Les ventes de processeurs PC en net recul

Les ventes de processeurs pour PC accélèrent leur déclin et les ventes de machines continuent de s’affaisser. Les analystes prévoient un retour allant jusqu’à 11 ans en arrière en terme de ventes. Les puces concernées font partie du même monde, elles sont x86. Cela ne veut pas dire pour autant qu’il y a un désamour du PC, simplement un changement d’époque.

IHS iSuppli Compute Platforms Service, un cabinet d’analyse américain spécialisé dans le high-tech combine les chiffres de ventes pour estimer les données du marché PC pour l’avenir. Si la méthode, comme toute autre méthode d’analyse est hasardeuse – ce même cabinet avait prédit 40 millions de netbooks vendus cette année – le signe d’un déclin ou d’une stabilisation des ventes est net.

D’après iSuppli donc, on passerait de 352.8 millions de PC vendus en 2011 à 348.7 millions en 2012, un recul de 1.2%. Le chiffre reste très joli et le gâteau énorme mais il va à l’encontre des estimations faites ces dernières années par tous les fabricants de machines.

Aucun espoir pour la fin de l’année en terme de rebond, la crise est là, les acheteurs regardent plutôt deux fois qu’une les tarifs des engins avant d’ouvrir leur portefeuille et le bond en avant des prix des machines avec l’arrivée de Windows 8 devrait en décourager beaucoup.

Tout le monde se plonge donc vers 2013 pour espérer rebondir en terme de ventes. Une nouvelle distribution des cartes pourrait faire de l’effet avec une baisse de prix des engins et une transition plus aisée pour Windows 8. Même du côté d’Apple on est touché par le syndrome de la baisse des ventes avec entre 6 et 7% en moins sur ce dernier trimestre.

Au delà d’une analyse des chiffres qui n’évoque pas grand chose, plusieurs facteurs sont venus se greffer à la crise pour amplifier le phénomène. Bien sûr, le fait de ne pas avoir de visibilité quant à son avenir financier en terme d’entreprise ou en tant que particulier n’aide pas franchement à faire un investissement informatique. Pour les entreprises c’est une grosse dépense qui peut se résoudre par des solutions techniques. Beaucoup de de petites sociétés sont toujours sous Windows XP par exemple et ne voient pas forcément l’intérêt d’une évolution vers Windows 8 à court terme. Ils ont supporté un fonctionnement sans Windows Vista ni Windows 7, ils peuvent encore attendre pour Windows 8.

Pour les particuliers le constat est le même avec souvent un raisonnement plus pragmatique ou des solutions alternatives au changement de système complet. Faire évoluer son PC ou le mettre à jour via un léger lifting logiciel et technique est beaucoup moins cher qu’un changement brutal de machine.

Depuis l’arrivée des dernières générations de puces, même entrée de gamme, il est possible de satisfaire les besoins bureautiques et de base de la plupart des utilisateurs. Les particuliers qui veulent juste un poste de surf et un outil pour écrire leur courrier et tenir leurs comptes, les entreprises avec des postes de saisie ou toute autre usage basique peuvent se satisfaire d’une solution entrée de gamme et pourront la faire durer longtemps. Pas besoin de racheter un ordinateur tous les 2 ou 3 ans, l’amortissement peut être beaucoup plus long. Ce n’était pas forcément le cas il y a encore quelques années.

Terra Mobile 1450

Doit-on voir là une explication à la nouvelle méthode d’emballage des PC ? Les ultrabooks, All-In-One et certains portables traditionnels ne laissent plus entrevoir leurs entrailles ni leurs batteries. La raison en est esthétique, pour améliorer leur dissipation et leur confort, d’après les fabricants. On peut se demander si, face au recul des ventes, à la pérennité en terme de puissance de ces engins, il n’y a pas là une tentative de transformer les PC en machines qu’il faudra tôt ou tard remplacer faute de pouvoir les mettre à jour. Quoi qu’il arrive, la chimie actuelle qui équipe les batteries de nos portables finit toujours par s’user. Un engin dont la batterie est inamovible aujourd’hui se transformera en engin sans aucune espèce d’autonomie d’ici 3 ou 5 ans. Quelqu’un qui achète un processeur haut de gamme pour faire du traitement de texte nomade en 2012 se verra forcément contraint de racheter un autre PC quelques années plus tard, juste pour lancer le même traitement de texte. Je ne parle évidemment pas de panne d’un élément technique autrefois aisément remplaçable ( mémoire, stockage) qui condamnera quasiment l’engin au delà de sa période de garantie.

L’arrivée d’ARM sur ce marché, sur des secteurs notamment délaissés par les fabricants de processeurs comme le low-cost, pourrait venir encore ternir le tableau d’ici peu. Le jour où les éléments de base d’un usager lambda seront tous pris en compte – et on n’en est pas loin – sur une plateforme ARM performante, il y aura alors une concurrence sévère sur la plupart des petites machines en circulation. Bien sûr les grosses puces ultra puissantes d’Intel ou AMD ont encore des années de performances devant elles et une assise logicielle qu’il sera difficile de rattraper. Mais en imaginant une puce ARM capable de faire tourner correctement les éléments de base que sont un accès à internet, à ses emails, un système bureautique fiable et indépendant et les services multimédia de base comme la lecture de musique et de films ainsi que des loisirs ludiques, il sera possible pour ces processeurs de venir empiéter dans le monde des puces x86.

« On a un plan B, au cas ou Windows 8 ne prendrait pas, cela consiste surtout à produire des machines moins chères, plus classiques, sans tactile… » un fabricant.

J’attends de voir avec impatience ce que nous réserve 2013, l’arrivée des machines fermées et de Windows 8 avec son surcoût sur beaucoup d’engins pour un tactile qui a tout à prouver. Ce pari fait par la plupart des marques me semble totalement hasardeux. Si beaucoup de marques se sont prises au jeu d’un Windows 8 et des aménagements à faire pour l’exploiter au mieux, elles ne s’apprêtent pas pour autant à mettre sur le marché une quantité astronomique de machines. Comme les revendeurs, tout le monde est vaguement inquiet et reste d’une prudence étonnante sur ce marché. Préférant voir venir avant de stocker réellement d’un côté ou de produire des machines en quantité de l’autre. Tout le monde me parle d’un plan B dans sa manche. Au cas où.

Bien sûr toutes les marques joueront le jeu de Microsoft, il y a beaucoup à gagner en profitant du lancement de Windows 8 en terme de publicité. Une belle part du marché est donc sur les starting-blocks mais derrière le sourire confiant de façade il y a beaucoup de doutes sur l’avenir du marché PC et la redistribution des cartes qui est en train de se jouer. Certaines marques me parlent même d’un retour de la pièce détachée sous de nouvelles formes. Histoire de faire durer son PC. Un schéma qui va à l’encontre de tous les calculs faits dans les machines proposées aujourd’hui.

Dernier détail, on a appris cette nuit que c’est Paul Jacobs, le PDG de Qualcomm, qui fera la conférence d’ouverture du CES 2013 en Janvier. Cette figure emblématique du monde ARM succède dans cette tâche à Steve Ballmer pour Microsoft de 2009 à 2012 et Bill Gates auparavant. Un signe ?

Source : Networkworld.com

12 commentaires sur ce sujet.
  • 18 octobre 2012 - 11 h 14 min

    De toute manière, je pense inévitable la baisse des ventes de PC « conventionnels » : les smartphones et les tablettes remplissent une bonne part des tâches qu’on confiait avant aux PC. Pour le coup, alors qu’avant on s’équipait « bien et cher » pour une machine qui était la principale, aujourd’hui et plus encore demain nos PC tendront à devenir des machines d’appoint, pour faire ce que ne peuvent pas encore proposer avec un minimum de confort les smartphones et tablettes.

    Les tentatives de « PC jetables » avec les ultrabooks ultra-chers refroidiront probablement les acheteurs d’aujourd’hui dans 2 à 3 ans, quand ils devront remettre la main au porte-monnaie. Si Intel et les constructeur ne corrigent pas le tir rapidement, il va y avoir du « déchet » à recycler dans peu de temps :(

    Répondre
  • 18 octobre 2012 - 12 h 11 min

    Tiens, je découvre le nouveau BlogEee et son géniteur… Les funérailles furent néanmoins assez expéditives, tout comme hélas la fin du marché netbook. Le choix de Cnet en cimetière numérique étant tout de même lourd de (bon) sens! Le whois sentant très fort le retour à l’indépendance.

    Bon, y’a quand même un truc dans l’énoncé que je peine à comprendre: C’est quoi une ultramachine???!! :o)

    Sinon, je partage assez l’analyse sur windows 8… Pour XP, je pense que les grosses boites sont encore plus nombreuses a y être encore que les petites et que le rejet de la nouvelle interface va y être très fort.

    Niveau marché PC, par contre, j’avoue un peu plus peiner à comprendre: En réalité, les tablettes arm sont d’un rapport Q/P bien inférieur à un laptop. Ne parlons même pas d’un netbook. Ce n’est donc pas une considération économique qui prime, mais d’usage: Une petite machine toujours prête.

    Les efforts d’Intel sur la conso et les modes de veille (propres à laisser les machines en marche, avec probablement un seul redémarrage par mois, le second mardi) montrent une prise de conscience… progrès permis par des progrès continus de technos silicium que les partenaires d’ARM, fabless, ne peuvent espérer obtenir même s’ils s’entendaient.

    Au final je crois plus à un passage à vide lié à un effet de mode: D’un côté on a ARM partant de microprocesseurs à l’origine très simples donc peu consommateurs qui doit monter en gamme et va se heurter à des problèmes de fabrication disparate de ses clients, qui ne pourront mener une course aux armements extrèmement couteuse sans se regrouper ce qui sera très compliqué. De l’autre Intel, seul et maitrisant comme personne toutes la chaine, partant certes de microprocesseurs complexes mais qui a donc été contraint à maitriser plus tot sa fabrication dans le sene d’une conjugaison efficace de la hausse de perf et de la baisse de conso.

    Au final, les courbes de perf/w vont se croiser et ARM sera en dessous. Il ne manquera plus à Intel qu’a réaliser un SoC dédié mobilité complet dont ils ont déjà beaucoup d’éléments combinés: Partie graphique désormais crédible avec un driver opensource soigné, controlleur mémoire intégré… Reste plus qu’a y mettre USB et réseau (wifi et/ou filaire), dont ils ont déjà les briques par ailleurs.

    En prime on aurait un standard de fait face à l’anarchie de possibilités en face, situation qui n’est pas sans rappeler l’ère pré-PC. Ere à laquelle le standard d’IBM a mis fin dès le début des années 80.

    Répondre
  • 18 octobre 2012 - 13 h 36 min

    Ca alors, je retrouve Pierre !! J’étais quasi sûr de retomber un jour par hasard sur toi.

    Content de te relire. Je vais de ce pas supprimer mon flux RSS de feu blogeee et je vais ajouter le tiens.

    Welcome back, mais étais tu vraiment partis ;)

    Répondre
  • 18 octobre 2012 - 14 h 08 min

    @Chris29Fr: Je pense qu’on est dans le creux de la vague. Beaucoup de gens ont un PC qui leur suffit, bien sur de nouvelles technos leur font de l’oeil mais ce n’est pas prudent. D’autant qu’on s’est parfois fait plaisir avec une tablette entre temps. Donc on reste attentiste… Sauf en cas de grosse promo.

    @Yann: L’idée n’est plus dans un rapport perfs / prix justement, aa part pour les joueurs. Madame michu qui tape des emails et ouvre Internet Explorer sans même se lâcher sur des onglets peut se suffire d’un Atom aujourd’hui. Tout ce qu’il y a au dessus c’est du bonus. Ok les plus jeunes veulent plus de confort, mais ce n’est pas forc »ment eux qui payent la machine familiale.

    Alors OK, des que l’informatique devient plus qu’un outil, une passion, un vrai besoin, il faut un PC et je ne dis absoluent pas le contraire. Juste qu’en ce moment on est face a un drole de phénomene. Les gens ont peur pour leurs économies et on leur propose un renouveau bien plus cher qu’avant. Je veux dire, une tablette sous Atom a 800€ ca interesse qui niveau performances ? C’est ridicule non ? Pour le même prix on a des engins bien p^lus performants en format PC, et pourtant certains constructeurs s’y interessent.

    Le PC a tout a faire pour se réinventer et a mon sens aujourd’hui l’industrie s’y prend mal en proposant plus cher pour pas mieux mais des usages encore flous.

    Le prix des machines augmente, la demande en netbooks chez Acer ou Asus par exemple était plus importante largement que les ventes d’ultrabooks toutes marques confondues. Ça n’a pas empêché le marché de tuer cet objet sous prétexte de mauvaise visibilité des ventes. En réalité c’est pour remonter les tarifs et essayer de gratter un peu de marge plus facilement.

    J’écrivais en 2010 qu’on vivais une sorte d’age d’or et que le futur laissait paraître une augmentation globale des prix : De fait les machines ont augmenté, leurs capacités aussi mais l’entrée de gamme n’a pas retrouvé le tarif de 2010 en prix neuf (je parle pas de déstockage ou de fin de série). Il va falloir également du temps pour que le public accepte de repayer plus cher qu’avant a peu prêt la même chose. On a vu ce qu’il s’est passé pour les disques durs avec les inondations, les gens ont réappris a stocker intelligemment et ne rachetaient qu’en cas d’extrême urgence.

    Enfin la vraie différence entre ARM et x86 réside dan la concurrence en place, Intel s’est habitué logiquement a un énorme gâteau : parts de marché énorme, concurrence anémique et marges importantes sur chaque pièce vendue. Le marché ARM est très différents : Parts de marchés partagées, concurrence féroce et dynamique et marges beaucoup plus faible sur chaque pièce vendue.

    Ca ne veut pas dire qu’intel ou le x86 est mort, ca veut dire qu’ils doivent changer de politique à moyen terme.

    Répondre
  • 18 octobre 2012 - 14 h 51 min

    Je ne serais pas étonné que ce soit déjà l’effet de la concurrence ARM vs. x86 qui se fasse ressentir : bcp d’utilisateurs ont investi dans des tablettes et donc, d’une part ne vont pas reinvestir de suite dans un PC neuf, d’autre part ils se rendent compte que pour 80% des tâches usuelles (surf, mail, film, jeux basiques…) une machine type tablette suffit largement.

    Perso, ça fait plus de 20 ans (depuis que j’ai du troquer mon Atari STE contre un PC 486DX2 66MHz) que j’attends que cette architecture préhistorique de x86 soit mise au rebut :-)

    Répondre
  • 18 octobre 2012 - 16 h 07 min

    Pierre, quand je parlais perf/w… ce n’était pas forcément pour aller vers la perf inutile: Quand les courbes se croiseront (probablement dès la prochaine itération de laur architecture Core fort bien née) du fait de la puissance d’Intel et de sa maitrise complète de la chaine silicium… les jours d’ARM vont devenir difficiles: Tous les élements sont en place (architecture, technos silicium, drivers y compris open source pour Androïd ou autre) pour sortir des SoC plus puissants que les bases ARM à conso constante. Reste à regrouper qq éléments du bridge PC restant, les évolutions architecturales de ces dernières années ayant rendu l’affaire très simple.

    En réalité, on voit bien qu’ils mettent toutes les pièces en place sans sortir de produit alors qu’ils le pourraient et très rapidement. Pourquoi? Car un concurrent qui se mets à rêver avec l’argent qui coule soudain à flots va investir: Soudain assêché par un coup commercial bien placé, il crève alors bien plus rapidement.

    Répondre
  • 18 octobre 2012 - 17 h 50 min

    @yann: Je crois qu’il y a un peu de ca. Je n’arrive pas à imaginer Intel perdre pieds… on laisse les autres monter, pour qu’ils s’écrasent plus fort.

    Répondre
  • Alx
    19 octobre 2012 - 2 h 35 min

    @Chris29Fr: Je suis entièrement d’accord :)

    En fait le grand tournant, qui s’est produit il y a quelques années à peine, est venu du fait que tout d’un coup, il y avait d’autres appareils que son PC pour faire ce que l’on faisait avec son PC.

    En 1998/2000, c’était le PC roi. Faire du traitement de texte, de la retouche de photos, un petit montage vidéo familial, envoyer un mail à un ami ou de la famille, jouer, matter des films, écouter de la musique, etc. Il y avait des appareils pour faire une et une seule de ces actions (lecteur DVD, chaine hifi, consoles de jeu, …), mais globalement, le PC était LE point central qui permettait de faire ça. Pas d’alternatives.

    Aujourd’hui c’est presque l’inverse : entre les smartphones, les tablettes, les objets intelligents, etc, c’est presque une galère d’avoir à allumer son PC, lancer windows puis des logiciels tordus et lourds pour faire ce qu’un Ipad ou une Galaxy Tab proposent avec une simplicité effarante … et du fun.

    Juste après cet article, Pierre en a fait un sur les tablettes qui acceptent des manettes de jeu. C’est le dernier rempart au gaming sur tablette qui saute : le gameplay. Cela ouvre grand la porte aux « vrais » jeux pour les tablettes. Si ça se démocratise, les consoles sont mortes à court terme. Cet exemple rejoint le commentaire de Pierre sur la « machine à tout faire » qui est presque déja là. Presque.

    Le jour ou une tablette remplira 90% des usages familiaux, c’est à dire demain, qui va acheter une tour en tôle de 1m3 ?

    On est qu’au début de la chute.

    Répondre
  • 19 octobre 2012 - 3 h 44 min

    La dégringolade d’AMD en termes de performances, et de ventes, sur le marché des processeurs PC est également un élément important à prendre en compte. Intel se retrouve presque seul sur le marché et mène la danse comme il l’entend. Quasiment Aucune baisse de prix sur des processeurs Core Intel I3 en deux années ! la quasi totalité des core intel sont bloqués en overclocking ! pourquoi faire ? même overclockés, les processeurs AMD sont moins performants, plus gourmands en électricité, et sont plus chers … Un peu de concurrence d’AMD et les prix pourraient baisser.

    Répondre
  • 21 octobre 2012 - 14 h 25 min

    Je ne crois pas du tout à la mort des consoles de salon : ce n’est pas la même chose de jouer sur une tablette que sur une télé de 127 cm de diagonale !!!

    Répondre
  • 21 octobre 2012 - 20 h 44 min

    Moi je dis yesss, on va se retrouver avec des vrais « users » celui qui ne sent pas insulté qd on parle de « bits » et « pci-x  »

    Sinon moi je dirai plus simplement pq changé de machine qd mon « vieux » i3/5/7 fait tout aussi bien le boulot que je lui demande que le petit dernier ?

    On arrive plus a un limite de surpuissance , tendez l oreille a votre pc, le rzzrzzz que vous entendez ce sont vos cores qui dorment

    Qd on pense que la puissance d’un brazos est +- la meme qu’un p4

    Répondre
  • 31 octobre 2012 - 7 h 36 min

    […] les ventes de PC sont annoncées à la baisse (source là et […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *