Sub-1L, le nouveau format de carte mère d'Intel

Sub-1L, le nouveau format de carte mère d’Intel

Sub-1L, un nom bizarre pour un format encore balbutiant. C’est pourtant celui retenu par Intel depuis ce début d’année pour une plate forme de carte mère ouverte et évolutive. Avec le Sub-1L, la marque se place entre son NUC et son format sans concessions ni évolutivité, et le traditionnel Mini-ITX.

Un nouveau format dans le petit monde des cartes mères, voilà une chose originale et un pari pas gagné d’avance pour Intel. Il va falloir démontrer son intérêt pour l’industrie afin de le faire accepter, mais également justifier son existence face à la masse déjà conséquente de solutions de ce type.

Sub-1L, pour un format final de machine sous les 1 litre d’encombrement. Un format à mi chemin entre les minimachines existantes qui sont apparues avec le NUC et les plus traditionnels Mini-ITX et Thin Mini-ITX. La grande question est: Pourquoi vouloir proposer au marché une carte mère de ce type chez Intel ? La réponse est assez complexe, on va parler d’effet dominos et forcément d’évolution logique du format.

Sub-1L

Les puces rapetissent en taille avec des formats physiques (les fameux DIE) qui rapetissent sans cesse. On parle de baisse de format de plus de 50% à chaque évolution. Dans le même temps, elles agglomèrent des fonctions de plus en plus vastes.

Minimachines.net 2015-04-10 11_07_54

Une carte mère de MacBook sous Core-M perdue dans son châssis. La taille de l’egin est justifiée par sa diagonale d’écran.

On ne dit plus processeur mais SoC, System on a Chip pour montrer que la puce est non seulement un processeur de calcul  à l’ancienne mais désormais beaucoup plus que cela. Chez ARM comme chez Intel ou AMD, les dernières productions embarquent une foule de composants : Puce de calcul, puce graphique , gestionnaires de périphériques et parfois même d’autres éléments avancés comme un modem Wifi voir 3G.

Minimachines.net 2015-04-10 11_06_00

Le résultat de ce double effet de miniaturisation et de concentration des composants rend quelque peu caduc les formats traditionnels des cartes mères pour les machines grand public. Hormis pour certains cas précis et évidents où les solutions traditionnelles ont tous leur sens, il n’est plus nécessaire d’avoir l’évolutivité proposée par le format ATX standard et sa très grande évolutivité.

poubelle-full

Un ordi en état de marche avec juste une alimentation HS, trouvé dans la rue à côté de chez moi…

Le grand public ne change généralement pas les éléments des machines achetées, un syndrome issu du monde des portables et qui fait que le PC vit et meurt avec une composition identique au jour de son achat. Pour preuve ? Des PC souvent abandonnés dans les poubelles alors qu’une simple modification de composant pourrait les ramener à la vie. On en a vu un exemple de recyclage il y a peu.

Si vous n’êtes pas un joueur – qui à besoin d’une grosse carte graphique – , si vous n’êtes pas un professionnel – aux besoins spécifiques – ou n’avez pas de besoin particulier -acquisition vidéo, calcul GPU, gestion du son avancée,  etc -un format  Mini-ITX vous conviendra aussi bien qu’un format ATX.

Minimachines.net 2015-04-10 11_11_57

Une carte mère ATX standard

Enfin, la baisse de consommation et un besoin de plus en plus réduit de ventilation active n’obligent plus à employer des systèmes de ventilation et des alimentations énormes pour des usages courants. Construire un PC moderne dans un boitier ATX au format tour standard est devenu inutile.

Ce constat bouleverse la donne du format des PC actuels.

Si l’ATX devient un standard quasi obsolète pour le grand public, c’est également parce que nos habitudes ont changé en matière de consommation de contenus. Les disquettes ont disparu, les lecteurs optiques se sont miniaturisés et les jeux, films et autre albums de musique deviennent dématérialisés. Ajouter un lecteur de DVD ou de BlueRay n’est plus un problème même dans un petit format. Le stockage lui même est en train d’être bouleversé avec des offres orientées Cloud posées par des système comme ChromeOS mais également le recours de plus en plus courant au format 2.5 pouces pour des stockages SSD.

Asus Vivo Mini UN62

 

Le PC grand public du futur sera une minimachine

L’ensemble de ces éléments rend totalement légitime la recherche de nouveaux formats. Si la grande tour beige que l’on a connu sur tous les bureaux dans les années 90 à quasiment disparu, les offres restent tout de même grandement accrochées aux formats traditionnels.

Sub-1L is the new Mini-ITX

Le jeu de domino est donc lancé et le remplacement dans les rayons des solutions grande tour par des machines Mini-ITX a déjà été largement entamé. De ce fait il faut, peut être, créer un format inférieur en taille. A mi chemin entre le NUC et les PC grand public actuels, pour venir se positionner sur ce marché sans cesse en cours de miniaturisation. Les boîtiers Sub-1L pourraient avoir le même rôle que les Mini-ITX à leur apparition : préparer le public à des changements à venir. Avec des solutions de plus en plus intégrées, les minimachines sont de toutes façons l’évolution logique de la majorité des ventes de micro ordinateurs dans le futur.

Le Sub-1L c’est quoi ?

Il s’agit d’un vrai format de carte mère, évolutive et complète. Elle se distingue évidemment d’abord par son format de 147 mm sur 140. Plus imposant q’une carte mère de NUC mais plus petit qu’un Mini-ITX standard (170 x 170 mm).

idf-mini-socket

Ce n’est pas le premier standard du genre puisque les formats Nano-ITX (12 x 12 cm) et Pico-ITX (10 x 7.5 cm) ont déjà été lancés, portés par VIA il y a quelques années. Problème, VIA n’est pas forcément au mieux de sa forme en tant que fondeur de processeurs et les nouvelles formules n’ont pas eu l’effet escompté chez les  fabricants. Le Sub-1L a beaucoup plus de chances de fonctionner poussé par Intel.

A la différence d’une solution NUC, le nouveau format embarque un socket 1150 LGA qui permettra donc de choisir le processeur à intégrer. Soit dans un format barebone ou un fabricant proposera une machine déjà pré-montée à équiper à la manière des Zotac et autres Shuttle. Soit dans un format de carte mère nue à monter vous même. Made by Intel, elles accepteront des puces très variées sur ce socket : Du Celeron au Core i7 en passant par les pentiums et autres Core, du moment que votre puce ne dépasse pas les 35 watts de TDP.

Les cartes embarquent également 2 slots de mémoire vive au format So-Dimm ainsi que 2 emplacements MiniPCI express pour ajouter un stockage SSD au format mSATA ou M.2 et une carte Wifi. Le format standard comportera 2 sorties HDMI 1.4 et 4 ports USB 3.0.

Ces prescriptions sont des standards à respecter à minima, mais rien n’empêche un constructeur de le faire évoluer en rajoutant plus de ports, des fonctions plus avancées et, pourquoi pas des ports SATA ou autres fonctions annexes de type capteur infrarouge ou autre. De quoi construire des minimachines viables, évolutives et performantes dans diverses propositions sur un marché qui a besoin d’évoluer.

Nouveaux NUC Intel

Il faut bien comprendre que ce qui empêche encore aujourd’hui l’adoption du format NUC et de ses dérivés est plus lié à la connectique insuffisante de ces engins qu’à leurs capacités en terme de calcul. Avec peu de ports USB, des sorties limitées et des gens qui cherchent un matériel de remplacement afin de pouvoir continuer à utiliser leur équipement. Racheter un PC et laisser sur le carreau la moitié de ses périphériques USB n’est pas possible, un format plus large permet de corriger le tir.

Un jeu de domino qu’il va impérativement falloir suivre.

Des conséquences annexes vont probablement naître de ce nouveau format. D’abord parce que c’est Intel qui est aux manettes du projet et qu’il y a là un beau moyen de bloquer discrètement son éternel concurrent AMD en lui refusant l’accès au format. Bien sûr AMD pourra proposer ses propres formats de carte mère, mais il est difficile de voir dans quelle mesure l’industrie suivra le mouvement.

Alienware Alpha

 

Alienware Alpha, une Steam Machine

C’est également un bon moyen de proposer un nouveau format sexy à poser sous les téléviseurs, et il semble acquis que le marché est en attente de solutions à ce niveau : L’apparition des Steam Machines en et la parfaite illustration. Un format qui, si il fonctionne, pourra faire mouche sur de nombreux segments comme on l’a vu en introduction.

C’est enfin une manière pour Intel de ré-étaler sa proposition de processeurs. Si le socket actuellement choisi est un LGA 1150, il ne fait aucun doute qu’il évoluera à terme vers d’autres formats et évidemment le LGA 1151 aux possibilités plus larges. Dés lors, il y a fort à parier qu’Intel voit d’ici à ce que ce format Sub-1L soit standardisé – l’appellation n’étant probablement pas définitive – que la gamme  de processeurs du fondeur soit plus large encore dans cette enveloppe thermique de 35 watts de TDP.

Cela sous entend une évolution assez forte de la gamme avec, à terme, des puces dédiées aux machines ATX encore plus puissantes. Celles-ci seront considérées comme des exceptions en terme de vente à moyen terme, un marché plus faible de spécialistes qu’il faut gâter et récompenser par un bonus de performances : Plus de coeurs, plus de fréquence, une évolution de l’architecture globale de la puce afin de faire de celle-ci l’équivalent de la partie graphique externe généralement employée par les joueurs et les pros.

Minimachines.net 2015-04-10 11_07_13

De l’autre côté du tableau, cela amène à l’apparition de puces embarquant des solutions graphiques plus performantes encore dans cette enveloppe de 35 watts. Il faut que les machines au format Sub-1L puisse répondre aux demandes du grand public, et un des points phare est lié au jeu vidéo. Un bon chipset graphique en 3D, capable de lire de la vidéo HD est primordial pour que le format fonctionne. Il est donc possible d’imaginer des puces performantes étalées dans un large spectre de TDP : Les 4, 6, 10 watts actuels des puces Bay Trail, et les 35 watts des puces haut de gamme de ce marché il y a encore une belle marge de manœuvre pour la marque. Il est tout à fait possible d’imaginer de nouvelles solutions de processeurs avec de très bons rendements énergétiques et des parties graphiques à la 3D passée aux amphétamines.

Un petit format qui aura donc des conséquences à terme. D’abord parce qu’il est une conséquence naturelle de  la miniaturisation des machines actuelles et des composants embarqués. Le marché micro-informatique à également un besoin impératif de renouvellement. Enfin, il semble vital pour Intel de rebattre les cartes de son jeu de processeurs actuel. Difficile de voir ce que sera ce format Sub-1L à terme mais il  est possible qu’il fasse rapidement partie de notre paysage quotidien.

7 commentaires sur ce sujet.
  • 10 avril 2015 - 11 h 52 min

    Oups désolé.
    Article parfaitement clair (comme d’hab) et démarche parfaitement logique, et je dirais même attendue de la part d’Intel. On aura enfon des pc puissants et evolutifs dans un format raisonnable. Reste à voir la mise en œuvre et le prix…

    Répondre
  • 10 avril 2015 - 11 h 58 min

    Il est je trouve dommage qu’Intel, via se position de leader, fasse encore tout à sa sauce alors que d’autre format existe déjà. Tu as bien fait de rappeler Via qui se bat comme un beau diable dans la miniaturisation depuis des lustres et n’est plus présent que dans le monde industriel (faut dire que leur proc ne sont pas transcendant mais ils fonnt avec leurs moyens) …

    Intel aurait parfaitement pu reprendre le format nano/pico itx ou même se concerter avec les autres principaux constructeur de puce pour avoir un format commun … Cela ne semble pour Intel une excellente opportunité de bloquer AMD sur le marché des minimachines où leur partie graphique intégrée au APU est largement plus performante que ce que propose Intel.

    La minimachine est l’avenir, tout est bon pour se le garantir radieux …

    Répondre
  • 10 avril 2015 - 12 h 00 min

    Donc c’est un nouveau format de carte mère ? Avec proco quad core mobile ?

    Répondre
  • 10 avril 2015 - 12 h 08 min

    @Jean-Philippe: Merci.

    @Paulin ARBOUX: Il est rare de voir des industriels faciliter la ie de leurs concurrents quand ils ont les moyens de faire autrement. LEs onsortiums n’existent que quand les marques n’ont pas d’autres choix pour imposer un standard ou un nouveau format. Rien n’empêche AMD de fabriquer un nouveau format de carte avec ses propres socket qui profitera des boîtiers qui seront créés par les industriels du marché. Voir de penser à des solutions capables de venir s’intégrer dans des barebones des marques. Mais il va falloir convaincre lesdites marques d’intégrer le tout. Aujourd’hui, si tu regarde le marché PC tu t’aperçoit que le problème d’AMD est grave. Les gens n’en veulent plus ou presque. a tord ou à raison, je ne sais pas mais les revendeurs ne cherchent plus a stocker des machines AMD. Sur ce marché particulier de puces a bas TDP, ce serait très fifficile pour la marque de suivre Intel.

    @jujudk: C’est un Proof of concept pour le moment cela peut devenir (et cela le deviendra en toute logique) un nouveau format de carte mère avec un socket LGA 1151 à terme à mon sens.

    Répondre
  • 10 avril 2015 - 12 h 53 min

    Ok hate de voir ce que ca va donner alors ^^

    Répondre
  • 10 avril 2015 - 14 h 40 min

    je veus bien, mais comme je suis « grassement » équipé en matériel divers et varié (du nas syno à l’atx, au mini en passant par un proliant et des RPI), ce qui me manquent dans ce « nouveau » format, c’est les ports sata

    pour un type comme moi qui ne comptent plus ses machines, os et back up, ça serait un plus (et encore, je change pas pour l’instant, pas besoin)

    pour d’autres, (qui ne font deja pas toujours leurs back up), ça peut tourner au cauchemar (il suffit d’un « accident industriel » comme certains samsung evo ou des 7200.11 par exemple dans un nas et hop, plus rien !)

    pour une petite steam box ou htpc sous la tv en relais streaming ok, mais j’imagine le WAF quand il faudra expliquer que le beau boîtier lian li qui faisait tous bien et avec un relatif silence selon les composants doit être remplacer par une autre solution planqué dans un placard avec des ajustements à faire (genre wifi pour le waf mais une ventilation correcte pour la machine en haut d’une armoire à la solus extrême de mettre le l’Ethernet partout, changer les plinthes et transformer la cave ou un placard entier en data center – mini ou pas, ça dépends de l’age de la famille et des besoins)

    le mini itx garde la possibilité d’avoir jusqu’à 6 sata sur une mobo et avec un boîtier type fractal de faire « tout » en une seule machine – plus celle de back up hein, même si c’est un gros HDD externe dans une boite à chaussure du placard)

    faut voir, en maison pourquoi pas, pour les appart, ça va être un casse tête (risque de double emploi et au final gaspillage de ressource et de fric)

    on verra mais pour moi le mini itx à encore de beau jour devant lui pour bien des raisons

    Répondre
  • 10 avril 2015 - 19 h 45 min

    Sur mon nuc I5 Broadwell, j’ai mis un ancien HUB de marque TRUST sans brancher l’alimentation électrique, il a 3 porcs USB et 2 PS2 clavier,souris, sur chaque coté. J’ai donc mis carte son USB et lecteur dvd sur HUB + clavier souris en PS2, reste un porc USB libre + les 2 en façades du NUC (les 2 porcs USB du NUC sont occupés par le branchement HUB et un tuner TV sur clef). Reste donc trois porcs de libres pour clefs ou scanner etc…, en tout cas sans cet HUB, je sais pas comment j’aurais fait pour avoir toute cette porcherie de câbles sur mon bureau!

    P.S. »Mon entourage m’interdit le fanless »

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *