Dell XPS 18 : Premier contact avec le All-In-One Tablet 18.4"

Dell XPS 18 : Premier contact avec le All-In-One Tablet 18.4″

J’ai pu découvrir rapidement le nouveau Dell XPS 18, le All-In-One format tablette du constructeur Américain. Une belle machine qui propose effectivement un peu de neuf dans les usages de ce genre de produit : Découverte.

L’objet présenté par Dell avait beau être un prototype de la machine finale il offrait une belle perspective sur le travail effectué par le fabricant Américain sur ces derniers mois. Fin, léger, endurant et performant, le Dell XPS 18 représente pour le moment une niche d’usage.

  

L’objet est impressionnant de finesse et de légèreté : 17.7 mm au plus épais, ce n’est pas un record qui est atteint par Dell et qui donne ce sentiment, c’est tout simplement le ratio habituel entre la diagonale proposée et le ressenti à la prise en main qui choque le plus. Le 18″ All-In-One j’ai pas mal pratiqué, à déballer ce n’est pas une partie de plaisir. Certains engins font plus penser à l’haltérophilie qu’au ping-pong. Lourds, encombrants et impossibles à transporter ils apportent une solution informatique fixe au coeur de la maison.

   

C’est exactement ce qu’a voulu éviter le constructeur avec le Dell XPS 18. La tablette 18″ fait 2.2 kilo ce qui est beaucoup pour une tablette mais qui reste ridicule face aux autres engins du genre : Les All In One font régulièrement plus de 10 à 12 kilos et les portables traditionnels en 17″ dépassent souvent les 3.5 à 4 kilos.

C’est ensuite un format bien plus léger a manipuler qu’il n’y parait car il est très confortable de le tenir avec les 2 mains au contraire d’une tablette. Un revêtement anti-dérapant fait bien son office et l’objet de manipule aisément. Ce qu’il faut absolument comprendre c’est qu’il ne s’agit pas d’une tablette au sens habituel, jamais personne ne tiendra cette machine d’une main pendant qu’il pianotera de l’autre. C’est possible de le faire mais ce n’est plus confortable au bout d’une poigne de seconde.

Le travail d’amincissement effectué par Dell est donc surtout là pour apporter une grande liberté de mouvement et de déplacement à la machine, créant ainsi une catégorie un peu à part d’engin : Une grande tablette ou un All-In-One itinérant.

   

Autonomie et géometrie variable

Dell a particulièrement travaillé sur l’autonomie de l’objet : Celle-ci devrai être confortable avec 5 heures d’utilisation annoncées même en version haut de gamme avec core i7. Cette autonomie est indispensable pour viabiliser l’ensemble du dispositif puisque tout a été fait pour que l’on puisse prendre le Dell XPS 18 facilement pour le balader d’une pièce à l’autre

   

Cela commence par le socle de support, qui permet d’exploiter l’objet face à soi, comme un All-In-One classique avec son clavier et sa souris livrés, mais aussi quasiment à plat pour une utilisation debout en lecture ou en jeu.

   

Ce socle dispose d’une petite série de connecteurs qui servent a alimenter la tablette : Le chargeur venant se positionner dans son dos afin d’alimenter l’ensemble. une led blanche en façade permet de savoir lorsque la connexion est active et que la machine va se recharger. Ce pied est très important puisqu’il débarrasse l’objet de son dernier fil : La connexion vers le clavier et la souris sont assurés par une puce dédiée et on peut donc prendre l’objet sans contrainte en passant devant pour aller le positionner un peu plus loin. Malheureusement le pied sera vendu en option et non pas intégré dans le colis de base.

Pourtant cette ergonomie proposée par la recharge simple assurée par le socle est à mon avis le gros plus de ce Dell XPS 18 : Un engin performant, pratique, disposant de la logithèque Windows, qui va pouvoir se saisir comme une grosse tablette pour venir en profiter de pièce en pièce suivant ses besoins : A plat pour jouer face à face, presque couché grâce à ses deux pieds rétractables pour lire sans se fatiguer ou surfer sans avoir a relever les bras pour utiliser son clavier ou faire défiler une page, debout toujours grâce à ces pieds pour l’utiliser comme support multimédia pour des films ou des photos.

   

Les usages habituels maîtrisés, de nouveaux usages proposés.

Le Dell XPS 18 peut donc s’imaginer simplement comme la tablette itinérante de la maison. Je rentre chez moi, je pose mes clés, j’enlève mes chaussure et en passant dans le salon je prends l’écran qui s’est rechargé sur son socle. Je l’emmène avec moi dans la cuisine ou je vais commencer a préparer a manger.

Une fois mon casse croûte fait je le pose dans mon salon pour passer en revue mes emails et surfer un peu. Une fois cela fait je le repose sur sa base pour profiter du clavier et répondre avant de lui demander de passer un album de musique. Le soir, je lancerai un film dans ma chambre sur les 18″ de diagonale avant de m’endormir. Le lendemain matin, il sortira de veille pour vérifier mes mails puis ira se reposer sur son socle pour se recharger pour la journée.

   

A chaque lieu, à chaque usage , l’objet sera utilisé dans un positionnement différent et si j’ai besoin d’un poste de travail plus performant  plus ergonomique pour des tâches plus complexes, j’ai la possibilité de retrouver une ergonomie clavier, écran souris classique. Le mode tablette n’est là que pour les usages de loisir ou de consultation rapide et se prête parfaitement bien au jeu grâce au large éventail de possibilités dans l’espace de l’engin.

Très cher dollar.

Reste le problème du tarif, si le premier prix est en dessous des 1000€, juste en dessous même avec 999€, il s’agit de la version la moins appétissante de l’objet, celle pour laquelle on a tout de même l’impression de payer très cher l’engin tactile. En Pentium double coeur avec 4 Go e mémoire vive ert 320 Go de stockage on s’offre un joli gadget électronique à ce prix. La machine en core i3, en 4Go et 500 Go est plus intéressante mais coûte 100€ de plus tandis que les version Core i5 et core i7 8Go / 500 Go + 32 Go SSD arrivent respectivement à 1199€et 1299€.

Bizarrement, l’engin en Core i7 est plus alléchant que la version Pentium située pourtant dans une gamme beaucoup plus haute niveau prix : C’est que la performance délivrée correspondra avec l’idée proposée par ce type de machine et que l’expérience sera complète.

Reste un détail qui me fait méchamment tiquer. Si d’habitude on a un prix en dollars qui colle au prix en euros c’est sans doute parce que le marché Français et les diverses taxes de notre pays compensent la différence de prix. Mais Dell ne propose plus cette parité et va même jusqu’à créer un bel écart. Le Dell XPS 18 entrée de gamme sera proposé à 899$ au US, et non pas 999$ comme le voudrait l’habituelle parité euro/dollar. Je ne souhaite pas que les américains payent l’ngin 999$ mais bien plutôt que le public Français puisse craquer plus facilement en faisant descendre toute la gamme de 100€. La version i7 sera vendue 1199$ aux US, un tarif qui aurait peut être plus de chance s de faire mouche en France.

Qui sait, peut être que Dell a déjà prévu des remises dont il a le secret ?

10 commentaires sur ce sujet.
  • 20 mars 2013 - 19 h 39 min

    Je vais scotcher 2 FamilyPad cote a cote, ca fait pareil non ?

    Répondre
  • 20 mars 2013 - 19 h 43 min
  • 20 mars 2013 - 22 h 08 min

    j’ai peut être trouvé le remplaçant de mon macbook pro 17 !
    Vivement un test ..et une super housse

    Répondre
  • To
    21 mars 2013 - 2 h 10 min

    Et en mode vertical pour lire des BD vautre dans son canap ?

    Répondre
  • 21 mars 2013 - 3 h 02 min

    sans rentrer dans des débats socio psycho trucs de comptoir a 3 h du mat…
    avec toutes ces machines (mini ou pas), on voit que le matériel n’est (presque) plus un problème. les constructeurs tatonent, les chinois fourmillent d’idées, et plus curieusement, les designers (autrefois en avancent) semblent statiques et paralysés , (biennale du design de saint Etienne décevante)
    ce sont les usages qui seront les arbitres, et difficile de prévoir les usages, surtout avec des humains.

    Passionnante période.

    Répondre
  • 21 mars 2013 - 11 h 20 min

    C’est dommage, je viens de m’acheter un (vieux) 17″ WUXGA pour avoir une espèce de desktop (trans)portable dans la maison avec un grand écran et un pavé numérique.

    Ce Dell aurait bien convenu pour cet usage (en étant presque deux fois plus léger).

    Répondre
  • 21 mars 2013 - 15 h 17 min

    Toute l’offre Wintel de tablettes de toutes les tailles réclame un « die shrink » des processeurs intel, qui devrait se trouver dans les magasins pour Noël (sauf contretemps du style « bug SATA » dans le chipset).
    En attendant ce die-shrink, tout ça c’est juste du remplissage subventionné de fond de linéaire, pour polluer le marché des tablettes.
    On aimerait aussi que Métro v2.0 soit distribué cette année, mais c’est trop demander.

    Répondre
  • 21 mars 2013 - 17 h 01 min

    Bel engin dont on aimerai équiper une maison bien pourvue en ados …
    L’épaisseur est un bon point, ainsi que le poids.
    J’attends le 21 pouces et la confirmation d’une sortie écran …

    Répondre
  • 22 mars 2013 - 13 h 19 min

    Quelle est sa résolution ?
    Démontage possible (changement de disque) ?

    Répondre
  • 30 avril 2013 - 10 h 52 min

    @philippe: Je pense exactement la même chose ! J’ai hate que la version i7 soit disponible.

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *