iPad Mini, 188$ à fabriquer, 329$ à la vente, opération impossible ?

iPad Mini, 188$ de composants, 329$ à la vente, une opération bientôt impossible ?

Comme à chaque sortie de produit Apple, le petit jeu de l’inventaire des composants et de l’addition finale fait son apparition. Comme à chaque sortie, il est de bon ton de s’offusquer du tarif pratiqué par Apple. A 188$ l’iPad Mini vendu 329$, la marge réalisée par Apple semble parfaitement révoltante pour certains.

Je ne risque pas de choquer grand monde en écrivant la phrase suivante : Oui, Apple marge sur ses produits. Apple marge sur l‘iPad Mini comme Apple a margé sur les précédents iPad, iPhone, iPod, MacBook et tous les autres engins issus de ses laboratoires. Le fait de faire 144$ de marge sur un produit qui coûte 188$ à fabriquer est une autre histoire.

Les composants assemblés de l’iPad Mini 16 Go coûtent 188$ à fabriquer, ok, même si une marge d’erreur positive ou négative est possible dans les calculs du cabinet d’analyse IHS Isuppli relayés par AllThingsD, c’est pratiquement du 50% de marge. Scandaleuse politique d’Apple ? Marge éhontée ? Fonctionnement dépassé ? Faisons un peu le point.

Apple iPad Mini

188$ de materiel embarqué, mais quel coût réel ?

Relativisons d’abord les chiffres : Les 188$ annoncés concernent le matériel et l’assemblage de l’iPad Mini. Ce sont des tarifs soumis à de fortes fluctuations de marché et si certains visent au plus juste, d’autres comme Apple ont tendance à prendre les devants en visant large. La mémoire vive grimpe ? Le cours du stockage NAND s’enflamme ? Le tarif et les spécifications des produits Apple ne bougeront pas. Ce n’est pas le cas de tous ses concurrents dont certains produits dans ce genre de cas deviennent impossible à trouver ou dont la nouvelle version est moins bien équipée au même prix. Chez  Apple la politique du « peu de modèles » joue un rôle important même si elle est justement en train de changer. Le fait de faire durer une offre à un prix solide permet également de rassurer le client potentiel grâce à un argus de prix fort en occasion.

Cette « marge » de 141$ cache également d’autres éléments propres à Apple : D’abord le design et la recherche et développement du système de l’iPad. Même si celui-ci est amorti au fil des modèles et des générations, fabriquer et maintenir un système a un coût important. Un coût pratiquement gommé des charges des autres fabricants qui s’appuient sur Android développé et maintenu puis offert librement par Google. Le design est également fait maison, par les équipes d’Apple, et payer des gens capables d’assumer un design en interne est une dépense importante.

Enfin Apple assure lui même une part importante de la distribution avec ses Apple Store, ce qui comprend non seulement des charges foncières mais également du stockage, des salaires et l’assurance d’un bon Service Après Vente. Au global la marge réelle d’Apple sur un iPad Mini doit être bien inférieure à ce que laisse entendre ce chiffre.

Apple iPad Mini

Pour 141$ de plus

Oui, 141$, cela parait énorme malgré tout. Scandaleux pour autant ? Ma foi non, les autres acteurs du marché font a priori un calcul équivalent, la principale différence est dans la dilution de la marge. Quand un revendeur distribue un produit Apple il gagne théoriquement bien moins d’argent que lorsqu’il vend un produit Android concurrent. Apple se garde l’énorme part du gâteau et ne laisse que  des miettes à ses distributeurs. Pourquoi ceux-ci continuent t-ils de distribuer les produits Apple si cette marge est mauvaise ? C’est assez simple, il suffit de regarder l’état du marché.

Apple c’est, à la louche, la moitié des ventes du marché tablette. Un véritable aimant à clients. L’iPad reste un des produit les plus recherchés sur les catalogues, un objet clairement identifié qui fait partie des « réflexes cadeau » aujourd’hui. C’est aussi un ensemble de produits dont les prix ne baissent pas car Apple tient très fermement son réseau et n’hésite pas à mettre hors jeu un éventuel revendeur qui casserait un peu trop les tarifs.

Dans la grande distribution les marges négociées avec Apple sont de l’ordre de 11%, un Samsung ou un Asus laisse de son côté 17% de marge aux revendeurs par rapport aux prix publics. La différence est importante mais l’engouement des marchands pour Apple s’explique là encore très facilement. Le fait de ne pas voir de prix érodé par la concurrence chez Apple permet finalement une meilleure rentabilité à moyen et long terme en misant sur un stock d’iPad. Les tablettes concurrentes commencent certes à 17 points de marge ou plus mais pour combien de temps ? Très vite les prix s’effondrent et le jeu de la concurrence fait passer une nouveauté de 17 à 15 puis 10% de marge en quelques semaines, ramenant finalement la marge réelle à quelques points au bout d’un temps très court.

Au final peu de pièces partent avec 17 points de marge, le gros des ventes se fait sur les produits à prix promo et l’objet est alors mis fortement en concurrence. Certaines tablettes ne sont au catalogue que depuis 5 à 6 semaines et les marges ne sont plus que de 3%… Avec Apple, la marge est « faible » dès le départ mais elle reste stable.

Apple iPad Mini

Un jeu d’équilibriste sur une corde sans fin

Le problème d’Apple reste encore et encore le même, si les revendeurs lui font confiance, si le grand public identifie clairement cette offre iPad, la marque marche tout de même sur une corde d’équilibriste. Une corde qui les fera tomber au moindre faux pas et une corde qui n’en finira jamais.

Car jamais la concurrence n’abandonnera. Elle fera des erreurs, se plantera en beauté, copiera Apple de façon discrète ou éhontée mais jamais elle n’abandonnera. Les concurrents d’Apple sont multiples, des gros, des immenses et des plus petits. Ils se multiplient, innovent, jouent et meurent parfois sur un énorme marché piloté par Google sur le terrain de la tablette. Ce bouillon de culture qu’est Android est un véritable terreau où foisonnent les occasions de produire une concurrence capable de détrôner l’iPad. Tant qu’Android et Google tiendront la barre, la corde se déroulera sans fin devant Apple. Sa seule option pour rester solide, c’est de sauter l’obstacle en innovant.

Cela a marché avec l’iPod, reléguant la concurrence à la préhistoire en quelques jours et faisant quasiment disparaître le marché du lecteur MP3 classique. Cela a marché avec l’iPhone qui a bouleversé la totalité du marché de la téléphonie mobile avec un pari du tout tactile qu’aucun autre acteur n’avait voulu prendre à l’époque. Cela a marché et cela marche encore avec l’iPad qui se taille une part de lion sur le segment tablette aujourd’hui. A chaque nouvelle sortie de produit, Apple prend la concurrence de court et la force à repenser son propre fonctionnement pour arriver quelques mois après à proposer un produit concurrent généralement peu convaincant face à son offre. Il faut attendre assez longtemps pour que se profilent des engins capables de jouer la même musique qu’Apple au coeur des consommateurs.

Ce moment difficile est arrivé pour l’iPad avec des annonces efficaces du côté d’Android et cela malgré un catalogue d’applications toujours plus vaste et performant du côté de la pomme. Difficile parce que l’annonce d’un iPad 4 ainsi que celle d’un iPad Mini n’est pas forcément le mouvement qui permettra à Apple de sauter l’obstacle. L’iPhone 5 n’est pas mon domaine mais il semblerait ne pas apporter non plus le souffle attendu par le marché, à noter que le prix des composants de ce nouvel iPhone serait sensiblement identique : 188$, pour un prix de vente de 650$…

Google Nexus 7 sortie

La Nexus 7 de Google et Asus

Android est désormais mieux identifié et plus fort pour se mesurer à Apple.

En face la résistance est désormais organisée avec un Google qui n’hésite plus devant une stratégie d’étouffement sur le marché tablette et un Microsoft qui cherche à imposer Windows 8 sur le même segment. Les Nexus 7 fabriquées par Asus se vendent à un rythme soutenu désormais : Environ 1 million d’unités par mois selon le Wall Street Journal. Un très beau score pour une tablette aux composants haut de gamme mais vendue à un prix au raz des pâquerettes qui ne permet probablement à personne de vivre confortablement dans la chaîne de distribution. Annoncée également la Nexus 10 fabriquée par Samsung est également promise à un grand avenir avec la même recette : Composants haut de gamme et prix très léger. On peut voir dans ces gammes une réelle volonté de Google de venir éteindre le feu de l’iPad et proposer des alternatives à l’offre d’Apple.

En face de ces produits les nouveautés d’Apple ne font pas pâle figure comme j’ai pu le lire à de multiples reprises : Le matériel embarqué est bon, les choix technologiques ne sont pas forcément ceux dans l’air en ce moment et le fait de rester en 4/3 avec un écran 1024 x 600 pour la Mini est probablement un choix poussé par la raison d’un écosystème établi plutôt qu’un choix d’avenir. Les signes d’un épuisement du filon sont cependant nombreux : Le relatif mauvais accueil d’iOS 6 par certains de ses utilisateurs, la mauvaise foi d’un Tim Cook lorsqu’il explique ne pas avoir fait une tablette 7″ mais un engin différent du marché, la sortie très rapprochée  du dernier modèle d’iPad, autant de signes d’un Apple qui se cherche et non pas un Apple qui impose sa loi au marché.

On s’éloigne totalement d’une stratégie d’innovation pour planter solidement ses racines dans une consolidation des acquis. Bizarrement ce réflexe de consolidation n’est pas ce dont a besoin Apple pour résister tout en haut de sa corde d’équilibriste. La seule stratégie pérenne pour la marque est un mélange d’excellence et d’innovation. Pas de place pour les compromis à bord du navire Apple.

Le ver est dans le fruit.

Je ne doute pas un seul instant du succès lors des fêtes de cet iPad « premier prix ». Un tarif de 339€ encore élevé face à la concurrence pour l’iPad Mini mais le premier pouvant donner accès aux applications iOS. Mais sur l’année 2013 le marché sera de plus en plus dur avec la marque à la pomme. Si l’iPad ne se réinvente pas, si Apple ne pense pas au coup d’après, il me parait très clair que la concurrence le rattrapera et le doublera en 2013.

Apple est très riche en cash et en brevets mais ne possède pas d’usines pour fabriquer ses produits. L’écran de l’iPad Mini est fourni par LG et AU Optronics, il représente à lui seul 50% du prix des pièces détachées de la petite tablette. Un tarif qui s’explique par une dalle moins épaisse qui permet à Apple d’augmenter la finesse de sa dernière née. Une technologie encore peu répandue qui explique également le prix de l’écran mais qui devrait se stabiliser dans la durée voir baisser au fur et à mesure que les processus de fabrication seront mieux maîtrisés.

Apple iPad Mini

Plus étonnamment  le processeur A5 de la Mini est toujours fondu par Samsung, son désormais pire ennemi debout sur la première place du podium avec Google. D’autres composants comme la mémoire vive ou le stockage viennent d’Elpida ou Hynix, moins stratégiques ils peuvent être remplacés par des concurrents plus facilement. Si la politique des prix de la mémoire de stockage embarquée est bien confirmée comme n’étant là que pour augmenter de façon impressionnante la marge d’Apple ( Les 16 Go affichent 15.5$ sur le marché et le passage à 32 Go coûte 31$ à Apple et 62$ pour 64 Go), le montant global de la facture est salé en 32 et 64 Go, plus raisonnable en 16 Go et dans tous les cas difficile si l’on ne prend en compte que le côté matériel de l’engin.

C’est probablement là le talon d’Achille d’Apple. Il n’y a pas de magie dans le A5x, cette puce est comme les autres puces ARM de sa génération. Le Cortex-A15 que l’on attend pour remplacer l’actuel Cortex-A9 des Tegra , OMAP et SnapDragon devrait donner suffisamment de puissance pour satisfaire tous les besoins actuels en matière de tablette. Les écrans IPS sont devenus la norme, les très hautes définitions également… Quelle solution va avoir Apple pour se démarquer ? iOS, encore et toujours bien sûr, mais pour combien de temps ?

Google Nexus 10

La Nexus 10 de Google et Samsung

Si le marché bascule en terme de vente, avec 50% des tablettes vendues sous Android aujourd’hui, les développeurs vont réfléchir à 2 fois avant de mettre toutes leurs billes d’abord chez Apple, la rentabilité promise par l’IPad est sans conteste aujourd’hui meilleure mais cela va-t-il durer ou le pari de Google va-t-il enfin payer ?

Mon iPad première génération est toujours là, toujours très autonome et efficace. Je n’ai pas ressenti le besoin de changer pour un écran Retina et l’ai, je l’avoue, délaissé au profit d’autres engins. Ce n’est pas la performance qui m’a guidé dans ce choix, simplement mon usage. Je me satisfais mieux aujourd’hui de ma Nexus 7 pour lire mes emails ou surfer. C’est le dernier souci de l’iPad, son univers est avant tout composé d’applications et de services. La plupart de ces services sont accessibles en ligne et on le retrouve aussi bien sur Android que sur iOS. Pourquoi irais-je payer plus cher un engin qui me propose le même contenu ?

J’espère sincèrement qu’Apple va reprendre sa politique d’innovation et proposer un nouvel objet, un nouveau format ou une vraie refonte de son offre iPad. Non pas que le Mini ou l’iPad 4 soient décevants, ils sont juste au niveau de la moyenne de la concurrence, et cela ne suffit pas lorsque l’on vend des produits au prix Apple.

43 commentaires sur ce sujet.
  • 5 novembre 2012 - 15 h 47 min

    dans tout les cas le système fermé me branche pas
    Même si android était plus cher j’achèterai de l’android ^^

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 15 h 54 min

    @Tonio1987: C’est un autre débat :)

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 26 min

    je ne crois absolument pas au chiffre de 188$ ça coute moins chère c’est évident surtout qu’un produit à une vie celui qui achète le premier jour par rapport à celui qui va acheter le produit en fin de vie au même prix mais avec un cout de production amortis mais la c’est la magie applebobo, de plus c’est 100% de marge.
    Sinon au moins il y a une identité pas comme la microsoft surface qui se retrouve par exemple avec un tegra 3 à 600 euros faut le faire 2x un eeepc. Non le truc c’est la gamme nexus qui fait tout simplement mal au concurrent apple et microsoft et il n’en restera qu’un ou deux.
    Et comme ce n’est qu’un outil de consultation et de consommation tien donc on fait moins de truc qu’avec un eeepc ça va faire mal.
    microsoft à le truc en plus windows 8 pro et google le prix manque plus qu’un linux je serais pas étonnais qu’il rachète steam.
    apple a le truc en trop une bulle boursière de malade.

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 28 min

    Concernant les développeurs, Apple a pour moi un avantage certain et surement pour longtemps : le peu de tablette sous IOS.

    Un développeur sous android doit prendre en compte la pléthore de caractéristiques différentes si il souhaite diffusé don application au plus grand nombre.
    Sous IOS, on a peu de modèle différent comparé à l’univers Android.

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 28 min

    Tu as fait une erreur de calcul je pense pierre. C’est pas quasi 50% de marge, mais 75%.
    188$ x 1.75 = 329$
    Ca ne change rien au reste :)

    Répondre
  • Got
    5 novembre 2012 - 16 h 30 min

    Comme beaucoup j’attendais un prix plus concurrentiel pour l’iPad Mini histoire d’écraser la concurrence mais ton explication donne un autre éclairage.
    Mais plutôt que les machines, c’est l’OS d’Apple qui m’inquiète le plus. J’ai eu le tout premier iPhone puis un iPhone 4 que j’utilise en ce moment même. Même si des tas de trucs ont changé, même si de nouvelles fonctions sont apparues et des éléments matériels ont été amélioré, j’ai l’impression d’utiliser toujours la même machine. L’ergonomie d’iOS n’a pas évolué et commence sérieusement à dater. Le clavier, le lockscreen, l’absence de widgets et un paquet de trucs font vieillot. Avec Android qui avance à un rythme effréné sur des tas de machines différentes (netbook, clef HDMI,…) et Windows 8 (normal, Phone ou RT) qui arrive avec son interface rafraîchissante, les choses s’aggravent pour Apple.
    De plus, les gens commencent à ne plus supporter l’omniprésence des iDevices ou des ordi Mac, c’est amplifié par l’arrogance d’Apple et de ses fanboys.

    J’espère donc qu’Apple va nous proposer un iOS 7 complètement différents, moderne et ergonomique, et ainsi relancer la machine à innovation tout en empêchant ses concurrents de se reposer. Si on a des tablettes full-hd ou des écrans d’ordinateurs portables en IPS avec des couleurs justes, c’est grâce aux machines Apple. Il ne faut pas que cette dynamique s’arrête sans que quelqu’un prenne la relève…

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 33 min

    Très juste ton article, il est clair qu’en tant que développeur je ne suis plus intéressé par la plateforme iOS, trop quelconque et surtout pénible pour la programmation (Mac user oblige).

    Android est devenu au fil du temps le chouchou des développeurs, et Google a fait un énorme travail au niveau de son SDK. Même si au final j’ai encore des reproches à lui faire en ce qui concerne son intégration dans Eclipse qui coince un peu, et le manque de doc sur certain point.

    Le vent tourne discrètement pour Apple, et un jour cela deviendra visible…

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 34 min
  • 5 novembre 2012 - 16 h 36 min

    Belle analyse :)

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 36 min

    @Pierre Lecourt: Interessant ce billet Pierre, le début d’année annonce un tournant pour apple en témoigne les récentes dévalorissations boursieres par G&S (juillet 2012 il me semble) !

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 42 min

    329$ c’est pour les plus chanceux, parce que sur apple.fr il est à 339€ ! On est loin des 258€ plus les taxes. J’ai encore plus l’impression d’être pris pour un bon gros pigeon.

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 42 min

    @Pierre Lecourt: très bon papier je trouve.
    La grande dépendance d’Apple vis-à-vis de ses fournisseurs lui a déjà joué des tours par le passé, et il n’est pas improbable que la production de ses SoC soit à terme un goulot pour la firme. Le passage en 32nm a certainement été permis par le propre basculement de Samsung pour ses Exynos sur cette finesse, et le choix d’un fondeur ne se faisant pas en un battement de cil, le basculement chez un tiers (TSMCn au hasard) ne se fera pas dans un premier temps sans heurts pour basculer sur du 22-20nm.
    En attendant, s’ils veulent comme pour l’A6X faire enfler le GPU sans zigouiller l’autonomie, certaines concessions devront être faites sur le plan de la montée en puissance régulière de leurs SoC, et surtout s’ils veulent basculer sur du Coretx A15 qui demande lui aussi bcp plus de place. Dédoubler les unités GPU, plus un quad core plus large, ça deviendra difficile à caser.
    Leur trésor de guerre devrait alors être nécessaire pour s’assurer leurs volumes tout du moins, voire réfléchir à enfin investir en production, au moins pour limiter leur dépendance à Samsung.
    A côté de ça, leur rente sur les contenus semble plutôt bien tenir. Pour ça, aucun autre constructeur de matériel (hormis Amazon si l’on prend la face Kindle) ne peut tenir la dragée haute. C’est probablement pour cela que la course à l’armement risque de tourner court pour Apple qui préférera désormais miser sur ce qui va leur rapporter : plus de devices, plus accessibles pour vendre plus de contenus, et tant qu’à faire, se goinfrer sur la marge de vente du produit tant que ça prend encore, et faire un bas de laine pour les mauvais jours.

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 16 h 49 min

    Merci pour l’analyse Pierre :)

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 17 h 07 min

    Ça dépend de l’utilisation de la tablette…
    Toutes les applications ne sont pas sur le net.( a ma connaissance )

    Les appliquer éducatives sont très en retard sur android ou très en avance sur Apple a vous de choisir…

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 17 h 23 min

    @Christophe: la marge se calcule en-dedans:
    (329 – 188) / 329 = 141 / 329 = 43% de marge.

    Quand Apple vend un ipad mini, il touche 329 euros. 188 sont du cout de revient, le reste est la marge. Cette marge n’est pas du pur benef, ca finance la R&D, la pub, la distribution, la garantie….

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 17 h 23 min

    Bob article. Merci

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 17 h 28 min

    A mon sens la bataille qui va se jouer est celle de l’écosystème :

    – Apple est en position dominante sur ce secteur, avec un Appstore très bien fourni, un iOS qui a fait ses preuves en terme d’interface utilisateur et un système facile à appréhender pour le néophyte.

    – Androïd, jusqu’à peu, dépendait du bon vouloir des constructeurs pour le suivi des appareils, entraînant une fragmentation telle que c’était un peu de la roulette russe pour savoir si son appareil allait pouvoir suivre les mises à jour. Avec l’arrivée de la gamme Nexus, Google tente de remédier à ce problème en proposant des appareils à prix attractifs et dont le support sera assuré. Reste un Appstore bordélique au possible, avec des appareils aux résolutions diverses ne devant pas rendre la tâche aisée aux développeurs.

    – Microsoft tente un coup de poker qui pourrait s’avérer payant, en unifiant totalement son écosystème smartphone – tablettes – PC, proposant une seule IU quel que soit l’appareil utilisé. Vu la part de marché de Windows sur les PC, autant dire que la masse des utilisateurs saura utiliser une tablette Surface avant même de l’avoir touchée, et se retrouvera en univers connu.

    La véritable guerre va se jouer à ce niveau : un écosystème cohérent, avec plus ou moins d’ouverture, face à un autre totalement ouvert.

    Dans tous les cas les prochains mois s’annoncent passionnants de ce point de vue (et là je me rappelle mes débuts sur Amiga 500, et me dis que tout s’accélère très vite).

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 17 h 45 min

    Pour moi Apple n’a que deux vraies innovations:
    1- rendre les produits faciles a utiliser. iPhone et iPad ont debarqué sur les marchés de winphone et xp tablette…. qui n’etaient pas tres glorieux, une horreur d’ergonomie et du bidouillage industriel.
    2- rendre les produits desirables socialement. Apple est le BMW de l’informatique.
    Le reste, quoiqu’ils essaient d’en dire, ne vient pas de chez eux. Contrairement a ce que meme Pierre dit, l’iPhone n’etait pas le premier smartphone tactile; l’iPad n’etait pas la premiere tablette non plus. Siri a ete racheté et est loin d’etre le seul sur le marche, Airplay est un dlna version proprietaire… Bref, techniquement, Apple ne fait rien de plus que les autres. Mais il le fait simplement, et avec la classe.

    Le probleme c’est que meme MS s’est reveille sur l’aspect facilité, de ce que j’en ai vu les trois OS se valent; et pour l’aspect classe… deja tout le monde ne peut pas ou ne veut pas se payer une etiquette et de l’alu quand un truc en plastique trois foix moins cher fera pareil aussi longtemps, et ensuite ceux qui peuvent et veulent faire ca risquent aussi de changer de marque fetiche. Quand tous les zyva du RER ont de l’apple, les bourgeois passent a autre chose, et reciproquement.

    Un aspect sous-estime par Pierre est le verrouillage des composants par Apple. Qui a tres bien marché quand le succes des smartphones puis des tablettes a pris tout le monde par surprise HP par exemple a du se contenter de compos de seconde classe pour le Touchpad, tous les trucs bien etaient reserves pour Apple, ou dispos au compte goutte. Mais marche moins maintenant que la demande est mieux comprise, et la capacite de production suffisante. En plus, cercle vicieux, maintenant que la part de marché d’Apple baisse, il ne peut plus negocier/verrouiller aussi fort.

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 18 h 51 min

    « Le ver est dans le fruit. » C’est aussi mon avis et mon impression ; le gourou ad patres, son remplaçant ne tient pas la comparaison. Les « acheteurs » d’apple sont assez peu sensibles au prix pour vu qu’ils aient le nec plus utra de la technologie. Est-ce encore le cas ?

    « Quand tous les zyva du RER ont de l’apple, les bourgeois passent a autre chose, et reciproquement. » Effectivement, ici à Marseille tous les « voleurs » d’appareils de la marque ont un ibidule et les bourgeois reviennent à par exemple du blackberry, dont le mini touchpad est un vrai bonheur en plus d’éviter les écrans crasseux des machines tactiles.

    Je n’éprouve pas de plaisir particulier à voir Apple s’enfoncer dans l’immobilisme : la concurrence a toujours des effets positifs pour le consommateur, mais c’est comme ça que je vois la situation.

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 18 h 53 min

    Et enfin, je me demande si le fameux AppStore n’est pas en train de devenir un probleme plus qu’une solution:
    1- Il y a enormement de dechet. J’ai lu recemment que 75% des apps n’ont pas ete telechargées une seule fois. C’est douteux, mais dans le principe, 100.000k apps ca ne sert a rien, si ce n’est a noyer les 50 apps qui sont a la fois utiles et bonnes.
    2- les gens se perdent. Autour de moi, le frein majeur a l’achat d’apps.. c’est qu’il y en a trop. Les gens veulent un bon client mail, pas le choix entre 1.000 clients mails d’ergonomie, fiabilité, et confidentialité douteuse.

    Les journaleux aiment bien communiquer sur le nombre d’apps, ca ne demande aucun travail et ca revient tous les mois… Les clients seraient plus intéressés par de vrais articles de fond genre « quel smartphone est le meilleur GPS ? », « Integration Exchange (ou Office): qui s’en sort mieux ? ». Sauf que ca, c’est beaucoup de boulot. Du coup le vulgum pecus n’a aucune idée de quoi acheter pour faire ce qu’il veut.

    Franchement, a la place de MS, j’aurais pris le contrepied de Apple et Android, et fait un AppStore plus qualitatif que quantitatif. Ca tuait le débat « pas d’apps ! » dans l’oeuf, et ca permettait de se focaliser sur la poignée d’apps qui comptent vraiment, soit en les faisant en interne, soit en sous-traitant aux meilleurs des Stores concurrents. Bref. Si Apple avait des cojones, ils feraient un AppStore Premium, avec un nombre humainement compréhensible d’apps, et que des bonnes. Sauf que ca serait admettre que l’AppStore actuel est plus un souk qu’un Grand Magasin, et ca, ils ne veulent pas.

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 19 h 08 min

    @obarthelemy:

    Vas faire un tour sur les différents appstores pour comparer : sur WP c’est le désert ou à des prix délirants, sur Androïd si tu arrives à trouver quelque chose sans le savoir à l’avance bon courage. Honnêtement ils ne jouent pas dans la même catégorie.

    @Dadoo ils viennent d’où tes bourgeois, parce que à Paris je peux te dire que les seuls qui se traînent encore un Blackberry se le voient imposé par leur boîte…

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 19 h 19 min

    @ Obarthelemy tu as sans doute raisons quand à l’offre pléthorique que l’on trouve dans tout les stores sauf le store Microsoft mais qui je pense va grandir avec le temps..
    après il ne faut pas non plus fermer le développement; la mise a disposition des sources permets de faire travailler des petits développeur et fait surgir de bonnes idées ne citons qu’instagram qui a sut se démarquer et se faire reconnaitre en vue de la qualité de son programme.
    Donc oui améliorons la qualité par une gestion du cahier des charges mais permettons également l’émergence de talents en donnant les moyens aux développeurs ou passionnés de se faire connaitre et reconnaitre; a l’époque ou la marge des produits hardware fabriqués a l’étranger ne fait que diminuer ne tuons pas nos emplois a valeurs ajoutés.
    Enfin cela n’est que mon avis de newbies :)

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 19 h 39 min

    @romaing34 : ben souvent de Paris, c’est une vraie invasion par ici !

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 19 h 42 min

    Juste pour revenir sur le débat prix de revient / prix de vente (et je suis pas un pro apple), en guise de comparaison, pour un jeu video AAA (genre Assassin’s creed et consort), tu prends le budget de dev, tu le multiplies par deux pour avoir le prix de revient de ton jeu… soit autant pour faire le jeu que pour le vendre.
    Oui, le marketing toussa, ça coûte cher.
    Pour apple, je sais pas ou ça se situe. Donc prix de revient des composants / prix de vente, ça ne veut pas dire grand chose… et en tout cas pas marge. Même si, on est tous d’accord, vu les bénefs d’Apple, ils margent grave :)

    Répondre
  • 5 novembre 2012 - 19 h 51 min
  • 5 novembre 2012 - 21 h 02 min

    Excellente analyse, comme d’hab’.

    Je connais un « éditorialiste » d’Engadget qui devrais en prendre de la graine ^^

    Répondre
  • Alx
    6 novembre 2012 - 0 h 08 min

    @romaing34: tout a fait, mais surtout, la surface a un atout de taille : elle est livrée avec office !

    Sachant qu’une grande partie des utilisateurs souhaitent pouvoir accéder et travailler sur leurs documents office, maintenant c’est possible

    Pour les professionnels, pour les étudiants, ect, le choix risque d’être vite fait.

    Pour le moment, la surface pêche surtout sur don catalogue d’Apps, mais si la donne change de ce coté là, microsoft risque de devenir un redoutable concurrent

    Et tant mieux :)

    Répondre
  • 6 novembre 2012 - 3 h 59 min

    Très bonne analyse générale sur Apple et ses iBidules, mais ce papier fait antidaté car pas à jour dans sa mise en perspective.

    Vous devriez Pierre vous pencher sur les récents bouleversements au sein du staff dirigeant d’ Apple pour revoir la conclusion.

    Après le départ de Scott Forrstall et de John Browett, on assiste à la promotion de Craig Federighi , responsable du développement de Mac OS X et qui va chapeauter iOS. Et le designer des machines, Sir Jonathan Ive qui va aussi devenir l’un des architectes en chef du design de iOS avec un ministère « Human Interface ».

    Vous avez là, la réponse stratégique à vos questionnements.

    Apple compte bien frapper un grand coup avec iOS 7, chiffre magique par excellence ! Et pour le hardware, il vont bien trouver de quoi vitaminer les futures gammes de iDevices…

    Il y a eu une palanquée d’articles sur le sujet ces jours derniers. Un premier lien pour vous assurer que le funambule marche sur un fil d’acier, sous l’aluminium qui est sa marque de fabrique actuelle.

    http://fr.apple.techerald.com/page/por-que-y-que-repercusiones-tiene-la-reestructuracion-en-la-directiva-de-apple.html

    Au fait, il s’est vendu 3 millions d’iPad mini en 3 jours ! A côté la Nexus 7 fait petit joueur avec son million par mois !

    Répondre
  • 6 novembre 2012 - 10 h 30 min

    @MaxiMachinChose: Non là j’ai pas de réponse, j’ai madame soleil qui me parle chiffre magique.

    Quand aux 3 millions en 3 jours, ce n’est pas 3 millions d’iPad Mini mais 3 millions d’iPad tout court :)

    Répondre
  • 6 novembre 2012 - 12 h 31 min

    @MaxiMachinChose:

    3 millions d’iPad tout compris…combien d’iPad mini ?
    Ceci dit je ne doute pas que l’ipad mini se vende plus que la nexus 7, qui reste (pour l’instant ?) une tablette un peu ignorée du grand public. Je pense d’ailleurs que le but de google avec ses nexus 7, nexus 10 et nexus 4 n’est pas de faire un carton et d’envahir le marché, mais :
    1) d’en vendre suffisament pour que la base installée de tablettes android soit suffisante pour attirer les développeurs
    2) de faire s’effondrer « artificiellement » les prix du secteur (à la fois pour emmerder apple, couper l’herbe sous le pied d’amazon et anticiper la future concurrence chinoise). Une fois que tu as vendu une nexus 7 à 199€, toutes les tablettes sony à 499€ sont de facto invendables
    3) de ne pas pour autant détruire complètement le marché pour ses partenaires. C’est pour cela que les appareils sont volontairement bridés d’une façon ou d’une autre (pas de LTE, pas de slot SD, 3G en option avec un supplément de 100€…). Je pense que Google pourrait très bien sortir une nexus 10 avec option 3G à 299€, si ils le voulaient, ils n’ont pas besoin de gagner de l’argent sur le hardware; mais leurs partenaires, Samsung, Sony, LG et co, oui…

    @Bruno:

    Cette vieille antienne sur le développement « difficile » d’android à cause des différentes résolutions et types d’appareils est une vue de l’esprit. A un moment donné il faut se renseigner un peu et éviter de raconter n’importe quoi. L’environnement de développement d’android et les API sont conçus dès le départ pour s’accomoder de n’importe quelle résolution d’écran, avec un système de « fragments » qui permettent de diviser l’écran en différents panneaux sur les tablettes.
    Une application bien codée n’a ainsi pas besoin d’être mise à jour pour fonctionner sur un nouveau hardware, même sur la nexus 10 avec sa résolution améliorée.
    A comparer avec iOS où les applications iPhone et iPad sont complètement séparées et doivent être recodées à chaque fois pour tout changement de résolution.
    D’autre part, les émulateurs permettent de tester facilement son application en simulant une tablette, un smartphone ou même une TV: il y a un peu plus de boulot, mais pas plus que coder deux applications distinctes smartphone / tablettes comme sur iOS.

    Un truc emmerdant par contre pour les développeurs sur Android n’est pas la variété hardware mais la fragmentation software : les applications doivent être conçues pour fonctionner sur des versions d’android datant d’il y a plus de 2 ans et qui équipent encore quasiment 50% des terminaux.
    C’est un vrai point noir, et de ce côté là Apple s’en sort beaucoup mieux avec des mises à jour déployées quasi instantanément (même si au passage ils suppriment 90% des nouvelles fonctions sur les anciens appareils).

    Répondre
  • 6 novembre 2012 - 13 h 26 min

    Le gros pb d’Apple, c’est aussi qu’il est inacceptable sur des engins de ce tarif de ne pas fournir un slot SDXC voire un mini-USB.

    Mais il est vrai que ca ne permettrait plus de faire une telle culbutte sur les versions 32/64Go. D’un autre côté, cela laisserait à l’utilisateur français un moyen de contourner des taxes copies privée visant les tablettes en achetant une grosse SDXC rapide à l’étranger. Ce qu’il ne fera pas avec un iPad complet pour cause de difficultés en cas de pépins en garantie, innaceptable pour le prix contrairement à une SD à qq dizaines d’€ max qui canne.

    Répondre
  • 6 novembre 2012 - 14 h 02 min

    @yann:

    C’est inacceptable pour toi, mais ça ne semble pas les empêcher d’en vendre des millions.
    Pas si « indispensable », donc.
    Chacun à ses propres besoins et ses propres marottes : certains s’en fichent d’un port SD mais préféreraient un port HDMI, etc…

    Au delà de la segmentation artificielle et du fait qu’ils te vendent du stockage à prix démesuré, l’autre raison pour laquelle Apple n’inclut pas de port SD (et Google non plus…) c’est que ça les obligerait à mettre en place un système de fichier. Le grand public n’a pas envie de choisir où il sauve ses données, et ajouter des écrans de confirmation et des explorateurs de fichiers à tout va perturberait une expérience tablette qui se veut le plus simple possible.
    Ou alors le système choisit automatiquement où il stocke ses données, et dans ce cas quand l’utilisateur enlève sa carte SD il ne saura pas quel contenu va disparaitre ou non…

    Donc : sur les tablettes, qui ne sont PAS des PC, le grand public n’a pas besoin / envie de slot SD. Et Apple sort uniquement des produits grand public.

    Par chance, le marché est suffisament large pour que tu puisses trouver ce que tu cherches (beaucoup de tablettes android ont un port SD ET un port USB, par exemple). Moi je considère aussi que c’est indispensable, et ma transformer + dock m’en offrent deux (un micro-SD et un SD)

    Répondre
  • 6 novembre 2012 - 19 h 11 min
  • 6 novembre 2012 - 22 h 05 min

    Merci beaucoup Pierre pour cet excellent billet :)

    C’est ce genre d’articles qui ont fait que je te suis tous les jours depuis maintenant 4 ans !

    Je suis parfaitement en phase avec ce que tu as analysé et décrit ci-dessus.

    La solution pour qu’APPLE reste APPLE c’est tout simplement ce qui lui a permis de redevenir APPLE….en 1998 : l’innovation !

    Répondre
  • 6 novembre 2012 - 22 h 54 min

    @@MaxiMachinChose: android n’est pas simple à programmer, c’est même un enfer, ce n’est pas moi qui le dit mais l’équipe qui porte vlc sur android à cause principalement de la rétrocompatibilité avec des versions antérieures développées à pas cher avec des composant logiciels libres et instables.

    Il va donc nécessairement y avoir coupure avec les versions antérieures à ICS qui est un système plus amical même s’il est plus lent et demande plus de puissance.

    Je suis en fin d’engagement et je pensais prendre un androphone et puis voilà que j’ai eu à configurer un blackberry et que l’engin me séduit davantage car il dépote dans tout ce qu’il fait, avec une interface mormone mais très rapide.

    Je crains qu’android ne fasse que grossir et ralentir au fil des versions avec de nouveau la course aux processeurs qui va réouvrir : des arm octuple coeur avec une consommation energétique importante.

    Bref une évolution qui ne me plait pas même si tt le monde s’en tape.

    Répondre
  • 6 novembre 2012 - 23 h 33 min

    Merci pour vos encouragements, je suis dans une frustration incroyable en ce moment, faire ce genre de long billet pompe beaucoup de temps et d’énergie que j’aimerais consacrer ailleurs, vos encouragements me vont droit au coeur :)

    Répondre
  • 7 novembre 2012 - 17 h 41 min

    Désolé pour avoir pris un chiffre global pour les ventes du seul iPad mini et merci d’avoir corrigé !

    Mais omettre le remaniement connu dans les équipes dirigeantes d’Apple est un manque à la perspective d’avenir de l’article…

    C’est comme ci C.Net voulait nous faire croire qu’après le départ de Pierre Lecourt, Blogeee (sur C.Net)aura un futur identique…. Pas besoin d’être Madame Soleil pour imaginer que cela influera en mal sur la ligne éditoriale… Ou alors c’est croire que tous les plumitifs sont facilement interchangeables…

    Répondre
  • 7 novembre 2012 - 17 h 59 min

    @MaxiMachinChose: Je n’ai aps assez de recul ni assez de connaissances pour parler des perspectives d’avenir que cela va donner à Apple… Trop risqué pour moi l’humain. Parier sur Tim Cook ou sur un autre ?

    Gaudi avait un carnet de commande plein pour l’après Sagrada Familia, certains ont parié sur l’influence qu’il aurait sur l’architecture Espagnole… Et il est mort, écrasé par un tramway. Rendant caduques des heures de mise en perspective et d’analyse de l’architecture européenne.

    Les équipes dirigeantes ça bouge, ça démissionne, ça se fait renvoyer, ça change d’avis, ça compose avec sa vie personnelle. Ceux qui prévoyaient l’avenir de Steve Jobs quelques mois avant qu’il révèle sa maladie ont perdu leur temps.

    Parier sur l’humain c’est difficile pour moi. Par contre voir les perspectives sur le matériel annoncé ou lancé me parait moins compliqué. C’est donc une omission volontaire car je ne suis pas calibrer pour lire les pensées des gens en place. Mais je ne le fait pas moins pour Apple que pour les autres.

    Répondre
  • 8 novembre 2012 - 10 h 49 min

    merci pour l’analyse, j’ai un nexus 7, et je croyais que le prix du iPad mini allait finir de me convaincre d’ajouter un iPad à mon écurie; eh bin non, trop cher pour moi. Ceci dit, je reste convaincu qu’apple, c’est une machine de guerre commerciale qui balaye tout. Vivement qu’ils se mettent à construire aussi des voitures (rapprochement avec ferrari in progress…) et des maisons; bref des trucs qui rendent heureux les gens (avec assez de moyens); c’est peit être la crise mais on achete de l’apple quand même partout dans le monde, n’en déplaise aux haters.

    Répondre
  • 9 novembre 2012 - 1 h 47 min

    Apple n’a aucune raison de baisser ses prix et marges, vu qu’ils vendent la totalité de ce qu’ils arrivent à faire fabriquer. De tout temps les produits Apple ont eu un prix élitiste, c’est très bien pour leur trésorerie et leurs actionnaires, c’est juste malheureux pour les acheteurs potentiels qui trouvent le prix trop élevé.

    Ceci dit je trouve qu’il manque un point de comparaison vis-à-vis des produits Android dans l’article et qui est assez difficile à jauger. Il s’agit de la durée de vie d’un tel appareil, car actuellement c’est de moins en moins le matériel qui tombe en panne ou devient obsolète, mais plutôt l’absence de mise à jour de la part de son constructeur qui le condamne à terme.
    On le sait le marché Android est très fragmenté (ce qui pose problème aux développeurs), Android 4.x peine à se tailler une vraie part de base installée, car les constructeurs (hors Google Nexus) mettent des mois et des mois à proposer les mises-à-jours, certes si l’on dispose d’un modèle apprécié des hackers il y a parfois des voies alternatives.
    Mais la tablette que l’on achète aujourd’hui qu’elle soit Android, iOS ou Windows RT, sera-t-elle encore utilisable ne serait-ce que dans 2 ans ? Disposera-t-elle d’un navigateur à jour sans faille de sécurité, pourra-t-elle encore faire tourner des applications récentes ?
    Actuellement le marché évolue tellement vite que ces produits donnent l’impression d’être jetables, qu’au bout d’un an ils ne sont plus bon à rien car il y a de nouveaux nouveaux produits qui les remplacent avec un nouveau système.
    Autant on pouvait investir dans un Mac ou un PC et facilement le garder 3 ou 4 ans sans problème, autant les tablettes me paraissent incroyablement évanescentes, les systèmes de distribution d’application en ligne rendent quasi impossible d’installer une version antérieure d’un logiciel qui supportait un OS plus ancien, du coup pour être à la page il faut acheter du matos pour avoir le dernier système et accéder aux applis, et le vieux matériel ne vaut plus rien d’occasion car privé de système à jour et de ce fait d’applications récentes ou anciennes vu qu’elle sont devenues introuvables ! Je me demande tout de même un peu où l’on va là…

    Répondre
  • 11 novembre 2012 - 12 h 55 min

    Passé un temps je pensais qu’on irait vers l’html5 et la promesse d’une multitudes de systèmes dont les applications seraient compatibles car en html5. Mais la norme piétine sous la mauvaise fois de tous car ce serait aussi la fin des privilèges, du propriétaire et la prévalence du soft face au matériel.

    Donc on va plutôt vers le mur ou vers plusieurs murs.

    Clairement le libre aura une carte à jouer, il leur manque juste un génie des interfaces et un styliste compétent.

    Répondre
  • A
    11 novembre 2012 - 17 h 02 min

    Je doute vraiment de ces chiffres.

    188$ en composants alors que la Nexus 7 coute 152 dollars à fabriquer avec un meilleur écran et une meilleure cpu.
    De plus la majeure partie de ces composants est issue des iPad 2. Donc la quantité énorme de composants en commande, et la relative vieillesse de ces composants (2010), doit faire baisser les couts au maximum.

    En plus, la R&D, Apple n’en fait quasimment pas puisque ses couts (en valeur absolue et non seulement en taux, ouù là c’est carrément ridicule, sont inférieur à Microsoft, Google et Samsung par exemple).

    Pour les couts liés aux Apple Store, c’est surtout un avantage, car ils doivent etre inférieurs à la marge d’un distributeur tiers.
    Donc, au contraire, Apple doit faire des économies (et de la marge supplémentaire) sur ce point aussi.

    Pour le reste, ce sont les memes couts pour tout le monde.

    Donc cette tablette reste très chère pour ce qu’elle est: Un iPad2 de 2010 miniature.

    Apple n’innove plus, ne croit pas en la convergence (pas de MacBook tactile et/ou détachable) et pratique toujours des marges premium sur du matériel qui ne l’est pas (en tout cas cette tablette)… Et ça commence à se voir.

    Répondre
  • 11 novembre 2012 - 20 h 19 min

    Très bon article :) Merci.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *