Comment choisir une TV-Box Android low-cost ?

La jungle touffue des solutions dédiées à un usage de TV Box Android s’épaissit d’heure en heure avec des sorties produits par dizaines. Comment s’y retrouver dans cet univers aux codes complexes ? Si vous recherchez une solution capable d’intégrer votre salon de manière simple et efficace, ce petit guide devrait défricher les principaux éléments à prendre en compte.

Mise à jour : La Beelink MiniMXIII conseillée dans cet article est désormais à 40€. Une super affaire pour une solution très efficace.

Billet original : Vous les avez surement croisées au détour d’une fiche produit, d’une promo ou d’un billet, les TV Box Android se multiplient et envahissent les salons de la vieille Europe après avoir conquis la Chine. Mais comment s’y retrouver dans ces produits particuliers ? Comment trouver la solution qui convient à votre usage ?

Minimachines

Une TV Box Android, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’appareils généralement très compacts, tournant sous Android et permettant la lecture de fichiers vidéo et audio sur un écran de télévision. Grâce à Android, ces engins sont également capables de lancer des applications. La grosse différence entre un appareil de ce type et un lecteur DVD par exemple, vient de l’interface qui vous laisse le choix du lecteur logiciel à utiliser et des mises à jour permanentes qui sont faites sur l’appareil.

TV Box

Quels usages pour ces TV-Box Android ?

L’usage théorique est assez large, ces solutions embarquant le système Android, elles sont potentiellement capables de faire fonctionner la plupart des applications du Google Play. Elles peuvent donc se transformer en solution de surf, en horloge parlante, en système météo, en webradio et, évidemment, en lecteur multimédia. Ce sont également potentiellement des consoles de jeu puisqu’il est possible d’y retrouver les titres de l’univers de Google… En pratique c’est assez différent.

Pourquoi parler des TV-Box Android Low-cost ?

Après le test de la Nvidia Shield TV, probablement la meilleure TV Box Android du marché, j’ai reçu beaucoup de mails en provenance de lecteurs intéressés par le concept mais pas au point de dépenser les 199€ demandés par Nvidia pour sa solution. Parce qu’ils n’avaient pas forcément les moyens de le faire d’une part, parce qu’ils ne voulaient pas de l’ensemble des fonctionnalités d’une Shield d’autre part. Une solution sous les 50€ pour une utilisation surtout orientée multimédia semblait être beaucoup plus à leur goût.

Il me semble également opportun de faire un bilan car la situation devient critique sur ce marché avec énormément de produits disponibles dont pas mal de solutions à éviter. Faire le point devrait éviter bien des déboires aux néophytes.

TV Box

Une TV-Box Android low-cost à quoi ça sert réellement ?

En pratique, les usages de ce type de box sont limités. De part l’interface disponible et les possibilités d’Android mais aussi parce que les composants installés ne permettent pas tous les usages proposés par le système. Vous le savez, Android détecte la configuration de votre matériel pour vous autoriser, ou vous refuser, l’accès à certaines applications. Hors une TV-Box n’a pas d’écran tactile, ce qui limite d’emblée les usages possibles de l’engin. Certaines applications ou jeux pourraient très bien fonctionner sur une TV-Box en terme de performances mais seront inexploitables d’un point de vue ergonomique.

La plupart de ces solutions sont livrées avec une télécommande assez simple permettant de naviguer dans une interface à la manière d’un lecteur de DVD. Il est possible de faire apparaître un clavier à l’écran pour y pianoter des recherches mais cela reste pénible pour des saisies un peu complexes.

L’usage le plus intéressant est donc le multimédia : La vidéo locale ou en réseau , la musique et le streaming via des applications dédiées. Les fonctions DLNA et Miracast pour partager des vidéos. D’autres usages sont possibles mais limités. Si vous pensez jouer sur ce type de Box, les rares titres disponibles et compatibles auront besoin d’une manette USB ou Bluetooth. Quelques applications pourront s’avérer pratiques également : Lecteurs de flux d’informations, météo etc.

En gros, ce type de solution est avant tout un lecteur de vidéo avec quelques ajouts logiciels, pas une console de jeu, pas un engin de gestion bureautique efficace. Il y aura toujours un utilisateur qui vous dira parvenir à faire des trucs incroyables mais rares sont ceux qui ont la patience de monter une solution efficace pour d’autres usages que les basiques.

En en lecteur multimédia, cela vaut quoi ?

Pour cet usage, pour peu que l’on choisisse bien sa TV-Box, la solution est presque parfaite : Lecture vidéo des formats les plus gourmands en ressources au travers d’une application parfaite pour cet usage qu’est Kodi. Décompression à la volée des codecs les plus lourds. Affichage en UltraHD avec gestion du son dans des formats complexes, ces TV-Box sont certes low-cost mais leurs puces sont étonnamment efficaces.

Les fichiers couramment pris en charge sont assez nombreux : Des traditionnels MPEG aux plus récents H.264 et H.265 en passant par les formats Divx et Xvid. Certaines de ces Box peuvent également lire des formats élaborés comme les images issues de DVD ou de BluRay. Pour la partie audio, la plupart des fichiers sont lus, MP3 et autres OGG bien sûr mais aussi des formats complexes comme le FLAC  ou les fichiers AAC.

Evidemment, ce n’est pas le cas de toutes les TV-Box Android Low-cost. Et même si en théorie certaines en sont capables, il est possible qu’à cause d’un détail technique ces possibilités techniques n’affichent pas un résultat convaincant à l’écran. Une bonne TV-Box se doit d’être homogène pour être efficace, toute la chaîne de gestion des données doit être au niveau et si un seul élément dénote, l’ensemble de l’objet n’aura que peu de valeur.

Comment choisir une TV-Box Android Low-Cost ?

Premier point à prendre en compte, comment comptez vous transferer des données vers votre solution ? En branchant une clé USB ou un disque dur ? En utilisant le Wifi ? Via une connexion Ethernet ? Suivant votre usage, vous devrez choisir la solution la plus adaptée. En général, aujourd’hui, toutes les TV-Box Android proposent une connexion Wifi de type 802.11b/g/n suffisante pour lire des contenus depuis un NAS, un disque réseau ou une autre machine. Le débit proposé permettra en outre de lire des films en provenance d’Internet via le Google Play, Netflix ou Youtube ou des applications de streaming vidéo comme celles proposées par certaines chaîne de télé.

Le présence d’un port Ethernet, même 10/100 rendra les mêmes services et vous permettra de débrancher l’actiité wifi de votre TV-Box. Une solution  qui peut être intéressante à prendre en compte.

Enfin, vous avez la possibilité de brancher en USB une clé USB ou un disque dur externe sur la quasi totalité des solutions du marché aujourd’hui. Si cette dernière solution n’est pas la plus pratique, elle a l’avantage de permettre la lecture de vidéos ou de photo personnelles facilement. A noter également qu’un lecteur de cartes SD ou MicroSD peut être utile pour cet usage.

Amlogic S905

Quelle solution matérielle choisir pour le décodage ? Les puces intégrées à bord de chaque TV-Box sont nombreuses et il est difficile d’en sélectionner une plutôt qu’une autre. En ce moment, je vous conseille clairement de vous orienter vers une solution Amlogic S905 qui a l’avantage d’être peu chère, efficace et compatible avec un élément important du monde du multimédia Android qu’est le lecteur multimédia Kodi autrefois connu sous le nom de XBMC.

Présent au coeur de nombreuses solutions, cette puce n’est pas obligatoirement synonyme de qualité au sein d’une TV-Box Android. Tout simplement parce qu’il faut que les applications puissent en tirer proprement partie. Le fait que Kodi soit pré-installé sur la machine est un bon indice de fluidité pour un usage multimédia mais ce n’est pas forcément une sécurité suffisante. De nombreux fabricants ont tendance à confondre l’installation de l’application et l’optimisation de celle-ci pour leur matériel.  Il se peut, pour diverses raisons techniques, qu’une TV-Box avec une puce Amlogic S905 ne puisse pas tirer partie des fonctions de celle-ci sous Kodi et n’affiche que de très faibles performances. En général le fabricant livre en plus son propre lecteur vidéo qui n’a pas toutes les qualités d’un lecteur plus universel. Il peut être limité dans les formats pris en charge ou incompatible avec certains autres. D’autres constructeurs utilisent de vieilles version de Kodi, parfois même de XBMC rebaptisé abusivement Kodi, ou des variations codées plus ou moins correctement pour prendre en charge leurs puces. Cette dernière option présentant un double problème : Elle ne sera pas mise à jour et ne pourra pas forcément faire aussi bien que la solution originale.

Le souci est qu’il est très difficile de voir la différence entre une machine annoncée sous une puce fonctionnelle avec un Kodi efficace d’une autre qui n’aurait pas une vraie optimisation de ses composants. Aucun fabricant ne va préciser qu’il a plus ou moins bricolé ses logiciels ou que tel format de vidéo n’est pas lu correctement. Au mieux il va omettre de le préciser.

Le plus simple est de se tourner vers des tests en ligne, vers des témoignages utilisateurs ou des vidéos de l’engin en action. Le fait de se focaliser vers des puces Amlogic S905 est un bon départ mais ce n’est pas la panacée universelle dans ce monde compliqué.

Le reste des éléments à bord de la TV-Box est moins important. 1 Go de mémoire vive suffit très bien à un logiciel de lecture de vidéo pour prendre en charge les formats les plus complexes, une fois votre film lancé, un ou deux gigaoctets ne feront plus de différence. Le passage à 2 Go de mémoire vive autorisera des usages plus lourds et peut être plus de fluidité dans l’usage de vos applications. N’espérez pas trop en profiter pour transformer une TV-Box Low-Cost en ordinateur supplémentaire ou en console de jeu, vous seriez rapidement déçu. Le passage de la théorie à la pratique se heurte souvent à la faiblesse ergonomique d’Android sans support tactile, piloté juste avec une télécommande. Avec 2 Go de ram vous pourrez toutefois profiter de transitions plus fluides dans les interfaces et surtout d’extensions complexes sous Kodi, des ajouts qui peuvent être utiles pour trier et profiter de vos données. Ces extensions réclament plus de mémoire vive pour être vraiment fluides.

Le stockage n’est pas un élément important pour  ce type de solution, si les 8 Go de base de certaines machines sont clairement très justes, d’autant que l’écart de tarif avec des solutions 16 Go n’est pas forcément énorme, il va sans dire que l’usage de cet espace de stockage sera généralement très limité. Les contenus à lire seront la plupart du temps streamés ou importés via une clé USB. Stocker vos films sur l’engin n’a que peu d’intérêt sachant que le moindre bout de répertoire d’un PC sur le même réseau pourra être vu et utilisé par la TV-Box pour venir y piocher vos contenus. En parallèle d’un NAS ou d’un stockage réseau, ce type de solution peut tout à fait se passer d’utiliser son stockage local.

Si vous vous intéressez à une solution 32 ou 64 Go, c’est généralement pour un usage évolué de la TV-Box, avec dans l’idée d’installer des jeux ou des applications. C’est faisable, même assez amusant pour certains titres, à condition d’avoir sous la main une manette USB ou Bluetooth. Mais ne perdez pas de vue les qualités du SoC choisi, les puces abordables comme l’Amlogic s905 sont certes adaptées à un usage multimédia mais ne seront pas forcément des plus efficaces en terme de 3D. L’autre usage d’un stockage interne peut être dans la sélection de films ou images que vous voulez avoir toujours sous la main : Photos personelles à passer en famille ou les films et dessins animés fétiches des plus petits qui s’afficheront d’emblée sous Kodi sans accéder au reste du réseau.

HDMI 2.0

Enfin, dernier point à surveiller, la présence d’une connectique suffisante pour profiter des éléments que vous aller décoder. Savoir lire des fichiers UltraHD est une chose mais si votre solution Android ne sait pas les afficher et se limite à un simple FullHD, vous serez assez déçu de votre achat.

Vérifiez donc la présence d’un port HDMI 2.0 au minimum sur votre future TV-Box. Seul celui-ci vous garantira une diffusion de vos images en UltraHD. Si le vendeur ou le constructeur omet de préciser ce point, c’est probablement parce que la solution est coincée en HDMI 1.4 et qu’elle ne pourra donc diffuser qu’en FullHD. Cela peut être tout à fait suffisant pour votre usage mais reste une option peu pérenne. La différence de tarif entre une TV-Box Android qui embarquera une connectique HDMI 2.0 et une autre en HDMI 1.4 est de quelques euros seulement. Préférez donc un investissement sur du plus long terme avec cette option embarquée.

Le son pourra transiter par le HDMI, certaines Box proposeront en plus une sortie audio analogique et/ou une sortie S/PDIF optique ou coaxiale. A vous de voir si cela à un intérêt pour votre solution audio vidéo.

Derniers points sur ce traitement en sortie, rares sont les Box Android avec un vrai pilotage CEC efficace, ne cherchez donc pas de ce côté là à moins de vouloir investir dans une solution comme la Nvidia Shield TV. Enfin, très peu de Box, hormis la solution de Nvidia, ne proposent une gestion de DRM. Sans DRM, vous n’accéderez pas à certains contenus qui sont protégés contre la copie. Netflix est un bon exemple, avec une TV-Box sans gestion de DRM le contenus du service est disponible mais en basse définition seulement, impossible de voir les films en Haute définition avec un engin sous Amlogic S905 classique…

Minimachines

Quelle TV-Box choisir alors ?

Je n’ai pas de réponse à cette question, d’autant que les modèles sortent en pagaille en ce moment et qu’aucune réponse peut être gravée dans le marbre. J’ai repéré quelques modèles intéressants dont un en particulier qui me semble coller à la totalité des conseils ci-dessus.

Beelink-MiniMXIII

Il s’agit du Beelink MiniMXIII qui est en disponible en ce moment à 40€ sur GearBest. Cette TV Box embarque toutes les spécifications d’une bonne solution Android Low-Cost. Il est équipé d’un SoC Amlogic S905 qui sera capable de prendre en charge tout type de fichiers, il est livré avec Kodi et le constructeur m’a confirmé qu’il s’agissait d’une version complète du logiciel. Sa mémoire vive grimpe à 2 Go pour plus de confort, son stockage est de 16 Go extensible via un lecteur de cartes MicroSD. La solution se connecte à la fois grâce à un Wifi de type 802.11b/g/n classique et un Ethernet Gigabit. Son HDMI est au format 2.0 et une sortie S/PDIF optique est disponible sur son boitier.

Minimachines

La TV-Box embarque un Bluetooth 4.0 pour lui relier une éventuelle manette ou un clavier avec pavé tactile à ce format, sait gérer les formats de streaming DLNA, Miracast et AirPlay. Ce Beelink MiniMXIII propose en plus un système de mises à jour OTA de son Android 5.1 embarqué et le constructeur semble vouloir s’appuyer là dessus pour proposer des versions améliorées de sa machine. L’objet est ultracompact avec 9.60 cm de coté sur 1.60 cm d’épaisseur. Il n’est évidemment pas ventilé et dissipe naturellement la chaleur qu’il dégage. Il est livré avec une télécommande mais je n’ai pas de détail de celle-ci.

Minimachines

Cela fait partie des 9 solutions que j’attends pour un test plus large de ces TV-Box Android, un test qui se fera au fil de l’eau et qui sera synthétisé dans une page spécifique. En attendant, si vous avez repéré un modèle spécifique avec des caractéristiques qui vous semblent coller à ces conseils, n’hésitez pas a poster un lien en commentaire pour que nous puissions tous essayer de trouver la perle rare.

Minimachines

Cette solution Beelink MiniMXIII est disponible à 40€ sur GearBest. Si vous cherchez une bonne TV Box Android avec Kodi pour la vidéo HD, FullHD et UltraHD en H.264 et H.265, celle ci se comporte très bien.

364 commentaires sur ce sujet.
  • 6 août 2017 - 0 h 22 min

    @TAUPIN: Oula, on touche au génie là.

    Répondre
  • 6 août 2017 - 1 h 43 min

    @André:
    Je crois que les prochaines box apprendront aussi à se passer d’Android (et de sa base Java encore trop lourde malgré Dalvik VM) et passeront à Node.js à qui je predis de devenir un OS à part entière, aussi solide, appuyé par une couche d’abstraction “HAL” encore plus légère, qui pourra se passer même de tonnes de pilotes propriétaires et s’appuyer sur des spécifications plus ouvertes, la couche HAL s’occupant juste de mettre en relation les spécifications de bus virtuels avec des éléments matériels (une sorte the Plug-n-Play amélioré qui tirera encore mieux partie des connaissances partagées sur Internet).

    Mais il faudra encore quelques avancées dans les spécifications de Javascript/ECMAScript (actuellement la version 5) pour introduire le parallélisme, l’indépendance architecturale, plus de facilité concernant les formats de données et des améliorations du langage pour mieux décrire les contraintes et faciliter les implémentations des moteurs et compilateurs JIT.

    Android a de gros défauts dont certains sont aussi issus de sa base Linux (dont le noyeu de base hérite lui aussi de tas d’erreurs passées mais devenues immuables). Javascript permet au contraire de s’affranchir de cet héritage en virtualisant quasiment tout: on purra donc empiler les couches d’abstraction sans surcoût, puis remplacer à loisir les éléments des couches basses ou les optimiser et les organiser de façon différente, remplacer une dépendance à un service ou protocole par d’autres (et pas seulement les protocoles réseau mais aussi les protocoles de bus qui sont de plus en plus proches du mode de fonctionnement et mise en oeuvre des protocoles réseau, et qui sont aussi virtualisés, de même que les jeux d’instructions et bientôt aussi les langages)

    Le défit c’est encore la portabilité du code, mais Node.js est une base commune qui a franchi des étapes essentielles (et ce n’est pas pour rien que c’est sur Node.js qu’il y a maintenant la plus grande masse d’algorithmes implémentés et distribués librement, bien plus que C, C++, Java, Perl: le développement sure cette base est simplissime, le déploiement l’est encore plus et non soumis aux désidaratas d’un seul comité, hormis celui qui encore contrôle la standardisation de Javascript.

    Mais Javascript/ECMAScript (surtout depuis les formidables avancées de ses moteurs ayant permis de lancer la plateforme Node.js) a de grandes ouvertures sur l’expérimentation à la portée de bien plus de monde (on peut travailler dessus à des échelles microscopiques de quelques lignes de code pour l’adapter à ce qu’on veut sans casser le reste), là où le développement des noyaux Linux est maintenant quasiment impossible pour la plupart des programmeurs et étant réservé à un petit comité où figurent en première ligne des constructeurs de matériels bien connus, mais aussi des escrocs, parfois des agences gouvernementales, qui sont là uniquement pour exploiter ou introduire des failles volontaires: Linux est nettement trop compliqué pour être maitrisé par des équipes de bénévoles même très compétents travaillant chacun dans leur domaine. C’est tout aussi vrai de Windows, que Microsoft lui-même ne comprend même plus comment il fonctionne et comment le faire évoluer proprement (Windows 10 par exemple est devenu une plateforme très instable où les recommandations changent sans cesse et souvent se contredisent elles-mêmes).

    Il faut reconnaitre que Javascript est très léger (Lua est aussi intéressant et je pense qu’à terme les deux langages vont converger vers une base commune, pour ne plus se différencier que par une syntaxe mais avoir les mêmes capacités). Les récentes amélioration de Javascript sont très prometteuses et très puissantes, mais beaucoup mieux décrites et définies que dans les autres langages avec un cadre mathématique beaucoup plus rigoureux (ce qui permet des automatismes et de nombreuses optimisations): lamdda calcul, programmation fonctionnelle, modèle s’exécution strict, nombreuses mesures de sécurité pour l’isolation, introspection, génération de code à la volée, machine virtuelle en code d’assemblage intermédiaire, modèle de lasses à facettes et introduction des propriétés, quelques ébauches pour le parallélisme et la génération automatique de threads et de points de synchronisation, spécification plus précise des chemins de données et dépendances, et capacité naturelle pour déporter du code de façon transparente et dynamique d’un processeur à l’autre ou d’une machine à l’autre via un réseau, introspection contrôlée….

    Je pense d’ailleurs que les prochaines version de Lua ne seront plus en C/C++ mais seront directement écrites en Javascript, pour bénéficier directement de ses excellents compilateurs JIT (dont celui du moteur v8 de Google ou celui des moteurs pour Perl qui lui aussi supporte facilement Javascript et Lua). Et même Javascript est capable maintenant de fournir une base virtuelle pour supporter nativement Java (ou Dalvik VM) et même .Net, il sait aussi déjà complètement émuler des processeurs 8-bits et 16-bits avec de bonnes performances pour transformer dynamiquement le code natif initial en javascript, puis en code intermédiaire javascript qui sera ensuite compilé à la volée et mis en cache sur la machine hôte (du moins tant que les temps de réponse demandés ne se comptent pas en nanosecondes et qu’on accepte la variabilité des temps d’exécution sans compter en cycles d’horloges de taille fixe).

    Répondre
  • 6 août 2017 - 8 h 14 min

    @Philippe Verdy:

    En attendant, tous ces langages pour VM à dérouler du bytecode se multiplient, avec leur période de croissance/palier/décroissance… Mais celui qui fait du C pourra en faire toute sa carrière tout simplement car pour un noyau ou des drivers, on n’est pas près de faire mieux. C’est la juste distance au matériel.

    De manière générale les languages à byetecode vs natif ne se justifient pas techniquement mais tout simplement car cela permet d’être multi-architecture sans cross compilation qui oblige à donner les sources. Si Microsoft a tenté d’imposer .net, c’est dans une tentative de proposer des avantages similaires à la portabilité de sources du logiciel libre (boite blanche) à sa boite noire (windows, avec ses 35 ans de merde accumulée. Un pb que Linux ne connait pas: Un truc mal branlé ou anticipé, c’est revu même si ca casse des API noyau)

    Et on en arrive à la situation de Java qui, avec son historique, oblige littéralement tous les softs qui l’utilisent à trimbaler leur copie de la VM pour résoudre les pb de compatibilité indémerdables entre versions.

    Répondre
  • Jo
    4 septembre 2017 - 8 h 35 min

    Vu que le Beelink MiniMXIII est discontinued, tu proposes quoi comme alternative ?

    Répondre
  • edu
    6 septembre 2017 - 10 h 28 min

    Bonjour, j’aurais une question technique à vous poser. Est que avec cet appareil la et il possible de télécharger une aplication comme “bein sport conect” ? Cette aplications la on peut la télécharger avec des portables, des tablettes, etc.. donc j’imagine que avec cet appareil on peut le faire, non?

    Répondre
  • 10 septembre 2017 - 6 h 20 min

    Manu13009
    Bonjour
    Je recherche à acheter une Box Android TV, avec Kodi, ainsi qui Smart IPTV pré s’installer au minimum, avec 2 Google de ram et 16 go de stockage, en ce moment il y a Android 7, qu’elle est l’inconvénient avec un androir 6 ou 5 ?
    Je vous remercie si vous pouvez m’éclairer sur ce point !

    Répondre
  • 1 octobre 2017 - 9 h 56 min

    Bonjour ,
    j’aimerais m ‘en servir pour en faire lecteur de fichiers vidéos sur un écran d’accueil dans une entreprise .

    est il possible de programmer des cripts sur ces machines ? extinction/allumage automatique ? lecture de fichiers vidéos en boucle ? chargement de fichiers et lecture a la volée a travers le réseau ? clé usb ? .
    J ‘ai fait qql bidouille en raspberry sur ces sujets mais c’est compliqué de transmettre une mise en marche a qql possédant peu de connaissance en informatique ( genre service communication ) …

    Répondre
  • 3 octobre 2017 - 11 h 12 min

    La publicité disait on peut lire Netflix canal sat YouTube face book écouter la radio gratuit

    En m’informant plus on me dit ”prises anglaise” télécommande sans piles qui ne marche pas appli payantes et boitier qui bug avec certaines TV …

    J’ai peur du résultat

    Répondre
  • 10 octobre 2017 - 21 h 37 min

    Bonjour

    Le boitier dessous reboot c’est pour qu’il n’y est pas de bug ????

    Si vous en êtes content cool

    Merci pour la vidéo

    Je les prit pour multiplier Tvroom

    Thanks vert much ✋

    Répondre
  • 13 octobre 2017 - 16 h 06 min

    Bonjour,

    J’ai acheté une Leelbox android 6 pour voir une chaine youtube en direct.
    Or, si youtube fonctionne bien, aucune chaine youtube en direct ne fonctionne, il y a toujours un message d’erreur.
    Ça vient de cette box ou c’est le cas pour toute les box ?

    Répondre
  • 15 octobre 2017 - 18 h 42 min

    Bonjour,
    Je suis a la recherche d’une box pour lire des video
    Mais je cherche le modele le plus simple d’utilisation
    En fait c’est pour mes parents et l’idée est de leur remettre des vieux films super 8
    ( conversion en mp4 en cours )
    et qu’il puissent les visionnée tout seul
    eventuellement quelques vieux films en plus la dessus
    Mais le plus important reste l’interface la plus simple possible
    donc merci d’avance de toute suggestion

    Répondre
  • 15 octobre 2017 - 19 h 51 min

    @tanguy: si c’est uniquement comme lecteur pour de vieux films en sd (super 8 convertis ou vieux divx en mp4, même pour de la hd 1080P d’ailleurs) à lire via une clé usb;
    je vous conseillerais un raspberry pie avec OSMC
    l’interface est archi simplissime (voir capture d’écran du projet), cela ressemble à celle d’un lecteur divx par exemple
    l’avantage, c’est que si vos parents “cassent” le système (ou surtension qui crame la cartes sd ou autre), celui ci est sur une simple petite carte sd
    donc au pire, vous prenez quelques 16 gigas et en faites quelques unes d’avance “si problème” et tout ira bien

    pour le produit, soit via amazon ou sinon element 14-farnell
    il existe des packs avec tout dedans (alim, carte, boîtier, carte sd etc etc)

    si vous n’avez pas besoin du wif ou du Bluetooth, la RP2 chauffe et consomme moins que la version 3, je privilégie celle ci pour de la lecture via carte sd uniquement

    il y a des tutos partout sur le net, (et des billets ici même) youtube également pour vous faire une opinion

    l’un dans l’autre, c’est le même ordre de prix qu’une box android mais “réparable”, et bien plus simple (pilotage à la télécommande)

    perso, je prendrais une carte (amazon ou autre) et le kit boiter et tous le reste de aukru sur amazon (leur alim avec le bouton pour éteindre la RPI est pratique et bien fait)
    prendre l’alim la plus puissante chez eux
    https://www.amazon.fr/Aukru-Transparent-Case-Alimentation-dissipateur/dp/B01N4BLIKS?th=1
    si vous n’aimez pas le boîtier (ce que je peu comprendre) il y en a plein de toute sorte sur le net
    (j’ai un blanc en plastique pour la version 2 de la RPI, même en été, pas de surchauffe, pour la version 3, avec un boîtier en allu, pas de problème mais le boîtier coûte 25 euros ! le FLIRC perso)

    pour les cartes sd, samsung (class 6 possible chez samsung genre “evo” simple), inutile de prendre des chères pour un media center
    sinon class 10 si sandisk , transcend ou autre kingston

    pour la télécommande, les MCE chez amazon sont PAR-FAITES pour ça
    (les vieilles télécommandes prévu pour piloter le media center de windows)

    si vraiment une android box, prenez celle en “android TV”
    la référence en ce moment est la xiaomi, mais en import principalement (amazon aussi, mais le prix est un peu exagéré)

    Répondre
  • 15 octobre 2017 - 21 h 03 min

    Merci pour l’info
    j’utilise perso librelec sur raspberry donc je connais le principe
    donc c’est la solution que je pensais prendre si rien de mieux
    mais je me disait qu’il y avait peut etre un media player special senior
    En tout cas merci de la réponse

    Répondre
  • 15 octobre 2017 - 21 h 12 min

    @tanguy: “special senior”, je ne sais pas là
    une interface type “lecteur de dvd” me semble le plus simple pour des seniors (de mon point de vue)

    ce type d’interface est la même que les radio k7 , des autoradios, magnéto, lecteurs dvd etc etc

    les habitudes sont bien ancrés, les boutons gros, les télécommandes connues

    je ne sais pas s’il est possible de lancer un media player de ce type directement au démarrage d’une android box d’où mon choix d’une RPI ou là, on fait et choisit ce qu’on veut

    android tv peut être mais ce sera à d’autre de vous répondre

    bonne soirée

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *