Interview : Comment sont fabriquées les machines Android Low-Cost en Asie

J’ai passé une partie de la nuit a discuter TV-Box, tablettes, Clé-PC et autres solutions Android Low-cost avec un fabricant Chinois rencontré au CES. Une discussion très ouverte et enrichissante sur le marché de ces minimachines et notamment sur les choix fait par les fabricants en terme de composants et de design. Les réponses apportées éclairent beaucoup le marché actuel et le futur de ces objets.

Ce n’est pas une marque très connue mais elle fabrique pour d’autres à plein régime des solutions Android Low-cost depuis quelques mois. Son représentant, croisé en Janvier au CES est un jeune homme dynamique et très vif. Il a passé de longues années en Europe, surtout en Angleterre, et a été recruté par un ODM Chinois peu après son retour au pays. Son boulot actuel consiste a trouver des clients pour les productions de son usine mais aussi trouver des solutions pour vendre plus facilement des produits sur un marché en pleine effervescence.

Tronsmart  Prometheus

Le Tronsmart Prometheus, une TV-Box… particulière.

Un problème de design sur les produits Android ?

Ma première question a clairement porté sur le design des TV-Box, sur les choix faits par fabricants en terme de matériaux et de fonctionnalités. Quand on voit certains produits proposés, on se demande qui est derrière ces concepts. Et les réponses sont limpides : Il faut avant tout bien comprendre que ces sociétés n’ont pour la plupart pas de designer, personne ne s’occupe du côté esthétique des produits. Et cela à tous les niveaux : De l’emballage au produit en lui même en passant par l’interface proposée, rien n’est réellement décidé à ce niveau car ne rentre pas en ligne de compte chez la majorité des fabricants.

Au mieux, ils font appel à des « ressources extérieures », comprenez des étudiants en design par exemple. Au pire, ils « laissent faire le programme ». L’ordinateur et son logiciel définissent quasiment tout seul la forme la plus simple, la plus économique et la plus efficace possible pour emballer les composants dont ils ont besoin suivant les impératifs de leurs engins de moulage. « La main d’oeuvre importe peu », un produit difficile a assembler nécessitera au pire 2 personnes de plus sur la chaîne de montage. Un surcoût plus facile a encaisser qu’un moule trop difficile a produire ou une carte mère plus coûteuse. Pour les tablettes c’est en,core plus simple « Quand c’est destiné au marché chinois, on copie l’existant » comprenez l’iPad.

Danew Dslide 702

Quand c’est pour l’export c’est différent : Si c’est une tablette android low-cost, ce sont quasiment les composants qui font le design : On juxtapose les ressources et « on emballe » dans du plastique. C’est aussi très souvent de la récup’, du recyclage d’anciens designs. Des tablettes construites en les intégrant dans des coques existantes. C’est pour cela que de nombreuses tablettes Android 4.0 sont sorties avec des boutons physiques sur la coque alors que ce n’était plus nécessaire.

Si il s’agit de modèles plus haut de gamme, un effort est fait pour le design sans toutefois chercher a copier les marques : Pas de verres anti rayure ou anti casse, des batteries plus épaisses ou moins performantes, un plastique peint aluminium… Il n’y a pas de secret, la recette est toujours la même et elle est dictée par la disponibilité des pièces et le prix des composants. Le design intervient que très rarement dans l’équation finale, sauf pour quelques marques qui veulent se faire un nom à l’étranger.

Minix Neo X7, X5+, X5mini

Le Minix Neo X7 : Un look très « voiture de sport »

Certaines marques embauchent des designers ou, pour un produit de leur catalogue, essayent un concept différent, une idée originale. C’est le cas de Tronsmart avec le Prometheus ou de Minix avec le Neo X7. Ces engins sont là pour attirer les projecteurs sur eux et aussi pour se différencier.

Ainol Novo 7 Venus

Ainol Novo 7 : une « réplique » de la Nexus 7

Quand on voit les produits qui se vendent ces derniers temps, entre les copies de Nexus 7 ou d’iPad Mini, on comprend vite que les fabricants jouent plus du pied à coulisse que du logiciel de design 3D.

En Europe, « vous ne vous intéressez aussi qu’au prix » me dit mon interlocuteur en rigolant : « Un bel engin, plus cher qu’un engin basique, est surtout jugé trop cher pour un engin Chinois ». Vous les acceptez quand ils sont signés de grandes marques même si ils sont issus de nos usines, mais sans le logo de Sony ou Apple, la même machine ne se vendrait pas ». A partir de ce constat, la possibilité de proposer un design de qualité, des matériaux haut de gamme ou des fonctions complexes est impossible. Usiner de l’aluminium ou mouler de l’ABS ce n’est pas le même monde.

La plupart des fabricants de ces solutions Android Low-Cost disposent déjà du parc de machines nécessaires à la fabrication de modèles en plastique. De petites machines à injection dans des moules peu chers qui serviront quelques dizaines de milliers de fois jusqu’au prochain design. Changer de moule, proposer des produits mieux finis serait « trop coûteux et rendrait les produits trop chers par rapport aux prix du marché ».

MK818

Le petit slogan en facade est sérigraphié en série sur cette MK818…

Les usines vont donc attendre que la demande s’assagisse et que les consommateurs réclament des engins mieux finis et plus complets. Mais pour le moment « ils vendent surtout en Asie » et le marché Chinois ne s’embarrasse pas de détails de ce type, ils veulent également du pas cher. Ceux qui importent ces produits en Europe ou aux US sont des « geeks ». Ils en testent beaucoup mais ces engins ne sont pas entrés dans les mœurs du grand public.

tv samsung

Un téléviseur Samsung haut de gamme, un design minimaliste

Lorsque je lui demande pourquoi certains produits désignés sont si outranciers alors que la tendance de design des téléviseurs est d’être le plus discret possible. La réponse est à peu prêt la même. Les produits ne sont pas prévus pour nous et si nos télés sortent de bureaux de designs Coréens ou Japonais, les leurs viennent d’ateliers Chinois qui ne font pas spécialement dans la dentelle. Pire, la concurrence est t-elle sur le marché Chinois que les vendeurs veulent des appareils les plus visibles possibles.

On a du mal en France a imaginer ce qu’est un centre commercial électronique en Chine, pour en avoir visité un à Shanghai je me suis vite rendu compte de l’énorme problème posé par les engins actuels qui se ressemblent absolument tous. Différencier une tablette 7″ d’une autre est très difficile aujourd’hui alors imaginez un magasin qui en expose plus d’une centaine, lui même perdu au milieu d’une centaine de boutiques identiques. Les designs les plus originaux ne cherchent pas spécialement a viser les marchés d’exportation, ils sont faits pour être remarqués et achetés en Asie.

Bluetime MX5

Une carte mère de TV-Box

Comment sont choisis les composants de ces engins ?

On a vu récemment apparaître des clé-PC sous processeurs quadruple coeur avec 2 Go de mémoire vive et 8 ou 16 Go de stockage. Leur tarif s’est rapidement tassé au prix des anciennes clé d’il y a 6 mois bien moins équipées (double coeur. 1Go, 4Go) Qu’est ce qui pousse les fabricants a cette évolution si rapide ? Un mot revient en boucle en permanence, « la concurrence ».

Mon interlocuteur m’explique qu’une des première chose qu’il fait le matin, c’est de surfer pour voir ce qui est sorti pendant la nuit. Nouveaux produits, évolutions, mise à jours d’android, nouvelles fonctionnalités et évidemment baisses de prix. Non seulement au niveau des machines des concurrents mais aussi des ressources de ses grossistes.

RockChip HKTDC

Il y a peu, les processeurs quadruple coeur sont apparus, à de très bons tarifs. Avec eux les fabricants proposaient des solutions « clé-en-main » pour les intégrer. »Il ne restait quasiment plus qu’a produire » ! Mais alors que les puces étaient encore dans les cartons des usines des fabricants, certains ont tenté de proposer leurs Clé-PC immédiatement, à un prix plus élevé que les marges habituelles, au delà des 100$.

Même si ils n’avaient pas les clé encore produites, même si ils ne savaient pas exactement comment les fabriquer, ils ont proposé les clé à des revendeurs qui les ont mis en précommande sur leur catalogue. En jouant sur l’effet d’annonce, ils ont tenté d’engranger des précommandes mais lorsque le produit est réellement arrivé dans leur usine,  c’est l’ensemble des fabricants qui ont reçu les leurs. Tous les revendeurs ont immédiatement baissé les prix en ajustant les tarifs autour de 80$. Si un revendeur baisse un prix de quelques cents pour 24 ou 48H, cela ne bougera pas. Mais si une boutique est suivie par une autre il y a un effet domino qui pousse l’ensemble du marché a baisser d’1 ou 2$ très rapidement.

RockChip HKTDC

C’est aussi ce qui explique l’appétit de nouveaux modèles : Il faut du neuf car les prix s’écroulent très vite et rapidement les marchands bradent carrément leur stock de peur de se retrouver avec des pièces sur les bras. Certains produits sont vendus à leur prix d’achat quelques semaines seulement après leur apparition sur le marché.

C’est la promesse d’Android 4.1 ou Android 4.2 qui pousse les fabricants a adopter les puces 4 coeurs : Les fournisseurs ne sont pas idiots, si ils proposent du 4 coeurs avec Android 4.2 et du double coeur avec du Android 4.0, ils savent très bien que les clients vont préférer les nouveaux modèles, surtout si l’écart de prix entre les deux reste raisonnable.

L’apparition récente de puces de mémoire vive de 2 Go vendues parfois moins cher que leurs anciens stock de 1 Go a poussé à cette adoption. « Une fois qu’une clé android low-cost apparaît avec ce genre de composants au même tarif que les concurrentes, tout le monde réagit très vite et s’aligne ». Tout le monde copie tout le monde et si un fabricant propose une machine en 2 Go sous Android 4.1 ou 4.2, tout le monde va l’acheter, la disséquer et la rajouter à son catalogue avant même d’avoir trouvé la solution pour la fabriquer.

Charbax se balade dans un « Shop Center » de Shenzhen en Chine… Une petite idée de l’ambiance sur place.

« Vous ne voyez qu’une infime partie de la production car vous achetez des produits qui sont triés par des revendeurs qui exportent. Ceux-ci sont plus surveillés par le gouvernement ». Avoir un compte Paypal est plus complexe pour un revendeur Chinois que pour un particulier en Europe, les devises étrangères qui rentrent en Chine sont plus étroitement surveillées que les achats locaux. Aussi les revendeurs qui exportent font un tri plus minutieux des produits qu’ils distribuent. Ils s’assurent de la qualité et du stock dont ils disposent de façon a limiter au maximum les mouvements d’argent, surtout ceux consistant a renvoyer des devises vers des pays étrangers. C’est pour cela que certains ont l’annulation facile, surtout via Paypal qui n’engage pas de frais. En annulant une commande qu’ils savent ne pas pouvoir honorer rapidement, ils évitent des mouvements d’argent inutiles et coûteux d’une part et ils restent aussi sous le radar des autorités Chinoises.

Pour une clé qui apparaît chez nous via un billet de blog, 10 ou 15 sortent identiques en Chine. Parfois plus. Des produits de tous formats et de s configurations qui partent dans tous les sens. Certains ne font que coller une étiquette sur une boite achetée ailleurs, d’autres posent une sérigraphie supplémentaire sur la clé et changent la version d’android. C’est la jungle ici.

Bluetime MX5

Quel avenir pour ces produits Android ?

Lorsque je lui demande comment il voit l’avenir de ces produits la réponse est très évasive. « A vrai dire je ne sais pas ». En fait tout va dépendre de la réaction du marché et de la position des grandes marques. « Je préférerais passer un gros contrat avec une marque connue » qui assurerait à l’usine une production constante facilement amortissable plutôt que de faire des mini séries de 15 ou 30 000 pièces avant de devoir tout changer.

Pour le moment personne ne semble intéressé par ces solutions, probablement parce qu’ils ne voient ni comment se démarquer ni la marge vraiment réalisable avec ces engins. « Je suppose que certains marques vont rapidement intégrer Android à leurs téléviseurs » et que les négociations sont en cours avec Google. « On a encore quelques mois devant nous pour vendre des clé-PC nous même. Apres on passera à autre chose si il le faut ».

MK808

La MK808 première Clé-PC réellement populaire coûte environ  30€ désormais en Asie

Pas d’avenir pour ces produits ? Si mais pas de marketing grand public prévu pour le moment : Et si les marques connues n’en parlent pas c’est peut être parce qu’il est difficile d’allier des produits de ce type à des tarifs permettant de gagner de l’argent. Quand certaines clé-PC sont vendues moins de 40$ ici, on comprend pourquoi ils ne veulent pas se risquer sur ce marché. « Ils n’ont pas les moyens de se démarquer des produits ODM ». Pas sans un marketing coûteux qui rendrait encore plus dur leur retour sur investissement.

« Regarde ce qu’il s’est passé sur les tablettes, les grandes marques proposent aujourd’hui des produits moins bons techniquement que les usines Chinoises ». « Android a permis de nous libérer de beaucoup de contraintes ». L’ouverture proposée par Google  clairement changé la donne et a permis à de nombreux acteurs dépendant d’un système d’exploitation coûteux et complexe a implanter  de proposer des engins en pagaille.

Si les ventes sont au beau fixe et que le marché bouillonne la situation est assez paradoxale : Mon interlocuteur aimerait bien que le jeu se calme un petit peu car la situation devient très complexe a gérer. Il prédit l’arrivée d’android dans énormément de nouveaux produits : Téléviseurs, moniteurs, baladeurs, GPS et autres, tous vont d’après lui adopter le couples ARM + Android. La solution est souple, peu chère et facile a implanter. « Personne ne demande des comptes », le marché est libre et totalement sauvage. Mais comme il me le dit en rigolant après cette longue discussion, c’est « Google et ARM qui y gagnent vraiment ».

Dans cette chasse à l’or il vaut mieux vendre puces et de la publicité plutôt que des produits finis, ils ne prennent finalement pas beaucoup de risques et engrangent tous les bénéfices.

27 commentaires sur ce sujet.
  • 24 avril 2013 - 16 h 03 min

    Encore un bon billet Pierre, merci. Celui-ci éclaire bien les pratiques et concepts qui prévalent à la création de ces machines qui semblent, quelques fois, peu adaptées à nos marchés.

    Répondre
  • 24 avril 2013 - 16 h 06 min

    Merci pour cet article instructif.

    Répondre
  • s@s
    24 avril 2013 - 16 h 41 min

    J’ai beaucoup parcourir le web anglophone à la pêche aux infos, j’en découvre encore pas mal sur ton site Pierre. Si en plus c’est toi qui lance les scoop sur le matos (Acer), tu vas bientôt devenir un « key player » dans le domaine que tu couvres :-)

    Attention, il va falloir bientôt tout écrire en anglais ;-)

    Répondre
  • 24 avril 2013 - 17 h 05 min

    […] J'ai passé une partie de la nuit a discuter TV-Box, tablettes, Clé-PC et autres solutions Android Low-cost avec un fabricant Chinois rencontré au CES.  […]

  • PJL
    24 avril 2013 - 17 h 30 min

    En fait, on est vraiment dans une production à l’obsolescence programmée avant même sa mise en production.
    Sinon, si tu en avais l’occasion, ce serait bien d’avoir un reportage sur l’usage que font les chinois au quotidien de ces clefs et box Androïd :
    – accès Internet
    – console de jeux
    – lecteur vidéo.
    Est-ce que ça remplace un ordinateur classique ou ça vient en complément ?

    Répondre
  • 24 avril 2013 - 17 h 41 min

    @PJL: Il faudrait que j’interroge des utilisateurs et n’étant pas sur place sans parler la langue cela filtre beaucoup les réponses. Néanmoins parmi les usages qu’on me cite souvent, l’accès au net mais surtout l’émulation de consoles de jeux revient fréquemment. C’est aussi lla possibilité de tranformer n’importe quel écran en TV et de lire des films qui compte beaucoup.
    Le web aussi bien sur : emails, microblogging et surf.

    Je vais creuser la question

    Répondre
  • 24 avril 2013 - 17 h 46 min

    Fiioouuuu, la vidéo de Charbax donne le tournis ;-)

    Voilà le genre d’article qu’on ne trouve qu’ici et qu’on apprécie :)

    Répondre
  • X07
    24 avril 2013 - 17 h 58 min

    Super, bon papier ! Euh epaper !!

    Répondre
  • A
    24 avril 2013 - 20 h 08 min

    ès ntéressant d’avoir l’avis d’un acteur sur le marché chinois.

    Je voudrais juste développer un point que l’interlocuteur évoque mais, visiblement, ne comprends pas:

    « Un bel engin, plus cher qu’un engin basique, est surtout jugé trop cher pour un engin Chinois. Vous les acceptez quand ils sont signés de grandes marques même si ils sont issus de nos usines, mais sans le logo de Sony ou Apple, la même machine ne se vendrait pas »

    Je veux bien qu’il y ait des gens qui achètent une marque plus qu’un produit car ils n’y comprennent pas grand chose.

    Mais même ceux-là savent que les marques connues ont des divisions dans à peu près tous les pays. Et c’est un atout non négligeable (en plus d’avoir un coût) en terme de SAV et de garantie.

    Aussi, il ne faut pas oublier que, même en étant « connaisseurs » on est pas dans la machine.
    On ne sait pas, simplement en lisant une liste de specs et en regardant quelques photos, tout ce qu’il y a dans la machine comme certains composants (qualité des antennes wifi, gps, 3G, micros, webcams, batterie…).
    On ne peut pas connaitre la qualité de fabrication et la durée de vie réelle d’un produit même s’il semble bien fini à vue d’oeil.

    C’est aussi pour ça que les consommateurs, à partir d’un certain prix et en fonction de la machine (tablette, laptop, pc…), ne prendra pas le risque d’acheter chinois.

    C’est au contraire en ‘poussant’ des modèles mieux finis et un peu plus chers qu’ils changeront l’à-priori des consommateurs:
    Les geeks/ »early adopters » sauront reconnaitre les pépites et, si ces machines tiennent leurs promesses, en feront la pub via de bonnes reviews, le bouche à oreille… Et c’est comme ça que d’autres seront convaincus d’essayer à leur tour.

    Car le risque sera diminué grace aux retours et à l’expérience positive d’acheteurs connaisseurs, des prescripteurs.

    S’ils se contentent de ne vendre que des produits basiques moins chers, la vision du consommateur ne changera jamais et ils ne pourront pas innover. Nous y perdront aussi une concurrence affutée potentielle.

    Donc, ils doivent lancer des produits qui font étalage du savoir faire qu’ils ont acquis pour les marchés occidentaux en petite série au début mais avec l’idée que leurs parts de arché ne peuvent qu’augmenter (si tant est qu’ils lancent de bons produits évidemment).

    J’espère qu’ils liront ces lignes…

    Répondre
  • A
    24 avril 2013 - 20 h 14 min

    *Très intéressant d’avoir…

    Répondre
  • 24 avril 2013 - 20 h 35 min

    @Pierre: ma copine va partir cet été en Chine. Où est-ce qu’elle pourrait acheter une clé-PC sans risque de contrefaçon sur la marchandise ou de problèmes avec les douanes?

    Répondre
  • 24 avril 2013 - 22 h 18 min

    1°) « Vous les acceptez quand ils sont signés de grandes marques même si ils sont issus de nos usines, mais sans le logo de Sony ou Apple, la même machine ne se vendrait pas »

    Je m’étonne de ne pas avoir lu une réponse du genre “oui mais quand c’est écrit Sony dessus on a le droit a un minimum de qualité contrairement aux tablettes chinoises qui peuvent mourir au bout d’une semaine“

    2°) Pour le manque de designers produit et boite, un informaticien lambda d’ancienne génération fait 10 fois mieux avec l’aide de Photoshop.

    3°) Pas de vrai moyen, pas de designers mais pourquoi ce mauvais gout ?
    Le MK818 par exemple se serais amplement passé de sa superbe sérigraphie !

    4°) Et toujours pas d’explication sur le fait que les nems sont plus souvent au porc qu’au bœuf !

    Répondre
  • Uko
    25 avril 2013 - 0 h 00 min

    @dgrgt: Les nems ne sont pas un plat chinois, mais Viet-Namien ;)
    Mais le porc est aussi beaucoup plus présent que le boeuf dans la cuisine Chinoise. Peut-être parcequ’il est bien plus facile à élever ?

    @Bobby: ta copine n’aura aucun problème avec les douanes pour un appareil dans ses bagages, surtout si elle le déballe et ne conserve pas de preuve d’achat. Concernant le risque de contrefaçon… Vu qu’il n’y a pas vraiment de marque, ça résoud la question :) Un tour rapide dans un computer center devrait la mettre face à un choix des plus ardus: déterminer le modèle le plus qualitatif au milieu de centaines de références toutes moins chères les unes que les autres et étiquetées en Mandarin, avec l’aide des vendeurs des centaines d’échoppes disponibles qui s’empresseront de répondre par l’affirmative et dans un anglais approximatif à ses questions, même (et surtout) s’ils ne les comprennent pas.

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 0 h 15 min

    C’est vrai qu’ils paient finalement une mauvaise notoriété. Mais il faut avouer aussi que l’on n’a pas les mêmes garanties non plus.
    Au dela du sav et de l’accès plus facilité sur le marché national, les « grandes » marques ont aussi certains garde fou: proposer un écran rayable dès la première utilisation, une antenne gps qui capte un signal qu’au bout de 30min, etc… Cela ruinerait leur image, et donc leurs ventes.
    Là où comme on l’a vu dans l’interview, une usine n’est pas liée à une marque et peut donc se cacher et répéter ses arnaques. Ou encore proposer des bonnes caractéristiques mais un écran rayé en moins de deux, une mauvaise accroche gps, etc sans que le conso puisse le savoir.

    Enfin tout ça pour dire que perso, acheter de tel produit importés de Chine ne me dérangerait pas, mais y’a encore trop points obscures et de mauvaises surprises malheureusement.

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 6 h 11 min

    c’est un modèle industriel assez cynique, basé essentiellement sur la contre façon, pollution, non respect des normes et des droits de l’homme, mafia etc.. et acheter ce type de produit revient finalement à cautionner ce système; malheureusement on a pas toujours le choix

    Répondre
  • SGT
    25 avril 2013 - 8 h 27 min

    Très intéressant d’avoir le point de vue « constructeur low cost » merci bine.

    On comprend mieux leur démarche et leur fuite en avant perpétuelle qui ne laisse pas la place au design et à la finition et parfois aux points de détails qui peuvent fâcher. On peut le déplorer mais cela reste tout à fait logique et compréhensible comme démarche.

    Cette place de la tablette relativement low cost avec des bonnes finitions, un bon design et un SAV de qualité aurait pu être prise par Archos mais en lieu et place cela commence à être des « nouveaux venus » comme Hyundai.

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 9 h 17 min

    Ca ressemble à un marché…d’auto-destruction…une fois que tout le monde aura sa clé-PC et sa tablette performante tellement les prix auront été tassés, la demande va être bien moindre…

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 10 h 18 min

    @Dliryc: oui et tant qu’on aura pas tous une puce intégrée dans la cervelle avec hallucination visuelle de l’interface on demand qui règlera définitivement l’avenir des constructeurs, je me dis que que c’est quand même les développeurs d’OS et softs qu’ont la prochaine étape en mains pour peut-être une prochaine étape de renouvellement du parc pc/portables (ou du moins ce qui en reste)et hybrides en ARM, ce qui soutiendrait la demande grand public en ARM puissants ? (et en attendant une box avec manette de jeux google avec le marketing qui va bien autour finalement ce serait peut-être pas mal aussi ?).
    ça me fait un peu souci le retard des linux complets ARM et le plantage pour l’instant de win RT, j’ai peur que Wintel malgré tout ne redevienne ultradominant dans tous les secteurs dont la mobilité si Intel surtout mais aussi MS slashent suffisamment les prix dans les mois à venir (pour les serveurs j’y connais rien donc je m’abstiens).

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 10 h 21 min

    oula, c’est bien le cheni dans ma cervelle ce matin ! je m’empresse de sortir avec toutes mes excuses

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 10 h 49 min

    @dgrgt « Vous les acceptez quand ils sont signés de grandes marques même si ils sont issus de nos usines, mais sans le logo de Sony ou Apple, la même machine ne se vendrait pas »

    Je m’étonne de ne pas avoir lu une réponse du genre “oui mais quand c’est écrit Sony dessus on a le droit a un minimum de qualité contrairement aux tablettes chinoises qui peuvent mourir au bout d’une semaine“

    Il parle de produit de qualité équivalente (voir supérieur) aux standards qu’on peut trouver par chez nous.

    Qui ne s’est pas déjà plein de défaillances d’un achat passé pourtant en europe ? ;).

    J’ai un téléphone Chinois construit selon nos standards, Meizu MX2, et franchement, il n’a rien à envier à un GS3, Optimus G ou i5.

    Et pourtant qui accepterait de mettre 400€ (même si moins cher que les machines ci dessus) dans une marque « chinoise » ? Il n’a donc pas tort ;)

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 12 h 49 min

    Je ne suis pas étonné que Pierre cite l’émulation de jeu video comme un des usages phares de ce type de clef: Ca se branche sur n’importe quelle TV standard, se dissimule aisément quand cela ne sert pas… au pire se balance dans les chiottes sans trop de regret au vu du tarif en cas d’urgence…

    Dans un pays à la liberté toute relative et ou le jeu vidéo reste interdit, c’est sans doute un élément clef (sans mauvais jeu de mots) qui me fait dire que, au moins tant que cette stupide prohibition durera, ce type de produit continuera d’être très porteur sur le marché local car cette fonctionnalité ne sera pas incluse dans les TV et/ou moins facilement ajoutable/dissimulable.

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 20 h 30 min

    @Uko
    Ha enfin une information sérieuse ! Bravo a toi pour ce rejet de la langue de bois ;-)

    @Mesh – « Il parle de produit de qualité équivalente »
    Tu es sur ? Car ce n’est pas explicite.
    Je suis à 99% d’accord avec toi. Le 1% restant est pourtant le problème principal.
    Autant je peux mettre 400 euros dans un phone Samsung autant je ne mettrais jamais 50 euros dans un phone « Yakisuhwanai » même si techniquement il est mieux conçus. Simplement parce qu’il n’y a pas de garantie sérieuses (déjà que certain constructeur connus (acer, logitech, etc) ne sont pas forcement honnêtes…)

    Soyons fous ; Si on ne payait ses appareils qu’après cinq ans d’utilisation (et qu’ils fonctionnent encore), je pense que beaucoup de marques connus seraient en faillites au profit de marques chinoises.

    Répondre
  • 25 avril 2013 - 23 h 14 min

    hey les mecs, confondez pas chinois et coréen !
    hyundai et samsung et meizu vs miui and co.

    Répondre
  • 26 avril 2013 - 9 h 27 min

    @raxy :

    Meizu est chinois, MIUI est une interface (UI = user interface) développée par la marque chinoise Xiaomi ;).

    Comme dit plus haut, j’ai un Meizu (une petite merveille), je sais donc d’où il vient ^^.

    @drgt :

    Hmmm, en tout cas c’est comme cela que je l’avais comprit :).

    A 50€, ca se tente ;). Puis ça t’évite de payer un smartphone hors de prix que tu dois continuer à utiliser quand tu as brisé sa vitre en le laissant tomber et que tu n’as plus un rond :P. (combien je vois d’iPhone dans cet état :/)

    J’aime bien ton idée de payer à date échue, même sur seulement 3 ans =)

    Répondre
  • 29 avril 2013 - 12 h 27 min

    @SGT:

    Heu bah non, pas du tout compréhensible ni logique, c’est juste l’hyperconsommation poussée à son paroxysme, et ça finit généralement en eau de boudin pour le marché tout entier… qui s’autodétruit totalement en peu de temps.

    Dans les sociétés de consommation, il faut trouver un équilibre, la fuite en avant perpétuelle ne peut durer qu’un temps. C’est ce que le marché chinois n’a pas encore compris, et le jour où il ne se développera plus assez vite (croissance, etc.), beaucoup vont s’écrouler.

    Répondre
  • 6 mai 2013 - 14 h 25 min

    pourquoi on achete pas forcement chinois?
    la meme raison qui me pousse a acheter nexus plutot qu autre chose:
    le suivi logiciel.

    je reve d acheter chinois, mais me retrouver bloque parce le constructeur ne propose que 2 mises a jour (ex sur mon tel acer)

    de plus, avoir des surcouches constructeurs plutot qu un android nu c est vraiment galere.

    si les chinois veulent faire de l argent, qu ils fassent des machines utiles, genre une copie du nexus 7 avec lecteur microsd.

    Pierre> puisque tu es en lien avec un constructeur, tu peux lui demander: – pourquoi il n y a pas un systeme par interrupteur pour permettre de brancher electriquement la tablette/smartphone sans que cela recharge la batterie ? (augmenterai la longevite de la batterie)
    – pourquoi il n’existe pas un smartphone avec un ecran avec encre electronique n&b et une bonne batterie? l autonomie toujours aussi limitee d un smartphone est incomprehensible. on fait toujours la meme chose avec son smartphone: mail, telephoner, syncro de contacts, surf d secours et modem 3G. pas besoin d ecrans de ouf ni de processeur de ouf, juste de l autonomie. si on doit faire un truc de ouf, on prend sa tablette ou son laptop, pas un telephone…

    Répondre
  • 23 octobre 2013 - 12 h 00 min

    […] Si ce marché particulier vous intéresse je vous conseille de lire ou relire ce billet : Comment sont fabriquées les machines Android Low-Cost en Asie […]

  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *