Ubuntu Phone et Ubuntu pour Android confirmés

Canonical confirme la diversification de son système Ubuntu pour diverses plate formes. Apres les PC traditionnels, L’éditeur s’intéresse désormais aux smartphones et par extension aux machines tactiles mobiles en général. Une évolution naturelle, qui suit les tendances du marché.

Le marché PC se contracte fortement et les constructeurs ont tendance à se focaliser sur les grosses tendances, les valeurs sûres qui se vendent plus facilement. Deux nouvelles qui ne sont pas forcément très bonnes pour Linux en général puisque les marchands restent frileux face aux offres « libres » plus difficiles à vendre que les PC Windows.

Pour accompagner ce mouvement, les efforts des développeurs d’Ubuntu se sont donc tournés tous azimuts : Du PC traditionnel et de ses diverses variations aujourd’hui, ils devraient s’étendre vers les Smartphones dès 2014 et s’intégrer à Android cette année.

Cette dernière annonce n’est pas une surprise, on en a déjà parlé, mais elle montre tout l’intérêt de la solution de Canonical. En branchant son smartphone à un dock, on pourrait retrouver un véritable petit PC sous Ubuntu avec un écran externe, un clavier et une souris branchés sur le dock. On arrive a faire tourner la distribution Linux sur des machines bien moins performantes comme les clé-PC, les smartphones modernes sous Android pourraient donc tout à fait devenir un réceptacle de choix pour cette idée.

Mais le principal évènement de cette annonce est sans conteste la confirmation d’un système directement intégrables à un Smartphone, Ubuntu Phone, qui devient ainsi un des concurrents directs de Windows Phone, Android et iOS. On imagine facilement que ce qui tournera sur un téléphone moderne pourra s’adapter à une tablette et lui offrir ainsi des fonctionnalités identiques.

 

Portés sur un Samsung Nexus, un des smartphone les plus « ouvert » du marché, ce nouveau venu se propose comme une véritable alternative dans le monde actuel des solutions mobiles. Il intègre la plupart des fonctionnalités existantes et propose une interface différente et surtout une ouverture logicielle très large de part sa communauté de développeurs. Canonical propose d’ailleurs dés aujourd’hui un ensemble d’informations pour travailler sur ce futur OS sur developer.ubuntu.com.

Filmé par TheVerge sur un prototype, le système connait pour le moment dés ralentissements logiques : La plate forme est encore très expérimentale et Ubuntu Phone est bien entendu en bêta puisqu’il reste encore plus d’une année de développement.

On note cependant beaucoup de bonnes idées sur l’engin : La barre de menu, pour appeler des informations sur le côté gauche de l’interface, s’appelle depuis n’importe quel programme. L’ergonomie générale semble satisfaisante. Et s’appuie énormément sur le « Swipe » cette action consistant à pousser les bords de l’écran vers le centre de l’appareil pour dévoiler menus et informations.

Canonical permettra une recherche globale depuis une saisie clavier mais aussi grâce à de la reconnaissance vocale et un clavier. Le mot clé Tolkien permet ainsi de faire apparaître tous les contenus liés à l’auteur  disponibles sur le smartphone.

Un intéressant système de prise d’infos, qui s’active en swipant l’écran vers le bas depuis les icônes de notifications en haut de l’engin, est présent. Si on glisse son doigt depuis l’icône « message » on fait ainsi défiler les derniers courriers entrants. Depuis la batterie, et on a des infos d’économie d’énergie, réseaux, son etc.

Le défilement d’une application à une autre est possible facilement et les interfaces ressemblent à des timelines construites sur une notion de temps qui défile.

Quelles forces et faiblesses pour cette proposition Ubuntu Phone ?

Canonical développe en marchant sur des œufs, la solution qu’il présente doit innover à tout point de vue, car hormis les brevets les plus abordables et indispensables, l’ensemble des fonctions aujourd’hui intégrés au monde smartphone sont balisées par une protection logicielle totalement infranchissable.

Ubuntu Phone n’aura pas le droit de copier ses concurrents qui ont déjà inventé et surtout habitué le marché de la téléphonie à certains gestes et usages. C’est un des soucis majeurs que Canonical va rencontrer mais paradoxalement une de ses forces. Là où les autres constructeurs se retrouvent à passer à la loupe du système de protection des brevets la moindre idée, Ubuntu ouvrir son code à une armée de développeurs bénévoles et talentueux. Eux n’auront pas a se soucier des divers brevets logiciels du marché mais pourront proposer toute les interactions du marché aux propriétaires d’une solution Ubuntu. Chacun pourra télécharger la version de son choix.

Mais c’est également un vivier d’idées et de fonctionnalités évidentes qui ne peuvent que jaillir du cerveau d’anonymes. La bonne idée ne provient pas toujours d’un brainstorming intensif d’une équipe d’ingénieurs surdoués, un simple programmeur ou designer, un utilisateur lambda peuvent proposer LA bonne idée avant tout le monde, sans même songer à la protéger. On se souvient de cette vidéo ci-dessus : Un designer montrait en Mai 2012 sa vision à lui d’un clavier de tablette avec des gestes simples qui permettaient des fonctionnalités nouvelles sur une tablette.

 

L’idée pourtant géniale n’a été reprise par personne, sur Ubuntu Phone elle serait probablement disponible aujourd’hui. C’est la force d’Ubuntu et probablement aussi un de ses faiblesses. Le fait de laisser une grande latitude aux développeurs permet à la distribution Linux de faire foisonner les idées et émerger des pépites logicielles. elle prend également le risque de rendre inopérants les systèmes sur lesquels elle est installée.

Le principal problème que rencontrera Ubuntu Phone est le même que celui rencontré par Ubuntu tout court : Un désintérêt des industriels. Les fabricants apprécient une chose importante chez Android et Windows Phone, le marketing massif qui les accompagnent et qui permet au fabricants et revendeurs de faire parler de leurs produits à peu de frais.

Canonical va donc encore se trouver sur la marge du cycle de promotion traditionnel de cette industrie. Rendant moins visible son offre par rapport à celle des concurrents qui ont plus de moyens matériels et donc moins attirante pour les fabricants.Difficile de voir qui va s’intéresser à Ubuntu Phone mis à part des utilisateurs finaux. Ils sont bien évidemment importants dans l’équation mais ceux qui seront capables et qui auront envie d’installer la distribution sur leur périphérique sont trop peu nombreux pour faire le poids face aux monstres que sont devenus Google et Apple.

A moins d’un coup de génie ou d’un énorme travail industriel de Canonical, cet Ubuntu Phone pourrait même devenir le meilleur système mobile du monde sans pour autant être connu du grand public.

20 commentaires sur ce sujet.
  • 3 janvier 2013 - 13 h 28 min

    Moi j’ai vraiment hâte de tester ça :D

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 13 h 30 min

    Il ne faut pas oublier qu’Android tourne avec un noyau Linux. Il existe grace à ca déjà des possibilité de faire tourner une distribution Linux dans un mode (proche du ?) chroot. On trouve déjà sur le market de Google des application sensée faciliter ce genre de manipulation.

    C’est d’ailleurs un des arguments de Canonical : pour installer Ubuntu, il n’y a pas grand chose à faire pour le fabriquant d’un smartphone Android (noyaux et drivers déjà dispo).

    Ne souhaitant pas investir dans un Iphone (trop cher), étant décu d’Android très propriétaire à mes yeux, j’aimerai bien un smartphone Unbuntu. Reste à voir ce que donne l’utilisation tactile sur un petit écran, mais Unity (que l’on reconnait) a surement ouvert la voie.

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 13 h 42 min

    L’utilisation des bords du téléphone m’a rappelé l’OS QNX de RIM pour sa PlayBook.

    En tout cas, il faut accueillir à bras ouverts ce nouvel OS prometteur _et_ différent !

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 13 h 58 min

    Samsung Bada, Nokia Symbian, Maemo, Tizen, J2Me… sans parler des forks Android tel que CyanogenMod

    à savoir que Canonical n’ont pas inventé grand chose(rien en faite), tout comme CyanogenMod pour Android(et Android lui même) ils utilisent des briques logicielles libre ET non libres déjà existantes pour vendre leur écosystème…

    l’Ubuntu Phone n’a absolument aucune chance de percer, il va faire la joie de quelques technophiles/fanboys(peu nombreux) les autres resteront sur le modèle actuel : d’abord les spec matériel, puis le design et y installeront le système de leur choix(ou leur propre écosystème, non c’est pas si compliqué)

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 14 h 26 min

    Qu’Ubuntu dépose le brevet de rendre accessible un OS depuis un smartphone !
    Il faut qu’il travaillent sur une version Ubuntu installable sur un matériel existant et répandu (Galaxy S2, S3 etc…) avant de lancer leur propre modèle qui leur couterait bien cher. En offrant une procédure simple de transformation d’un téléphone Android en téléphone Ubuntu, Ubuntu se constiturait déjà une armée de « commerciaux » pouvant présenter leur nouvelle conception du smartphone.

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 14 h 38 min

    C’est vrai que si les maj dépendent de Canonical et non pas des fabriquants, ca pourrait devenir intéressant pour les utilisateurs. Parce qu’au niveau d’Android, les mises à jours, c’est pas la joie. Il y a encore des téléphones en vente avec des vieilles versions d’Android.

    Quand on voie actuellement toutes les minimachines(.net) qui sortent actuellement sous Android sans rapport avec un téléphone, on peut se dire qu’il y a la un bon angle d’attaque pour Ubuntu.

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 14 h 45 min

    j’adore l’écran d’accueil !

    Répondre
  • SGT
    3 janvier 2013 - 16 h 03 min

    Annonce intéressante en théorie mais qui aura fort peu de répercussions concrètement, on peut certes toujours rêver du grand soir…

    Alors que Microsoft se casse les dents, que RIM remonte nettement de niveau, qu’Intel et Samsung préparent leurs arrières avec Tizen et que Firefox OS est très prometteur on voit mal un énième OS percer de façon fulgurante dans le mode du mobile.

    D’autant plus que l’OS c’est pas tout, il faut :
    – motiver les développeur afin d’avoir à minimum les apps les plus intéressantes
    – avoir des plus : exemple Apple ergonomie et design, Google maîtrise le recherche et de l’intelligence dats, Microsoft base installée prête à basculer dans le monde du mobile
    – avoir une assise financière
    – développer aussi spécifiquement pour tablettes
    – avoir des constructeurs de renom avec soi
    – etc.

    De plus on va basculer vers un monde applicatif mobile en javascript/html5 orienté mi cloud mi local.

    En conclusion cela sera prioritairement un truc de geeks car les constructeurs se tourneront plus vers Tizen ou Firefox OS s’ils ne veulent plus être liés avec Google ou Microsoft.

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 16 h 18 min

    C’est sur pouvoir remplacer Android par Ubuntu serai un plus pour les clé-PC et autres SmartPhone Android !
    Comme il a été dit plus haut Android est un cousin de Ubuntu donc cela devrai être abordable pour l’équipe de développement de Ubuntu.

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 16 h 54 min

    @Georges:

    Android n’est pas spécialement un cousin d’Ubuntu, pas plus que d’autres distrib linux en tout cas. Le noyau d’Android est une variante d’un noyau linux, pour le reste il n’y a pas grand chose en commun.
    Ce serait même plutôt l’inverse d’ailleurs : ce « ubuntu for phones » est un cousin d’android, dont il reprend le noyau et une partie des drivers.

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 17 h 09 min

    Il y a deux ans, j’en revais: un vrai OS, modifiable, avec une vraie suite Office…

    Depuis, j’ai realisé que Ubuntu desktop ne m’a jamais satisfait. Code « qualité béta » en permanence, fonctionnalité aléatoires et délirantes et pas finies poussées de force dans les nouvelles versions (Unity, grub2…). Et doc jamais a jour. Au final, Ubuntu est un OS pour nerds, fait par des nerds pour se faire mousser auprès de leurs pairs, pas pour aider l’utilisateur lambda.

    Linux a du succès… sous la forme d’Android. Je fais hélas plus confiance a Google qu’a Ubuntu pour aller dans le bon sens.

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 17 h 31 min

    Bonjour,

    C’est tout a fait mon avis…

    Le jours ou je ne verrais plus de ligne de commande… peut-être, ce n’est pas demain la veille, comment il vont pouvoir se faire mousser après ;)

    Merci Google

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 17 h 48 min

    windows et osx ont aussi leur console à taper des commandes, cela dit pour dépanner à distance c’est beaucoup plus simple sous GNU/Linux que les autres (rectification : c’est tout à fait impossible de dépanner en ligne de commande sous ces OS proprios :P )

    et pour info, android aussi a son terminal, et il est possible d’y faire beaucoup de choses avec, bien plus que graphiquement

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 17 h 57 min

    « Depuis, j’ai realisé que Ubuntu desktop ne m’a jamais satisfait. Code « qualité béta » en permanence, fonctionnalité aléatoires et délirantes et pas finies poussées de force dans les nouvelles versions (Unity, grub2…). Et doc jamais a jour. Au final, Ubuntu est un OS pour nerds, fait par des nerds pour se faire mousser auprès de leurs pairs, pas pour aider l’utilisateur lambda. »

    « Le jours ou je ne verrais plus de ligne de commande… peut-être, ce n’est pas demain la veille, comment il vont pouvoir se faire mousser après  »

    en principe c’est le vendredi pour ca …

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 18 h 10 min

    Pour moi justement la grande force d’Ubuntu desktop c’est d’en avoir pour tous les gouts: une interface relativement simple et complète pour l’utilisateur lambda ( ma mère et mes grands parents s’en serve tous les jours sans soucis) et la puissance, la customabilite de linux (le terminal!) pour l’utilisateur plus avancé ! Si ubuntu mobile arrive a bien combiner ces deux mondes, ce sera parfait

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 19 h 07 min

    On est bien plus productif en ligne de commande sur pas mal de taches qu’avec une souris, alors non, on ne veux pas que la ligne de commande disparaisse. Si tu veux une distribution exploitable sans ligne de commande, essaye openSuse, yast va t’eviter reellement a avoir a taper la moindre commande! En tant que nerd/geek je me suis forcé a configurer un serveur complet (ce que je fais habituellement en ligne de commande) avec yast et j’y suis parvenu. pour l’ utilisation quotidienne aucun problème non plus.

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 21 h 49 min

    Dans La vidéo de the verge le mec lance un gros jeu et enchaine avec d’autre truc le jeu tourne en tache de fond ce qui ralenti le system , car dans la vidéo de engadget y a pas de ralentisement !!
    on ne peut pas lui en vouloir de ne mal géré le multitasking a un os neuf .

    Répondre
  • 3 janvier 2013 - 23 h 44 min

    le salut de ubuntu auprès du plus grand nombre (et autres distributions) ne viendra que par la possibilité de tout faire en 100% graphique pour Mr tout le monde. Il n’y a pas de secret pour plaire à la majorité des acheteurs de pc. Rien n’empeche de laisser une icone pour acceder a la ligne de commmande, mais le bon chemin pour généralisé ubuntu partout cest le graphique… plus facile a dire qu’a faire je me doute !!! si le ubuntu « graphique » d’aujourd’hui avait été présent il y a 10 ans en meme temps que winXP … peut etre y aurait il plus de machine équipée maintenant… oui je sais, avec des « si »… :)))

    Répondre
  • 4 janvier 2013 - 8 h 05 min

    Je trouve que la démo a l’air sympa. L’interface semble très différente de ce qui se fait sur iOS et android.
    Avec un milliardaire derrière lui/elle (??) prêt à investir, ce n’est pas impossible qu’ubuntu trouve un partenariat avec un fabricant. Du moins, je l’espère. Si ça peut me permettre d’avoir plus de souplesse sur mon téléphone…

    Du coup, je vais attendre pour remplacer mon smartphone vieillissant, et ça me permettra de continuer à remplir ma cagnotte pour aller faire un vol en zéro gravité !

    Répondre
  • 4 janvier 2013 - 14 h 22 min

    J’utilise Ubuntu et je n’utilise pas la ligne de commande sauf pour faire du ssh sur un serveur distant.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *