Test : HP Pavilion Mini 300, le BigMac PC

Test : HP Pavilion Mini 300, le BigMac PC

Déballage fébrile, 4 câbles à brancher et voilà que le Pavilion Mini 300 démarre. Posé sur un bureau, discret et silencieux, la machine d’HP ne cherche pas spécialement à se faire remarquer mais plutôt à se concentrer, consciencieusement, sur ses tâches.

Propre, bien construit, compact et discret. Les cartes employées par HP pour réaliser ce NUC-Like sont bien battues et la machine ne manque pas d’arguments. Sortie trop chère, annoncée à 449€, ses récents changements de tarifs la rendent aujourd’hui beaucoup plus attractive.

HP Pavilion 300

Angles ronds sans êtres mous, coloris nuancés, machine compacte, le HP Pavilion Mini est un petit bloc habilement construit et intégré. Il propose dans un espace réduit à peu près tout le nécessaire pour faire tourner les logiciels de monsieur et madame tout le monde.

HP Pavilion Mini 300

Processeur : Intel Core i3-4035U double cœur 4 threads cadencés à 2.9 GHz avec 3 Mo de cache ou Pentium 3558U double cœur 2 threads cadencés à 1.7 GHz avec 2 Mo de cache
Chipset graphique : Intel HD 4400 cadencé de 200 MHz à 950 MHz
Mémoire vive : 1 slot. 1 occupé par 4 Go de DDR3L
Stockage : 1 emplacement 2.5″ occupé par un disque dur 5400 tours SATA 6.0 Gb/s en 1 To ou 500 Go suivant les modèles
Unité Optique : Aucune
Réseaux: Wi-Fi 802.11 b/g/n / Bluetooth 4.0 / Ethernet Gigabit
Connectique façade : 2 USB 3.0, bouton d’allumage
Connectique dos : 2 ports USB 3.0, 1 HDMI, 1 DisplayPort, 1 Ethernet, 1 jack combiné casque et micro, 1 Kensington Lock, 1 alimentation
Connectique côté : Lecteur de cartes SDHC à droite
Audio : Via HDMI et sortie jack 3.5 mm
Alimentation : Externe type portable 65 watts
Poids: 630 grammes
Encombrement : 144 x 144 x 52 mm.
Système d’exploitation : Windows 8.1 64 Bits.
Logiciel embarqué : Suite Alienware,  McAfee LiveSafe, CyberLink Media Suite
Livré avec : Clavier et souris HP USB filaires
Prix public : 329.95€ en Pentium / 449€ en Core i3

Les plus :

  • Machine compacte et silencieuse en fonctionnement malgré un disque mécanique
  • Performances suffisantes pour un usage familial classique
  • Possible de modifier mémoire et stockage
  • Livré prêt à l’emploi avec clavier et souris

Les Moins :

  • Pas de 4K fluide dans tous les formats.
  • Un stockage mécanique 5400 tours
  • Clavier et souris un peu cheap et filaires
  • Wifi N seulement

HP Pavilion 300

Sans être l’ordinateur le plus original de l’année, l’objet est assez séduisant. Plastiques denses et épais, finitions efficaces, pas de grosses prises de risques esthétiques mais en échange pas de fautes de goût non plus.

L’objectif de HP dans cette gamme de Pavilion Mini semble être large, le gros problème des minimachines actuelles n’est pas lié à leurs capacités ni à leur design. Il est lié au format qui ne trouve pas d’échos dans le système de distribution actuel. Les grandes surfaces ne font pas de place  à ce type de solutions en format Barebone. Avec un système prêt à l’emploi, HP espère probablement inverser cette tendance et son Mini est calibré pour séduire les masses.

HP Pavilion 300

C’est la grosse différence entre les NUC d’Intel et ce type de solution. Le Pavilion Mini a été conçu pour occuper les étals des grandes surfaces. Demain, acheter un de ces engins, au prix où il est proposé, sera aussi anodin qu’acheter un micro onde ou un mixeur.

Le PC n’est qu’un outil désormais et souvent une boite assez creuse, c’est ce qu’a bien compris Google avec ses Chromebook et que doit  comprendre l’industrie du PC fixe. La flacon importe de moins en moins et ce qui compe ce n’est pas tant l’objet que ce que l’on peut en faire. Les grosses tours grises qui tombent de vieillesse n’ont pas de raison de revenir sous une copie de leur forme originelle. Pour la plupart des usages une minimachine fera l’affaire.

C’est l’atout maître de HP avec ce Pavilion, un engin prêt à l’emploi, totalement équipé et dont l’installation ne demandera pas plus de travail qu’une tablette ou un smartphone. On branche, on allume, on connecte éventuellement le Wifi et c’est tout.

HP Pavilion 300

D’un point de vue encombrement, la machine propose un excellent compromis, 14.4 cm de coté au points les plus larges, 5.2 cm d’épaisseur. Le Mini 300 est plus gros qu’un NUC classique mais il permet d’embarquer une solution de stockage au format 2.5 pouces.

HP Pavilion 300

HP Pavilion 300     HP Pavilion 300

 Mise à jour : Il semblerait une l’offre clavier et souris diffère suivant les enseignes. Certains remontent une commercialisation de l’engin nu. C’est peut être ce qui explique la différence de tarif entre certaines enseignes et le magasin officiel de la marque. Si c’est le cas c’est peut être ue meilleure affaire tout de même, les produits livrés n’étant franchement pas exceptionnels.

Le constructeur livre un clavier et une souris USB. Rien de grandiose, juste le minimum nécessaire pour démarre la machine. On est loin de la qualité des plastiques du Mini PC lui même mais l’ensemble suffit à faire le travail qu’on lui demande.

HP Pavilion 300     HP Pavilion 300

La souris livrée est du même tonneau. Si elle affiche les fonctionnalités type de ce genre de périphériques, il ne faut pas s’attendre à des miracles de confort et d’ergonomie. Son simple poids dans la main renseigne assez bien sur la qualité globale de l’offre.

On regrettera ici assez fortement l’offre française pour cette machine, outre atlantique, les acheteurs ont droit à un couple clavier et souris sans fil d’une autre tenue… Pour le tarif équivalent en dollars.

HP Pavilion 300

HP Pavilion 300      HP Pavilion 300

L’alimentation secteur se fait via un petit bloc externe bien construit. Tripolaire, il délivre du 19.5 volts pour 2.31 ampères suffisant pur les 65 watts consommés en charge.

HP Pavilion 300

Le coeur du sujet, le Mini PC en tant que tel, est parfaitement maîtrisé par la marque. L’intégration est en effet un modèle du genre. Allier simplicité et efficacité n’est pas toujours facile et pour ce modèle, HP à trouvé un très bon équilibre.

HP Pavilion 300

La connectique est assez complète, et certains détails font mouche dans la version Core i3 testée ici : 4 ports USB 3.0 sont disponibles. Deux en façade et deux sur la partie arrière. Assez pour un usage complet même si il est toujours dommage d’en occuper la moitié pour brancher un clavier et une souris. La face avant abrite également le bouton de démarrage du dispositif.

Un bouton affleurant, avec un léger relief que l’on appréhende facilement, c’est d’autant plus agréable qu’il est alors facile de trouver ses repères et de démarrer l’engin sans même lui jeter un regard.

HP Pavilion 300

Sur le côté droit, un lecteur de cartes SDHC. De ceux qui ne mangent pas toute la carte mais en laissent émerger un bon tiers. Sans système de ressort, il faut tirer la SDHC pour l’extraire.

HP Pavilion 300

Face arrière, le gros de la connectique : On retrouve ici de quoi brancher deux écrans en même temps. Un port HDMI 1.4 et un DisplayPort plein format. Les deux autres ports USB 3.0, une prise Ethernet Gigabit et un port combinant casque et microphone.

Pas d’antenne ? Non, le Wifi de type 802.11 b/g/n est intégré via deux petites antennes patch situées sous le haut du châssis. Le module Bluetooth 4.0 profite du même système. Et cela marche bien, sans doute aussi bien qu’un portable équipé du même type de dispositif. Les débits sont bons et stables et l’engin ne souffre pas de ce choix. Evidemment, les amoureux des gros transferts de données préféreront le port Ethernet et son débit Gigabit qui offre une meilleure stabilité des débits et surtout moins de  susceptibilité dans le placement de la machine.

On remarque également la présence d’un port Antivol au format Kensington Lock destiné à fixer le Mini 300 à un bureau pour empêcher qu’il ne disparaisse.

Une série de trous sur la partie haute de l’arrière du châssis sont également visibles. Ces derniers servent à repousser l’air chaud généré par le dispositif interne vers l’extérieur du capot.

HP Pavilion 300

L’air frais est aspiré par la base de la machine percée d’une multitude de petits trous.

Car l’engin, bien que discret, est activement ventilé : Le Core i3-4025U affiche un petit 15 watts de TDP mais les dimensions réduites et la construction globale de cet HP Pavilion Mini 300 nécessitent parfois le petit souffle d’une ventilation active. Rien de grave ni de méchant, l’objet sait malgré tout rester discret dans la plupart des tâches demandées et en particulier en usage bureautique ou vidéo.

En réalité, HP s’est très bien débrouillé pour ménager les performances et la ventilation de l’objet. Un challenge intéressant au vu de la puce embarquée et de l’espace disponible.

HP Pavilion 300

Un petit tour dans ses entrailles est assez révélateur de ce travail. Et HP n’a pas fait les choses à moitié avec une solution assez ouverte et en tout cas très accessible. La visite commence en retournant l’appareil pour découvrir son patin anti-dérapant. Celui-ci joue un double rôle en sécurisant l’appareil puisqu’il empêche qu’il glisse sur une surface plane, mais il cache aussi l’accès aux composants embarqués.

HP Pavilion 300

En le soulevant, après avoir détaché des petits ergots qui viennent se coincer dans la carcasse plastique, on découvre 3 petites vis cruciformes standard.

HP Pavilion 300

Du côté où le patin en caoutchouc reste accroché au châssis, un petit ergot en métal est visible. Il suffira de le repousser délicatement avec un tournevis pour extraire la partie intérieure du reste de la carcasse du châssis bas. L’opération est simple à pratiquer et ne demande aucun matériel coûteux ou extravagant.

HP Pavilion 300

Moulé d’un seul bloc, le châssis en plastique bas révèle à la lumière les nombreuses ouvertures pratiquées pour faire circuler l’air. La conception est assez simple finalement. Cette partie en plastique est moulée d’un bloc avec quelques ajouts supplémentaires. De quoi maintenir un tarif assez bas.

HP Pavilion 300

De l’autre côté on découvre le Big-Mac construit par HP. Un sandwich de 4 étages qui enferme l’ensemble des éléments intégrés dans une distribution assez originale et pratique.

HP Pavilion 300

D’abord l’étage du bas, il faut comprendre par rapport à cette photo, que le sandwich est ici à l’envers. La partie stockage est la plus proche de votre bureau. Il s’agit d’une baie 2.5 pouces, légèrement plus sécurisée qu’un emplacement classique avec un minimum de 8 vis à manipuler pour extraire le disque dur.

HP a choisi un stockage mécanique en 5400 tours de 1 To (500 Go pour la version Pentium). Un choix qui s’explique par la vocation de l’engin mais qui n’apporte évidemment pas de gros débits de transfert de données. En pratique, le temps de démarrage n’est pas violemment extravagant. Il faut entre 20 et 30 secondes pour booter le système. Il s’agit bien sur d’un Windows 8.1 64 bits fraîchement installé, sans le million d’instructions et de mises à jour qui vont petit à petit grignoter les performances du système. A voir ce que donnera ce 5400 tours après quelques mois d’utilisation.

HP Pavilion 300

Mais, hormis les phases de démarrage et d’installation de logiciels, la réactivité de l’engin en utilisation est tout à fait honnête. On gagne évidemment au passage le confort d’un disque dur que l’on pourra remplir sans se poser trop de questions. L’aptitude de la solution en terme de jeu étant assez limitée, il ne sera pas facile de venir à bout tout de suite du téraoctet d’espace libre. A moins bien sûr d’être un collectionneur compulsif de fichiers vidéo.

Il est facile de changer ce gros stockage de 1 To pour un plus petit et véloce SSD. Tout type de solution 2.5 pouces peut se glisser dans la baie, même un modèle de 9.5 mm d’épaisseur. Il est alors possible de laisser le système sur un stockage très rapide et de monter le disque dur dans un boitier externe 2.5 pouces accroché à un port USB 3.0. Une bonne façon de réunir performances et stockage à peu de frais.

HP Pavilion 300

La mémoire est une SO-DIMM classique en DDR3L. Accessible sans avoir à tout démonter, son slot assure que l’on puisse la changer en cas de panne hors garantie. Les modèles Core i3 et Pentium étant livrés tous deux avec 4 Go de base, cela semble être suffisant pour l’usage de cet engin, il ne sera pas utile de la changer.

HP Pavilion 300

L’assemblage est très bien mené et chaque tranche de ce sandwich correctement aérée. On retrouve ici beaucoup de pins et de jumpers, je ne suis pas sur qu’ils correspondent aux versions commerciales puisqu’ils sont là pour la déboguer et que le modèle ici en test est une pré-série.

HP Pavilion 300

La carte Wifi est montée sur un slot MiniPCIe demi format. On distingue ici les fils des deux antennes qui vont courir jusqu’au capot situé en partie haute de l’appareil. Là encore le fait de ne pas avoir choisi la solution de facilité en soudant les composants sur la carte est un bon point. Mémoire vive et carte Wifi demeurent accessibles et modifiables. Des éléments qui sont à prendre en compte question recyclage et évolutivité.

HP Pavilion 300

Reste la grande question de la ventilation et de la circulation de l’air à l’intérieur du HP Pavilion Mini 300. La coque inférieure est suffisamment percée pour amener un flux d’air frais constant qui semble bien circuler autour des différentes strates du sandwich.Disque dur, mémoire vive ou autres composants ne semblent pas chauffer outre mesure.

HP Pavilion 300

Le processeur Core i3 de cette minimachine de test est également toujours très calme dans ses montées en température. HP a, là encore, fait assez bien les choses avec un large morceau de cuivre coiffé par des ailettes posées sur le processeur de l’engin. Une solution très proche des systèmes de refroidissement du monde portable, à bien y regarder l’espace de cette dernière tranche située sous le capot de la machine ne diffère pas beaucoup de l’espace disponible dans un portable classique.

HP Pavilion 300

Ce ailettes sont emprisonnées dans une cage afin d’être orientées vers les ouïes d’ouverture de la partie arrière du dispositif. L’air frais, aspiré du bas de la machine est donc aspiré vers ces ailettes puis chassé en dehors de l’engin. En pratique, la solution ne chauffe guère  et il faut pousser les performances à leur maximum pour entendre le ventilateur s’emballer et le souffle devenir réellement audible.

En pratique, cela se confirme dans certains usages précis : Lancement d’une session Adobe Lightroom, lancement d’un jeu 3D récent ou opérations nécessitant un calcul lourd comme un encodage vidéo.

Pour tout le reste l’ensemble est étonnamment silencieux. Sous Firefox, avec 25 onglets ouverts sur 2 écrans, une session de LibreOffice Writer affichant un document assez long et VLC diffusant un FLAC en tâche de fond, l’engin ne s’entend pas. Le ventilateur tourne comme au ralenti et reste très discret.

Evidemment il ne faudra pas s’attendre à un monstre de performances pour le jeu vidéo : Si le HP Pavilion Mini 300 dispose d’un Core i3 et d’un chipset vidéo Intel HD4400, il n’est pour autant pas apte à afficher les derniers titres 3D du marché. Un jeu comme Tomb Raider s’affiche à 10 à 12 images par seconde seulement, Un Dirt 3 sera saccadé par moment et désagréable à jouer. Dans Arkham City, Batman sera souvent comme secoué par un vilain hoquet toujours à moins de 20 images par seconde. Certains titres plus légers ou plus anciens seront accessibles sans soucis cependant. Les Torchlight II, TrackManiaCSGO ou autres LoL et HearthStone ne demandent pas autant de ressources et fonctionnent sans soucis. Beaucoup de jeux indépendants, de Minecraft à LuftRausers tournent également très correctement.

La vidéo est lue, le chipset Intel fait son boulot, sans jamais poser de problèmes dans les formats Full HD. Là aussi, la machine est vraiment discrète et il est parfaitement envisageable d’en faire un engin multimédia de salon ou un engin mixte avec une sortie HDMI dirigée vers la télé via un long câble et un second écran en Displayport pour l’exploiter comme PC classique. Par contre, impossible de s’atteler sereinement au 4K. Tous les formats ne passent pas et des ralentissements sont à prévoir avec un saut d’images très perceptible lors des travelling ou quand le nombre de détails explose à l’écran.

Pour résumer ces performances, il suffit d’envisager cette minimachine comme une tour bureautique standard. Capable de surfer ou de lire des vidéos, voire de lancer des petits jeux sans s’emballer outre mesure. Elle sera à même de répondre à toutes les sollicitations quotidiennes. Cela se gâte quand on veut en faire un outil moins équilibré, penché vers un usage professionnel ou vers le jeu. Si l’objet est parfaitement capable de lancer une session de Photoshop CS6 et de retoucher une photo prise par un reflex, lui demander de travailler en série sur 200 clichés sera pénible et non productif.

De la même manière, acheter cet HP pour espérer lancer le dernier GTA ou un jeu 3D sorti ces derniers 12 mois est quasiment peine perdue.

A qui conseiller cette machine ? A tout ceux qui veulent remplacer une tour de bureau classique et qui ne veulent pas s’embarrasser d’un engin inutilement encombrant. Parfait pour des professions libérales comme pour des postes bureautiques, tout à fait à sa place comme PC familial discret pour un salon en manque d’espace, on regrettera le faible effort consenti sur le couple clavier et souris.

A 449€ pièce, je n’aurais jamais conseillé cette solution, mais depuis quelques semaines on trouve la version Core I3 avec 4 Go de mémoire vive et 1 To de stockage à moins de 380€.

373.92€ sans frais de port à la FNAC en ce moment, 379.90€ chez Boulanger. Les 50€ d’écart avec la version Pentium valent le coup et relativisent grandement le prix de départ trop élevé de l’engin.

Si vous cherchez une solution de remplacement d’une vieille tour toujours sous Windows XP, si votre PC actuel est bruyant et encombrant. Si vous pressentez un PC au bout du rouleau, le HP Pavilion Mini 300 peut être une très bonne alternative à un format tour inutile..

15 commentaires sur ce sujet.
  • 17 avril 2015 - 16 h 37 min

    Super ce test ça fait des lustres que je vois passer des bons plans sur ce produit et que j’hésite

    Répondre
  • 17 avril 2015 - 17 h 14 min

    Pierre Comparer un Nuc premiere generation (qui date de 2 ans) avec le HP ….
    Les nouveaux nuc sont plus petits et avec emplacement 2,5 Pouces … :)

    Répondre
  • 17 avril 2015 - 17 h 28 min

    @Gogogadgeto: Ouai mais c’est le même que j’utilise pour toutes les machines ca sert juste d’échelle de valeur. Comme un CD ou un bouquin de poche.

    Répondre
  • 17 avril 2015 - 17 h 49 min

    19.5*2.31≈45W
    J’espère que la machine en charge ne consomme pas 65, l’alimentation n’y résisterait pas ;-)

    Répondre
  • 17 avril 2015 - 22 h 57 min

    Pendant le mois d’avril le code promotionnel : BLG-AVRIL permet d’économiser 10 Euros sur cette machine chez Boulanger où il passe donc à 369,90 €.

    Répondre
  • 18 avril 2015 - 9 h 59 min

    Je possède ce mini PC ( i3) depuis 3 semaines et il est vraiment parfait pour un usage bureautique / internet (j’ai une tour plus puissante pour faire de la virtualisation).
    Le design est très réussi par rapport aux mini pc actuel en forme de carré.

    Par contre par rapport à votre test, je constate que le disque est souvent à 100 % en usage. J’ai désactivé pas mal de services ou tâches de Windows afin de « baisser » l’activité.
    Je ne sais pas s’il existe d’autres astuces pour optimiser le windows 8.1.
    Par la suite, je compte passer sur un SSD.

    Répondre
  • 18 avril 2015 - 10 h 50 min

    & le bios, comment se présente-t-il, chef ?

    Répondre
  • 18 avril 2015 - 22 h 06 min

    Voilà un minipc qui me branche bien :)

    Passera t il le cap de win10 sans encombre ?

    Répondre
  • 19 avril 2015 - 12 h 18 min

    On dirait un Mac mini ancien modèle. Quid de la comparaison avec un Mac mini nouveau modèle?

    Répondre
  • 21 avril 2015 - 11 h 05 min

    Bonjour,
    Au début des années 2000, mes parents ont acheté ce PC : http://www.01net.com/editorial/230577/vaio-pcv-w1-de-sony-un-combine-vraiment-original/

    Comme vous pouvez le voir, il désormais obsolète puisqu’il tourne sur Windows XP, cela fait des années qu’on ne l’a pas allumé. Histoire de lui donner une seconde jeunesse et ayant gardé un très bon souvenir de ce premier concept tout-en-un, j’aimerais lui brancher ce type de mini PC. Mais justement, de par le fait que l’unité centrale (dont je ne me servirai donc plus) et le clavier soient « collés » à l’écran n’est il pas un frein à l’utilisation de cette configuration ? Je précise que je suis beaucoup moins calé que vous en hardware :) merci de votre réponse et bravo pour ce que vous faites !

    Répondre
  • 21 avril 2015 - 19 h 11 min

    Je viens de le récupérer chez Boulanger mais aucune trace du clavier et de la souris.
    Pas grave dans l’absolue mais peut-être un point à signaler dans l’article (à moins que je ne me sois fait avoir : 1 seul carton).

    Répondre
  • 21 avril 2015 - 19 h 22 min

    @Thomas: Quel format le carton ? Le mien était allongé avec le clavier en longueur, une boite contenant la cablerie et la souris à ses côté et une coque en mousse dure qui abritait le produit.

    Si le clavier et la souris sont absent je suis désolé, je pensais vraiment que c’était commercialisé avec. Tu ne perds pas grand chose au change mais tout de même…

    Répondre
  • 21 avril 2015 - 20 h 07 min

    @Pierre: Carton de 20 x 27 x10.

    Pas grave (ça évitera du déchet électrique) mais mieux vaut prévenir.

    Répondre
  • 21 avril 2015 - 20 h 13 min

    @Thomas: Je suis sincèrement désolé, je vais poser la question à HP tout de même.

    Répondre
  • 21 avril 2015 - 20 h 14 min

    Aucun soucis.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *