà en rayon.

    Si le dirlo d’un Leclerc se dit « Xiaomi connait pas » et qu’il estime que ce serait d’abord dur a vendre et ensuite trop concurrentiel pour des smartphones en rayons qui se vendent bien et qui permettent de marger confortablement (mieux que les xiaomi) et ben il serait bien idiot de les proposer en rayon.

    Deuxièmement, voilà à quoi ressemblent des Darty et Boulanger aujourd’hui en France.

    2018-05-27 14_36_41-minimachines.net
    Boulanger

    2018-05-27 14_37_24-minimachines.net
    Darty

    Ces magasins exposent déjà les produits au public, où est la plus value d’un Xiaomi à côté ? Pour exposer que du Xiaomi ? Je pense que la marque a plus a gagner a se frotter aux produits vendus au même prix par les grandes surface pour commencer. Xiaomi n’est pas Apple. Ils ne font pas une marge de fou sur chaque smartphone. Pas assez pour se payer des magasins partout et dans des endroits prestigieux (louvre, Opera…). La stratégie de Xiaomi partout en europe c’est de faire découvrir la marque, rassurer le clients et distribuer comme les font TOUS les autres chinois : Asus, Acer, Lenovo. Quelle autre marque a une boutique pour ses produits en dur ? Aucun. Xiaomi le fait car c’est un nouvel acteur et qu’il en a besoin mais à la vérité ils auraient pu tenter une distribution 100% partenaires sans soucis.

    Pour faire simple, il y a 350 Darty en France, les magasins font entre 300 et 1500 M² de surface d’exposition, c’est très variable et s’adapte aux régions. Cela suppose des équipes d’environ 15 personnes en rayon + l’encadrement. Boulanger a 130 magasins avec a peu près les mêmes contraintes.

    Pour que ton idée ait du sens (Proposer des Xiaomi Center a proximité de ses distributeurs pour encourager les ventes) il faudrait donc au moins le même nombre de boutique qu’il y a de Boulanger. Disons une centaine. Xiaomi devrait donc ouvrir 100 magasins pour encourager les autres a faire des ventes et pouvoir marger des clopinettes derrière.

    D’un point de vue foncier, si tant est que les emplacement soient disponible, cela représente des sommes colossales pour un pari super délicat. Il est possible que la marque ne trouve pas un public suffisant en France… Ca arrive que d’excellentes marques ne décollent pas chez nous alors qu’elles font un carton de l’autre côté des alpes ou outre Rhin.

    Je n’ai pas les chiffres exact de la boutique parisienne mais un local de cette taille c’est pas donné à paris. Et les places sont rares en région dans les zones commerciales.

    La boutique de Paris c’était un magasin Icone avant, j’ai fait ma petite enquête. Un Bail à Céder pour un local de cette taille dans ce quartier c’est pas donné et le loyer doit tourner entre 150 000 et 250 000€ annuel.
    9 vendeurs + l’encadrement + le ou les vigiles cela représente un masse salariale conséquente. La boutique a des charges et des taxes a payer… Bref c’est pas avec des enceintes à 30€, des oreillettes à 10€ et des smartphones qui seront vendus partout ailleurs qu’elle va s’en sortir. Et encore c’est un magasin catégorie 5, les Darty et Boulanger sont en général soumis à des normes bien plus strictes d’accès handicapés, de sécurité incendie etc. Des normes qui coûtent des sommes importantes.

    Ouvrir un « boui boui » de 150 à 200 M² coincé entre le gros Darty et le Gros boulanger en Zone Commerciale ? Ce serait se tirer une balle dans le pied. La marque y perdrait en image plus qu’elle y gagnerait.

    Mais imagine que Xiaomi décide de s’implanter dans 100 boutiques en France. D’un coup la masse salariale serait gigantesque, ses charges énormes. Il lui faudrait un siège français et des frais monstrueux de gestion. Cela ne colle non seulement plus à son modèle économique mais en plus ce serait la catastrophe d’un point de vue rentabilité. Chaque boutique perdrait des sommes folles chaque année. A moins d’augmenter ses tarifs et alors la marque n’aurait plus le même intérêt. Elle serait moins rentable et plus coûteuse que ses concurrents !

    Alors tu vas me dire que non, que 3 boutiques suffiraient… Mais non, c’est pas comme cela que ça marche. Si tu ouvres à Bordeaux, Marseille et Strasbourg. Les Lyonnais et les Toulousains crieraient au scandale. Les Niçois iraient à Marseille mais ce serait pas pareil. Et le Havre ? Et Nantes ? Et Reims ? Et Grenoble ? Et Dijon ?

    Non la seule solution pour ne pas s’embourber dans un système totalement hors de proportion c’est la technique Shadock : On ouvre à Paris et c’est tout. Pourquoi Shadock ? Parce que la technique Shadock c’est de taper toujours sur les mêmes parce qu’ils sont habitués. Les « provinciaux » vont se dire que y’en a marre, c’est encore Paris qui a une boutique Comme d’habitude. Ce « Comme d’habitude » est important car si Xiaomi ne passe pas pour un héros aux yeux des Bordelais si il ouvrait à Bordeaux, il ne passe pas pour un zéro aux yeux des Strasbourgeois qui n’auront pas de boutique pour une agglomération de taille sensiblement équivalente. En fait cela permet de ne pas passer pour un zéro partout, la marque fait juste « Comme d’habitude« , comme les autres enseignes qui n’ouvrent que à Paris. Si tu poses le doigt dans l’engrenage d’une ouverture en province, c’est la fin. Pourquoi eux et pas nous ? Pourquoi Lille et pas Rennes ? Etc…

    La technique la plus simple, c’est facile. Intéresser les vendeurs avec des incentives. C’est à dire leur filer une prime pour chaque appareil vendu au sein d’un réseau partenaire. Tu vends un Mi MIX 2S tu as un bonus de XX€ sur ton salaire. Un, Redmi Note 5 ? X€. 10 enceintes vendues et il y en a une pour toi… En faisant ça je peux te dire que les vendeurs ils apprennent par coeur les spécifications des machines et ceux qui ne connaissent pas la marque ils se mettent vite fait au rattrapage. Ça coûte pas cher, en tout cas ça se rembourse automatiquement puisque lié à des ventes. Et c’est TRES efficace. Si tu combines ça avec des ODR et une campagne pub bien sentie ben tu as le beurre et l’argent du beurre…

    Répondre
  • Az
    27 mai 2018 - 17 h 37 min

    Salut
    Je pense que comme dit précédemment
    – on laisse au Gs le soin de vendre leurs stocks avant de proposer xiaomi sinon beaucoup de stocks vont leurs rester sur les bras
    De là à imaginer que c’est les GS qui leurs ont demander de le faire… inclus dans leurs accords ??,
    De plus on parle pas seulement de téléphone ? Mais de toute la gamme donc reproduire la meme réflexion sur chaque stocks de chaque produits
    – a la Apple on creer le manque pour creer la convoitise ;)
    – il reste l’importation pour les plus pressés
    Et puis on ne sait pas tout;) peut être que leurs containers sont bloqués ou disparu en mer ? Ou un bug de dernière minute ou etc…

    Répondre
  • 27 mai 2018 - 18 h 22 min

    @Pierre Lecourt: Merci de ta réponse. Ceci dit tu triches, je sais pas mettre des photos dans ma prose moi.

    Le « 1- Apple », c’est pour dire que Apple a a peu pres les memes distributeurs, et bien plus de boutiques; donc y’a bien quelquepart une raisonnement qui rend ca nécessaire ou au moins justifié.

    Je sais pas si on appelle toujours ca les spiffs, y’en avait souvent de mon temps. Et si j’analyse bien les conversations des vendeurs dont je suis témoin, y’en a toujours ^^ C’est pas gratuit: le marché des mobiles en France c’est 20 millions, si Xiaomi vise 10% et paie en moyenne 1€ de spiff par phone… Et franchement, 1€ je ne suis pas sur que ca soit assez pour etre efficace.

    Répondre
  • 27 mai 2018 - 19 h 11 min

    @Obarthelemy: Apple dans la distrib c’est une main de fer dans un gant de fer. Les distributeurs doivent avoir du Apple pour attirer des gens, quitte a ne marger qu’au minium. cela dit avec Apple tuas l’assurance d’une distrib stable. Jamais tu auras un produit décoté du jour au lendemain de 50% sans être prévenu et que ce soit planifié. Du coup le fait de moins marger a du sens.

    Je pense que point de vue smartphone, Xiaomi n’a pas d’autre choix que le principe de la fan base. Des geeks qui sauront conseiller ses modèles. Et franchement c’est pas idiot. Les produits proposés en France sont bons et leur pricepoint est excellent. Si on dit à un néophyte ou autre achète tel modèle et que c’est du Wiko. c’est pas sur que ça passe. Par contre, du Xiaomi, au vu des finitions et des produits concurrents sur le même prix… ben ça a toutes les chances de passer.

    Faut pas se leurrer, ce pouvoir là est énorme. Ça a très bien fonctionné en Espagne : 3 eme du marché après 9 mois d’existence officielle, c’est pas rien.

    Répondre
  • Mat
    28 mai 2018 - 9 h 36 min

    La boutique en tant que commerce doit se réinventer. Xiaomi est peut être entrain de le provoquer.
    Il y a eu d’abords les boutiques en ligne qui ont permis au consommateur d’accéder à des produits qu’il n’avait pas chez eux et ne connaissait pas. Puis l’information/conseil a dispo aussi en ligne, qui peut être plus pertinente que celle d’un vendeur physique s’il n’est pas compétant. La vente directe arrive. Avec même les préventes ou projet participatif.
    Comment la boutique peut elle sauver sa peau si elle n’a plus le monopole de l’info et du savoir?
    Peut être en devenant un show room où le consommateur va pouvoir essayer en vrai. Voir emprunter 1j un produit pour vérifier s’il correspond a ses attentes. Créer des animations autour des produits.
    Même les grandes surfaces vont devoir y réfléchir. S’ils ne peuvent plus jouer sur les tarifs du fait de l’achat directe auprès de la marque comment vont ils attirer le client a prendre sa voiture pour venir dans leur magasin en péri urbain? Dans certains coin de France il y a des bouchons sur la route simplement pour les courses en hypermarché.
    Reste aussi la distribution/acheminement des produits qui va devenir stratégique.

    Répondre
  • an
    28 mai 2018 - 11 h 47 min

    Selon moi une des raisons importantes du succès d’Apple (en plus de la qualité des produits) est qu’on peut aller manipuler et essayer ses produits dans beaucoup de magasins. Quand on voit les spécifications d’un produit, il est souvent difficile de savoir si ça convient vraiment à l’usage qu’on a l’intention d’en faire. Le seul moyen de savoir, c’est d’essayer le produit. Peut-être que cela sera possible dans les boutiques Xiaomi ?

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 12 h 09 min

    @an: Et ce serait pas possible de prendre en main les machines dans les Fnac ? Darty ? Boulanger ?

    Encore une fois pourquoi investir au bas mot quelques dizaines de millions d’euros de foncier, embaucher des milliers de personnes, construire un encadrement coûteux et devoir augmenter drastiquement ses tarifs et ainsi perdre tout son intérêt pour venir construire des petites boutiques partout en France alors que la marque a signé des contrats de distribution qui font que ses produits seront visibles partout dans l’hexagone ? Pourquoi Xiaomi devrait construire une galaxie de boutiques alors Samsung, Asus, Acer ou Lenovo n’en ont pas ?

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 12 h 15 min

    @pierre: idem que An: c’est quand meme pas pareil. Dans un Apple Store c’est classe, c’est relativement calme, t’as un vendeur mignon et sympa et compétent qui te saute dessus mais pas trop, avec d’autres utilisateurs/evangelistes a coté… Rien avoir avec les tristes etalages de grande distri, sans vendeur, moches, ou mémé Germaine te bouscule avec son charriot de poireaux pendant que bébé Kevin hurle.

    Quand je me plaignais de pas pouvoir mettre de photo, c’était pour en mettre une comparative de vendeurs ;-p

    Si y’avait un Xiaomi store a Marseille, j’y aurais deja amené 4 personnes. A Darty… non.

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 12 h 17 min

    @Pierre Lecourt: « Acer, Asus, Lenovo »… euh, tu en train de préconiser de faire comme pour… réussir sur le marché du mobile ? Plutot que comme Apple ?

    Il faut qu’on parle ! ;-p

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 12 h 18 min

    @Obarthelemy: Ok, et si le smartphone prenait d’un coup 40% de son prix en plus pour payer ce confort ? Si il passait au dessus des tarifs des marques comme Asus, Lenovo et flirtait avec le prix de Samsung pour un matériel égal. Tu emmènerais toujours tes amis chez Xiaomi ?

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 12 h 21 min

    @Obarthelemy: Mais qui peut faire comme Apple ? On sait que l’iPhone X coûte en terme de materiel 345€ et que son prix de base est 999€. Seul apple peut faire ça et arriver a en vendre.

    Si tu acceptes de payer ton Mi MIX 2S 1153€ au lieu de 499€ alors oui, pourquoi pas ouvrir des magasins partout ! Mais personne n’acceptera cela car l’image de Xiaomi est inexistante en France alors que des gens bouffent des pâtes pour s’offrir un iPhone comme signe extérieur de richesse.

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 12 h 32 min

    @Pierre Lecourt: bééé, je pense que c’est pas noir ou blanc.
    1- j’ai un doute sur le 40%. En annuel, 200k de loyer, 30k de salaires x 10, arrondissons a 1M€ /an/boutique. Sur 2M de téléphones (10% du marché français, j’imagine que Xiaomi vise au moins ca), ca fait 0.5€/tel. Fois 10 pour 10 boutiques, ca fait 5€, 6€ avec la TVA.
    2- Ouvrir une boutique, ca augmente les ventes. C’est pas juste « j’ai 1M€ a récupérer sur 2M de téléphones vendus », mais « je vais vendre 300k de tels en plus, a 200€ d’ASP, sur lesquels je marge a 5%, 300.000x200x.05= 3M€ », donc y’a plus que 7M€ a récupérer sur les 2M téléphones qui se seraient vendus sans les 10 boutiques.

    Je suis moi-meme surpris par mes chiffres, j’ai bugué dans le raisonnement ou le calcul ?

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 12 h 36 min

    L’analogie avec Apple doit etre affinée, Apple doit aussi financer iOS, les SoCs, les dividendes, les campagnes de pub. Les boutiques sont dans le tas aussi, mais le x3 d’Apple sur les couts de fabrication n’est pas la QUE pour les boutiques. Si mon calcul au-dessu sets jusre, les boutiques sont presque négligeables (et a mon avis, dans le cas d’Apple, carrément bénéficiaires, mais c’est une autre discussion)

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 12 h 54 min

    Bonjour @Pierre et merci pour ces papiers toujours aussi qualitatifs !

    Quelqu’un sait où je peux trouver un Car Charger en France ? Je le vois ici en photo en boutique à Paris à 8€, mais il est introuvable après recherche chez les revendeurs officiels annoncé la semaine dernière, et même sur Gearbest il est à 10€.

    Merci pour l’info ! :)

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 13 h 12 min

    @Obarthelemy: Ben sur tout :)

    Parce que prendre ce risque pour ouvrir des « petites » boutiques Xiaomi partout en France c’est oublier plein de trucs.

    tu parles de 10 boutiques mais ce n’est pas logique. Comme expliqué plus haut, si tu veux avoir un intérêt à ces boutiques il faut au moins presque autant de lieux que Boulanger et donc au bas mot 10 fois plus de boutiques.

    Regarde ce que fait LDLC avec ses franchises, c’est difficile et lent d’implantation pour les clients mais pour les professionnels c’est une vraie réussite, une des plus rapide. Les gens se plaignent parce que les boutiques LDLC ouvrent pas chez eux mais tu auras jamais la couverture « parfaite » qu’ont le maillage Darty/boulanger en quelques années. Il faudra u moment pour que cela arrive.

    Ensuite tu réfléchis en Geek. Tu te dis « moi je connais la marque » mais c’est pas toi qui fait les ventes. Ca ne t’étonnes pas que Boulanger et Darty existent toujours alors qu’ils vendent prix public et que pour 5 minutes de recherche en ligne tu peux trouver 30% moins cher livré gratuitement chez toi avec la même garantie ? Ce qui va faire le beurre de ces enseignes ce sont des gens habitués a aller chez eux. Darty le contrat de confiance etc…

    Le grand public ne comprendra même pas le logo Mi avant au moins 5 ans de présence de la marque en France. Ils continueront Boulanger/Fnac/Darty parce qu’ils ont confiance et habitude de traiter avec ces enseignes. Xiaomi ? Connait pas. C’est ça la vérité. La marque est absolument neuve en France. Si elle est bien positionnée en prix et que le vendeur Darty voit son intérêt à la mettre en avant (par des incentives ou des consignes de direction) alors ça va décoller. Si la fanbase fait son « boulot » qui consiste a dire : « Va chez Darty et prend le Redmi machin et rien d’autres tu verras tu sera spas deçu » et bien cela fonctionnera. Et c’est le fan qui fera la démo aux petits oignons de son propre investissement. L’effet boule de neige est garanti.

    Ensuite tu oublies des « détails » dans ton calcul : D’abord l’encadrement, tu ne diriges pas un réseau de boutiques sans avoir un siège. Il faut un CE, il faut des comptables, une direction et les éléments légaux nécessaires à la gestion de ce type de structure. On est plus dans le petit commerçant mais dans la S.A avec un réseau de boutique. Tu oublies qu’il te faut d’un coup un entrepôt de grande taille pour alimenter tes boutiques. Il te faut des transporteurs, des assurances… Tous ces éléments que les partenaires de la marque vont assumer directement puisque leur circuit existe déjà.

    Quand on arrive a ce nombre de boutique et d’employés cela explose vite en terme de coût et de règles. Donc tes frais augmentent en conséquence.

    Et quel signal tu envoies à tes investisseurs ? Là pour le moment Xiaomi dis à ses investisseurs : J’implante ma marque en ne prenant pas de risques dans les pays d’Europe. J’ouvre une boutique et je deale avec les prestataires locaux qui vont distribuer. Tout le monde y gagne et ma visibilité passe de 0% en magasin à une couverture globale du territoire. C’est tout bénef. Avec ta solution (et je regrette bien cela) les investisseurs vont poser un GROS warning sur la marque qui prend un pari délirant et non nécessaire. Ouvrir des boutiques ? Embaucher des centaines de personnes ? C’est le meilleur moyen de voir les fonds se détourner de ta valeur.

    Enfin tu oublies que cet investissement est un pari, rien ne dis à Xiaomi que cela va marcher. Tu demandes à la marque de plonger dans l’eau tout nu sans savoir la température de la flotte. Xiaomi trempe le petit doigt de pied et passe par des plongeurs chevronnés qui connaissent le terrain pour plonger à sa place. C’est un marché hyper volatil ou tout peut basculer très vite. Investir XXX millions d’euros même avec 75% de chances que cela fonctionne, c’est encore trop faible pour le faire. Si cela foire en france, Xiaomi aura aujourd’hui une solution toute simple. Ne plus livrer ses partenaires, revendre son unique bail et licencier une dizaine de salariés… Fin de l’aventure.

    Si ils investissent des millions, embauchent, lancent leurs boutiques, font la pub nécessaire et la mayo ne prend finalement pas. Si les français boudent Xiaomi. Il faut a nouveau injecter de l’argent pour réduire la voilure puis fermer. Licencier le personnel, payer le loyer des boutiques fermées tant qu’on arrive pas a vendre le bail, etc. C’est un pari facile a tenir quand on est client mais totalement insensé quand on est une marque.

    Enfin et surtout, ce n’est pas nécessaire.

    2018-05-28 13_36_24-minimachines.net

    Xiaomi est déjà le 4eme vendeur de smartphones en Europe avec 4 boutiques : 1 en Grèce, une en Espagne, une en Italie et une en Pologne ! Derrière Samsung, Apple et Huawei. Les deux premiers sont leader avec une publicité délirante investie en Europe et Huawei une guerre de tarifs… Ils viennent juste d’ouvrir en France avec le même modèle que dans les autres pays d’Europe. Il a fallut 9 mois pour que Xiaomi passe d’inconnu à la troisième place du marché Espagnol avec 1 seule boutique et des points de ventes via des partenaires… Pourquoi prendre ce pari en France ?

    Si la marque peut concentrer ses efforts sur l’augmentation de sa gamme, assurer une meilleure distribution et fournir plus de smartphones, plus de références accessoires, je pense que son calcul est le meilleur et surtout le moins casse gueule car beaucoup moins risqué.

    Dans 5 ans, dans 10 ans, le temps que la marque se construise, pourquoi pas ouvrir des points de ventes mais alors si Xiaomi est reconnu en Europe, il ne sera probablement plus nécessaire de le faire. Pas plus nécessaire que pour un Samsung aujourd’hui numero 1 en europe et qui se passe très bien de toute boutique… L’expansion de Xiaomi aura fait le ménage dans ses concurrents et la marque occupera fortement les rayons de ses partenaires. Pas besoin de plus.

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 13 h 17 min

    @Obarthelemy: Même affinée. Le Mi MIX 2S à 899€ tu es preneur ? à 799€ ? En fait tu demandes à Xiaomi de se positionner comme Samsung en terme de tarif. Qu’est que les gens vont choisir ? La marque qui dépense XXX millions d’euros en publicité par an ou la marque chinoise inconnue ?

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 14 h 53 min

    C’est marrant on a vraiment l’analyse opposée. Pour moi dans 5 ans si la marque est construite, la y’aura plus besoin de boutiques. Et je ne pense pas necessaire d’avoir des boutiques partout, juste qu’un humain normal motivé (par son nerd) aie une occasion dans le mois d’aller en boutique parce qu’il est dans le coin. Les 10 plus grosses agglomérations représentent 50% de la population, plus les gens qui y passent dans le mois. Apres, je surestime surement le volonté des gens de faire un détour pour une boutique de marque inconnue.

    Y’a aussi ce que fait Xiaomi dans ses 2 gros pays, ou ils ouvrent des boutiques a tour de bras 2.000 en 3 ans ?? !! https://www.gizmochina.com/2018/04/30/xiaomis-expansion-61-mi-stores-four-days/ ). On n’est plus dans la vitrine la, mais carrément dans la vente. Soit les marchés sont différents et Xiaomi juge que y’a besoin de boutiques la-bas mais pas ici, soit c’est une question de timing ou volume et ca va venir (croisons les doigts).

    Dans tous les cas, j’apprécie notre discussion.

    Répondre
  • An
    28 mai 2018 - 14 h 55 min

    @Pierre Lecourt: « Et ce serait pas possible de prendre en main les machines dans les Fnac ? Darty ? Boulanger ? » : Si, si, tout à fait, c’est même surtout à ça que je pensais, n’étant personnellement jamais rentré, je crois, dans un magasin Apple. C’est plutôt l’espace Apple de la FNAC (celle des Halles par exemple) que j’avais en tête. Apple est la seule marque à avoir son espace, dans lequel on peut essayer les produits, où un vendeur dédié est parfois (peut-être toujours ?) présent et peut aider-guider-conseiller et parfois même organiser des démonstrations.

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 15 h 19 min

    @Obarthelemy: Pour moi 10 ça n’a aucun sens car tu as les désavantages des deux : d’abord tu as toujours peu de visibilité et ensuite ça te coûte quand même une fortune en terme d’investissements et d’à côtés. Et tu es toujours à l’ombre d’un Boulanger / Darty qui sera, c’est un comble, mieux achalandé que toi.

    @Obarthelemy: Les loyers, les taxes et les salaires en chine ou en inde ne sont pas « tout à fait » les mêmes qu’en France ^^ regarde juste la tête des magasins Espagnol, Italien ou Polonais de Xiaomi. Là ou les loyers sont bien moins chers qu’a Paris. La boutique parisienne est minuscule par rapport à l’Italienne. Et je ne parle pas des chinoises ou c’est gigantesque.

    Mais en chine Xiaomi c’est un symbole de réussite, en France c’est un inconnue « Made in china ».

    @An: Imagine un corner Xiaomi dans les Darty d’ici 5 ans. 1 pouilleme du prix d’une boutique, un personnel formé et payé par Xiaomi et aucun des emmerdements de al gestion d’une boutique (pas de stock, pas de livraison, pas de frais annexes)…

    Répondre
  • 28 mai 2018 - 19 h 07 min

    Effectivement il y a des espaces spécialisés Samsung et Apple dans toutes les Fnac avec du personnel directement embauché par les marques et je pense que cela participe quand même à mettre ces deux marques dans un rang à part auprès du public ce qui va justifier le prix et positionnement.

    Les boutiques vitrines effectivement cela peu aider et pour moi les Samsung Store et même les Apple Sore ne sont aussi que des vitrines non destiné à gagner de l’argent. Samsung fait cela avec ses boutiques à Madeleine et celle d’Opéra qui offre un SAV calqué sur celui d’Apple avec réparation immédiate ou échange immédiat. Il n’y a jamais aucune promotion ou de solde dans les Samsung Store pourtant à chaque sortie de flagship c’est le point de rendez vous des fans qui dévalisent les stocks (il y a souvent des cadeaux offerts faut dire) et c’est l’endroit aussi ou tu trouves tous les accessoires. Il y a le Samsung Store de Vélizy donc 3 en tout, toutes à Paris. Chaque année pendant les fêtes, il y a le pop-up store sur les champs Elysée aussi. Aucune raison de faire cela si ce n’est pour l’image de marque.

    Pour Apple je suis pas loin du constat. Après 10 ans il y en a combien d’Apple Store en France ? Il y en a que 20 sur toute la France dont 9 en région parisienne et une 10eme boutique qui va ouvrir bientôt sur les Champs Elysée (14 millions d’euros de loyer, seras-t elle rentable ? , je sais de source sur que la boutique Orange des champs, à 20 millions d’euros le loyer n’est pas du tout rentable). Ce n’est pas le réseau formidable de Store qui explique le succès d’Apple non plus (quid des nombreux pays ou il y 0 Store alors que tout monde à un iPhone à la main genre la Thaïlande ou le Maroc ?). D’ailleurs, Apple supprime maintenant le suffixe Store de ses boutiques comme au Marché Saint-Germain qui ne s’appelle pas officiellement Apple Store et on comprend pourquoi: tu as les espaces formations à la programmation pour les enfants, aux logiciels Apple et la photo qui te prends la moitié de la boutique, il y a des gens qui y traîne des heures et font joujou avec tous les produits, font leurs mails, il y a pas de caisse pour payer et même pas d’antivol sur les produits. Le tout dans le quartier le plus prisé de Paris (et le plus chère) c’est probablement la plus belle expérience que tu peux avoir pour acheter de la tech surtout pour les néophytes. Plus qu’un produit, on te vend ici du luxe avec l’imagerie qui va avec.

    Répondre
  • 31 mai 2018 - 17 h 07 min

    […] Disponible avec des bracelets de plusieurs coloris, noir bleu ou rouge, la montre sera lancée dans une version locale en Chine très bientôt. Une version internationale affichant des notifications et actions en anglais – et peut être en Français – devrait suivre dans la foulée. voilà peut être pourquoi le Mi Band 2 n’est pas disponible dans la boutique française de la marque. […]

  • 12 juin 2018 - 11 h 54 min

    @Mxte29Fr:

    Je suis tout à fait d’accord avec toi, la raison des stock faible, est qu’il faut localisé les produits, packaging, notice et dépliant sur la garantie (avec point de contact SAV), c’est une obligation légale en France et en Europe.
    du coup les produits doivent être adapté au marché Français, çà ne se fait pas aussi facilement.
    Bien vue le casque fournis avec le téléphone, je sais qu’en France (en Europe ?), un téléphone doit être livré avec un système main libre, c’est la loi, hors de base aucun casque n’est fournis en Chine.
    L’autre possibilité du retard, mais en fait non, c’est les réglementations et certification de produit, là çà aurait pu bloquer, mais comme ce sont des certifications Européennes, ils les ont déjà eu pour les produits vendu en Espagne par exemple, donc tout se qu’ils vendent là-bas est certifié chez nous, faut juste qu’ils localisent en FR.
    Ils feront comme les autres marques, un packaging multi langue, idem pour la doc et la notice de garantie, mais faut qu’ils adaptent leur production.
    Je pense que les PC ne seront pas importé, déjà tout se qui est réglementation et certification des produits (notamment niveau Radio Fréquence), ne doit pas être faite pour l’Europe, en plus de la certif CE.
    En plus du problème du clavier à adapter à chaque pays (pas données à faire), il y a la licence Windows, celles des produits vendu en Chine ne doit pas coûter le même prix qu’une licence en Europe (pas sûr que Microsoft fasse payer le même prix pour un licence Européenne ou globale ou localisé dans certains Pays d’Asie).
    Et comme le marché des ordinateurs est en baisse et que tous les constructeurs mondiaux en souffre, j’ai peur qu’ils tentent pas l’aventure sur ce marché.
    Idem pour les TV, outre le fait de localiser les menu, adapter aux normes de réception EU, il faudra attendre un moment avant de les voir arriver en France, je pense qu’ils attendent de voir les retours des gens en boutique pour se décider à ce lancer.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *