Temash et Kabini : Les nouveaux APU d’AMD sur les starting-blocks

AMD lance officiellement aujourd’hui 2 nouvelles plateformes d’importance. Les Temash et Kabini ont pour vocation de redéfinir les composants de la marque dans les minimachines de demain. Conçues pour faire rimer performance et autonomie, elles recèlent bien d’autres éléments clef qu’il faudra prendre en compte lors de vos futurs achats.

La rentrée de septembre sera la théâtre d’une pièce jouée et rejouée à maintes occasions dans le monde du PC, celle d’un affrontement entre AMD et Intel. Avec sa génération de puces Haswell, Intel vise la mobilité, les tablettes et autres engins hybrides en plus des ultrabooks. Avec Temash et Kabini AMD à désormais en ligne de mire la même créneau.

AMD, Temash, Kabini, APU, SoC, x86, North Bridge, TDP… au secours !

La novlangue créée par les constructeurs et le marché micro informatique est déroutante. De nouveaux termes sont sans arrêt inventés pour designer de nouvelles capacités, des éléments techniques et bien sur le nom de code des produits. Des appellations plus ou moins exotiques qui permettent aux ingénieurs en charge de leur développement de s’évader quelques peu entre 2 slides powerpoint.

Pour le néophyte c’est drôlement plus coton de s’y retrouver. Pour faire simple, les nouvelles plateformes sont des APU, ce qui veut dire dans le langage d’AMD, des Accelerated Processing Unit (Unité de calcul accéléré). AMD est un des 2 grands nom dans le domaine des processeurs de PC avec Intel, après son rachat de la marque de cartes graphiques ATI, il a développé des APU qui sont des processeurs embarquant des unités de calculs spécialisés dans le graphisme. Dans le cas qui nous préoccupe ces unités de calculs sont les puces graphiques auparavant séparées physiquement du processeur dans une autre puce.

Ces APU sont des SoC ou System On a Chip, c’est à dire des puces intégrant l’ensemble des éléments nécessaires à l’accomplissement d’une tâche. En gros, AMD a réuni sur une seule puce un processeur de calcul classique, un processeur graphique, de la mémoire et 2 autres composants plus discrets aux yeux du grand public que sont les North Bridge et South Bridge. Ces 2 derniers éléments sont des « ponts », comme leur nom l’indique, entre le processeur en lui même et les éléments extérieurs d’une machine : Mémoire vive, stockage, sorties vidéo, USB et l’ensemble des éléments choisis par la marque qui intégrera la puce au sein de la machine.

Les APU de type Temash et Kabini, ce sont des puces de calcul x86 avec leur bord tout ce qu’il faut pour faire tourner un ordinateur. Un ensemble qui était auparavant réuni sur plusieurs éléments disséminés sur la carte mère d’une machine. Cette norme x86 assurant une compatibilité avec les anciens systèmes et matériels existant autour du système d’exploitation Windows de Microsoft et d’autres distributions.

Quel intérêt de tout réunir dans une seule puce ? Il y’en a beaucoup et les principaux sont assez évidents : Un gain de place, et là on parle de solutions à destination de machines ultra fines et ultra minces comme les tablettes et les hybrides. Chaque millimètre grappillé sur la carte mère compte. Un gain en consommation d’énergie également avec une puce qui limite au maximum les transferts d’énergie entre les composants et donc les éventuelles fuites d’énergie.

Un gain en dégagement de chaleur pour finir. Avec ce type de solution, AMD prévoit des puces allant de 3.9 à 9 watts de TDP. Ce dernier acronyme, TDP pour Thermal Design Power ou enveloppe thermique, indique la chaleur qu’une puce va dégager (et par la même la consommation électrique dont il aura besoin) et qu’il faudra dissiper et évacuer pour que la solution fonctionne convenablement.

3.9 watts a dissiper c’est très peu et on imagine qu’il sera possible de le faire de manière totalement passive, c’est à dire avec un simple morceau de métal collé au processeur, ce qui est idéal dans une tablette. Cette maigre consommation indique également que l’engin équipé aura une bien plus grande autonomie avec la même batterie qu’une machine embarquant un processeur affichant plusieurs dizaines de watts. Pour arriver a ces très faibles enveloppes thermiques, AMD a gravé ses nouvelles puces avec une finesse de 28 nanomètres dans les usines de TSMC, un des plus gros fondeur de processeur de la planète.

Temash et Kabini sont des noms de code, des équivalents modernes aux cri de guerre des invasions barbares. Il faut imaginer une foule d’ingénieurs entraînés à grands coup de « Temaaaaaaash » ou autre « Kabiniiiiiiii » pendant des mois, des années. Les processeurs sont des travaux de longue haleine, regrouper les troupes sous une bannière quelconque permet de les motiver. Cela permet également de communiquer sur des trucs plus faciles a retenir que A4-1450 pour le grand public.

Un processeur Temash drôlement agrandi

Temash : les tablettes Windows 8 en ligne de mire

Temash remplace un autre cri de guerre, plus ancien: « Hondo ». Une appellation qui désignait les précédent APU de la marque à destination des tablettes et hybrides. Au sein de cette famille Temash vous trouverez plusieurs processeurs différents, tous sous les 9 watts de TDP et donc très économes en energie. Ces puces seront intégrées aux tablettes de 13″ maximum et remplaceront les fantômes qu’on été sur le marché les processeurs AMD Z01 et Z60 de la gamme Hondo…

Les processeurs Hondo n’ont  jamais réellement été embarqués par les fabricants qui ont boudé l’offre d’AMD. Avec des performances annoncées de 20% supérieures pour le calcul et jusqu’à 100% pour la partie graphique, en plus d’une demande plus forte pour les tablettes tactiles, le marché sera peut être plus réceptif à ces nouveaux Temash.

Les processeurs de la gamme Temash ou Kabini ont tous des noms composés d’une lettre et d’une série de chiffres. C’est sous ces noms que vous le retrouverez en magasin et sur les petites étiquettes collées sur les portables qu’ils équiperont. Vous ne verrez donc jamais écrit Temash ou Kabini sur votre future machine, il vous faudra apprendre consciencieusement l’obscur nom de code la puce qui vous intéresse pour vous en sortir.

Ces puces embarquent un processeur de type « Jaguar » : Autre nom de code faisant référence à une vaste famille conçue par AMD qui intégrera aussi bien des tablettes que les futures consoles de salon Next-gen comme la XboxOne ou la PS4. Attention, cette parenté n’indique pas un niveau de performance équivalent, si l’architecture du coeur est la même, ils n’ont pas vraiment beaucoup de rapport entre eux. L’arrière petit cousin Germain d’Einstein n’a probablement  pas les mêmes facilités qu’Albert pour triturer la matière, l’espace et le temps. C’est à peut prés le niveau de parenté entre une tablette sous Temash et une console Next-Gen.

Le premier Temash est l’A4-1200, c’est un double coeur Jaguar cadencé à 1 GHz avec 1 Mo de mémoire cache L2 directement intégré au processeur. Il dispose d’un processeur graphique AMD Radeon HD 8180 composé de 128 coeurs qui fonctionneront à 225 MHz. Il gère de la mémoire vive de type DDR3L-1066. Avec 3.9 watts de TDP c’est le  candidat idéal à l’intégration dans des tablettes et autres solutions ultrafines ou sans ventilation active.

Vient ensuite l’A4-1250 qui est bien plus gourmand avec 9 watts de consommation. C’est toujours un double coeur avec 1 Mo de mémoire cache, mais son circuit graphique  est un AMD Radeon HD 8210  128 coeurs à 300 MHz et il gère une mémoire vive plus performante, la DDR3L-1333. Avec 9 watts il pourra s’intégrer dans des tablettes plus épaisses et dans des solutions hybrides : Difficile d’imaginer pareille puce non ventilée activement pour le moment.

Dirt ShowDown sur un Temash embarqué dans une tablette en démo au CES 2013

Enfin, dernier représentant de cette famille Temash, l’A6-1450 qui est une quadruple coeur de 8 watts de TDP. Il sera cadencée à 1 GHz également mais pourra être poussé à 1.4 GHz pour la partie processeur. Le circuit graphique AMD Radeon HD 8250 de 128 coeurs sera cadencé quand à lui à 300 MHz mais pourra grimper à 400 MHz par le système. Il est accompagné par défaut par 2 Mo de mémoire cache et gérera une mémoire vive de type DDR3L-1066.

Un AMD Kabini 4 coeurs

Kabini pour des portables ultra fins.

Cette première salve de 3 puces et accompagnée d’une seconde, plus conséquente, dans la gamme Kabini. 5 processeurs APU sont ainsi annoncés pour viser le marché des ultraportables. On ne dit pas Ultrabook chez AMD vu qu’il s’agit d’une marque déposée par Intel.

Les Kabini reprendront ce fameux design « Jaguar » et seront classés sur 2 segments. Les E-series et les A-Series. AMD annonce des gains importants de performances et la possibilité de lancer des jeux 3D « récents » sur ces processeurs. « 88% de performances en plus » par rapport à l’ancienne génération Brazos 2.0.

Je m’arrête un instant parce que ça redevient compliqué : Brazos 2.0 est la version précédente du nom de code de la puce. C’est en fait une évolution mineure des puces auparavant regroupées sous la bannière Zacate qui ont fait de très belles machines il y a 2 ans avec notamment les excellents E-350 et E-450.

Si je devais faire un parallèle métaphorique simple, Zacate a été un excellent APU d’AMD qui surclassait le concurrent d’Intel a l’époque, on pourrait le considérer comme le premier bon film d’une trilogie. Devant ce début de succès AMD a vite sorti une suite avec Brazos 2.0. Mais cette sortie a été faite sans beaucoup d’imagination puisque à part quelques effets spéciaux, les performances étaient identiques. Ces puces baptisées E1 et E2 n’ont pas vraiment révolutionné le marché. Kabini est donc le troisième volet de cette trilogie et cette fois-ci il n’y a pas eu de grève des scénaristes puisque les avancées techniques sont vraiment plus importantes.

Outre le  sursaut en terme de performances, on gagne énormément en autonomie a en croire AMD : Une batterie 45 Wh standard offrirait 9H30 de navigation Internet via Wifi et presque 7H de lecture vidéo 720P. C’est mieux  que ce que proposaient Zacate et Brazos 2.0 si cela se confirme dans la pratique.

Les Kabini E-Series, 3 puces pour les machines les plus abordables

Premier de la classe en consommation d’énergie  le E1-2100 est du genre macrobiotique extrémiste avec 9 watts de TDP seulement. Ce processeur n’en est pas moins assez costaud puisque ses 2 coeurs cadencés à 1 GHz et son processeur AMD Radeon HD8210 128 coeurs à 300 MHz, il devrait offrir des performances bureautique et multimédia convenables. Il disposera de 1 Mo de mémoire cache et gérera de la DDR3L-1333.

Plus gourmand et un peu plus rapide, le E1-2500 reste un double coeur mais grimpe à 15 watts de TDP pour un fonctionnement à 1.4 GHz, on est au dessous des 17 watts des puces d’Intel sur ce segment avec un processeur graphique AMD Radeon HD 8240 à 400MHz et toujours 1 Mo de mémoire cache.

Vient ensuite le E2-3000, double coeur cadencé à 1.65 GHz toujours en 15 Watts de TDP mais qui embarque un chipset graphique AMD Radeon HD 8280 à 400 MHz de 128 coeurs à 450 MHz. C’est le seul E-Series a gérer la mémoire DDR3L-1600.

Le haut de gamme Kabini avec les 2 processeurs A-Series, pour des portables performants, autonomes et accessibles.

Attention, « Accessible », ça ne veut pas dire Low-Cost. AMD vise à chaque fois une puce concurrente chez son éternel rival Intel en pariant sur une équivalence de performance pour moins cher. Sans plus d’informations réelle il ne sert à rien de s’étendre sur le sujet mais c’est l’idée globale de cette offre.

Le premier A-Series, le A4-5000 dégagera un TDP de 15 watts pour un processeur 4 coeurs cadencé à 1.5 GHz. Il embarquera une puce graphique AMD Radeon HD 8330 à 500 MHz et 2 Mo de mémoire cache. AMD le présente comme une alternative aux processeurs Core i3 à très basse consommation avec des performances graphiques largement supérieures.

Le second est le A6-5200, qui grimpe à 25 Watts de TDP pour un 4 coeurs cadencé à 2 GHz et un chipset graphique AMD Radeon 8400 en 128 coeurs cadencés à 600MHz. Avec 2 Mo de mémoire cache et une gestion de de la DDR3L-1600, cette puce se place elle aussi devant les Core i3 d’Intel selon AMD.

Des performances et une autonomie en hausse mais aussi de nouvelles fonctionnalités.

AMD promet donc de faire mieux qu’Intel pour moins cher, c’est en général comme cela que la marque vend ses processeurs et il faut, au cas par cas, toujours vérifier ses dires sur le terrain avec des tests. Ces puces annoncent toutefois l’arrivée de multiples fonctionnalités supplémentaires comme l’AWD (AMD Wireless Display) un équivalent au Widi d’Intel pour déporter sans fil du contenu vers un autre écran.

Les puces Radeon embarquées offriront la possibilité d’afficher du contenu sur 2 écrans en 4096 x 2160, une très haute définition exploitable en HDMI 1.4a, DVI et en DisplayPort 1.2. Les puces embarqueront également des contrôleurs USB 3.0 et du S-ATA 6.

Acer V5-122

Une précédente gamme boudée par les constructeurs. De l’espoir mesuré pour celle-ci.

AMD promet que l’ensemble des constructeurs majeurs travaillent sur ces nouvelles puces : Pas moins de 20 machines seraient en préparation chez 7 constructeurs. Reste que cela ne semble pas se bousculer pour le moment dans les annonces de machines. Acer a certes un V5-122 prometteur en A6-1450 sur les rangs. Mais il n’y a pas beaucoup d’autres annonces sur le marché pour le moment.

Est-ce que cette génération de puce servira a remplir les rayonnages de machines low-cost sans véritable attrait comme cela a été le cas de la précédente génération chez AMD ? Des 15.6″ misérablement dotés d’un malingre processeur Brazos 2.0 pas adapté à cet usage, ce qui permettait à des grandes surfaces de remplir des caddies d’engins qui se sont probablement tous avérés décevants avec comme seul argument un prix frontal de 299 ou 399€.

Il faut dire qu’avec la faible visibilité des processeurs de génération précédente, le public n’associe pas forcément AMD à de la mobilité. Le travail effectué avec les puces Zacate, qui avaient fini par obtenir une certaine reconnaissance du public sur le marché des 11.6″ avec d’excellentes machines comme le Pavilion DM1 d’HP sous E-350 puis E-450, a été noyé par l’arrivée de la gamme suivante.

Avec un jeu d’appellations assez complexes ou les A4 et les A6 sont employés aussi bien pour désigner les Temash que les Kabini, AMD brouille encore un peu les pistes au moment où il devrait justement clarifier son message. On ne peut qu’espérer l’apparition rapide de modèles a tester pour envisager ou non des solutions alternatives nécessaires à l’hégémonie d’Intel sur le marché des machines mobiles en x86.

24 commentaires sur ce sujet.
  • 24 mai 2013 - 10 h 00 min

    Merci pour ce très bon article :)
    Je vais surveiller ça de près vu que j’ai l’intention de monter un PC HC d’ici quelques temps…

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 10 h 04 min

    J’adore la métaphore de la trilogie au cinéma :D

    Sinon, c’est vrai qu’AMD dispose d’une gamme complexe et il est très difficile de deviner le positionnement d’un processeur au premier coup d’oeil. Le pire c’est qu’en général, pour deviner le positionnement, on le compare à Intel en disant « Il est entre le i3 et le i5 » par exemple. Résultat, on fini toujours par parler d’Intel et le consommateur avec des critères spécifiques sur les performances des procos se tournera vers celui disposant de la gamme la plus lisible.

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 10 h 17 min

    Vivement les PCs sous forme de « clé USB » à brancher sur la télé, grâce à ces excellents nouveaux chipsets. Enfin une alternative aux Raspberry Pi.

    Pour ceux qui montent des HTPC « fanless », les A6-5200 sont une très bonne nouvelle aussi.

    Un peu dommage que ce soit du 28 nanomètres, mais il est encore très difficile de contrer les 22 nanomètres dont les usines d’Intel sont capables.

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 10 h 38 min

    Cette article est un régal, merci Pierre. ^^
    J’ai hâte de voir les nouvelles génération de minimachines sous w8! Avec l’arrivé de w8.1 blue, ça devrait me reconforter avec le marché. :-P

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 11 h 42 min

    que va mettre HP dans son futur DM1 ?
    un A4 5000 voir un E2-3000, je ne dis pas non.

    en dessous, je ne prend pas. ( je ne parle meme pas des Atom …. )

    a voir aussi si Asus suit, mais avec leur mode du tout intégré / aucun acces.. HP reste quand meme meilleur.

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 11 h 52 min

    @guyzmo06: Je suis dessus, ca ne sera plus un DM1 mais un Pavilion 11 touchsmart tactile sous Temash AMD A4-1280 double coeur ou AMD Temash A6-1450 quadruple coeur. Ils restent en 1366 x 768. Pas de Kabini au menu mais des version Intel.

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 12 h 36 min
  • 24 mai 2013 - 12 h 37 min

    « Des appellations plus ou moins exotiques qui permettent aux ingénieurs en charge de leur développement de s’évader quelques peu entre 2 slides powerpoint. »

    Les ingés faisant vraiment du dev ne font pas vraiment de PPT… Je dirais même que c’est un sujet de plaisanterie, à lire les PPT du project management ou des marketeux, sur lesquels tout fonctionne toujours!

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 12 h 43 min

    @yann: Cette phrase est aussi un « sujet de plaisanterie » en fait ;)

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 13 h 30 min

    Quand on parle d’économie avec un soc qui regroupe plusieurs éléments, je me demande s’il y a vraiment une différence de cout pour le gravage d’une puce avec ou gpu. Même question que je me pose entre le gravage d’un atom et d’un I7 d’ailleurs.
    Mais je ne parle que de fabrication, pas de conception ou de mise au point de la fabrication.

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 14 h 19 min

    @Pierre Lecourt:

    ça parait faible comme CPU … HP reproduit la meme erreur que pour le DM1 avec a l’poque le E2 1200 en remplacement du E 450 ? (heureusement tres vite remplacé par le E2 1800)

    Répondre
  • 24 mai 2013 - 18 h 30 min

    Merci, j’ai trouvé cet article super clair, pertinent et agréable à lire. Et j’adhère à 100% sur le fond.

    Répondre
  • 25 mai 2013 - 9 h 57 min

    J’espère que l’on trouvera des dérivés sympas pour la bidoulle comme à l’époque des E-350 => Mini Cartes Mères, Mini Boitier/Clé USB. Car avec un emsemble de type « SoC », ce sont des candidants x86 parfait pour ce type d’exercice.

    Répondre
  • 27 mai 2013 - 18 h 04 min

    […] L’équipement est pour le moment encore peu détaillé mais l’engin sera piloté par un AMD Temash A4 double coeur  ou un Temash A6 quadruple coeur : Les modèles précis n’ont pas été définis pour le moment. La mémoire vive comme le […]

  • 28 mai 2013 - 14 h 02 min

    J’ai pour mon mini-serveur le E-350 qui est une merveille (virtu + amd64) ou intel n’avais pas de concurrent à l’époque. Les choses semblent changer (article d’aujourd’hui sur les N2xxx) chez intel. on verra bien quand je renouvellerais mon mini-serveur ;-) merci pour les infos en provenance d’AMD

    Répondre
  • 28 mai 2013 - 15 h 08 min

    Ce qui fait peur avec ses sorties chez intel comme chez amd c’est la nouveauté des matériels embarqués sur des machines qui auront comme d’habitude une génération de retard en matière de bios.

    Du coup les premiers acheteurs vont encore essuyer les plâtres.

    Il va donc être urgent d’attendre, même si le besoin ou la tentation sont déjà présents. J’ai en tête les prises justement de « tête » avec les premiers e-450 de msi qui encore à ce jour ont un boot rédhibitoirement lent.

    Le marché va tellement vite qu’il n’y a plus de mise à jour des bios (sauf exception) et on passe à la nouvelle génération sans régler les problèmes. Peut-être le syndrome android qui se répend.

    Répondre
  • 3 juin 2013 - 13 h 50 min

    […] Pour plus d’information sur les AMD Kabini. […]

  • 4 juin 2013 - 15 h 57 min

    […] ni par son design ni par son affichage. Il s’agit d’un des rares engins sous AMD Temash de ce Computex 2013. Une déception pour ma part car les puces pourtant prometteuses semblent […]

  • 6 juin 2013 - 9 h 54 min

    […] Un prototype 11.6″ signé par Quanta en AMD Temash A4-1200 […]

  • 20 juin 2013 - 17 h 14 min

    […] serait un AMD APU A6 quadruple coeur de la nouvelle génération d’AMD donc. A priori un Kabini A6-5200 fonctionnant à 2 GHz avec 2 Mo de cache et équipé d’un circuit graphique Radeon HD 8400 de […]

  • 11 juillet 2013 - 0 h 25 min

    « Pas moins de 20 machines seraient en préparation chez 7 constructeurs »

    Combien de netbook sur des dalles de moins de 13pouces ?

    [2] ?! (hp ou acer) ?!

    Répondre
  • 24 septembre 2013 - 8 h 57 min

    […] : MSI a choisi le processeur AMD Temash A4-1200 pour construire sa MSI W20. Si il s’agit de l’entrée de gamme chez AMD, c’est […]

  • MaX
    29 juillet 2014 - 5 h 43 min

    Je peux maintenant parler un peu du a4-1200, pas une fusée mais ca tourne bien quand meme, 5h d’autonomie avec une batterie 3 cellules…par contre je trouve que ce processeur chauffe beaucoup entre 60 et 70 degres…

    Qq’un ici pourrait-il me dire si c’est normal ou pas, je n’ai aucune instabilite sinon et il fait plutot chaud chez moi…

    Répondre
  • 24 décembre 2014 - 18 h 22 min

    Le E2100 est une immonde daube qui ne fait même pas tourner win 8 sans s’arracher les cheveux en temps de chargement. Oubliez la navigation multi-onglets. E 2100, PASSEZ VOTRE CHEMIN.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *