Quand l’industrie du PC ne sait plus où aller, elle développe de l’inutile

A New-York hier, Lenovo rappelait que l’entreprise allait souffler sa 25e bougie au mois d’Octobre. 25 ans, c’est assez vieux pour une entreprise high Tech alors pour contrer cette image, le groupe prépare sa communication sur de nouveaux concepts. Des concepts qui marient l’extravagance à l’inutile.

C’est l’autre penchant de la nouvelle donne électronique. En plus des PC irréparables qui se multiplient, on tend à développer des machines à l’intérêt pas spécialement visible. A développer une technologie inutile uniquement pour donner une histoire à raconter au marketing. Des technos onéreuses et qui n’apporteront rien à l’utilisateur.

Lenovo

Cette image d’un ordinateur portable Lenovo avec un écran souple qui permet de le refermer sur son clavier n’est qu’un concept et la marque de rappeler qu’aucun engin de ce genre n’est prévu pour le moment. Il n’empêche que cette image trahit le malaise des industriels face au monde du PC.

Les machines n’évoluent plus en terme de performances. Ou si peu. Des gains de vitesse qui ne sont pas assez élevés pour en faire un élément de communication. C’était le cas pendant les années 2000 où chaque sortie d’une nouvelle génération de processeurs permettait d’annoncer un gain de vitesse important. Une motivation pour beaucoup d’acheteurs.

Elles n’embarquent plus non plus de stockage exubérant, ce n’est même plus un débat d’ailleurs. Certains portables d’aujourd’hui sortent avec 32 ou 64 Go de stockage seulement sans que cela ne choque puisqu’ils sont connectés au réseau et peuvent donc étendre leur espace quasiment à l’infini. Le passage du disque mécanique au stockage SSD a fait les beaux jours de l’industrie il y a quelques années mais cela s’est vite normalisé. 128 Go de SSD, c’est devenu courant, et c’est tant mieux.  La mémoire vive n’est plus non plus un vrai élément de débat, facile de trouver des engins de 4, 6 ou 8 Go de ram. Même les smartphones ont désormais ce genre de composants.

Le tactile ? Ce n’est plus considéré comme un avantage mais comme quelque chose de normal. Idem pour quasiment tout ce que l’on peut embarquer dans un PC portable classique : Wifi rapide, Bluetooth, USB 3.0 et bientôt Thunderbolt. Toutes ces avancées sont devenues des acquis et l’industrie sous la pression d’une hyper compétitivité, a vite fait d’absorber toute nouveauté technique en quelques trimestres. Et cela va de plus en plus vite.

Lenovo

Alors ? Alors que faire pour se démarquer ? Un courant se dessine nettement, celui de l’inutile. Cela passe par une course à la finesse qui n’a aucun avantage autre qu’esthétique. La finesse d’un portable ne lui apporte pas forcément plus de légèreté et ne propose pas en réalité d’avantage en terme de transport. Elle provoque par contre de véritables problématiques techniques pour les industriels et les utilisateurs : des composants inaccessibles, des machines irréparables, des batteries qui n’ont pas beaucoup de place pour étendre l’autonomie proposée et une connectique réduite à peau de chagrin.

Peut-on aller plus loin dans l’inutile ? Probablement. Lenovo nous montre un portable à écran souple. Une technologie pas encore totalement maîtrisée et qui provoquerait un surcoût notable pour la fabrication d’un ordinateur. Quel avantage aurait cet écran souple par rapport à un engin classique ? Il autoriserait un affichage plus grand en hauteur pour un même gabarit de machine. On pourrait imaginer une solution qui afficherait en 3/2 dans un gabarit de 16/9 ou de 16/10. Une bonne nouvelle à priori mais qui se traduirait par de grossières erreurs ergonomiques.

Lenovo Yoga 910

La charnière des YogaBook haut de gamme…

L’avantage de la charnière classique, outre sa robustesse naturelle qui serait supérieure à un système de ce type, c’est qu’elle permet d’élever l’écran face aux yeux de l’utilisateur. Avec ce prototype non seulement le clavier est totalement à plat ce qui rendrait les tâches de dissipation de chaleur complexe et ne serait pas forcément formidable l’ergonomie de  la frappe mais surtout cela positionnerait le bas de l’affichage derrière les mains de l’utilisateur. A bien y regarder ma barre de tâche en bas de l’écran est déjà quasiment caché par les touches de fonction en haut du clavier. Imaginez vos mains posées sur le clavier, cela rendrait l’usage de la partie basse de l’affichage impossible sans retirer vos doigts du dispositif.

Contre partie de cette avancée de l’écran, la disparition du pavé tactile. Habilement remplacé par Lenovo par son système  de Trackpoint rouge placé au centre du clavier. On retrouve en bas de l’engin le système de boutons habituel de la marque. Autre déconvenue, impossible d’utiliser un écran capacitif avec une technologie souple, il existe des technologies tactiles qui seraient compatibles mais elles sont hors de prix.

Il s’agit d’un prototype qui troque donc une charnière classique pour une charnière d’écran souple. C’est son unique apport face aux machines les plus fines de la gamme actuelle du fabricant : Le reste des éléments mis en avant est déjà acquis : Bordures fines autour de l’écran, fonctions d’écoute pour ordonner des éléments à la machine, fonction de connexion permanente, stylet. Lenovo met en avant la possibilité de plier le portable comme un journal, laissant un trou impressionnant sur sa charnière, les technologies actuelles d’écran souple ne permettant pas qu’on les plie totalement. Cette ouverture de part et d’autre de la machine tue tout simplement la recherche de finesse de l’engin. Elle rend cette machine ultra fine plus difficile à ranger dans un sac qu’un portable d’il y a trois ou quatre ans. Elle pose également un vrai souci technique d’un point de vue entretien avec ces deux ouvertures qui laisseront passer aussi bien la poussière qu’un stylo ou un autre objet aussi imposant. Problème à moyen et long terme, cela peut rapidement abîmer l’écran comme le clavier.

Alors, à quoi bon présenter ce type de futur ? Pourquoi faire rêver sur de l’inutile ? Parce que l’utile est contre productif aujourd’hui pour les marques dans leur communication. L’utile serait de revenir à des portables moins ultra. Plus épais avec une connectique plus large, des accès aux composants et une possibilité de les réparer. Exactement ce que propose Lenovo sur ses machines à destination des pro.

Asus ROG Zephyrus

Et je ne comprends toujours pas que les constructeurs n’aient pas tilté. La vraie révolution des machines de demain n’est pas dans l’inutile. Elle est dans la spécialisation.

Quels sont les marchés qui fonctionnent aujourd’hui ? L’hybride du côté du grand public a le vent en poupe. C’est une machine spécialisée dans un usage mixte qui propose les avantages de la tablette et ceux du portable. Le PC de jeu est également en croissance et c’est un PC qui est hyper spécialisé. Il y a certes des éléments inutiles dans ces engins, de l’apparat, mais dans l’ensemble il s’agit d’une solution dont la vocation est de satisfaire un usage unique : Le jeu. Dernier secteur qui fonctionne encore bien, le monde pro. Avec des outils spécifiques et calibrés pour un usage précis, des fonctions de sécurité et autres intégrations sur mesures, il s’agit là encore de machines spécialisées.

Lenovo Yoga Book

Lenovo est capable de proposer des engins hyper-spécialisés comme le Yoga Book qui tend à des usages uniques et sans compétition sur le marché. C’est cette voie là qu’il faut explorer dans le futur. Celle d’engins qui prendront rendez-vous avec des communautés spécifiques : Graphistes en maximisant les performances de l’affichage. Musiciens avec des éléments audio haut de gamme, une connectique particulière et une carte son professionnelle. Des PC dédiés à la mobilité, légers et autonomes. Des machines ultracompactes à emporter partout avec soi comme l’ont été les netbooks. Des engins super-connectés avec Wifi et modem 4G de série à des prix normaux et non pas en option super tarifée.

La spécialisation attirera des communautés moins grandes que le 15.6″ standard qui domine encore et toujours le marché des portables. Mais ces communautés seront séduites par le fait qu’un constructeur s’intéresse à elles et elles troqueront agréablement un engin à modeler au petit bonheur à coup de couches logicielles et d’accessoires encombrants.

Proposer un futur de l’informatique sur la voie de l’inutile, une voie massivement empruntée aujourd’hui avec une course à la finesse qui mène à de vraies aberrations, ne mènera les constructeurs que sur une voie de garage. Concevoir un châssis basique avec des composants communs mais spécialiser les engins sur la chaîne de montage pour s’adresser précisément à des usages parait beaucoup plus pertinent.

28 commentaires sur ce sujet.
  • 21 juin 2017 - 14 h 43 min

    Tiens, on va faire une dissert de philo niveau bac: qu’est-ce que “utile” ? Ce qui fait le job ? Ce qui me rend heureux ? Ce qui m’amuse ?
    Je pense que les gros gros trucs a coté duquel nous nerds classiques passons, c’est que

    1- les objets représentent rapidement plus que leur fonction. Mon PC je le fais moi-même pas parceque c’est mieux, mais parceque ca dit quelquechose sur qui je suis. Quand je choisis de le faire petit discret et silencieux plutot qu’immense et clignotant, c’est aussi parceque ca dit quelquechose sur moi. J’peux passer 3h a argumenter que mon PC est mieux moins cher plus fiable… c’est peut-être vrai, mais marginalement et en oubliant le cout de mon temps… plus des prétextes que des raisons. J’ai passé des jours (et des centaine d’euros) a faire des PC tous petits, tout silencieux… avec le recul, je ne sais plus pourquoi.

    2- En plus, ce qui nous choque nous les nerds, c’est que maintenant que l’IT est tres grand public, non seulement l’aspect fonctionnel est encore plus anecdotique, mais surtout l’aspect “ego” joue sur des registres complement différents. Le look plutot que la prouesse technique, la simplicité plutot que la polyvalence, la légereté plutot que la performance. Donc oui, ma niece est aussi fiere de sa coque d’iPhone a paillettes que je l’etais de mon AMD overclocké. Mais au fond, c’est la meme chose. Et arriver a coordonner son laptop avec ses chaussures, c’est la meme chose que battre un high-score.

    Je pense que les OEM sont aussi paumés que nous nerds dans ce nouveau marché, ou “fin” est plus important que “tient la journée”, et “rose gold” que “resiste a une chute”.

    J’vous laisse, j’ai un ventilo a changer sur une vidcard et un backup de mon Synolgy vers mon Proliant Micro a faire. J’dirais a mon neveu de coller des stickers Cars dessus ;-p

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 14 h 53 min

    EN plus cet ecran mou, si ils arrivent a le combiner avec un clavier comme le Rolly de LG, ca fait un PC vraiment roulable, franchement je vous des cas d’utilisation.
    Ma question c’est plutot… mais comment ils rigidifient ca une fois que c’est déplié ? Une cran souple c’est bien, mais bon, a un moment donné faut qu’il tienne droit, et assez droit non seulement pour le regarder, mais pour le toucher. J’ai la memem interrogation pour les téléphooes.

    Ceci dit, si les ecrans souples sont simplement utilisés comme ecrans incassables, a mon avis ils auront deja justifié leur existence.

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 15 h 47 min

    @OBarth : il y a aussi des professionnels qui lisent le site (pas que des machins comme tu dis, là, un truc en anglais alors que j’aime bien parler en français sur un site en français du coup je ne comprends plus les mots anglais et je digresse, je digresse).

    Ils n’ont visiblement pas les mêmes problématiques que toi. Sur les Dell de la bonne série, deux vis et hop, accès à toute la machine. Ce n’est pas une question d’égo.

    Je crois que j’arrive à comprendre l’article de Pierre. Peut-on considérer que le marché décidera ? En Chine, toutes les 15 secondes Xiaomi sort un produit. A force de tout essayer, il y a des produits qui restent. Les purificateurs d’air ont fait un tabac, le mi band se voit à tous les poignets… Le marché décide !

    Et pour les PC, ça va être de plus en plus difficile. Vous vous plaignez de l’accès, bla bla : pourquoi ne pas monter des machines avec des SBC ?

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 16 h 11 min

    Autocad ou Photoshop sur cet ordinateur ça doit être une plaie ^^
    “Quelle belle courbe de bezier… oh wait c’est une ligne droite en fait.”

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 16 h 52 min

    “SBC” c’est pas non seulement anglais mais en plus jargonneux ?
    Paille, je te présente la poutre ;-p

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 17 h 07 min

    On ne s’attaques pas aux purificateurs d’air svp!!!

    Etant allergique (graminées) et asthmatique, et pour avoir craqué pour un de ces petits joujoux (chez R…..a) . Je peux affirmer après trois mois que cet appareil vous change la vie (ou en tout cas l’air intérieur) et de fait diminue/supprime les symptomes (chose qu’une triple dose d’antihistaminique n’arrive pas à faire totalement).

    Il m’accompagne même durant mes vacances, même si il prend une place passager.

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 17 h 51 min

    @Dimitri:
    xD
    tu as rebooté starlord :)

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 17 h 53 min
  • 21 juin 2017 - 19 h 07 min

    Moi j’aime bien l’idée de pc qui sache faire au moins du son et de l’image tout en gardant des périph clavier et souris valables.

    J’ai un yoga book, je ne dessine pas dessus, mais j’aime beaucoup le clavier avec ses particularités. Pourtant il avait tout pour me déplaire ben en fait je tape très vite dessus avec très peu d’erreur et sans me soucier de savoir si je suis bien au centre de la touche comme avec un clavier physique…

    Du coup mon avis c’est qu’un pc, il faut pouvoir l’essayer comme une paire de chaussures et voir s’il correspond à son attente avec AMZN c’est simple avec les autres vendeurs moins et pourtant si nécessaire.

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 20 h 40 min

    Dans ce bas-monde, où le produit devient consommable et où on tend vers le “tout jetable”, il est effectivement important de se poser les bonnes questions.

    Si l’industriel tente de nous faire avaler les plus grosses couleuvres sur fond de Marketing, comme ce concept de Thinkpad, il sait aussi réagir suite aux scandales (industrie Bio suite au Paraben et autres produits toxiques, cryptage des données suites aux leaks incessants de la NSA, Business du désamiantage suite au scandale de l’amiante, etc.)

    C’est là qu’on peut faire quelque chose, en revendiquant des produits réparables, en demandant de faire revivre le business des réparations pour relancer quelques emplois, pour relancer une vente d’occasion fiable (car sous garantie), et en rendant des produits accessibles aux nécessiteux, où à ceux qui ont un budget serré, etc.

    Mais bon, comme l’a dit Pierre, c’est un véritable “bras de fer” Consommable VS Modularité qui se joue actuellement. Et ça se fait en coulisses (car souvent les adeptes de la modularité n’ont pas les moyens médiatiques pour faire pression sur les adeptes du consommable).

    C’est pour ça que je remercie Pierre de ce genre d’articles qui poussent Pro et Particuliers à se poser les bonnes questions.

    Répondre
  • Max
    21 juin 2017 - 20 h 59 min

    À quand un pc portable sans batterie et adaptateur secteur ?

    Voilà là où les constructeurs doivent s’y mettre.
    Un PC portable complètement autonome.

    Mettez des cellules photovoltaïques incrustées dans l’écran, un moteur thermoélectrique au dessus du processeur et de la carte graphique…

    Répondre
  • 21 juin 2017 - 23 h 33 min

    peut être que ce n’est pas au niveau du hardware qu’il faut chercher
    les PC on ne les vend pas parce que ce sont des PC (sauf aux nerds), mais parce que ça permet de jouer, lire des emails ou des commentaires sur minimachines, d’envoyer des photos à la grand mère, de regarder des vidéos, de publier sur facebook etc.

    Moi j’attends un pc qui traduit les site ou les vidéos à la volée, un pc qui me répond et me comprend (sans utiliser de serveur qui enregistre toutes mes requêtes) un pc qui s’humanise (sans en parler à google ou apple), Un pc qui me conseille et qui anticipe sans être intrusif
    un pc qui reconnais mes gestes, un pc qui peut projeter (afficher) mes livres ou mes vidéos dans les airs sans support
    Un pc avec lequel je peut faire un copier coller d’un geste vers un autre périphérique

    mais j’ai plutôt l’impression qu’on veut nous vendre des Minitel pour qu’on soit bien dépendants (genre chromebook)

    Et du coup le matériel je m’en fout un peu, mais faudra sûrement que j’en change pour en avoir un qui peut faire tout ça !

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 0 h 53 min

    Je te trouve un poil dure avec l’industrie sur ce coup la Pierre :D

    C’est vrai que le 0/10 d’iFixit sur le surface pro n’arrange pas les choses, mais de la spécialisation il y en a de plus en plus depuis environ 5 ans.

    Tablettes, ebook, microsoft studio, raspberry et autres solutions open source, les NUCs, les PCs en clé HDMI, les montres connectees,… Meme si beaucoup de produits restent de niche, avec les actuelles courses a la techno, crowdfounding, les pépinières HiTech,… Je trouve que ces dernières années sont vraiment excitantes technologiquement parlant.

    Apres c’est sur que certains concepts frôlent le ridicule, mais ça reste toujours un pas en avant, une démarche et une recherche.

    En tout cas c’est toujours un plaisir de lire tes articles.

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 6 h 21 min

    @Obart : ce que je voulais dire, gentiment (mais je n’y arrive jamais), c’est que j’entends ton commentaire sur l’article de Pierre. Ceci dit, en France il y a environ 60 millions de sélectionneurs de foot. La question est de savoir où ils ont joués, où ont-ils entraîné, quels grands clubs ont-ils dirigés. Sont-ils dans les vestiaires, aux entraînements, aux comités de direction ?

    Des remarques en tant que “nerd” (je ne me souviens plus de la définition de wikipedia, ha si, la voila “Un nerd est, dans le domaine des stéréotypes de la culture populaire, une personne solitaire, passionnée voire obnubilée par des sujets intellectuels abscons, peu attractifs, inapplicables ou fantasmatiques, et liés aux sciences (en général symboliques, comme les mathématiques, la physique ou la logique) et aux techniques – ou autres sujets inconnus aux yeux de tous”) et dont il TE semble que chaque lecteur soit partie de la non-communauté. Personnellement je ne me sens pas concerné.

    Au délà du “Nerd” (t’as remarqué, ce coup-ci j’ai mis une majuscule), il existe aussi des professionnels de l’informatique. Des développeurs, des responsable SI, des personnes qui gèrent un parc, qui achètent du matériel, qui le maintienne, il y a en a même qui en font la conception, d’autres qui le présentent, certains qui le vendent.

    Je me demandais si l’on ne pouvait pas laisser le marché décider de ce qui est judicieux (sans critiquer les filtres Xiaomi dont j’ai moi même l’usage, ceci dit ce n’est qu’un ventilo derrière un filtre et ce n’est pas difficile à faire soi-même, et pour la partie pouet pouet internet, un ESP8266 et un compteur de particules et voila) sans condamner à l’avance : c’est que les nerds ils ne sont pas aux entraînements, ne prennent pas partie aux décisions du board (hoaa, un mot en anglais, ça, ça va plaire aux nerds) et n’ont pas, à part celui de la maison et de tata Ginette, de parc à gérer.

    C’est tout, mais punaise, malgré tous mes efforts je n’arrive jamais à être gentil. Shame on me.

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 6 h 31 min

    Merci Pierre de cet article au combien réaliste (triste?).

    Et le plus beau, c’est que dans le domaine, inutile ou non, tout se paye malgré ses stagnations dont tu parle (i7 2600k à 300€ en 2011, maintenant un 6700k / 7700k c’est 400). Tout coûte plus cher mais ne fait pas forcément mieux le travail (sans compter cette folie de mettre des leds RGB partout, niveau pollution visuelle ça se pose …), Pour la mobilité (et reprendre mon exemple favori) en 2014 un i3 ULV ivy bridge et une carte graphique kepler coûtait 500€, aujourd’hui la même chose en coûte au moins 600 (certes on est passé à skylake, mais c’est pas 300MHz et un renommage du même GPU qui vont changé la donne niveau performances, et l’ipc n’a pas assez évolué pour justifier celà)

    Le manque de spécialisation est effectivement un problème, un professionnel du graphisme aura possibilité d’avoir un pc portable performant pour ses traitements mais à quels prix? Tant qu’on ne fait pas d’animation 3D on à rarement besoin d’une carte graphique Quadro ou FirePro qui fait passer votre pc du simple au double. Maintenant n’importe quel “power user” ayant besoin de mobilité doit se tourner vers les pc gamer de niche (et si tu es professionnel avec des déplacements tu passe pour quoi avec ton pc qui change de couleur avec son design agressif et une coque aux couleurs criardes)

    Le problème aussi est que tout à été axé sur l’hyper rentabilité, il est plus rentable de produire une aberration en grande série plutôt que différents modèles en petites séries

    Aujourd’hui, avoir un pc décent coûte les yeux de la tête pour des choses dont personne ne veut, tout les CPUs sont soudés du 7.5 au 55w (même dans du 15″/17″ format frigo), la moitié de la ram est soudée dans des pc à plus de 1000€, chose dans les années 2000 considérés comme dernier refuge d’une ignominie à bannir des domaines industriels à l’époque est devenue un standard, car sinon on ne vendrait rien de plus qu’un peu de ram ou de stockage pour entretenir les pc

    @michemiche: tes exemples, bien que variés, ne montrent qu’une tendance à la miniaturisation pas forcément utile, certains sont pratiques, pour ne pas dire tous, mais leur utilisation, leur impact écologique ainsi que leur iréparabilité ne compromet elle pas a ton goût l’intérêt de ses produits? Même si je ne suis pas un écolo de première, je suis le premier à reconnaître qu’un usage aussi massif de ces ressources pour du gadget est grave (les capteurs cardiaques et la moitiés des fonctionnalités d’un fitbit sont dispensables pour bien des joggers à moins d’avoir des problèmes de santé en parallèle, mais tout le monde en a un, et doit quelque part en avoir un si tu écoutes les maketteux)

    d’un point de vue avancée, certes c’est génial, mais fut une époque, c’était des produits de niches (montres pc début 2000) et aujourd’hui tu vois de plus en plus de gens avec une AppleWatch ou une sony SmartWatch qui finalement n’en fait pas beaucoup plus qu’un kit main libre et ne leur permet pas d’être plus concentré sur ce qu’ils font (notamment la conduite)

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 9 h 52 min

    Et si au lieu de toujours tenter de faire évoluer le hardware (ce qui montre ses limites de nos jours car ça stagne)… on optimisait la partie logicielle / OS ?

    c’est fini ? plus personne ne veut faire d’assembleur ? on est tous obligé de faire des apps Electron avec un moteur webkit ultralourd dessous pour faire 3 bricoles qui seraient tout aussi faciles à coder en delphi ou c++ ? :D

    A titre d’exemple, j’ai toujours un vieux macbook g3 300mhz, avec 192mo de ram, et bien il fait parfaitement tourner photoshop 6, Quark xpress et la suite office sous OS9 sans aucun lag… (l’exemple est volontairement exagéré car bien entendu il est impossible de surfer convenablement sur internet n’ayant plus de support logiciel des navigateurs)

    Mais bien entendu ce ne sera pas du goût des constructeurs.

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 9 h 57 min

    @Dimitri:
    Certains ont beau cracher sur linux, c’est bien ce qui se passe, là ou de simples taches de productiques posent parfois problème sous windows 7 avec moins de 4Go de ram sous linux avec 2 j’ai tout un parc d’entreprise qui navigue sur le web, utilise la suite office online et libre office, tous connecté au wifi et ce sans ralentissement.

    effectivement le logiciel améliorerais grandement les choses, mais vu ma dernière formation et le contexte actuel dans le logiciel, tout est fait pour accélérer la productivité du dev au détriment de la qualité de son code. Le dev fait un raisonnement de base mais les 3/4 du temps le pré-compilateur fini tes phrases a ta place et te suggèrent parfois des fonctions dépréciés. Les SS2I qui vendent des soft en sachant pertinemment qu’il manque quelque chose dedans “parce que le client ne l’a pas demandé” histoire de lui vendre une màj plus tard.

    le problème est toujours le même, le profit à tout prix et avant tout

    Répondre
  • uko
    22 juin 2017 - 10 h 43 min

    @Olivier Barthelemy:
    Un écran + un clavier roulable c’est bien, mais quid du reste des composants ? ;) Une CM roulable avec une RAM roulable, un stockage roulable, une batterie roulable et un système de refroidissement roulable ?

    Tout ça pour obtenir… un gros rouleau plutôt que quelque-chose de plat facile à glisser dans un sac, bof.

    Et oui, après il reste la question de la structure qui permet à tout ça d’avoir un peu de tenue. Rien que d’imaginer le merdier que ça serait, j’en ai des frissons dans le dos.

    Répondre
  • uko
    22 juin 2017 - 10 h 45 min

    @Starlord:
    Les purificateurs d’air et les Mi band existaient avant Xiaomi. Pour le moment Xiaomi se contente de copier ce qui existe déjà pour le proposer avec un rapport Q/P imbattable (ce qui aide à le démocratiser).

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 11 h 23 min

    Excellent article comme d’habitude.
    Je voudrais juste apporter ma contribution sur la santé du marché des PC spécialisés ou de niche comme le PC de gamer :

    Pour mon PC pro, j’ai opté récemment pour un ASUS ROG (Republic Of Gamers) qui fait souvent sourciller mes clients avec ses touches ZQSD rouges.

    J’ai choisi ce PC pour le boulot parce que j’avais besoin d’un PC au poids raisonnable capable de faire tourner une base Oracle, plusieurs serveurs d’application type tomcat, plusieurs IDE Eclipse et d’autres outils dont j’ai besoin au quotidien (machines virtuelles pour émuler d’autres OS, docker, …).

    Les PC noname rebrandés par LDLC pro que j’ai utilisés auparavant étaient très performants mais affligés de mutiples défauts de conception :
    – ventilation bruyante voire défecteuse (pas de démarrage du ventilo avant de mettre une pichenette sur le cadre, la faute à une ailette qui coince sur le chassis, et ce, depuis les premiers jours d’utilisation)
    – charnières trop fragiles pour une utilisation nomade, cassées au bout de 10 mois
    – pas de clavier rétro-éclairé

    A part ça on voit fleurir des PC “pro” avec des features de tablettes (genre écran tactile) qui m’ont toujours laissé perplexe et sont incompatibles avec mon utilisation du PC, et une connectivité vraiment pas terrible.

    Plusieurs de mes collègues ont tous fait le pas après moi, y compris dans l’équipe de dev, simplement parce que les configs “pro” sont inadaptées à nos besoins là où les PC dits “gamers” proposent des perfs et des prix réalistes, mais si la carte graphique ne nous sert pas à grand chose.

    J’ai l’impression que ces PC bénéficient d’un cahier des charges leur garantissant une plus grande robustesse, et supportent une charge CPU plus importante sans se mettre à chauffer.

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 12 h 06 min

    mais c’est quoi ce truc !

    ils craquent chez lenovo ?

    de toute façon, le pc il finit dans une sacoche ou un sac alors le “rouler” ou autre
    à part pas pouvoir le mettre sur ces genoux , l’utiliser debout (vous savez genre les gars que vous voyez dans les rayons des supermarchés), provoquer des merdes matériels sans non (le coup du pli de l’écran, ça va péter vite fait dans un sac écrasé par le reste)

    n’importe quoi là

    @Eviltwin: oui, les pc gamer ils encaissent, c’est fait pour (et certains se réparent, démontent, upgradent facilement)

    perso, j’aime les msi (les acer sont pas mal non plus et moins cher souvent parce que les cartes graphiques sont un “plus vielle” sur les gammes en vente actuellement)

    par contre, c’est vrai que l’aspect startrek, ça m’a toujours énervé

    allez faire un tour sur le site d’evigroup
    ils vendent de bons pc neuf un peu plus à la carte et bien plus sérieux que les clevo de LDLC

    ça va bientôt devenir les seuls si on veut du sobre, assez costaud et bien pensé, réparable et au goûts du jour
    (comprendre config récente niveau proc pour vous par exemple)

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 13 h 37 min

    Article intéressant, même si je le trouve un peu trop “alarmiste”. L’inutile dépend de chacun pour commencer, mais c’est un autre débat. Et justement, la spécialisation entraîne de l’inutilité à ceux qui n’en n’ont pas besoin non ?
    Donc pour prendre l’exemple de ce pc bizarre, il parait peut-être inutile, mais il peut avoir une utilité dans certains cas.
    Bon je n’en trouve pas ^^, mais il y a eu de bien meilleurs concepts de toute façon, celui-ci n’est pas terrible. Un écran et clavier flexible c’est bien, mais là on est entre le deux, autant garder le système actuel.
    L’avantage du souple, c’est la finesse et la résistance en cas de chute. Et pouvoir rouler totalement son pc serait pas mal, au lieu d’avoir une grosse sacoche, on aurait plus qu’un tube. Là c’est valable ! Mais bon, on a le temps de voir arriver tous les composants flexibles… Même si les batteries sont en cours, y’a du boulot.

    C’est aussi souvent “à cause” de concepts farfelus qui paraissent inutiles qu’on peut voir débarquer de vraies idées. Peut-être que ce truc inspirera quelqu’un pour faire quelque chose de bien.

    Pour moi, les “combats” qui devraient se dérouler maintenant, au lieu d’une recherche de puissance (et de pseudo fluidité – nombre de personnes que j’entends dire “ah mon iphone il est encore plus fluide” – au bout d’un moment le truc il va poster un commentaire facebook avant que tu l’aies allumé c’est ça ?), sont l’optimisation du soft/hard existant, le développement durable/écologie (réparabilité, composants économes, facilement recyclables, moins/pas de matériaux rares…), et l’autonomie (bordel, charger tous les jours son téléphone, ou pas pouvoir tenir la journée de taf avec son pc portable, faites quelque chose à ce niveau là!!!).
    Mais comme vous le dites presque tous, nous ne sommes pas tout le monde, tout le monde veut le truc “le plus rapide” (mais pour quoi ? facebook ? insta ?), “le plus joli” (ils ont tous la même tête ou presque), “le plus à la fin” (donc le plus fragile)… Et malheureusement le marché se fait influencer par les pubs à deux cents des grands constructeurs. Maintenant un smartphone, il faut qu’il prenne des photos mieux qu’un reflex, qu’il fasse des ralentis en 4K… Par contre le charger tous les jours c’est pas grave hein. Un pc portable faut qu’il soit fin fin fin fin. Et classe. Bwef… le grand public aura toujours le dernier mot, et il prendra toujours ce qu’on lui donne, ça ne sera jamais l’inverse.

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 16 h 11 min

    @kangeishi: le problème, c’est le marketing, le grand publique y est influencé, et donc il y réagi, comme le disait pierre, tout se déroule de plus en plus vite car certains avancent un argument à fond les ballons et la concurence se doit de réagir vite pour ne pas perdre trop de parts de marché, et tout ce hype fait pour tout et n’importe quoi en ce moment …

    le problème, c’est que, je comprends bien ce que tu dis, mais l’utilité dans certains cas bien précis de ce prototype, c’est pas l’essence même de la spécialisation? :p

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 18 h 00 min

    @Softreaper : c’est exactement ça oui, la hype est créée par le marketing, alors que ça devrait être l’inverse. mais grâce au crowdfunding, la tendance peut s’inverser !

    l’essence de la spécialisation c’est ça oui je crois, c’est pour ça que je suis moyennement d’accord sur le fait de qualifier d’inutile la plupart des “avancées” récentes. Moins utiles pour certaines personnes oui, pas le chemin à prendre oui, mais il y a quand même du public derrière, des gens à qui ça peut correspondre tout à fait en terme de fonctionnalité.
    C’est comme dire “tel musique est nulle”, non, c’est plutôt “je n’aime pas cette musique”.
    mais là où je rejoins l’article, et c’est le point fort je trouve, c’est qu’il y a quand même des priorités, que ça soit en spécialisant ou en optimisant ou même en revenant à ce qui se faisait avant (exemple, plus d’épaisseur pour plus de solidité).
    on pourrait débattre des heures sur ce sujet mais c’est comme les téléphones : à une époque, on voulait le plus petit possible (nokia 8210 je crois) et maintenant faut des phablettes pour être tendance. les écrans incurvés qui sont à la mode, je trouve ça ridicule, il parait qu’en terme d’immersion c’est super, mais faut être 2 maxi et en face de la télé. pour un célibataire, c’est peut-être la télé parfaite, pour moi non, en famille c’est pas possible. “inutile” pour moi, pas pour tout le monde. mais cette “inutilité” permet de tester à grande échelle les écrans incurvés/presque-flexibles, et de perfectionner ça pour d’autres utilisations, par exemple des panneaux publicitaires arrondis que l’ont pourrait mettre absolument n’importe où, même sur l’assise d’un banc publique par exemple (ouais j’ai qu’un exemple pourri ^^)
    bon allez je m’arrête (net) là

    Répondre
  • 22 juin 2017 - 18 h 35 min

    Tout le monde est d’accord sur ce point, mais malheureusement la plupart de ses innovations n’ont que peu, ou pas d’intérêt avec le grand publique (les écrans souples seraient par exemple plus utile dans le metro (sur mur blanc pour afficher des directions des messages dynamiques) )

    et les composants souples dans des situations industrielles ou la place des machines deviens critique pour le stockage

    Mais monsieur tout le monde, un truc plat, c’est bien, ça se range toujours facilement et c’est bien protéger, en plus d’être sécurisant car ça reste dans le domaine du connu

    Répondre
  • uko
    23 juin 2017 - 12 h 39 min

    @kangeishi:
    Autant les TV 3D et les écrans incurvés sont clairement des arguments purement marketing sans réelle plus-value pour les utilisateurs (tout comme les écrans incurvés sur smartphone), autant je ne partage pas ton avis sur les phablettes.

    Les phablettes n’ont pas été imposées par le marketing, il s’agissait d’une niche (les Galaxy Note) qui s’est développée, surtout en chine où elles se sont rapidement démocratisée pour leur aspect 2 en 1.

    Ce n’est pas une question de mode, c’est une question de confort. Plus l’écran est grand, plus il est agréable et confortable à utiliser. Et pour la taille, le plus important c’est qu’il rentre dans la poche. Même si effectivement, le confort de la possibilité de l’utiliser à 1 main n’est pas négligeable.

    Perso, j’ai eu un 4″, 4.5″, 5.1″, 5.5″, 5.7″… et finalement un 6.44″. Chaque fois je craignais que la diagonale suivante soit too much, chaque fois j’ai été surpris de voir qu’en fait non, c’était mieux, et que je ne me voyais pas revenir en arrière.
    Il n’y a que le 6.44″ que je trouve un poil trop large à mon goût, et je me dis que le format idéal pour moi serait du 6 ou 6.2″ avec des bordures bien optimisées. En 16/9e j’entends, à mon sens les diagonales annoncées des Galaxy S8 et S8+ en 18.5/9 sont des escroqueries, le gain en hauteur ne servant que dans des cas exceptionnellement rares.

    Répondre
  • 3 juillet 2017 - 11 h 15 min

    @uko: (réponse au taquet ^^) pour moi c’est beaucoup un effet de mode quand même. me dire qu’un truc de 6″ c’est confortable à utiliser pour un téléphone portable, je ne peux pas te suivre. confortable à la lecture pour une vidéo, un site web, why not. mais confortable à manipuler là non. même pour téléphoner ça doit pas être terrible d’avoir un truc aussi grand collé à l’oreille. et pourtant je n’ai pas de petites mains, mais mon nexus 5 me suffit largement – cependant je l’utilise peu, étant sur PC toute la journée je n’en ai pas la même utilisation non plus. et si je veux vraiment un plus grand écran, j’ai la tablette 7″ à côté, ce qui économise en plus la batterie (lamentable) de mon téléphone.
    un 6″ rentre dans une poche arrière de jean je veux bien, mais toutes les poches ne sont pas aussi grandes par exemple. et donc l’utilisation à une main aussi, je suis pas spécialement fan. mais rien ne dit que je ne tomberai pas dedans un de ces quatre ! c’est pour ça que vivement un bon téléphone pliable. plié on téléphone, déplié on mate vidéo, on joue etc. samsung est sur la voie, à voir ce que ça donnera en pratique !

    Répondre
  • uko
    3 juillet 2017 - 11 h 30 min

    @kangeishi:
    Pour téléphoner, vraiment aucun problème. Le seul truc “inconfortable”, c’est de manipuler l’appareil à une main.

    Mon Xiaomi Mi Max (6.44″) rentre dans toutes mes poches, il est la plupart du temps dans celles de mon pantalon. Bien entendu, comme pour la plupart des smartphones actuel on tend à le sortir de la poche quand on s’assied, mais ça rentre sans problèmes.

    L’autonomie ? Mon Mi Max avec sa batterie 5000mah tient largement toute la journée (plus de 12h d’usage actif avec beaucoup de jeu vidéo, seule la combinaison GPS + écran à fond arrive à lui faire mal).

    Je pensais comme toi avant d’essayer, et force m’a été de reconnaitre qu’en dehors de la perte de maniabilité à 1 main, les plus grands modèles sont plus agréables.

    Une tablette ? Perso, je ne l’emmène pas partout avec moi. Et j’apprécie d’avoir tout sur le même appareil, avec mes sauvegardes etc.
    Mais si tu veux un appareil juste pour téléphoner, il existe des modèles plus compacts et plus pratiques à utiliser à une main qu’un nexus 5 de 5″ (considéré comme bien trop grand il y a encore quelques années) ;)
    Pour mémoire, Steve Jobs considérait qu’un smartphone de plus de 3.5″ était une hérésie.

    Enfin, je ne crois pas du tout aux écrans pliables. 2 écrans séparés n’auront pas grand intérêt, et je doute qu’on parvienne à plier un écran à 180° sans qu’il s’abîme. Sans parler du gain en épaisseur que ça occasionnerait (l’épaisseur est plus gênante que la longueur, dans une poche).

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *