La VPC S1E09 : Le DropShipping

Le terme vous est peut être inconnu ou vous l’avez peut être déjà croisé sans forcément le comprendre, la mode est au DropShipping. Il s’agit d’offrir la possibilité d’expédier un colis de manière totalement neutre. Une façon pour certains revendeurs de proposer à d’autres d’écouler leur stock facilement et simplement. Mais une pratique qui conduit également à quelques dérives.

En soi, la pratique n’a rien de répréhensible, il s’agit d’utiliser les ressources d’un autre vendeur qui livrera à votre place des produits. Le souci posé par la pratique du Dropshipping vient des abus qui y sont liés, et ils sont de plus en plus nombreux.

Une recherche par mot clé sur un moteur et voilà que, miracle, le produit parfait pour votre usage apparaît en ligne. Un clic plus tard, vous êtes face à une boutique au design moderne, dans la langue de molière et qui semble être installée pas loin de chez vous. Le site propose de régler par carte bleue, indique avoir le produit en stock et pouvoir l’envoyer immédiatement sans préciser de délai de livraison. Vous commandez donc votre produit et commencez à patienter.

Minimachines.net

Un paquet de DropShipping type en provenance de Chine.

Au bout d’une dizaine de jours, ne voyant rien venir, vous vous fendez d’un petit mail qui restera sans réponse. Quelques jours plus tard un second sans aucune nouvelle également. Enfin, après un temps relativement long, vous recevez enfin votre produit, en provenance d’un pays exotique, dans un paquet neutre sans facture ni informations. Vous avez fait, sans le savoir, l’expérience d’une commande en DropShipping.

Minimachines.net

Un site de DropShipping classique de vente de T-Shirt en ligne

Le DropShipping, une pratique légale mais qui reste encadrée

Rien ne vous empêche, dès demain, de construire votre propre boutique de VPC et de vendre des produits en DropShipping. Il suffit de fouiller un peu le net pour découvrir des fournisseurs qui proposent ce type d’expédition en paquet neutre. Reste alors à construire une page web, à proposer une selection de produits et à faire votre promotion en ligne. Certains site web proposent d’ailleurs des sites “clé en main” pour se lancer dans le DropShipping en profitant du statut d’auto-entrepreneur. En mettant en avant tous les avantages du système tout en gommant plus ou moins volontairement toutes les obligations qui y sont liées.

Car il faut bien évidemment se plier aux exigences légales que tout commerçant doit suivre : Déclarer ses revenus, indiquer son statut, payer des taxes d’importation et bien entendu assumer un Service Après Vente et des garanties légales  auprès de ses clients.

Beaucoup de sites pratiquent le DropShipping de manière tout à fait légale. Le site illustré ci dessus ne s’en cache pas et vous pouvez même acheter ce site clé-en-main pour vous mettre au DropShipping vous même. Un œnologue qui vous propose d’acheter sa selection de grands crus et qui, une fois votre panier validé, vous les fait expédier par les différents vignobles qu’il a sélectionnés, vous fait partager son expertise et vous évite des frais supplémentaires.

Minimachines.net

L’offre de DropShipping de Pixmania Pro…

Le spécialiste en règle générale permet de mieux profiter de produits grâce à son expérience. Il ramasse au passage une commission et indique de manière évidente qu’il ne sera pas l’expéditeur des produits. Tout est donc clair et précis, il n’y a pas de volonté de tromper le client.

Minimachines.net

Surprise, le camion qui prendra en charge votre expédition ressemblera surement à celui-ci.

Le DropShipping ressemble trop souvent à un bon plan pour arrondir ses fins de mois

Là où cela se complique c’est lorsque le vendeur pratique le DropShipping à l’insu du client. Fabriquer un site de vente ne demande plus d’énormes compétences techniques, louer un hébergement peut se faire de manière totalement anonyme tout comme la réservation d’un nom de domaine. Pire, certains systèmes de paiement permettent de commercer de manière tout aussi discrète et pour peu que votre site pointe vers un établissement bancaire situé à l’étranger, voilà que votre boutique est suffisamment bien camouflée pour disparaître en un instant.

DropShipping

Infographie type d’un site qui veut vous vendre un site de DropShipping…

Avec un peu de jugeote et de compétences techniques, il est assez facile de mieux se positionner sur les moteurs de recherche locaux qu’un site situé à l’autre bout du globe. Sur des produits spécifiques ou une niche particulière, la visibilité d’un site rédigé en Français sera sans aucun doute bien supérieure. Le site de DropShipping pourra ainsi siphonner les clics qui auraient pu atterrir chez le fournisseur réel du produit.

Minimachines.net

Un theme de DropShipping prêt à l’emploi coûte en général moins de 100$

Dès lors, il est possible de gagner beaucoup d’argent facilement : Pas de stock, pas de trésorerie à immobiliser, pas de gestion des expéditions, pas de frais de personnel, presque pas de charges et des produits dont les marges sont parfois multipliées par quatre ou cinq. Un produit proposé à 5 euros en Asie peut se retrouver “localisé” virtuellement mais être vendu alors à 25 euros. Si il est logique qu’un revendeur propose des produits plus chers qu’il ne les achète, il doit payer des charges et des frais liés à son activité et assurer également le suivi de ses clients et de leurs commandes, les marges demandées par certains vendeurs en DropShipping sont simplement aberrantes.

Le principal problème de cette prolifération de boutiques de DropShipping est qu’il a donné naissance à une foule de vendeurs peu scrupuleux. Des gens qui tentent simplement de gagner de l’argent facilement et sans prendre de gros risques. Un vendeur “au black” pratiquant le DropShipping n’aura aucune envie d’assumer le SAV de ses clients ou de les laisser user de leur droit de rétractation sous 14 jours comme le prévoit la loi. Il n’assurera pas plus la garantie des produits. En fait, si les problèmes liés à son activité s’accumulent, il aura plutôt une stratégie de repli.

Minimachines.net

Du jour au lendemain, votre vendeur disparaît.

Le nœud du problème est là, il est très facile pour un site de DropShipping de “disparaître” du web. En quelques clics, l’adresse où vous avez fait vos achats ne pointe plus vers un serveur actif mais une page d’erreur chez un hébergeur à l’autre bout de la planète. Les emails ne répondent plus et le nom de domaine dévoile son caractère anonyme. Vous avez un problème avec votre produit sous garantie ? Votre commande n’arrive toujours pas ? Vous avez une question technique ? Vous n’aurez plus jamais de réponse.

Le propriétaire du site avait pourtant réussi à vous amadouer en utilisant de nombreux subterfuges : Des témoignages clients élogieux, des fiches techniques efficaces et même des garanties en béton. J’ai même croisé des sites employant la bonne vieille technique de géolocalisation de votre IP utilisée par les sites de rencontre bidon pour annoncer fièrement une adresse relativement proche de la votre…

Minimachines.net

Pas facile de remonter jusqu’au vendeur original du produit…

Et les soucis ne s’arrêtent pas là, vous êtes le seul destinataire du colis commandé et donc le seul interlocuteur des services des douanes. La bonne surprise d’un colis agrémenté de taxes à l’importation alors que vous pensiez le commander à deux pas de chez vous ? Si le colis contient des produits impropres à l’importation vous risquez même des problèmes plus graves… Si le colis a été expédié vide ou que le produit à l’intérieur n’est pas le bon, vous n’aurez pas de recours possible.

Que dire d’un achat d’un produit de marque non destiné au marché Européen ? Peu d’espoir qu’il soit pris en charge par la marque. A la lecture de son numéro de série, il sera définitivement catalogué comme une importation non prise en charge et renvoyé, à vos frais, chez vous.

Un problème pour le marchand peu scrupuleux ? Pas vraiment. Il lui suffit d’acheter un nouveau nom de domaine et de le faire pointer vers le nouveau serveur où est hébergé une sauvegarde de l’ancien site, légèrement remaniée esthétiquement parlant, avec un logo tout neuf mais qui contient les mêmes produits. Il lui suffira juste de recommencer le travail de fourmi du référencement des moteurs de recherche. Au bout de quelques temps, les commandes arriveront de nouveau…

Minimachines.netDX.com et son offre de DropShipping facile.

Comment déterminer si on est en présence d’un site de DropShipping ?

Ce n’est pas forcément facile, et ceux qui prétendent séparer le bon grain de l’ivraie au premier coup d’oeil sont généralement assez vantards. Certains sites de DropShipping sont très très bien tenus, avec de très bonnes photographies réalisées par leur propriétaire et des fiches techniques très détaillées. Leurs auteurs savent que pour ferrer leur poisson il faut soigner cette partie de l’histoire et ils y déploient un savoir faire impressionnant.

Quelques éléments peuvent vous mettre la puce à l’oreille cependant, et certains réflexes doivent être acquis en cas de doute. D’abord, il faut tenter de trouver l’adresse du revendeur qui doit figurer sur le site ou dans ses conditions générales de vente. Si aucune adresse n’est visible, méfiance. Si une adresse est indiquée, essayez de la rechercher en ligne via les outils habituels comme Societe.com ou dans les pages jaunes. Logiquement vous devriez tomber sur quelque chose, il n’est pas possible de vendre régulièrement quoi que ce soit en France sans être enregistré en tant qu’entreprise quelque soit son statut.

Une recherche autour du nom de domaine dans un moteur de recherches permettra peut être de trouver des témoignages de clients non “filtrés” ou différents des avis souvent totalement imaginaires inscrits sur le site. Des avis qui indiqueront peut être des délais très longs ou des paquets en provenance d’ailleurs.

Enfin, une recherche autour des produits qui vous intéressent, un réflexe à conserver tout le temps, pour vérifier la disponibilité chez un concurrent, vous permettra de vérifier les marges pratiquées par le commerçant. Si le même produit est vendu trois ou quatre fois moins cher en Asie, il y a des chances que le site vendeur ne soit qu’une vitrine fantoche.

Tenter de voir depuis combien de temps le site existe, son enregistrement de nom de domaine, le propriétaire et l’hébergeur du site sont également des éléments importants. Autant d’éléments qu’il est facile de trouver avec un simple Whois en ligne. Si les éléments sont masqués, si le nom de domaine est enregistré par un anonyme par exemple, il y a déjà lieu de vous inquiéter. Si le serveur est situé aux Philippines alors que le site se vante d’être à Brest, il y a également un souci.

Minimachines.net

3 Règles d’or pour lutter contre le DropShipping illégal

  1. Si vous avez déjà reçu un paquet en provenance d’Asie alors que vous pensiez avoir acheté en France, si en plus le paquet était parfaitement neutre, vous avez probablement acheté sur un site de DropShipping. N’hésitez pas à contacter le vendeur pour lui demander la procédure en cas de SAV pendant toute la période de garantie.
  2. Si vous avez le moindre doute concernant le site sur lequel vous venez de tomber mais qu’il possède dans son catalogue un produit qui vous intéresse vraiment et que vous n’avez vu nulle part ailleurs: Faites une petite enquête sur un moteur de recherche au sujet du produit en ouvrant votre recherche vers le net international.
  3. N’hésitez pas à indiquer le fruit de votre expérience sur un site, un forum ou un réseau social. Si vous avez eu à pâtir d’un site peu scrupuleux ou que vous avez de gros doutes concernant un vendeur qui vous a envoyé un produit dans les conditions d’un site de DropShipping (délai long, provenance lointaine, paquet neutre) n’hésitez pas à l’écrire quelque part. La publicité que ces sites font en ligne est uniquement axée autour des produits, pas de leur nom de domaine qui peut changer souvent. Il leur faut rester sous le radar et séduire uniquement par les produits mis en avant. Votre prose en ligne aura donc toutes les chances d’apparaître dans une recherche en ligne autour de leur nom de domaine.

Retrouvez tous les articles de cette série sur la VPC.

11 commentaires sur ce sujet.
  • 21 janvier 2016 - 1 h 15 min

    Et que dire des marchands hébergés sur les market place des grosses enseignes VPC ?

    Répondre
  • to
    21 janvier 2016 - 1 h 37 min

    C’est marrant, c’est la base des methodes expliquees dans les guides pour devenir riche vite et sans effort grace a (l’)internet ;) bon, apres, si la livraison est a pied par la chine, faut voir…

    Répondre
  • 21 janvier 2016 - 2 h 23 min

    @maxxou: Pour être hebergé sur une plate forme marchande, il faut avoir un statut et déposer des garanties de base.

    Répondre
  • 21 janvier 2016 - 2 h 44 min

    @maxxou: C’est une horreur, il suffit de vouloir aller un peu vite et hop, on a acheté chez un vendeur tier sans l’avoir vu. Surprise, le produit est un modèle d’origine Suédoise expédiée de l’Italie (pays du vendeur). La cerise sur le gateau ? Le vendeur ne parlant pas l’Anglais. (le site de VPC, actuellement en redressement judiciaire (donc vous savez de qui il s’agit), m’a donné le mail du vendeur genre débrouille-toi)

    Répondre
  • 21 janvier 2016 - 6 h 42 min

    Moi je me suis fait avoir sur eBay.
    Le produit soit disant expédié d’Angleterre est venu de Chine et expédié par Aliexpress.
    Il y a beaucoup de vendeurs pro sur eBay qui pratiquent le Dropshipping, notamment par Dx, Aliexpress,…

    Répondre
  • 21 janvier 2016 - 9 h 42 min

    Une vérification simple est d’utiliser le numéro SIRET. Quelquesoit le vendeur (francais), il doit avoir un numéro SIRET (même les auto-entrepreneur) et doit l’indiquer dans sa page contact ou/et conditions générales de vente.

    Avec ce numéro SIRET, vous aller sur le site société.com ou infogreffe pour avoir des informations légales diverses (date de création et liquidation sont des info très intéressantes …).

    Vous allez ensuite sur le site de l’insee qui donne d’autres info (http://avis-situation-sirene.insee.fr/avisitu/)

    Donnez moi une boutique qui vous parait bizarre et je vous fait un exemple si vous voulez ^^.

    Concernant les vendeurs étrangers (sans ce numéro), il faut se renseigner pour voir si ils sont viables/avec pignon sur rue …

    Répondre
  • Cid
    21 janvier 2016 - 9 h 43 min

    Je ne connaissais pas vraiment. Après faut pas s’étonner que les gens n’achètent que sur les même gros sites et que certain coulent.
    Je suis vigilant, la dessus mais malheureusement pas tout le monde.
    Après peut aussi y avoir des site en dropshipping sérieux !

    Répondre
  • 21 janvier 2016 - 11 h 02 min

    merci je ne connaissais pas
    (heu moi je commande plutôt directement de chine ;-) j’assume donc les risques mais au moins je les connais).

    Répondre
  • 21 janvier 2016 - 14 h 14 min

    On peut heureusement encore trouver des marchands sur les marketplaces qui ne sont pas pour autant des dropshippeurs… Il y en a qui sont réglos, commandent leur stock, le gèrent chez eux, et garantissent une livraison fiable.
    Hélas il y a aussi des petits margoulins qui espèrent se faire des marges de malade sans le moindre coût, mais ce n’est pas la règle sur une bonne marketplace.
    Seulement, y a-t-il encore un site digne de ce nom en 2016 ?

    Répondre
  • 27 janvier 2016 - 10 h 20 min

    Je cherche a acheter un article automobile fabriqué artisanalement aux Etats Unis mais il ne vendent pas en direct avec l’Europe, il faut passer par le revendeur uk.

    Je commande auprès du revendeur uk qui m’assure avoir du stock, revendeur reconnu qui distribue et revends également d’autres grosses marques du secteur.

    Après 1,5 mois d’attente (non sans avoir menacé de faire une réclamation Paypal au bout de 35 jours) je reçois enfin mon article qui devait arriver en 1 semaine initialement, directement des USA, sans le nom du revendeur uk et avec une belle taxe d’importation : j’étais content !

    Bien entendu le ricain me dit de me démerder avec l’anglais qui fait le mort…

    Le pire dans l’histoire ? Article pourri, finition à vomir, probablement fabriqué dans l’urgence par un job d’été ou un stagiaire. J’avais tout gagné sur ce coup là…

    Répondre
  • 20 juin 2016 - 13 h 41 min

    Bonjour,

    tout d’abord , merci pour votre série sur l’achat sur internet que je trouve très bien faite.

    Mais ce n’est pas pour celle ci que je vous contacte : j’aimerais savoir quels outils ont été utilisés pour réaliser l’intro colorée que l’on retrouve dans toutes vos vidéo.

    Et si vous le pouvez me donner une explication rapide sur le mode opératoire utilisé.

    Quoi qu’il en soit, merci pour votre utile et joli travail.

    Cordialement

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *