TEST SHUTTLE XS35V4 : Partie 1 Présentation

Fanless, sans ventilateur. Le Shuttle XS35V4 reprend le concept de son prédécesseur mais monte en gamme tout en restant une base de travail abordable. Se constituer un engin silencieux, absolument silencieux est de plus en plus abordable et c’est une excellente nouvelle.

La principale prise d’otage qu’exerce un ordinateur sur un humain qui le manipule n’est pas logicielle ou matérielle, elle n’est pas liée à une technologie de telle ou telle marque et ne se devine pas forcément pendant l’utilisation de l’engin. Non la principale prise d’otage d’un PC c’est le bruit qu’il génère, un élément qu’on prend souvent en compte une fois que l’on éteint sa machine. Le Shuttle XS35V4 propose une alternative à cette nuisance sonore avec un fonctionnement parfaitement et totalement silencieux.

Compact, le Shuttle XS35V4 propose de faire rentrer une machine complète dans une petit boitier de 25.2 cm de profondeur pour 16.52 cm de haut et 3.85 cm de large. Avec tout juste un peu plus de 2 kilos, cette solution ne se veut pas équivalente d’un gros PC habituel bien plus cher et bien plus encombrant. L’idée ici est de réduire au minimum l’encombrement d’un ordinateur.

   

SHUTTLE XS35V4

Processeur : Intel Celeron J1900 quadruple cœur cadencé de 2 à 2.41 GHz avec 2 Mo de cache
Chipset graphique : Intel HD à 688 à 854MHz
Mémoire vive : 1 slot libre DDR3L (8 Go maximum)
Stockage : 1 emplacement 2.5″ SATA-II libre. 1 emplacement 2.5″ SATA-II optionnel
Unité Optique : 1 emplacement 5.25″ slim
Réseaux: Wi-Fi 802.11 b/g/n
Connectique façade : 1 USB 2.0, 1 lecteur de cartes SDHC
Connectique dos : 1 port USB 3.0, 3 ports USB 2.0, 1 HDMI; 1 DisplayPort, 1 VGA, 1 Ethernet, 1 prise casque,1 prise micro, 1 antivol Kensington Lock.
Audio : Realtek ALC269 2.1
Alimentation : Externe type portable avec Led
Poids: 2100 grammes
Encombrement : 252 x 162 x 38.5 mm
Système d’exploitation : Pilotes Windows 8 / 8.1
Logiciel embarqué : aucun
Prix public : 200€

Les plus :

  • Silence complet si exploité avec un SSD
  • Port USB caché exploitable
  • Double emplacement 2.5 pouces possible
  • Très simple a démonter et a installer

Les Moins :

  • Positionnement sur pied uniquement
  • Châssis un peu souple
  • Pas de sortie audio optique
  • Pas de Bluetooth

Oui, Shuttle s’est un peu trompé sur son étiquette avec un processeur J1900 indiqué comme un double coeur alors que leur BIOS et Intel le classent bien comme une quadruple coeur. Peu importe, le principal étant de pouvoir monter une configuration correcte avec une solution 4/8 Go de mémoire vive (attention DDR3L  uniquement) et un SSD. De quoi faire tourner correctement des systèmes assez gourmands.

     

   

L’alimentation externe fournie est classique, une 19 Volts 2.1 Ampères externe avec une petite led témoin de son alimentation. Un détail qui compte pour un engin totalement silencieux. Il faut pouvoir identifier facilement le fait que la machine est bien alimentée puisqu’elle ne fait pas un bruit.

Une documentation tout en images qui permet de monter les éléments indispensables au fonctionnement de l’engin est fournie et un DVD comprenant les pilotes pour Windows 8 fait partie du lot. De quoi installer facilement une machine Windows.

   

Enfin, un pied, assez lourd ( 444 grammes ) permet de positionner l’engin debout. Sa seule option d’ailleurs puisque sans cet accessoire que l’on vissera sous la machine, on risque d’obstruer l’aspiration d’air frais nécessaire au bon refroidissement de l’ensemble.

  

 La machine dispose en effet sur 4 faces sur 6, d’ouvertures très importantes pour aérer le processeur mais une des plus importante est située sous la machine. C’est elle qui aspirera l’air frais naturellement pour refroidir l’ensemble. Sans ce pied la machine a de grandes chances de monter en température et de poser des problèmes en fonctionnement.

La partie supérieure est également largement ajourée, assez pour qu’on voie “à travers” ce Shuttle XS35V4 : de la même manière qu’il est dangereux de positionner le nettop sans son pied, il est largement déconseillé de poser des éléments par dessus la machine. L’air chaud doit pouvoir remonter librement vers l’exterieur du châssis.

   

Sur la partie avant, on retrouve une interface assez minimaliste : D’abord un large bouton de démarrage situé sur le haut de l’appareil qui indique le fonctionnement de l’engin mais aussi les accès au stockage. Toujours dans cette optique d’un engin parfaitement silencieux et donc monté avec un SSD, ces indications sont précieuses. Sans elles, cela reste difficile d’appréhender l’état d’une machine totalement inaudible.

Autres éléments, la présence d’un emplacement pour lecteur optique au format slim (non fourni par défaut) normalement caché par un petit accessoire en plastique amovible. Un lecteur de cartes SDHC est également présent, il permettra de vider facilement les photos et vidéos d’un appareil photo numérique à ce format sur le Shuttle XS35V4. Enfin, un port USB 2.0 est également là pour connecter rapidement une clé USB sans faire le tour de l’engin.

Face arrière: la connectique est plus riche avec le port d’alimentation totalement à droite et donc situé sur le bas du Shuttle XS35V4 lorsqu’il est en position verticale. Un bon choix de la part de la marque qui évite d’avoir un câble d’alimentation qui “tombe” du haut du châssis et qui gène les autres ports. Cela parait l’évidence mais de nombreux nettops sont sortis avec un positionnement différent ces dernières années.

Un petit trou supplémentaire obturé par un cache en plastique rond est également présent sous ce port d’alimentation, on le retrouvera plus bas pour un usage insoupçonné.

Un port VGA et un port DisplayPort permettent d’ouvrir très largement les possibilités d’affichage de l’engin. Avec ces 3 sorties (la machine pourra gérer 2 écrans en simultané maximum) il est possible d’afficher sur à peu près n’importe quoi.

Le reste est plus classique avec 3 ports USB 2.0 supplémentaires, le Shuttle XS35V4 ne disposant pas de Bluetooth, il lui faut forcément employer une prise USB pour connecter un couple clavier/souris. Un port USB 3.0 pour brancher un périphérique externe réclamant de bons débits et un port RJ45 Ethernet Gigabit (dépourvu de led témoin d’activité)

Un port casque et un port micro pour brancher une solution de vidéo conférence ou un simple casque. Pas de sortie optique, un choix assumé de la part de Shuttle qui pourra être compensé par la présence d’un port HDMI pour profiter d’un son numérique mais malheureusement un chipset audio Realtek limitant l’ensemble à un maigre son sur 3 canaux.

Enfin, un port antivol Kensington Lock est présent pour sécuriser la machine contre le vol.

     

Retirer la coque est d’une simplicité enfantine, une seul vis à ôter et les 2 panneaux coulissant peuvent se pousser vers la partie arrière de l’engin. On remarque sur ces panneaux un double maillage assez impressionnant : Le premier est un fin plastique blanc, là pour laisser la machine s’aérer mais empêcher la poussière de rentrer. Le choix du blanc est curieux car cela se voit de l’extérieur et ne plaira pas forcément à tout le monde. Le même maillage en plastique noir aurait été plus discret.

Un second élément est collé de chaque côté de ces portes amovibles : Il s’agit de la protection de l’électronique même de l’engin.

Enfin on ouvre la bête et on découvre la machine. Ici j’ai reçu un engin pré-monté ce qui ne sera pas le cas des versions commerciales. Ni unité optique, ni stockage ni même mémoire vive ne sont livrés par défaut.

      

Le premier élément qui saute aux yeux est la présence d’un énorme dissipateur en aluminium sur le côté de l’engin. On retrouve a peu de chose prés la même solution que Shuttle avait employé pour le XS35V3. Une grosse base d’aluminium doté de petits cubes en relief pour augmenter sa surface de dissipation, le tout parcouru par un caloduc en cuivre afin de bien répartir la chaleur et la transporter vers un petit groupe d’ailettes très fines sur le dessus de l’engin.

Caloduc : Le Caloduc est un système passif permettant de transporter la chaleur en jouant sur les propriétés physiques d’un fluide dont le changement de phase de l’état liquide à l’état gazeux permet de transporter facilement la chaleur vers un système efficace de dissipation. Dans note exemple le liquide est chauffé par la processeur, il se transforme alors en gaz et fait voyager cette chaleur vers des ailettes situées en haut du châssis. Là il redevient liquide par condensation puis retourne vers le processeur par la force de la gravité.

Ce système permet à l’engin d’assurer le fonctionnement de la machine sans un bruit malgré les 10 watts de TDP du Celeron J1900. C’est du sur mesure pour ce Shuttle XS35V4, une solution assez massive et impressionnante qui résiste très bien aux températures ambiantes élevées mais qui souffre évidemment très rapidement de tout étouffement.

Les petites ailettes qui permettent au gaz présent dans le caloduc de se refroidir et de se liquéfier, situées sur le haut de la machine, elles supportent très mal de ne plus être correctement aérées. La conséquence logique d’un étouffement de cette zone et la montée en température rapide du système.

      

A côté de ce gros dissipateur donc, on retrouve l’unique slot de mémoire vive de l’engin au format DDR3L SO-DIMM; avec un maximum de 8 Go en 1333 MHz, le Shuttle XS35V4 a de quoi embarquer une solution satisfaisante en mémoire vive même si on aurait préféré une gestion sur 2 canaux.

On découvre également un Bios très classique et des condensateurs et autres équipements électroniques de bonne qualité. Au milieu de tout cela, un petit connecteur non documenté et non identifié. Peut être un port LVDS pour connecter un écran sur nappe souple ? Dans ce cas, il faudrait un autre boitier pour l’exploiter

     

Autres éléments notables, le connecteur du stockage 2.5 pouces SATA-II évidemment, qui accueille dans un berceau métallique le SSD ou le disque mécanique que vous aurez choisi. Autour de ce connecteur,  on distingue la pile du Bios et la présence d’une carte Wifi MiniPCIe demi format munie d’une seule antenne qui se termine par un patch en cuivre collé dans le châssis. Il faudra voir la performance et la portée de cette solution Wifi.

Au final donc, un engin assez bien construit avec quelques impasses faites par Shuttle comme un seul slot de mémoire vive et la présence d’un port SATA-II seulement au lieu d’un SATA-III. Pas sur qu’au final la performance développée par le processeur fasse une grande différence d’une évolution des performances du stockage mais cela aurait été un plus.

     

De l’autre côté de l’engin, toujours fixé sur une partie centrale métallique où sont accrochés tous les éléments, on retrouve une unité optique ici pré-assemblée mais non disponible par défaut dans l’engin d’origine. La baie 5.25 pouces du Shuttle XS35V4 pourra accueillir tout type d’unité au format Slim. Par défaut, Shuttle livre un petit cache noir qui empêchera la poussière de rentrer dans l’appareil.

Mais une solution encore plus intéressante existe avec le Shuttle PHD2-N distribué par la marque, un petit accessoire vendu moins de 10€ qui permet de monter simplement un second emplacement 2.5 pouces dans la machine.

Livré en kit, il propose donc un connecteur pour s’adapter au changement de format : Une solution qui permettra de combiner 2 unités de stockage avec par exemple 2 SSD en interne ou une combinaison mêlant SSD et stockage mécanique capable de se mettre en veille.

    

Mais ma plus grande surprise a été la découverte de ce port USB 2.0 supplémentaire et absolument pas documenté à l’intérieur du châssis du XS35V4. Un port bienvenu car il dispose d’une place conséquente autour de lui, assez pour venir y caser des périphériques USB parmi les plus gros du marché comme les clés Tuner TNT.

Et on retrouve d’ailleurs le petit cache en plastique au dos de l’appareil croisé tout à l’heure juste en face de ce port USB surprise. De quoi  faire passer un périphérique extérieur ou un fil d’antenne. Cette surprise laisse imaginer des tonnes d’usages différents même si l’USB 2.0 en limitera forcément quelques uns.

Dans le lot, j’imagine volontiers la possibilité évidente d’embarquer une clé USB conséquente pour y stocker un système alternatif. Le bios permet de choisir sur quel unité démarrer et on peut donc imaginer un OS totalement caché qu’il faudrait activer au démarrage.

On peut également positionner ici une clé tuner TNT ou autre clé spécifique comme les dongles qui servent à identifier certaines applications professionnelles (CAO, MAO, accès à des logiciels boursiers) sans risquer de les voir disparaître. Enfin, cela peut être une solution simple et pratique pour connecter tout simplement une clé USB Bluetooth ou Radio Fréquence pour piloter un couple clavier et souris sans condamner l’un des ports situés à l’arrière. Quel que soit votre usage de ce Shuttle XS35V4, il y aura matière  à exploiter cette particularité non documentée.

Au final, avant même de la démarrer réellement, cette minimachine me fait une bonne impression; il y a certes quelques problématiques qu’il faudra prendre en compte avant de craquer pour un achat et notamment la plus pénible qui est de prévoir un espace pour laisser l’engin respirer.

Mais avec un engin parfaitement inaudible et un processeur Intel Celeron J1900 qui devrait offrir de belles performances pour un usage bureautique et peut être un peu plus, on  a là une solution parfaitement adaptée pour équiper les utilisateurs intensifs d’un outil informatique. Je pense notamment aux professionnels qui exploitent l’engin en continu et qui n’en peuvent plus d’entendre le ronron d’une ventilation lancinante mais aussi aux particuliers qui veulent glisser un PC dans leur salon sans la gène du bruit classique d’une tour grand format ou d’un portable.

Il nous reste a voir ce que l’engin a véritablement dans le ventre et ce que cette absence de ventilation lui laisse comme possibilités. Si le Shuttle XS35V4 proposé nu à moins de 200€ répond présent pour un usage un tant soit peu gourmand, ce sera peut être une des premières minimachines fanless grand public à se tailler un chemin vers un vrai succès commercial.

17 commentaires sur ce sujet.
  • 11 juin 2014 - 9 h 44 min

    Oh yeah, le teasing de la semaine dernière était justifié :)

    Ça me semble être une excellente alternative pour un prix contenu, ça me plait beaucoup ça !!

    Je vais lire tout ton test et mater tes vidéos religieusement^^

    Répondre
  • 11 juin 2014 - 10 h 16 min

    Top pour une première partie, ça donne envie de découvrir la suite !

    Le port USB interne, je trouve ça génial ;)

    J’ai 3 questions :

    – Vu qu’elle n’est pas fournie, quel est le prix de l’unité optique ?
    – Peut-on mettre à la place un lecteur Blu-Ray acheté dans le commerce ?
    – Quelles sont les caractéristiques du son en sortie ? (gestion DTS/5.1/DTS-HD ?)

    Répondre
  • 11 juin 2014 - 10 h 38 min

    Superbe test ! vraiment hâte de voir la suite.
    ça faisait un moment que je souhaitai voir apparaître un test de cette machine. Encore une fois c’est de l’excellent travail Pierre.

    Répondre
  • 11 juin 2014 - 12 h 03 min

    @elek@trow:

    LE XS35V4 est compatible avec les unités slimline SATA de hauteur 12.7mm que vous trouverez dans le commerce. Les prix s’échelonnent, par ex. chez Samsung, d’une vingtaine d’euros pour un graveur DVD supermulti à une centaine d’euros pour un lecteur/graveur Bluray.
    De mémoire, pas de problème de gestion dts/dd sur la sortie analogique mais attendons la confirmation de Pierre ;)

    Répondre
  • 11 juin 2014 - 12 h 39 min

    Bonjour,
    Cette machine si elle est du niveau de la V3 est une excellente machine
    j’ai la V3 en dual boot W8 et Openelec (sur clé USB). disque mecanique pour le stockage video (le bruit est inaudible)sortie hdmi impeccable.
    Il manque juste le support VESA pour la TV.
    Coté chaleur c’est chaud mais jamais eu de problème
    Shuttle du bon matos

    Répondre
  • 11 juin 2014 - 12 h 48 min

    Miam ! Avec un lecteur Bluray slim sous openElec/XBMC, ça peut etre le HTPC idéal !

    je pense meme que le processeur permet de faire du treogaming sous XBMC

    Répondre
  • Ted
    11 juin 2014 - 15 h 08 min

    C’est quoi l’histoire du chipset realtek qui limite à 3 canaux le son en hdmi?? du coup c’est mort pour un htpc. C’est étonnant car mon htpc actuel (un vieux nettop de 2009) gère le 5.1.

    Répondre
  • Ian
    11 juin 2014 - 23 h 04 min

    Pareil que @Ted.

    Rien compris à cette phrase qui résonne terriblement mal dans ma tête. Ça laisse entendre dire que l’usage de ce barebone serait fortement limité en HTPC, ce qui doit tout de même représenter une part importante de lecteurs !!

    Il serait urgent que l’auteur précise ce point …

    Répondre
  • 12 juin 2014 - 7 h 49 min

    Ça doit vouloir dire qu’en dehors de l’utilisation de flux bitstream, on se retrouve obligatoirement avec du 2.1. En HTPC, ce n’est pas forcément un drame. Mais cela nécessite une précision en effet.

    Répondre
  • 12 juin 2014 - 9 h 17 min

    @Antigua: Merci Antigua !

    Effectivement on attend les confirmations du Testeur en chef :)

    En parallèle on est plusieurs à se poser la question du son en sortie.

    Répondre
  • 12 juin 2014 - 10 h 02 min

    @Ian:

    La cible cliente de cette série est clairement exprimée dans la fiche produit : Les Pro, qui souhaitent s’équiper de machines bureautique client/serveur peu encombrantes, de diffuseurs vidéo etc.
    Je crois que cette réf. ne se destine pas aux applications HTPC.

    Répondre
  • 15 juin 2014 - 12 h 44 min

    pas mal
    bon c surtout a destination des pros/entreprise qd meme rien que le fait de le laisser debout sur son pied ca empeche une utilisation en htpc :)

    mais en entreprise c tres interessant comme config, les autres nucs and co etant depourvu de lecteur optique ca plait pas en entreprise (ben ouais les admin des postes ont du mal avec les clés usb bootables ou les lecteurs usb externes :p)
    la ca fait une config largement suffisante pour des postes bureautiques voir du dev web et/ou light (le vrai pas les trucs merdiques en java ou .net necessitant visualstudio ou websphere :p)
    pour 200euros + os + ram et hdd c pas mal
    meme si pour une entreprise le zotac id18 a 120euros est pas mal du tout : faudrait juste une version avec lecteur optique….y’a que shuttle qui fait ca ?

    Répondre
  • 25 juin 2014 - 16 h 20 min

    Bonjour,
    J’ai lu avec grand intérêt votre test “déballage” du SX35V4… et j’ai craqué ! J’ai acheté ce Shuttle XS35V4 avec l’accessoire PHD2-N pour installer un second DD à la place du lecteur optique.

    J’ai installé 4Go de RAM, un SSD et par dessus une Debian minimale. Tout fonctionne à merveille ou presque (problème de reboot qui freeze la machine et nécessite un redémarrage brutal… pas encore eu le temps de regarder du côté de l’ACPI)

    J’ai cependant un problème avec l’accessoire PHD2-N. En effet, pour mettre un second DD, il faut remplacer le connecteur de lecteur optique par le connecteur SATA livré avec le PHD2-N. Le problème est que celui-ci se retrouve un à deux centimètres plus loin que le connecteur de lecteur optique, et le câble sensé le relier à la carte-mère est par conséquent trop court d’un bon centimètre ! Je n’ai pas osé tirer dessus trop violemment pour l’instant. J’aimerais donc savoir si qqn avait rencontré le problème, s’il faut vraiment “tirer fort” sur ce câble ou si c’est un problème de conception, et alors, comment le résoudre ?

    Merci pour votre aide !
    JP

    Répondre
  • 23 octobre 2014 - 20 h 25 min

    […] Comme on a pu le voir dans la première partie de ce test, le Shuttle XS35V4 cache sous ce nom bizarre un engin d’une compacité dans la grande tradition des nettops de 2009/2012. La différence la plus importante étant que cet engin est plus efficace, mieux équipé et surtout offre la possibilité d’accéder à ses entrailles. Avec un encombrement de 25 cm de profondeur et 16.5 cm de hauteur, l’espace disponible n’est pas énorme mais suffisant pour ajouter un stockage 2.5 pouces SATA III de son choix et une barrette de mémoire vive DDR3L et une unité optique 5.25 pouces de son choix au format slim. L’ajout d’un petit accessoire abordable permettant en outre de se passer de lecteur DVD pour glisser un second stockage dans l’engin est un atout précieux pour ce genre de machine. […]

  • 29 octobre 2014 - 11 h 40 min

    […] Vous pouvez lire le test du  Shuttle XS35V4 en suivant ce lien et regarder les entrailles de la machine ici. […]

  • 22 décembre 2014 - 10 h 12 min

    […] de TDP et qui propose quatre cœurs cadencés de 2 à 2.41 GHz avec 2 Mo de mémoire cache, une puce que l’on a déjà croisé dans une minimachine fanless avec le Shuttle XS35V4. Là encore la solution est fanless, totalement inaudible en […]

  • 24 avril 2015 - 14 h 18 min

    @JpPub:

    Plop, j’ai vu que tu avais cette machine avec debian, tu as pas de problème avec l’ACPI ? il faut que je le désactive sinon j’ai des problèmes d’usb :/

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *