Les PC ne se vendent plus en Europe

Les PC ne se vendent plus en Europe

Les ventes de PC baissent en Europe et en France pour ce troisième trimestre. Les chiffres de l’institut Gartner qui recensent les machines réellement vendues annoncent une baisse de volume impressionnante : -15% en volume entre Juillet et Septembre. En France ce marché a reculé de 7,2%.

Comme d’habitude, les matadors de ce carnage sont les mêmes. D’après la plupart des analystes la première responsabilité revient à la crise. Un discours bien rodé qui permet de ne pas faire le ménage dans son propre chez-soi. « La faute à la crise » si les ordinateurs reculent. Sans broncher les même analystes trouvent un second bouc émissaire dans la foulée : les tablettes.

Cette double analyse est bien sûr complètement contradictoire mais cela semble ne poser de problèmes à personne. Que des gens victimes de la crise, donc moins riches, se rabattent sur une tablette moins polyvalente et plus chère sur ce segment de l’année qu’un PC portable entrée de gamme, ne semble pas poser de soucis. A croire qu’ils sont vraiment bêtes les acheteurs de micro informatique, ils n’ont plus de sous mais le peu qu’ils peuvent mettre de côté à cause de la crise, ils le claquent dans une tablette. On ne m’ôtera pas de l’idée que ces engins ultra-légers et autonomes ont leurs vertus mais qu’il ne sont que des machines à consommer du contenu. Ils ne s’utilisent que dans très peu de foyers non équipés d’un ordinateur traditionnel.

Si mon frigo et mon porte monnaie sont vides je vais avant tout remplir le premier en vidant le second avec du champagne et des petits fours, cela paraît logique. Je n’ai rien contre les tablettes mais ce ne sont pas des produits de première nécessité en matière informatique. Si on a un budget au raz des pâquerettes, je suppose qu’on achète d’abord un engin de production, un PC. Pas une tablette. Ou alors il faut lire cela autrement, les riches achètent désormais plus volontiers une tablette plutôt qu’un PC. Tandis que les pauvres arrêtent l’informatique et se rabattent sur les nouilles et le ketchup.

PC Tablet sign

Et si le problème ne venait pas des acheteurs mais de l’offre ?

Mis à part Lenovo, tout le marché dévisse : HP (-22%), Acer (-14%), Asus (-6%). En Allemagne c’est carrément -19% en volume sur ce troisième trimestre. Au niveau mondial c’est -8%.

Mais que se passe_t-il ? La crise a mangé les économies des acheteurs de PC ? Tout le monde se vautre dans une tablettomania maladive ? Et si tout simplement l’offre PC ne correspondait en rien aux attentes des acheteurs ? Et si les constructeurs, en ne jouant que le jeu d’Intel et Microsoft, avaient tout simplement perdu le contact avec leurs clients ?

Les netbooks, je commence par eux, se sont vendus par kilotonnes pendant des années avant de mourir à petit feu sous l’inertie des deux compères. Avec la vélocité d’un dolmen en granit au milieu d’un champ de luzerne, leurs composants se sont totalement laissé dépasser. Qui voudrait acheter en 2012 un engin fabriqué en 2009 ? Complètement castré par un Windows 7 Starter qui, en échange d’un petit tarif, ne lui laissait pas les moyens d’évoluer ? Windows 7 Starter mort, les netbooks ont suivi le cortège funèbre et ont glissé petit à petit dans la tombe. Ces machines d’appoint, que beaucoup d’acheteurs se procuraient en plus d’un PC traditionnel, ont largement gonflé les ventes de nombreuses marques. Une fois disparus, les ventes en volume s’écroulent, c’est plutôt logique.

LG Super Ultrabook Series Z330

Le flop monumental du concept Ultrabook en 2012 par rapport aux chiffres estimés par Intel est édifiant. Avec une offre ultraportable qui s’est raréfiée, le glissement quasi total du marché vers le concept du fondeur n’a pas été du goût de tout le monde. Pourquoi payer plus cher un produit juste plus léger ? Les ultraportables auraient probablement évolué naturellement vers ce qu’est l’Ultrabook aujourd’hui. Forcer la main à cette évolution sera bénéfique pour l’acheteur qui en ressent déjà les contre-coups avec des écrans IPS plus qualitatifs qui se démocratisent et des stockages hybrides SSD qui se généralisent. Mais cela a provoqué un véritable séisme dans les habitudes. Beaucoup de constructeurs n’étaient tout simplement pas prêts à ce grand saut. Les premiers Ultrabooks n’avaient rien d’ultra : Écrans basse définition en technologie d’affichage médiocre, processeurs sous évalués par rapport aux missions que l’ultrabook était censé pouvoir remplir, SSD entrée de gamme vendus comme des solutions exceptionnelles alors que le marché évoluait déjà à vitesse grand V sur ce segment. Priorité à la finesse au détriment de l’accès aux composants, du changement de batterie, à la pérennité de l’engin. Offres logicielles et de services associées souvent ridicules face aux fonctionnalités que tout internaute peut avoir gratuitement sur le web aujourd’hui.

Le tout dans une gamme de prix absolument ahurissante . Les 40% du marché prévus par Intel pour les Ultrabooks en 2012 ont donc été revus à la baisse. 170 000 de ces machines ont été vendues ce trimestre, soit 8,7% du parc de portables. C’est peu par rapport aux investissements de recherche et développement ainsi qu’aux budgets marketing consentis. Cela reste un beau chiffre quand on voit au final le prix et les machines vendues, mais en terme de volume, c’est encore marginal.

Comment expliquer cette débâcle générale, cette tourmente où même les portables ont pris un coup dans l’aile avec un recul de 8,5% ? Bien sûr on peut accuser les tablettes de tous les maux et, comme les vendeurs de voitures à une époque, expliquer le recul de ses ventes par l’arrivée des 2 roues en permis B. Je doute sincèrement que le marché remplace purement et simplement ses ordinateurs personnels par des tablettes. Ces dernières ne sont pas prêtes à remplacer un PC.

Bien sûr je sais déjà qu’en commentaires j’aurai droit à des « depuis que j’ai ma tablette je n’allume plus mon PC » et c’est vrai que pour beaucoup d’utilisateurs, la contrainte d’un PC à allumer face à la réactivité d’une tablette est bien présente. Mais je ne suis pas sûr de me tromper en disant que la très grosse majorité des utilisateurs de tablettes ont également un PC et qu’il leur serait impossible de s’en passer. Il n’y a simplement pas eu de déclic ces derniers mois, rien dans l’offre constructeur qui ne corresponde à leurs besoins. Et je ne suis pas sûr qu’avec le surcoût des belles machines sous Windows 8 provoqué par les écrans tactiles ou les fonctionnalités hybrides PC-tablettes, le marché revienne au beau fixe.

Balayer devant sa porte.

Les fabricants seraient à mon avis plus raisonnables en commençant par balayer devant leur porte. Poser des questions aux utilisateurs me semble plus pertinent qu’écouter les impératifs de Microsoft pour Windows 8. Je n’ai rien contre les portables à écran tactile mais posez cette simple question autour de vous, dans la rue ou en magasin info : Entre un ultraportable très performant et bien fini et le même engin avec un écran tactile vendu plus cher, lequel choisiriez vous ? Vous ne serez même pas surpris du résultat écrasant se tournant vers le portable classique. La réponse la plus courante étant « J’ai déjà un téléphone ou une tablette tactile ». L’arrivée du tactile sur un ordinateur portable est-il un gadget ou la réponse à un vrai usage ? Posez vous la question et répondez franchement, vous qui avez sûrement un smartphone ou une tablette à portée de main.

Balayer devant sa porte, réinventer ses propres machines et éviter un bras de fer dangereux avec les utilisateurs. C’est le meilleur conseil à donner aux fabricants : S’ils ne veulent plus que proposer des engins ultra-fins, ultra-chers ou dotés par défaut de fonctionnalités tactiles que des dizaines d’années d’informatique ont toujours considérées comme optionnelles, grand bien leur fasse. Mais qu’ils ne considèrent alors plus le recul de leurs ventes comme un cataclysme qu’ils subissent sans pouvoir rien n’y faire. En attendant, de plus en plus de clients font ce qu’il y a de pire sur un marché de ce type… Ils refusent tout simplement d’y réinvestir. La crise leur donnant juste raison.

48 commentaires sur ce sujet.
  • oli
    20 novembre 2012 - 10 h 25 min

    belle article (comme d’habitude).
    travaillant dans l’IT et datacenter, je n’ai tj pas vu de vraie utilisation d’une tablette dans le cadre prof. à part qq utilisations gadget qui sont abandonnées au bout de qq semaines.
    Par contre, en smartphone, c’est assez régulier.
    De mon côté, l’époque du eeepc et de l’année qui a suivi me manquent. Je vois régulièrement des personnes venir ici avec des netbook de 2-3 ans d’âge pour venir faire de la maintenance sur serveurs

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 31 min

    Comme toujours c’est plaisant à lire :)
    Je suis d’accord avec ton analyse.
    Je possède un ipad 2 et je dois dire que c’est un bijou qui ne me sert finalement à rien (à part lire des ebooks dans mon lit :) )

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 37 min

    Très bon article Pierre! :)

    Cependant, je dirais que tu oublies peut-être un élément lorsque tu évoques la crise. Je pense que l’on peut trouver un lien entre crise et vente de tablette.

    Je ne vais pas développer toute la théorie ici mais on peut tout à fait imaginer quand temps de crise, certaines personnes n’ayant plus les moyens pour réaliser de « grosses dépenses » (voiture, voyages, immo..) se déportent sur des achats « coup de coeur ». Selon moi, les tablettes font exactement partie de cette catégorie de produit.

    Après, il ne faut pas oublier le battage médiatique autour des tablettes. Sérieusement, Tu vois encore beaucoup de pub et autres évènements marketing pour un PC? Un PC ça ne fait plus rêver… mais ça reste indispensable ;)

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 37 min

    Je crois que c’est la première fois que je ne partage pas une de tes analyses du marché. Tu dis que la double cause « crise + tablette » est incohérente. Je ne le pense pas.
    Aujourd’hui le marché des PC est presque saturé, tous ceux qui voulaient un PC l’ont acheté ou presque. Nous sommes dans un marché de renouvellement. Et pour moi, l’arbitrage qui se fait n’est pas entre « acheter un PC » et « acheter une tablette » (nous sommes bien d’accord le deuxième ne remplace pas le premier), mais entre « remplacer son PC » et « acheter une tablette ».
    Et à cause de la crise, de moins en moins de gens décident de faire les deux (remplacer le PC et acheter une tablette).

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 43 min

    C’est marrant, on positionne toujours la tablette comme concurrente au PC, mais jamais au smartphone. Personnellement, je me pose plutot la question, pour la prochaine fois, de prendre plutot un smartphone entrée de gamme (mais avec tethering), et un tablette 7″. Parceque j’ai un Galaxy Note et je l’adore, je me demande si ca ne vaut pas le coup de pousser encore un peu plus loin le concept de gros machin. Ou alors carrément une Galaxy Tab 7.7, descendue a 430€ en wifi+3G chez Expansys, et qui fait téléphone nativement.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 43 min

    si mon employeur pouvait te lire…

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 44 min

    Et un article de fond, 1 :)

    Merci pour cette analyse personnelle avec laquelle j’adhère parfaitement.

    Je suis exactement dans le cas que tu as cité : impossible de me passer de mon fixe, j’ai acheté un eeePC 701 à l’époque et je viens de m’acheter une Nexus 7 32Go 3G.

    La tablette est vraiment confortable mais en aucun cas indispensable (un fixe et 1 smartphone permettent de faire tout ce que fais une tablette).

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 45 min

    merci Pierre pour ton article.

    Pour ma part, je pense que la tablette a certainement contribué sans en être la cause. Plus souvent je connais des gens qui ont déjà un PC fixe chez eux, un PC portable pour aller travailler, et se sont offerts une tablette, bien plus pratique pour traîner sur le canapé.

    Avouons également que le marché des tablettes ne s’est pas trompé de cible. Que font les gens en général sur internet? Ils surfent, s’envoient des mails, lisent la presse, parfois jouent… ce qu’une tablette de bonne qualité peut assurer sans problème, et c’est pour ça que je compte en avoir une, pouvoir lire mes news allongé le soir. Mes autres pc étant réservés pour des tâches plus dédiées comme la compression vidéo, retouche d’image, etc.

    En ce qui concerne les ultrabooks, dont le prix a chuté de presque 50% pour certains modèles, présentés à 1000 euros en mai, vendus 550~700 euros aujourd’hui. Pareil ceux qui sont le plus intéressés sont les nomades qui aimeraient avoir un objet plus léger et pratique à emporter, et j’en ai pris un « pour le boulot ». Vu les prix qui étaient élevés pour gagner 500g, avec l’économie actuelle, normal que l’acheteur soit regardant. Si l’usage est professionnel, certains éléments sont indispensables: port VGA pour les vidéoprojecteurs, la prise Ethernet pour une connexion plus « sécurisée » ou plus rapide (on se rassure comme on peut). Bien évidemment, beaucoup n’ont plus de prise Ethernet et le VGA est souvent proposé en tant qu’adaptateur, chose compréhensible en soit, mais que l’on est susceptible de perdre assez vite.

    Devant l’achat d’un PC, portable ou pas, les constructeurs comme dell proposent le choix entre un disque mécanique et un SSD, mais pas systématiquement pour tous ses modèles, une option coutant 144 euros pour passer d’un 320 Go 7200t à un SSD de 128 Go, 325 euros pour passer du 320 Go au SSD de 256 Go, sans forcément apporter beaucoup de détails sur les performances pour les SSD proposés; l’utilisateur averti ira comparer les prix des disques internes, et verra que le delta laisse présager une marge confortable des assembleurs… Il faudra également rappeler que les prix des disques durs internes avaient flambé et sont à peine revenus au prix d’il y a 1 an et demie, impactant directement le prix des PC.
    Les ventes ont également forcément chuté les mois avant l’arrivée de Windows 8, les acheteurs ne sachant pas si un produit avec Windows 7 bénéficierait d’une MAJ gratuite, ou d’une configuration adaptée au nouvel OS (surtout pour ceux qui auraient eu des expériences douloureuses de drivers non assurées par le support du produit). Mais à l’arrivée de ce nouveau système d’exploitation, qui parait aussi léger que son prédécesseur, pourquoi changer d’ordinateur si l’usage à la maison reste essentiellement internet/bureautique?
    Ce n’est pas forcément une histoire d’argent dira-t-on lorsque certaines tablettes ou téléphones coûtent plus de 500 euros…
    Peut-être faut-il à la fois assurer un produit qui conviendra aux attentes réelles de l’utilisateur lambda, tout en lui assurant une qualité presque irréprochable du produit…

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 51 min

    On en a déjà parlé, on veut des netbooks plus puissants (en ARM avec des vraies capacités 3D et de la mémoire flash): en gros des coeurs de tablette dans des formats netbook comme le Chromebook récemment sorti mais avec un vrai OS.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 10 h 59 min

    @oli: Oui en entreprise le netbook a été très vite accepté comme un couteau suisse.. C’est pas la mallette à outils Facom qu’est le gros 17″ avec port série comme j’ai vu aussi souvent en datacenter, mais ça permet de résoudre 95% des pannes habituelles sans sortir l’artillerie lourde. Amusant de voie encore partout des techniciens régler les armoires telecom dans la rue avec des Dell Mini 9…

    @pipin: Ce n’est pas rien, c’est un usage différent. Je crois que le gros soucis des tablettes aujourd’hui c’est qu’elles sont mal suivies par les fabricants. Je veux dire que la plupart des utilisateurs n’en découvrent qu’un tout petit morceau en plusieurs mois. Régulièrement je montre des fonctions toutes bêtes aux utilisateurs d’iPAd qui l’ont depuis des années… Genre le double clic sur le bouton central qui ouvre le menu raccourcis… Il faut que je fasse des dossiers « usages » la dessus.

    @Wicz: Ce n’est pas incompatible… Si les tablettes sont devenues des achats coup de coeur au dértiment des PC c’est parce que le déclic PC n’existe plus ou qu’il est hors de portée. Un X1 Carbon de Lenovo me fait rêver mais je n’ai aps les moyens… a contrario j’ai acheté une « absolument-pas-indispensable-pour-moi-Nexus-7 » mais qui restait dans mes moyens.

    Il y a 2 ans des PC traditionnels auraient pu être mes achats coup de coeur… Aujourd’hui ce n’est plus vrai.

    @Pilef: Là encore je suis assez d’accord avec toi mais je ne juge pas cela incompatible avec ce que j’écris. Mon PC est en renouvellement depuis 1984 date a laquelle j’ai eu un premier ordi perso. Depuis, et surtout depuis que je suis adulte, je change de PC régulièrement, tous les 18 mois environ.
    Alors certes le besoin se fait moins sentir pour un particulier puisque si il a acheté en Core i5 avec 4Go de ram l’année dernière il est a priori « couvert » pour ses besoins…. Mais si son PC commence a poser problème l’année prochaine, il lui faudra un engin ayant un bon rapport qualité prix pour qu’il investisse, quelque chose dans lequel il puisse se retrouver gagnant. Sinon il rafraîchira son système et attendra un an de plus et il aura raison. Cela n’empêche pas d’acheter une tablette pendant ce temps.. si il a les moyens. Mais ne pas remplacer un PC parce qu’on va acheter une tablette c’est se placer uniquement sur un rapport financier et oublier les usages réels de ces engins. Si son PC tombe en rade on ne choisi pas entre les deux, on replace le PC. Si on se pose la question c’est qu’au final on a soit les moyens et qu’on est pas affecté par la crise, soit sue son PC est encore en forme. Non ?

    Répondre
  • fpp
    20 novembre 2012 - 11 h 36 min

    Une analyse dans laquelle je me retrouve parfaitement.

    Mon PC fixe « fait maison » (Core 2 duo) date de novembre 2008 et marche toujours très bien, je n’ai pas de raison d’en changer.

    Mon netbook Samsung NC10 date aussi de 2008 et est également en pleine forme, malgré ses limitations d’origine, grâce à l’ajout d’un SSD.

    Les seules machines un peu innovantes qui m’auraient donné l’envie d’en changer ont été, en son temps, le Toshiba AC100, et récemment le Samsung Chromebook S3, deux machines ARM. Mais je ne les envisage que comme des portables à part entière, pas comme des pseudo-tablettes non tactiles à clavier, ce qui suppose un support au moins honnête de Linux, LibreOffice et autres applis de production banales mais indispensables.

    Ça ne s’est pas produit pour l’une et semble mal barré pour l’autre, sans doute pour les raisons « Winteliennes » que tu évoques. Tant pis pour eux, tant pis pour nous…

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 11 h 48 min

    @Pierre : sans vouloir troller, les netbook en entreprise c’est surtout parcequ’ils étaient pas chers …

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 07 min

    « Si on a un budget au raz des pâquerettes, je suppose qu’on achète d’abord un engin de production, un PC. Pas une tablette. »

    Si je suis d’accord avec 99% de l’article, ce passage est malheureusement un peu faux.

    Combien de fois autour de moi j’ai entendu des gens hésiter entre un pc portable bas de gamme et une tablette. D’autant plus que les tablettes entre 200 et 300€ sont légions désormais.

    Pour un usage purement consultatif (web, mail…), la tablette est parfois plus pratique que le bon vieux PC malheureusement.

    Surtout que la majorité des gens ne « produisent » rien, même si on veut croire l’inverse…

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 08 min

    Je rajouterais, j’avais fait acheter à mes beau parents un petit netbook Asus pour leurs voyages, ils en sont ravi malgré un fonctionnement poussif sous windows 7 starter. Cependant si je devais faire le même choix aujourd’hui, je leur ferait acheter une Nexus 7, qui réponds parfaitement à leurs besoins. Faire du skype, aller sur le web et répondre à quelques mails en quelques mots…

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 09 min

    Un pc de 2008/2009 sous XP/Vista/Seven fait tourner tout aujourd’hui en dehors des jeux.
    Et Windows 8 n’est vraiment pas assez sexy pour faire un achat impulsif.
    Donc pour ceux qui ont un ordinateur, la panne est la seule motivation.

    D’un autre côté, même si elle ne remplit pas toutes les fonctions d’un pc, la tablette est facile d’accès, moins intimidante pour le commun des mortels.
    On voit presque plus de journalistes/animateurs se servir de tablettes à la télé plutôt que d’ordinateurs, ça rentre dans les meurs.

    Microsoft s’est arrêté au milieu du chemin : un pc sous ARM avec Windows UI et pas de desktop !

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 11 min

    @Pierre Lecourt: A la base je répondais à cette phrase de ton article « Cette double analyse est bien sûr complètement contradictoire mais cela semble ne poser de problèmes à personne ». Pour moi il n’y a pas de contradiction.

    La crise a un impact sur les ventes de PC, ça me paraît indiscutable. Ne serait-ce que les entreprises qui doivent ralentir le renouvellement de leur parc informatique.

    Quand je parle de « remplacer son PC », je ne pense pas au PC qui tombe en panne, mais au PC un peu âgé qui fonctionne très bien. Avant l’arrivée des tablettes, le particulier pouvait être tenté par un remplacement pour un modèle plus puissant (alors que la machine fonctionnait) ou par l’achat d’un portable en complément (à ce sujet, les ordinateurs portables ont été un vecteur de croissance du marché des PC qui lui aussi est arrivé à quasi maturité). Aujourd’hui, il va se tourner vers une tablette pour tenter une nouvelle expérience, c’est l’attrait de la nouveauté (qui a joué un temps aussi pour les netbooks AMHA). Donc les ventes de tablettes sont en partie prises sur les ventes de PC.

    « Mais ne pas remplacer un PC parce qu’on va acheter une tablette c’est se placer uniquement sur un rapport financier et oublier les usages réels de ces engins. ». Je ne vois pas où tu veux en venir, si le budget est limité et le PC fonctionne de manière satisfaisante, pourquoi le remplacer alors que la tablette apporte une expérience nouvelle. Une personne avec un budget limité est obligée d’envisager un achat sous un rapport financier.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 13 min

    Excellente analyse.

    Le problème est clairement un problème d’offre.

    Par exemple, il est quand même lamentable que 90% des portables/ultrabooks de 15″ et moins aient une résolution de 1366*768 et souvent des écrans de mauvaise qualité (quand la moindre tablette 10″ dépasse le full HD…). Au lieu de chercher à atteindre une finesse de quelques mm, il vaudrait mieux investir dans du composant de qualité, comme tu l’as noté.

    On devrait pouvoir trouver autour des 400/500 € de bons écrans avec des procs assez rapides, un poids contenu, des claviers retro-éclairés, etc…

    Au contraire, les constructeurs nous proposent des tactiles sur PC (utilité???), un nouvel OS plus taillé pour la consultation que sur la productivité, etc…

    Et intel n’est pas pour rien dans cette incompréhension entre les fabricants et les consommateurs. Je crois que l’arrivée de proc ARM taillés pour la productivité changera tout ça.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 33 min

    @lglive: 2008/2009 ? J’avais donné à mes beaux-parents un ordinateur Dell acheté en octobre 2004 (P4 3Ghz) upgradé en mémoire, mais avec le disque d’origine (160Go 7200tr/mn). Je le trouvais insupportable de lenteur, habitué que je suis au processeur multi-cores et au SSD, mais eux étaient très contents de cette machine. Pour leur usage (surf, mail, bureautique) c’était largement suffisant (je leur ai installé en début d’année une nouvelle machine, d’où l’imparfait).
    De plus (et suite à cette discussion je regrette de ne pas l’avoir fait), mais j’aurais mis un SSD sur ce P4, j’aurais peut-être obtenu une machine « très » réactive.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 12 h 59 min

    Super article, merci!
    Petite demande en passant : serait-il possible qu’il y ait un tag, ou une categorie, pour tous ces articles fouillés, qui vont plus loin qu’une simple news ?
    Parceque typiquement, celui-la, j’ai failli ne pas l’ouvrir, m’imaginant une news sur la parution d’un énième rapport de cabinet d’analyses…

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 13 h 06 min

    Il y a quelques années avant l’explosion des smartphones, nous avions le choix entre des PC fixes accessibles et des ordinateurs portables hors de prix. D’où l’attrait pour les PC fixes même pour une utilisation simple et non productive (surf, mail…)

    Aujourd’hui nous avons le choix entre les PC fixes, les ordinateurs portables classiques, les netbooks, les ultrabooks, les tablettes et les smartphones auxquels on peut rajouter les TV connectées. Avec cette multiplication matériels connectés à des prix différents, le consommateur peut choisir ce qui lui convient en fonction de ses besoins et de son utilisation personnels. Le moindre attrait pour les PC fixes traditionnels en résulte peut-être.

    Ces nouveaux outils ne sont pas forcément concurrents mais complémentaires.

    L’avenir est peut-être pour les machines hybrides portables, sous Windows 8 où se côtoient le côté professionnel, productif d’un ordinateur et le côté ludique, convivial d’une tablette avec ses applis.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 13 h 36 min

    @RTR tealhare (Thanh Nguyen): globalement d’accord avec toi, si ce n’est sur la chute du prix des ultrabooks : ok certains modèles hyperchers au départ ont assez rapidement baissé, et il y a eu un très léger tassement des prix de l’entrée de gamme au prix de composants vraiment pas top ou de recyclage de i3 sandy bridge ou autres concessions (hp, samsung, dell) mais sinon je crois que depuis un bon moment les prix ne baissent pas de façon globale (à produit équivalent) et même remontent un peu (les produits W8 sont proposés systématiquement un peu plus chers même quand la plateforme n’a pas bougé ou au même prix avec soit un proc un peu en deça ou moins de stockage, alors qu’effectivement le prix du stockage a recommencé à baisser depuis un petit moment déjà ).

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 13 h 38 min

    @CyrilleT l’ennemi pu pc est plus a cherché du côté des smartphones qui remplissent beaucoup de fonctions basiques des pc.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 13 h 40 min

    Même moins cher qu’un ordinateur avec un écran classique je n’achèterai pas un ordinateur avec un écran tactile
    Sur une tablette c’est parfait , sur un écran d’ordinateur ça ne m’intéresse pas
    Avec un ordinateur portable j’utilise une souris pour bouger le bras le moins possible

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 14 h 02 min

    Les PC portables ont trop peu évolué ces dernières années, surtout la qualité de l’écran et la résolution.

    Le phénomène tablette est dans tous les esprits : tout le monde en veut une. Il y a un an, elles coutaient toutes très chers : iPad à 600 Euros, Asus Transformer à 500 Euros… Aujourd’hui, le marché est inondé et les gens peuvent maintenant assouvir leur envie (marketing quand tu nous tiens…) contre 200 Euros. Et je ne parle même pas du raz de marée de Noel à venir.

    J’assimile l’usage de la tablette à l’usage que nous avons de la télé, avec la même passivité : donc les gens vont aimer cett expérience.
    Par contre, une minorité sera déçue parce qu’on ne peut pas produire de contenu avec une tablette (alimenter un blog, écrire dans un traitement de texte ou un tableur, travailler une image), ce sera une réelle déconvenue pour ces gens là qui se sentiront flouées. et qui reviendront à un PC.

    Face à la mode des tablettes version « rouleau compresseur », on nous a mis des ultrabooks à 1000 Euros pièce avec des écrans nullissimes pour le prix…

    Rajoutons à cela une crise financière et on peut estimer effectivement que les gens sont plus dans l’achat plaisir/refuge avec une tablette à 300 Euros qu’un rachat d’une tour PC à 800 Euros ou d’un PC ultrabook à plus de 1000 Euros.

    A titre personnel, je suis passé d’une tablette 10″ après un an à une 7″ et je ne compte pas racheter de tablette du tout. dans le futur car je suis extremement déçu par ce type de produit.

    Par contre, je me tournerais vers un PC portable 14″ avec un écran potable et poids correct.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 14 h 19 min

    En lisant vos différent commentaire et me posant la question sur mon besoin, finalement c’est pas si compliqué. Nous avons tous besoin (et j’inciste sur le « besoin » en rapport avec l’achat coup de coeur évoqué par plusieurs personnes) d’un pc portable léger doté d’une bonne résolution d’écran et d’une config qui tienne la route (i3 et ram evolutive), le tout avec un prix contenu. Ca ne doit pas etre si compliqué que ca a produire ?

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 14 h 23 min

    Finalement le declin des ventes de portables et netbook ne serait-il pas due à la volonté des constructeurs de vouloir nous vendre des pc « fermés » (pas de trappes sous le pc, ram soudée) et doté de config’ deja obsoletes a leurs sortie ? A trop prendre le consommateur pour un con… Bah, il achete une tablette :D

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 14 h 31 min

    Pour faire court Pierre, suis d’accord.
    Quelques remarques cependant:
    1/ Partir du principe que le consommateur est un agent economique rationnel est une erreur car la publicité et l’effet d’appartenance (faire comme le voisin ex: iPhone)
    2/ avec la quasi disparition des netbooks le prix d’acces des pc a augmenté alors que celui des tablette fond (Nexus7). Les courbes se croisent
    3/ perso mes tablettes me servent qu’à faire de la navigation internet rapide, voir des photos et YouTube (quand Free a du debit), du teethering en deplacement et voir mes enregistrement video de la TNT. Soit beaucoup moins de choses qu un PC

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 14 h 36 min

    @minette: Oui tu as raison j’ai été un peu vite dans mon commentaire en me focalisant sur des produits comme le HP Folio 13 que j’ai pu voir en promo quelques mois après avoir acquis un Dell v131, en englobant les ultrabooks n’ayant pas forcément adopté pour le recyclage de composants.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 14 h 37 min

    Puis la course à la finesse et au poids, si ça passe par ajouter 50% au prix et interdire tout changement de batterie, de ram ou dd c’est triste.
    Avoir passé mon Acer 522 de 1go à 2go avec ton tutoriel Pierre (youtube/blogee) a été salutaire.
    Mais les fabricants doivent aussi y voir une possibilité d’obsolescence programmée/planifiée

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 15 h 08 min

    Pierre, je pense que tu réagis comme un cas particulier et non comme le grand public.

    Quand tu dis qu’il est plus logique de remplacer son PC ou de rafraîchir sa configuration que d’acheter une tablette car un PC est productif alors qu’une tablette ne l’est pas, tu réagis comme une personne qui utilise son PC de manière productive, ce que fait finalement très peu le grand public.

    Oui, les tablettes sont des machines à consommer du contenu, et que fait le grand public ? Il consomme du contenu.

    A ma grande époque geek, je passais mon temps sur mon PC car je « produisais » avec celui-ci, à cette époque je rafraîchissais sa config régulièrement.

    Aujourd’hui, j’ai d’autres pôles d’intérêt et l’informatique et ce que je produisais avec mon PC sont passés loin derrière mes principales préoccupations (sport et nouveau né). Pour le boulot, j’ai le PC au bureau, mon travail ne me demande pas de travailler hors de mes horaires de bureau, comme la plupart du grand public.

    Du coup j’ai laissé vieillir ma config sans trop m’en préoccuper, puis il y a deux ou trois mois, j’ai eu envie d’une façon plus agréable, plus rapide et plus spontanée de faire ce que je faisais avec mon PC vieillissant : consommer du contenu, comme le reste du grand public dont l’informatique ou le travail issu de l’info (musique, photo, etc.) n’est pas sa principale préoccupation.

    Je me suis donc tout naturellement dirigé vers une tablette, un objet du même ordre de prix qu’un PC mais qui est finalement plus transportable (moins lourd, moins épais) qu’un PC d’entrée de gamme dont les fonctionnalités ne me serviraient pas et/ou n’apporteraient rien à ce que peut faire mon vieux PC (si je veux du traitement de texte, pas besoin de refaire ma config).

    De plus, cette tablette s’adapte et s’intègre bien plus à mon nouvel univers familial que mon PC beaucoup moins socialisant.

    Le PC est effectivement devenu un pur objet de production qui s’intègre très mal à la vie familiale et qui est utiliser quand il faut aller se mettre dans son coin pour produire, ce qui arrive finalement très très peu au grand public qui n’utilisait bien souvent que les capacités multimédia et le navigateur internet de leur PC.

    C’est ce qu’a compris Apple depuis longtemps et cela explique pourquoi ça marche si bien … (et non, ce n’est pas une éloge d’Apple déguisé, j’ai deux tablettes android, un smartphone Android, un PC sous linux et aucun produit Apple ^^ )

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 16 h 01 min

    Tactile: Personne n’aime patouiller son écran… ni une moindre précision due au fait, pas près de changer, qu’un pointeur de souris/touchpad est incomparablement plus fin qu’un doigt.

    Soigner ces périphériques (touchpad multitouch bien réactif et de bonne taille versus résolution) est moins cher et plus vendeur.

    Je n’ai personnellement pas encore trouvé mieux que le touchpad multitouch de mon EeePC 901… Au point que même à un bureau c’est bien le seul portable que j’utilise systématiquement sans brancher une souris.

    De toutes manière, une double ejection récente dans les dirigeants de Microsoft (division windows) et Intel (carrément le CEO) n’a aucune chance de sanctionner des résultats en berne faute à la crise: Ils sont pied’cultés à cause d’un windows 8 qui n’accroche pas d’un côté et des conséquences désastreuses de l’UltraFlop combiné au lâchage des netbook de l’autre.

    Donner le mauvais cap, surtout par gros temps, n’a jamais pardonné pour un capitaine.

    HS: @Pierre: Quand on oublie de renseigner nom/mail… le retour en arrière fait perdre le message. Ca avait été corrigé sur blogeee… tu peux porter ça sur minimachines stp :o)

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 17 h 12 min

    est ce que la mai-vente 2012 des PC ne serait pas le contre cout de l’arrêt de l’accès prix 2éme usage des eeepc qui faisait peut de marge mais beaucoup de vente. 3615 J’en ai eu 2 PC l’un sous xp qui marchait pas a cause des drivers Intel GMA 500 passage sous seven un désastre, et l’autre un amd c50 sous seven un désastre, je serais prêt a retenter l’aventure sous windows 8 qui marche du feux de dieux contrairement à ce que les gens disent, seven été un OS catastrophe ( qui gère trés mal la mémoire et fige avec des petit processeur sans cache et même avec les gros) et je suis sur que les gens on était déçu par leurs expériences à cause de ça et que ce qu’ils faisaient finalement sur leurs netbooks étaient de la consultation et non de la production ce qui est l’usage de la tablette.

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 18 h 16 min

    Moi je veux bien ultrabook si il en ont trop = )
    Non frenchement c’est vraiment cher je trouve !
    C’est certainement pour ca que le marche commence a devenir morrone (dsl si ce’est pas un bon terme ) mais bon moi j’attedn l’ultrabbok amd avec CG dedie (dsl je veux jouer au new simcity!!)

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 18 h 44 min

    – Le prix moyen des Ultrabooks Asus a augmenté à cause des modèles Full HD.
    – Sony a augmenté de 50 euros sur tous leurs modèles série E à cause de Windows 8.
    – Windows 8 ne donne pas envie.

    Répondre
  • A
    20 novembre 2012 - 19 h 30 min

    D’abord, pour moi, si le marché des netbooks est devenu sclérosé ce n’est pas de la faute à Intel et MS.
    Personne n’obligeait les constructeurs a mettre du Starter et des Atoms dans leurs « mini-machines ».
    C’est simplement car les OEMs ont choisi de les tuer à petit feu (en privilégiant une baisse de prix à une amélioration de la qualité) car ils canabilisaient la vente de laptops ou ultraportables bien plus rémunérateurs.
    Enfin, c’est mon avis.

    D’ailleurs aujourd’hui ils n’en vendent plus, comme ça c’est réglé.
    Ou on pourrait considérer qu’ils en vendent encore, mais à des prix multipliés par 2 ou 3, avec les hybrides Atom/W8.
    C’est un autre débat.

    Ca, par contre ça m’a fait rire car y’a du vrai et les anologies sont bien choisies:

    « Si mon frigo et mon porte monnaie sont vides je vais avant tout remplir le premier en vidant le second avec du champagne et des petits fours, cela paraît logique.
    […] Ou alors il faut lire cela autrement, les riches achètent désormais plus volontiers une tablette plutôt qu’un PC. Tandis que les pauvres arrêtent l’informatique et se rabattent sur les nouilles et le ketchup. »

    Sur le fond, c’est clair que la crise combinée à une hausse du prix moyen des laptops/PCs (phénomène ultrabook) ont les roles les plus importants.

    Mais je pense, comme pillef et Wicz, que les tablettes jouent un role aussi en ce qu’elles permettent d’assouvir un désir d’achat et qu’elles attrayantes du fait qu’elles représentent une innovation.
    En plus c’est agréable à utiliser et sexy.

    Aussi, pourquoi remplacer un PC/laptop qui fonctionne encore et bien par un laptop 10% plus rapide et qui n’apporte rien de plus en terme d’utilisation?
    Une tablette ne s’achète pas pour remplacer un PC, mais elle diffère le renouvellement de la machine principale.

    Encore, je pense que les chiffres vont continuer à baisser tant que les OEMs essayeront par tous les moyens de vendre des produits à marge doublée par rapport aux machines d’il y a deux ans.

    La disparition des netbooks combinée à l’apparition des ultrabooks et maintenant des hybrides (très) onéreux, ainsi qu’à la baisse du prix des tablettes Android vont amplifier le phénomène.

    Dans les années qui viennent par contre, on ne fera meme plus la distinction entre tablettes et laptops car les hybrides sous W8/W9 représenteront la majorité des achats de nouvelles machines. La distinction n’aura plus de sens.

    Il y aura les tablettes ‘pures’ et limitées sous Android et iOS, les PCs de bureau et les hybrides (convertibles, détachables ou simplement avec un écran tactile).

    Celui qui va le plus souffrir c’est Apple. Ses laptops vont vite apparaitre dépassés et ses tablettes vraiment trop chères pour ce qu’elles offrent.
    W8/W9 occupera le marché de l’hybride et Android celui de la tablette dédiée à la simple consultation (du fait du différentiel de prix pour la meme qualité et le meme usage par rapport à iOS).

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 19 h 58 min

    il y a aussi un critere qui ne rentre pas en compte dans cette analyse.

    il est loin le temps ou meme un pc haut de gamme donnait des signes de fatigue au bout de deux ans, ne suivant pas la gourmandise des nouveaux logiciels.

    perso j ai un vieux pc fixe, un core 2 duo 3ghz accompagne de 6go de ram sous windows 7, il doit avoir plus de 5 ans, et franchement, je ne le changerai pour rien au monde, aucun usage n arrive a le faire ramer, meme les derniers jeux (amd 5770) en gardant des details corrects.

    donc pourquoi acheter un nouveau pc ?

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 21 h 57 min

    en 10 ans le taux d’equipement informatique est passé de 25 % à 80% peut être, pour les particuliers, au bout d’un moment c’est normal que ça se tasse, en plus les ordinateurs sont devenus effectivement tres puissants autour de la periode fin de Vista- debut de Seven

    Répondre
  • 20 novembre 2012 - 22 h 48 min

    Encore un excellent article de fond .

    Pour ma part je reste un amateur des netbooks et autres nettops (mon eeepc 901 reste ma référence) avec une attirance indéniable pour les cles-pc .

    Les solutions low-cost me semble de plus en plus interessantes par les potentiels d’évolution qu’ils rescellent et les usages exotiques que l’on peut en faire . D’autre part les excés de prix des ultrabooks non evolutifs et à changer dés que la batterie intégrée lache me semblent rédhibitoires pour une bonne partie des usagers .

    De plus les pc classiques resteront incoutournables pour des usages plus complexes que la simple consultation de contenus ludiques ou de jeu basique .

    Quid enfin des nettops qui permettent de remplacer un pc tout en reconvertissant des éléments d’environnement et ainsi d’éviter une pollution dûe au remplacement non-nécessaire d’ecrans ou de claviers et autres . C’est un angle qui n’est jamais pris en compte mais qui peut être d’une importance croissante .

    Répondre
  • Alx
    21 novembre 2012 - 0 h 26 min

    @Pilef: +1

    Le marché du PC est un marché de renouvellement, or nous sommes dans une ère ou le « vieux PC » d’il y a 4 ans marche au fond encore très bien. Pourquoi en racheter un donc ?

    Répondre
  • Alx
    21 novembre 2012 - 0 h 33 min

    @vange: J’ai pas l’habitude de relever les fautes des autres, je m’en tape et j’en fait aussi, mais là c’est pas possible … t’as le niveau de français d’un enfant de 5 ans ou quoi ? C’est le concours du pire entre le vocabulaire, la grammaire, la conjugaison et l’orthographe. ça en devient illisible quoi. Et c’est con, parce que tu fais de belles phrases et tu dis des choses intelligentes.

    Répondre
  • 21 novembre 2012 - 2 h 47 min

    Bonjour,

    Je viens de retrouver Pierre (j’avais perdu blogeee et je suis heureux de le retrouver sur minimachines).

    Je suis d’accord avec lui mais je pense surtout que l’avenir est à ça : « téléphone hyper-intelligent » + câblage vers un écran ou station d’accueil + souris (ou tout autre système de pointage sans fil) + clavier (et oui, je pense que le clavier a encore de beau jour devant lui) + NAS personnel multi-plateforme (j’ai vraiment pas confiance dans les solutions de sauvegarde « en nuage » proposé actuellement). Bref, on croit réinventer le PC mais en fait on garde le PC.

    J’ai une tablette mais je trouve que le tout tactile, c’est pas encore ça. La preuve : je tape en ce moment ce commentaire devant mon PC parce que franchement, taper sans clavier sur une tablette, c’est pas la joie (j’ai des gros doigts, mais quand même). Et côté productivité, c’est vraiment pas ça ! Taper au kilomètre sur une tablette ou faire des copier-coller en tout tactile, sans parler des mises en page, c’est vraiment la galère (mais bon j’ai des gros doigts)!!!

    Répondre
  • 21 novembre 2012 - 2 h 51 min

    Correction des fautes : Je vous prie de m’excuser!!!

    Je viens de retrouver Pierre (j’avais perdu blogeee et je suis heureux de le retrouver sur minimachines).

    Je suis d’accord avec lui mais je pense surtout que l’avenir est à ça : « téléphone hyper-intelligent » + câblage vers un écran ou une station d’accueil + souris (ou tout autre système de pointage sans fil) + clavier (et oui, je pense que le clavier a encore de beaux jours devant lui) + NAS personnel multi-plateforme (j’ai vraiment pas confiance dans les solutions de sauvegarde « en nuage » proposées actuellement). Bref, on croit réinventer le PC mais en fait on garde le PC.

    J’ai une tablette mais je trouve que le tout tactile, c’est pas encore ça. La preuve : je tape en ce moment ce commentaire devant mon PC parce que franchement, taper sans clavier sur une tablette, c’est pas la joie (j’ai des gros doigts, mais quand même). Et côté productivité, c’est vraiment pas ça ! Taper au kilomètre sur une tablette ou faire des copier-coller en tout tactile, sans parler des mises en page, c’est vraiment la galère (mais bon j’ai des gros doigts)!!!

    Répondre
  • Mat
    21 novembre 2012 - 9 h 53 min

    @Alx:
    Non seulement le PC d’il y a 4 ans fonctionne bien pour les usages, mais surtout le PC actuel n’offre pas grand chose de plus. Comme dixit dans certains commentaires, une résolution plus interessante sur du portable.
    On est dans le « cela me suffit » et le « bof pas vraiment mieux ». Nous n’avons pas eu de propositions intéressantes. Les PC restent sur leur acquis de système productif d’il y a 4 ans, que les tablettes ne peuvent venir concurencer.

    Répondre
  • 21 novembre 2012 - 10 h 49 min

    @Benoit:
    Si on commence par mettre de l’ARM dans un netbook, il sera tout sauf puissant.
    A l’heure actuelle le meilleur des meilleurs ARM arrive à peine à dépasser un Atom N270 (en 3D, et ce n’est pas étonnant vu la nullité du GPU GMA 945) et est complètement à la ramasse pour le reste.
    Donc des ARM puissants c’est sûrement plus que possible car rien ne l’interdit, mais pas aujourd’hui.

    Répondre
  • 21 novembre 2012 - 11 h 03 min

    @Pilef:
    Lorsque l’on regarde ce que coûte un PC portable premier prix (mais faisant souvent pas loin du maximum) et le prix de certaines tablettes de marque, on peut se poser sérieusement la question. Comme le dit Pierre, lorsque l’on a de l’argent on peux se « permettre » une tablette. Dans le cas inverse, c’est souvent (voir systématiquement) une grave erreur de jugement.

    Répondre
  • 21 novembre 2012 - 11 h 11 min

    @guyzmo:
    Tu as bien résumé la situation. Jusqu’en 2005-2006, il était juste impensable de garder un PC plus de deux ans car il devenait inutilisable même pour de la simple consultation. Aujourd’hui, une machine vieille de 6 ans, un poil musclée au départ arrive toujours à faire son travail et la consultation (sites Web, Mails, YouTube,…) n’est absolument pas pénalisée.
    Celà explique pourquoi un netbook bien chargé en mémoire :-) et avec un SSD et sans Windows 7 (Windows XP reste le plus adapté) reste totalement productif !

    Répondre
  • 21 novembre 2012 - 12 h 34 min

    Moi aussi je n’ai pas changé de PC depuis 4 ans : quadricore 6 Go RAM…

    Quant au sujet productivité des tablettes :

    pour propulser son WIndows RT sous processeur ARM, Microsoft a fait l’impasse sur une technologie qu’elle maîtrise (un comble !) mais qu’elle a réservée à WIndows 8 x86…. A savoir l’encre numérique, dessin, notes et conversion de l’écriture manuscrite en texte dactylographié…. C’est la seule grande alternative à la frappe pas toujours pratique sur les dalles écran….

    Avantages dont peut se prévaloir une tablette Samsung Galaxy Tab 10 actuelle (Android) pour se différencier de la masse…

    Microsoft aurait pu aussi – comme avec Rosetta sous Mac OSX – se fendre d’un émulateur pour faire tourner des applis x86, celles du PC traditionnel. Solution certes pas adaptée aux applications lourdes….
    Mais un émulateur aurait agrandi d’emblée le parc logiciels immédiatement disponibles pour attirer les foules… Et cela aurait stimulé la notion d’OS vraiment complémentaire au traditionnel Windows…

    Raté ! Le frigo Windows RT rutilant est vide, les acheteurs sont plumés… Chaque jour un député nous invente un nouvel impôt !…

    Répondre
  • 25 novembre 2012 - 19 h 03 min

    Je n’ai moi non plus aucune envie d’acheter un ultrabook à je ne sais combien. Si jamais je renouvelle mon netbook, ce ne sera que pour un appareil du même style en mieux. Il faut donc qu’ils améliorent les netbooks (on peut envisager plein de trucs : les rendre totalement silencieux, encore plus légers ou plus fins, ou encore plus autonome du point de vue de la consommation électrique, ou rajouter des capteurs (par exemple gps, thermomètre, baromètre, altimètre, etc.) dont on n’a peut-être pas encore l’idée de l’usage, mais qui donneront certainement plein d’idées à des développeurs). Sinon, à part ça, l’amélioration des capacités (vitesse du processeur, capacité de stockage, etc.) ne m’intéresse pas plus que ça, vu l’usage peu exigeant que j’en fait (principalement mail et Internet).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *