6 conseils aux constructeurs pour revendre des PC

C’est la crise, les PC ne se vendent plus. Tout le monde accuse tout le monde, le marché, l’économie, les systèmes d’exploitation, les fabricants de composants qui ne savent plus innover… Mais chez les constructeurs, personne ne semble vouloir réagir non plus. Tout le monde fonce tête baissée dans le même moule.

Et attention, pas n’importe quel moule, le pire. Évolutivité minimale, système de plus en plus fermé, prix en hausse et capacités en baisse. On nous promet du tactile mais les écrans sont toujours en définition plus que moyenne et souvent pas très lumineux. Certes les machines deviennent plus fines et plus légères mais elles sont aussi plus chères et moins évolutives.

Les constructeurs se sont engagés dans la voie de l’appauvrissement de leurs solutions. Comment s’étonner de voir leurs ventes baisser. Pourquoi irai-je acheter vos machines ? Moi je veux un PC, un outil de travail, un engin évolutif. J’apprécie un beau design mais si des concessions doivent être faites pour conserver ce qui fait la raison d’être d’un PC, je ne suis pas contre un peu d’épaisseur ou de poids en plus.

old 80s computer ads 03

Révisez vos tarifs, adaptez-vous à la crise

Depuis que je m’intéresse à l’informatique, depuis que je m’achète des machines, je reste dans une sorte d’euphorie merveilleuse au moment de l’achat d’un nouveau PC ou d’un nouveau composant. J’ai du faire des choix draconiens par le passé : Lecteur CD ou carte son ? Les deux ne rentraient pas dans mon budget. Aujourd’hui les chipsets audio sont implantés d’origine au cœur des machines. J’ai également été heureux d’acheter mon premier gigaoctet de mémoire vive après avoir dépensé plus de 300€ dans quelques mégaoctets quelques années auparavant. Ce tarif permet maintenant d’avoir plus de mémoire que nécessaire. Mon premier graveur Yamaha coûtait plus de 1000€, c’est une option qui ne dépasse plus guère les 50€ pour du haut de gamme. Si j’ai fait ces dépenses ce n’était parce que j’étais riche, c’est parce qu’à cette époque, investir dans le monde PC c’était l’assurance de faire vraiment évoluer ses propres capacités.

Le grand public comme les férus d’informatique ont été élevé au bon grain du plus pour moins. Plus de performances pour moins d’investissement. Cela dure depuis que l’informatique a quitté les rangs des fan-clubs du fer à souder et sont entrés dans les caddies. Plus de performances, plus de stockage, plus de mémoire, plus de qualité globale et de possibilités, pour moins d’argent dépensé. Évidemment ça ne peut pas en réalité durer éternellement. On ne peut pas toujours sabrer les prix pour payer toujours de moins en moins cher. Mais de là à nous demander de payer plus cher la même chose…

Entre début 2012 et ce début 2013 nous avons connu une jolie petite crise financière, légèrement inquiétante, qui paralyse en grande partie nos investissements. On va faire durer nos voitures un an de plus, nos télés un an de plus, nos vêtements tiendrons également quelques mois de plus et évidemment nos PC font partie du lot des trucs qui peuvent encore durer. Après tout, il n’est pas si mal que ça ce « vieux » PC de l’année dernière ou d’il y a 3 ans. Ça suffira bien pour encore 6 ou 12 mois. On verra aux prochaines soldes, on verra plus tard.

Il n’est plus question, sauf obligation due à une panne ou nécessité professionnelle, de changer de machine par caprice. Et ce ne sera sûrement pas pour acheter moins bien qu’il y a un an pour plus cher. Car c’est le problème aujourd’hui, regardez vos gammes, ça ne fait pas franchement rêver. Les engins sont identiques à ceux de l’année dernière et mises à part les évolutions naturelles comme le changement de génération de processeur, il n’y a rien de bien neuf. A part le prix qui a augmenté, pas de changement donc.. Difficile d’investir dans ces conditions.

old vs. new

Ne copiez pas les tablettes

Ça semble l’évidence mais personne ne semble s’en rendre compte. Les gens achètent des tablettes parce que c’est différent d’un PC, en copiant les tablettes vous n’allez pas leur donner envie d’acheter des PC mais vous allez les conforter dans le choix d’une tablette ! Au lieu de singer les tablettes avec des portables tactiles, cherchez plutôt à améliorer les interfaces entre le monde des microordinateurs et celui des tablettes et marquez vos différences.

Arrêtez de livrer des claviers ignobles avec vos All-In-One, mettez plus de sous dans les souris que vous offrez avec vos portables. choisissez des haut parleurs corrects. Mettez en avant les station d’accueil de vos portables. Négociez avec les fabricants de périphériques  pour mettre en place des ventes communes, les scanners, imprimantes, appareils photos et autres systèmes sonores sont de vrais atouts pour le monde micro. C’est quand même fou que ces équipements soient désormais à la portée de quasiment toutes les bourses et qu’un amateur de photo puisse se payer un reflex semi-pro sans qu’il aie envie de se payer le micro-ordinateur lui permettant d’en tirer le meilleur parti.

L’âge d’or de la tablette est peut-être déjà fini, il n’y aura bientôt quasiment plus d’argent à gagner dans cet univers. La majorité du grand public sera un jour ou l’autre équipée et les tablettes entreront dans un marché de renouvellement identique à celui du PC. Fourbissez donc vos armes pour proposer des machines plus intéressantes, des fonctionnalités nouvelles. Ne cherchez pas à copier une tablette mais préservez votre différence, votre clavier, votre puissance, votre possibilité de jouer à plusieurs, vos logiciels qui servent à concevoir et à créer.

Chercher à devenir plus fin, plus réactif ou tactile peut être une bonne chose pour les PC mais cela ne se fera jamais à un tarif aussi abordable que celui des tablettes. Elles resteront donc  toujours trop concurrentielles sur ce point. Il faut donc jouer sur d’autres éléments pour se distinguer et se vendre.

Laptop user

Homogénéisez vos offres

Parfois, en regardant les gammes de PC de toutes la concurrence actuelle, je pense au paradoxe du singe savant. J’imagine cette armée d’ingénieurs marketing, d’ingénieurs système et d’ingénieurs en je sais pas quoi, qui conçoivent les gammes de machines qui sortent entre 3 et 6 mois plus tard sur le marché. Je me dis qu’au vu du peu de vraies belles machines homogènes qui arrivent finalement en rayon, le succès de tel ou tel modèle est dû au pur hasard, pas à l’analyse.

Combien avons nous vu de machines franchement intéressantes, réellement bien construites mais dont un tout petit détail gâchait l’ensemble du tableau.  Tenir le prix psychologique est peut être une des plus belles bêtises du marché. Des dizaines de machines se voient amputées d’une fonction nécessaire à les rendre parfaites pour tenir un prix psychologique. Pour rester dans les 399€, 599€ ou 999€, des options sautent et rendent certains PC juste ridicules : Gros processeurs soutenus par peu de mémoire vive, machine haut de gamme avec un écran totalement ignoble ou à l’inverse superbe machine totalement obsolète dès sa sortie parce que équipée d’un processeur dépassé. Et c’est la litanie des plaintes sur les forums et dans les commentaires, des plaidoyers d’utilisateurs qui assurent être prêt à mettre les euros supplémentaires pour se payer un engin plus homogène.

Je me souviens encore d’un responsable de produits qui ne comprenait pas pourquoi son super portable équipé d’un lecteur Blu-Ray ne trouvait pas preneur alors qu’il était au prix des machines équipées d’un simple lecteur DVD… Oui mais avec un écran 1366 x 768 et sans sortie HDMI, son Blu-Ray ne servait à rien. Il aurait fallu compter 30$ supplémentaires pour passer en résolution Full-HD… peut être 5$ pour une sortie HDMI… Des génies.

Proposer le même PC avec sortie HDMI et écran Full HD aurait fait grimper sa machine 50€ plus haut que le prix des concurrents de  sa catégorie. Ce n’était donc à ces yeux pas possible. Ses machines ont finalement été soldées à perte un peu plus tard.

_D7N6468

Le paradis est dans les détails

Soignez vos offres jusqu’au bout et ne faites pas l’impasse des détails les plus importants. Si la performance du PC de base est désormais largement suffisante pour le grand public, il existe beaucoup de points à améliorer : Des solutions de ventilation silencieuses aux systèmes sonores évolués, des écrans à la colorimétrie calibrée et aux contrastes efficaces. Des claviers à la mécanique bien construite, des solutions de stockage sécurisées… Bref  des fonctionnalités vraiment utiles et des détails peaufinés. Démarquez vous en pensant aux usages des utilisateurs. Il est fini le temps ou indiquer la performance de la puce et la quantité de stockage étaient suffisants.

Je reste persuadé qu’un PC décliné en plusieurs dérivés spécialisés aurait plus de chances de se vendre qu’un PC étagé en puissance du Core i3 au Core i7 avec plus ou moins de mémoire comme aujourd’hui. A partir de la même machine sédentaire, proposer une version audiophile, une version montage vidéo ou une version joueur, sachant que cela se traduirait par des options différentes de cartes et d’accessoires, permettrait de toucher un plus grand public. La machine de jeux sait faire de l’audio mais n’offre pas l’interface parfaite. De la même façon le PC de musicien pourra permettre de monter des vidéos, elle en aura la puissance, mais n’offrira pas le même confort. En « spécialisant » quelque peu les ordinateurs vous touchez précisément votre public sans pour autant priver d’autres fonctionnalités.

PC Magazine 2008 10

Arrêtez de transformer les PC en bunker

Des engins plus fins pourquoi pas. Des engins plus légers, bravo.  Mais des engins boite de conserve très peu pour moi. Pas question que j’achète un PC à la durée de vie limitée alors que le principal avantage du format est dans sa compatibilité et son évolutivité. Les machines d’aujourd’hui sont de vrais bunkers ! Plus d’accès aux batteries ni aux composants, mémoire soudée, disques inaccessibles.

Vous pensez vraiment que le jour où un acheteur de votre marque verra sa machine totalement Hors-Service et irréparable parce que le disque dur embarqué en son sein, et totalement inaccessible sera mort, il achètera à nouveau votre marque ? Non, jamais de la vie. Chacune de ces machines vendue sans aucun accès aux composants de base est potentiellement la dernière machine que vous vendrez à votre client. Vous croyez que les assembleurs de PC se portent mal ? Certains revendeurs Français en ligne enregistrent des records de ventes de machines « sur mesures » en 2012 par rapport à 2011. Là où les grandes marques s’arrachent les cheveux avec des ventes de PC de bureau qui tombent toujours plus bas, ils  font jusqu’à 25 000 PC montés par an !

Que direz vous à votre client qui aura dépensé 1000€ dans un ultrabook en 2012 lorsque sa batterie totalement inaccessible sera à bout de souffle ? On me répond qu’il sera toujours possible d’aller chez un revendeur agréé pour remplacer la batterie. A quel prix  ? Et comment être sûr que vous aurez la pièce détachée ? Aujourd’hui sur certains portables de marque que je croise, et qui n’ont « que » 3 ans, il m’est impossible de trouver une batterie d’origine. Mon seul espoir vient de revendeurs en ligne et des batteries sans marque qui y traînent encore. Je ne donne pas cher de cette batterie sur une durée de 2 à 3 ans au vu du peu de demandes qui seront faites par des clients qui, ne voyant pas comment ôter la batterie, se diront simplement que c’est impossible.

Le monde des tablettes va être confronté à cette problématique d’ici un an mais il aura un argument choc pour y répondre, ses prix tombent à toute vitesse et il sera possible de remplacer une tablette à 450€ en moyenne en 2012 par une tablette bien plus aboutie et performante pour moins cher en 2013 et 2014.

Mon PC actuel, mes PC actuels, sont tous évolutifs. Mes portables peuvent tous changer de batterie, faire évoluer au minimum leur mémoire vive et leur stockage. Mes PC de bureau ont été montés pièce par pièce et peuvent évoluer pièce par pièce. Ce n’est pas par masochisme que j’ai fait ce choix. Et après des centaines de PC montés, cela ne m’amuse plus spécialement de le faire. Simplement cela m’offre l’opportunité de choisir exactement ce qu’il y aura dans mon ordinateur. De le faire évoluer plus tard, le faire durer, le diviser en 2 autres futures bécanes. L’ensemble du marché PC a rendu cette opération de plus en plus facile en simplifiant les éléments d’un ordinateur au maximum et pourtant aujourd’hui elle fait disparaître cette possibilité. C’est pourtant un élément qui vous démarque et qui fait votre force. C’est à n’y rien comprendre.

Computer music

Retrouvez vos racines

Cultivez donc vos différences au lieu de les gommer. Ne croyez pas les gens qui vous disent qu’ils ne se servent plus que de leur tablette, c’est une infime minorité qui pensent être cool dans ce nouveau rôle de consommateurs de contenu. Mais dans les faits, je ne connais personne dans cette situation. Pour la plupart des usages, préférer la tablette c’est uniquement préférer sa vitesse de réaction à l’allumage et sa légèreté. Mais ni sa puissance, ni son ergonomie globale ne jouent en sa faveur quand il s’agit de créer quelque chose. Donnez donc le choix à un bûcheron entre une grosse hache ou un couteau suisse pour abattre un arbre, il n’hésitera pas bien longtemps. Le PC c’est la hache, l’outil imposant et efficace. La tablette se glisse dans la poche et permet de réagir partout, comme le couteau suisse. Le bon bricoleur a souvent les deux à portée de main.

La totalité des gens qui m’expliquent qu’ils ne se servent plus que de leur tablette, possèdent aussi un PC. Ils peuvent effectivement se servir de leur tablette pendant un mois pour surfer sans jamais allumer leur PC. Mais ils ont toujours leur rassurant petit micro au cas où… Et le jour où il s’agira de construire quelque chose un peu sérieusement, demandez leurs s’ils se serviront réellement d’un écran tactile 7 ou 10″ et des applications embarquées dans le monde tablette pour pianoter leur CV ou retoucher une photo ? Ils ont un joli PC avec écran de grande diagonale, un clavier, une souris, un traitement de texte ou un logiciel de retouche sous la main… Mais non, juré, ils ne se serviront plus que de leur tablette.

A la sortie des consoles Next-Gen, le jeu PC a été décrété mort et enterré. Je vendais des ordinateurs à l’époque de la PS3 et de la XBox360, ça m’a beaucoup fait rire. Depuis les ordinateurs ont tellement évolué que de nombreux joueurs sont retournés sur la plateforme et apprécient non seulement sa vitesse mais également ce qui les faisait crier autrefois : Les nombreuses optimisations et mise à jour de l’industrie PC. Les gamins d’aujourd’hui sont certes friands de jeu tablette mais faites le test, demandez leurs s’ils attendent plus GTA V ou le nouveau SimCity ou la sortie du prochain Angry Birds ou Temple Run sur tablette ?

Renouez donc avec ce qui fait véritablement votre force. La richesse, la complexité, la profondeur des choses que permettent les machines d’aujourd’hui et n’allez pas au contraire vers un abêtissement des interfaces et du système. N’ayez pas comme objectif de surfer au fond de votre lit ou des petits jeux qui ressemblent à ce que les PC proposaient il y a 5 ou 10 ans. Fournissez nous plutôt les outils de création et de divertissement grand format de demain. Promettez un développement photo à la colorimétrie garantie ou la possibilité de brancher un clavier de synthé dés le déballage, je vous promets que si vous nous donnez envie, on rachètera des PC.

45 commentaires sur ce sujet.
  • 4 février 2013 - 9 h 32 min

    Je ne saurai que plus d’accord avec toi.
    J’ai acheté un pc portable en Décembre 2011, un Acer TimelineX 14 pouces qui est très bien (sauf la batterie « inamovible » qui déconne…) mais qui fait un peu doublon avec mon PC neuf et ma tablette.

    Je le garde pour deux raison: d’une, je pourrais le donner à mes parents si le leur claque et de deux comme tu l’indique, je ne trouve plus d’équivalent au même prix et même avec 100€ de plus, c’est pas toujours aussi bien.
    Je trouve ça totalement dingue à une époque ou les APU deviennent de plus en plus bon marché ou les prix des processeurs restent stable de devoir payer plus pour avoir moins.

    Répondre
  • mat
    4 février 2013 - 9 h 33 min

    Très bon, très bien!

    Répondre
  • 4 février 2013 - 9 h 57 min

    Puisse les constructeurs lirent ce blog !!
    L’ultrabook trouvera certainement son public sous la barre des 600€.

    A propos de batterie, comment se fait-il que les batteries de netbooks ont eu une durée de vie d’au moins 3 ans (pas d’extinction de PC qd on débranche le secteur) alors que les tous les portables, de l’entrée au haut de gamme ont eu une batterie complètement morte en moins de 3 ans (même en en prenant soin) ?

    Est-ce à cause de la faible consommation de chaque cycle d’utilisation ?

    Répondre
  • 4 février 2013 - 10 h 44 min

    Très bon article. Merci Pierre.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 10 h 51 min

    Peut-être aussi que les personnes montent leur PC car ils ne veulent pas de tout le bouzin livré avec :
    – OS Windows
    – Bloatwares http://fr.wikipedia.org/wiki/Bloatware
    – Office préinstallé alors que LibreOffice répond à 99% des usages familiaux
    – antivirus qui te dit qu’au bout d’1 mois il faut passer à la caisse…

    Si tu parles du revendeur en ligne LDLC dans ton article, je suis dans ce cas, j’ai acheté un portable LDLC sans OS, j’ai mis un Ubuntu 12.04 LTS 64 bits dessus, et je l’ai fourni à une personne qui souhaitait s’affranchir de Windows, tout cela, pour moins de 400€, SSD compris ! Cette personne est ravie !

    Répondre
  • 4 février 2013 - 10 h 52 min

    Donc il est urgent d’attendre de meilleurs propositions des constructeurs tant du point de vue originalité/fonctionnalité que de prix !
    Je vais encore attendre pour renouveler mon matériel ;)

    Répondre
  • 4 février 2013 - 11 h 12 min

    On est d’accord voir mon commentaire sur arnova d’hier soir …

    Répondre
  • 4 février 2013 - 11 h 29 min

    c’est une vision un peu power user.

    l’usage des machines a je crois grandement changé.

    le web devient la principale utilisation de la majorité.

    l’installation de la dernière version de windows ne nécessite donc pas un monstre pour le princpal usage qu’en font les gens.
    un vieux xp fait encore bien le travail pour cet usage, idem pour 7.

    alors très peu de raison de changer, si mon vaio de 2006 aurait supporté plus de 2 go de ram, je l’aurais toujours…

    de plus en plus de matériel sont directement intégré à la carte de mère.

    même si les ventes ne sont pas celle que intel espèrais, les ultrabook gagnent du terain pour au final faire que du web chez beaucoup de gens…

    @Dliryc, comment tu t’y prends pour détruire ta batterie

    mêmes sur des vieux core 2 duo la batterie d’origine tient encore dans les 2 heures…
    si tu veux garder ta batterie longtemps et tu restes la majorité du temps branché, les utilitaires de lenovo, toshiba, samsung… conseille
    de ne pas charger à plein charge… il bloque donc la charge à une quantité x… souvent 50% chez lenovo, 80% chez toshiba..

    Répondre
  • 4 février 2013 - 11 h 40 min

    Je suis content de lire ça Pierre, surtout l’aspect durée dans le temps d’une machine : pouvoir trouver des pièces, réparer, et surtout, y accéder sans devoir investir dans une station professionnelle.
    J’ai toujours un fidèle 1005HA qui va bientôt atteindre ses 4 années de bon et loyaux services, et j’envisageais, pour le boulot, d’investir dans un portable Apple.

    Seulement voilà, la Pomme a décidé de la jouer fine et de verrouiller toute possibilité d’intervenir dans les nouveaux portables : adieu la réparation maison dans un MacBook Pro Retina, tout est fermé, collé, soigneusement étudié pour que la durée de vie ne se prolonge pas de trop, ou alors en passant via un SAV Apple juteusement facturé.
    Solution : un modèle 2012, sans Retina, sans toutes ces fioritures qui font qu’un écran reste un écran, sauf à avoir un microscope électronique à la place de l’oeil droit :-) Là, oui je peux ouvrir, changer le disque dur, changer la batterie, ajouter de la mémoire. Le choix du modèle va donc se limiter et se focaliser vers mon usage professionnel d’un ordinateur transportable, sans gadget marketing, sans devoir passer par la case SAV après 4 années de fonctionnement.

    Il est bien dommage d’arriver à de tels comportements ceci dit, cherchant à tout intégrer, à verrouiller, à coincer le client avec son SAV maison puisque les pièces sont de toute façon inadaptables, impossibles à changer sans outils spéciaux. Bien dommage également de voir un nouveau modèle tous les 6 mois à un an, alors que les technologies n’ont pas avancé d’un poil : un nouveau CPU, un peu plus de mémoire, ce n’est pas une évolution, ce n’est pas ce qui me fera changer de machine à coup sur, ce n’est pas de l’innovation.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 11 h 43 min

    La voix de la sagesse a parlé ! Ne reste plus qu’à esperer que ces moutons de constructeurs te suivent…

    Répondre
  • 4 février 2013 - 11 h 50 min

    @Dliryc: 3 ans est la durée de vie moyenne des accus LI-Po et Li-ion, apres elles perdent de leur efficacité, on peux les garder plus longtemps si on leur a toujours fait de belles charges, si on s en est servi tres mal elles tiennent meme pas 2 ans.

    caractéristiques:
    Li-ion => 500 à 1000 cycles
    Li-po => 200 à 300 cycles

    plus d infos:
    http://www.ni-cd.net/accusphp/theorie/lithium/conditions.php

    Répondre
  • 4 février 2013 - 12 h 11 min

    Je ne suis plutôt pas d’accord avec toi Pierre.
    J’ai vécu un an et demi avec seulement un ipad, j’ai été en déplacement en Russie avec, j’ai cherché du travail avec.
    J’ai acheté un pc pour jouer (à des jeux Blizzard qui n’existent pas ailleurs que sur pc) et pour télécharger des séries (parce que Netflix n’est pas en France encore).

    Comme 80 % des gens, j’ai acheté une machine finie que je ne ferai jamais évoluer.
    Les machines d’aujourd’hui marchent bien sur le net, pour faire un peu de photo, de vidéo, et des jeux pas gourmands comme LoL ou MineCraft.

    Les assembleurs sont dans un schéma statique écrit par Intel/AMD et Microsoft.
    Le futur s’écrira avec NVidia et ces puces Tegra, avec Android sur des consoles comme Ouya ou sur des tablettes iOS.
    Microsoft est perdu dans un Windows 8 en pleine révolution, et Intel/AMD ne savent pas comment aller sur le marché de la mobilité sans perdre des plumes.

    PS: désolé d’être condescendant mais merci de faire un peu plus attention aux fautes stp, c’est désagréable à lire et ça fait perdre du poids à l’argumentation le plus souvent très bien faite.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 12 h 12 min

    Voici 3 arguments de vente que les constructeurs seraient bien inspirés de prendre en compte :

    1/ Fournir des machines qui durent (et se positionner contre l’obsolescence programmée)

    2/ Y mettre un processeur, un écran et un disque dur suffisamment performants

    3/ refuser le verrouillage de possibles évolutions

    Comme exemples, je citerais l’EeePC 1008HA et l’Acer 1830T, deux machines qui ne m’ont pas encore lâchées contrairement à d’autres venant de dépasser les 4 ans(EeeBox et Sony Vaio Multimédia 15″). Ces 2 machines sont un peu typiques. L’une est fine, légère et non évolutive, l’autre est un peu plus épaisse mais évolutive.
    Que leur manque-t-il ? Dans les 2 cas, un écran digne de ce nom. Pour la première, il faudrait y mettre aussi un processeur et un disque dur plus véloce, mais pas haut de gamme, comme l’intel core I3-380UM de l’ACER ainsi qu’un disque dur 7200 tps.
    Concernant le verrouillage, il faut rappeler que ce qui a fait l’attrait du PC est bien sa diversité et ses possibilités d’évolution. Pour un PC conçu pour pouvoir évoluer(en changeant le disque dur, la mémoire, la batterie), il serait aberrant de ne pas pouvoir exploiter cette possibilité par un quelconque verrouillage. De même, je vois toujours d’un mauvais oeil les PC qui ne peuvent démarrer sur un autre système que celui qui est préinstallé dessus(même APPLE donne la possibilité d’utiliser d’autres systèmes d’exploitation que le sien).

    Répondre
  • 4 février 2013 - 12 h 18 min

    @lglive: « Comme 80 % des gens, j’ai acheté une machine finie que je ne ferai jamais évoluer. » source ?

    Je trouve que tu ses plutôt d’accord avec moi en fait :) Tu as acheté une tablette et un PC. Les 2 sont différenciés clairement dans ton propos.

    Tu es ok pour acheter un PC fermé, grand bien te fasse. On verra la tête que tu feras si il chute par terre même pendant ta garantie et que tu dois en racheter un parce que ton disque dur est HS.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 12 h 53 min

    Mon lenovo S205, Proc Amd350, bref un classique, au bout de 2 ans et des brouettes, je changerais bien de pc, ce que je fait d’habitude, mais là en 11’6 pouces, quel est mon choix ? des machines qui ont gagné en pruissance proc et qui ont au mieux stagné voir régressé au niveau Gpu….
    Donc je crois qu’il va me faire un an de plus, ce sera bien la première fois que je garde un pc plus de 2 ans, a la place je vais mettre un gros SSD (256Go) a la place de mon 64Go qui a feté ses 4 ans ^^

    Répondre
  • 4 février 2013 - 13 h 07 min

    @Pierre Lecourt, je doute fort que les pc monté soit même est un chiffre de vente significative face à l’ensemble du marché: hp, dell, asus, toshiba, sony, lenovo…

    autant avant je préférais monté moi même ma tour, autant aujourd’hui j’opterais pour une tour de marque, beaucoup moins cher et souvent une meilleur garantie.

    dans les 800$, j’ai souvent réussi à obtenir un quad core avec 8 à 12 gig de ram, écran 22 pouces… il y a près de 3 ans… encore mieux aujourd’hui avec des garanties de 2 ans chez hp ou bien 1 chez les autres

    @CerfVolant, a moins d’aller dans le haut de gamme, rien à ce mettre sous la dent en 11.6″ le 131e de lenovo est beaucoup trop cher pour ce qu’il propose

    Répondre
  • 4 février 2013 - 13 h 11 min

    @Marc Collin: Ce n’est pas ce que je dis, simplement certains revendeurs enregistrent une hausse de leurs commandes de machines allant jusqu’à +30% alors que l’ensemble du marché des PC de bureaux descend en flèche…

    Tu achèterais une tour de marque si on te la propose plus chère pour le même hard qu’il y a un an ?

    Répondre
  • 4 février 2013 - 13 h 28 min

    les constructeurs sont partie dans une course à l’équipement ces dernières années, pays émergent et prix bas pour le ré-équipement = masse juteuse.
    C’est fini l’année dernière intel a voulu se la jouait bon camarade moins de vente plus de bénéfice ça n’a même pas pris chez les grandes marques américaine la véritée et que l’age d’or du cons-sommateur informatique va se finir sur la merdasse « tablette » qui sert à rien.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 13 h 58 min

    @Dliryc @korben: j’ajouterai que d’autres facteurs jouent énormément sur la durée de vie de li-ion (je ne sais pas pour les li-po).
    Une li-ion va se cristalliser petit à petit au cours de sa vie, de manière irréversible, et perdre de sa capacité. Et ce qui accélère cette cristallisation est d’une part la température de la batterie, et d’autre part son niveau de charge -> résultat un petit netbook peu gourmand avec un processeur ne le transformant pas en bouillotte durera bien plus longtemps, d’autant plus qu’il est moins fréquemment utilisé en charge.
    Un portable est quant à lui plus souvent branché, chargé à 100% et chaufef en utilisation : les pires conditions … Ce qui nous ramène à la batterie amovible : l’idéal est de pouvoir retirer la batterie quand on est sur le secteur !
    Sans oublier de charger la batterie de temps en temps : le dernier facteur est bien plus direct, quand la batterie oubliée dans un coin tombe sous un certain voltage (bien inférieur à celui de coupure du portable), elle se désactive par sécurité purement et simplement pour toujours !

    Plus d’informations :
    http://batteryuniversity.com/learn/article/how_to_prolong_lithium_based_batteries
    Un exemple éloquent sur cette page, si l’on stocke un li-ion pendant un an :
    – à 25° et 40% de charge -> reste 96% de capacité totale
    – à 25° et 100% de charge -> reste 80%
    – à 40° et 40% de charge -> reste 85%
    – à 40° et 100% de charge -> reste 65 %
    Le dernier exemple éclaire sur ce qu’il se passe dans un portable en fonctionnement sur secteur.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 14 h 49 min

    D’accord sur plein de points à commencer par l’homogénéité des machines et le ridicule des économies pour garder le « prix psychologique » qui font perdre au final la vente de la machine. (j’aime beaucoup Asus en général mais bon depuis quelques mois c’est quand même souvent ça :/ http://www.pcmag.com/article2/0,2817,2395911,00.asp)
    Mais il me semble qu’en fait c’est toute la chaine depuis les constructeurs jusqu’aux distributeurs qui doit faire sa révolution culturelle. Je veux dire, la crise ne fait qu’exacerber le mouvement entamé depuis quelques années et il me semble que la vente aussi est restée scotchée quelques années en arrière. C’est peu dire que je n’y connais rien mais il me semble que cette culture de vente en volume uniquement imprègne toute la chaine (idem pour les télés d’ailleurs). Je veux dire que je ne comprends pas la persistance de gammes pléthoriques toujours aussi peu lisibles, les politiques d’achats des revendeurs (combien de machines que je vois apparaitre en rayons virtuels ont clairement un potentiel de vente quasi nul hors promo massive ?) Les atouts des produits sont toujours aussi peu mis en valeur de manières immédiatement compréhensibles par les clients, la formation des vendeurs sur leurs produits est toujours aussi catastrophique dans les boutiques en dur. Le gap entre ce qu’on propose mais aussi la façon dont on nous le propose et ce qui pourrait entrainer pour de vrai un acte achat est délirant. Il n’y a aucune créativité, le rayon serviettes hygiéniques avec ses packagings bonbon et ses modèles parfumés est une véritable invitation au rêve à côté (sauf si t’imagines ce que peut donner le mélange odoriférant IRL- mais je m’égare), ce sont toujours les mêmes étiquettes indéchiffrables et incomplètes, les machines bloquées au niveau du mot de passe et non connectées, les machines alignées en rang d’oignon selon leur taille et leur prix (et en ligne sauf exception c’est pas mieux). C’est à pleurer de nullité. Je sais bien qu’en ligne comme IRL ce sont de grosses chaines de distributeurs lourdes comme des paquebots à manoeuvrer mais là ça commence à faire quelques années maintenant que le marché vire sans que je voie rien bouger pour autant.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 14 h 57 min

    Le petit bug qui te fait perdre ton commentaire de 20 lignes <3

    En résumé je disais que j'étais d'accord sur pas mal de points mais qu'à mon avis la culture et la politique de toute la chaine de distribution étaient aussi à revoir (à réinventer) si on veut que les gens rachètent, ça n'est plus non plus adapté au contexte.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 15 h 01 min

    @minette: Com sauvé dans le cache in-extremis :D

    Répondre
  • 4 février 2013 - 15 h 05 min

    Ils l’ont échappé belle, ça aurait été trop dommage de rater ça, merci pour eux :D

    Répondre
  • 4 février 2013 - 15 h 52 min

    Bien d’accord avec Pierre et la majorité des commentaires.

    La non évolutivité des ultra books est une absurdité sauf pour les utilisateurs lambda. Quel % a ne serait ce qu’ajouter une barette de ram.

    Perso je fais pas de Compression vidéo. J’ai pris un Asus x43SJ avec un i5 et 4go (+1 libre), lecteur blu ray . Mais j’ai pas vu les benchmarks du GPU une GeForce de début de moyenne gamme. Du coup les compressions sont correctes mais moins que ce que je prévoyait.
    Et les cerises sur le gâteau: l explorateur plantait car leur logiciel maison Asus WebStorage entrait en conflit avec Windows (bravo le contrôle qualité) et le logiciel de lecteire BluRay n’est qu’une version d’essai 3 mois, un scandale car signalé nulle part chez FNAC ou Asus. Me suis fait rembourser la licence à vie en saisissant la DGCCRF.

    Il devient difficile de trouver un ordi équilibré. Presque tout le temps un composant empêche les autres de s’exprimer à 100% (cpu, cpu, dd …)

    Le pire restant la mode de l’ultra fin qui implique souvent ram soudée et presque Tout le temps cette ignominie de batterie inamovible. Bonjour le PC jetable.

    Mon autre notebook, un Toshiba U400 (grand public basé sur châssis Pro) qui va bientôt fêter ses 5 ans tourne comme une horloge. J’ai juste passé la Ram de 2go à 3go, pris une seconde batterie car fatiguait et fais une restauration pour remedier à problème de framework.net

    Répondre
  • 4 février 2013 - 15 h 52 min

    @Pierre Lecourt:

    encore jamvais vu dell, hp et cie me propose plus chere que ce qui était dispo, il y a 1 ans

    Répondre
  • 4 février 2013 - 16 h 27 min

    @Marc Collin: Ah ben pourtant… C’est le cas de presque toutes les gammes aujourd’hui. Plus cher ou égal pour la même bécane. Hormis les évolutions naturelles comme sandy -> Ivy Bridge

    Répondre
  • 4 février 2013 - 17 h 04 min

    par exemple un dell i3-2130 avec 4 gig de ram, hd de 500 go, dvd et windows 8 pour 379 euro, difficile à battre
    par exemple un dell i5-3330 avec 6 gig de ram, hd de 2 To, bluray, Carte graphique NVIDIA® GeForce™ GT 620 de 1Go et windows 8 pour 579 euro, difficile à battre

    l’avantage du sur mesure est plutôt si tu la grosse carte vidéo

    Répondre
  • 4 février 2013 - 17 h 58 min

    @Marc Collin: Oui on est exactement dans les prix de 2012 donc, avec ptet 2 Go de plus par défaut en mémoire vive…

    Répondre
  • 4 février 2013 - 18 h 26 min

    Techniquement, c’est vraiment impossible de faire des clés PC x86?

    Répondre
  • 4 février 2013 - 19 h 12 min

    @David: Pas impossible avec un Atom non mais l’interet serait limité non ?

    Répondre
  • A
    4 février 2013 - 19 h 43 min

    @Pierre Lecourt:

    Je vais développer ton point sur l’homogénéité des tablettes.
    En passant, ton idée de positionner les machines par rapport à un usage donné plutot que par ses specs pures est une très bonne idée. C’est tellement peu (ou pas) fait aujourd’hui que ça doit etre creusé.

    Le plus grand problème des contructeurs ou assembleurs et qui est, par ricochet le notre aussi, c’est leur peur de bouffer (cannibaliser) leur segment au de gamme.
    Parlons des laptops.

    Aujourd’hui le haut de gamme c’est les ultrabooks IvyBridge, le très haut de gamme ce sont les hybrides tactiles.

    On sait que les ultrabooks ne se vendent pas bien. Et vu qu’ils en font tous, leurs parts de marchés et ventes respectives sont très faibles.

    Mais on dirait qu’à aucun moment ils ne considèrent le prix comme LE facteur principal de cet échec. Ils ne comprennent pas.
    Alors ils rajoutent des écrans tactiles et/ou les proposent en format hybrides mais… en augmentant encore le prix!

    Ben ouais, il ne faut pas que leurs ultrabooks tacitles et/ou hybrides soient vendus au même prix que les non tactiles, sinon ils ne vendront plus de non-tactiles. Donc on a des ultrabooks entre 800 et 1200€ et des ultrabooks hybrides entre 1100 et 1500€.

    Mais en quoi cela va-t’il faire qu’ils vont plus en écouler plus puisque le prix a encore augmenté pour les uns et est resté inchangé pour les autres?

    Mais, c’est pas fini, comme ils ne veulent pas cannibaliser leur haut (et très haut) de gamme – qui ne se vend pas, je le rappelle et c’est là où ça devient totalement burlesque -, ils brident leurs laptops moyens de gamme avec une batterie pourrie et, de plus en plus souvent une machine baclée à cause d’une compatibilité drivers/OS/Hardware tellement mal foutue que les machines sont pleines de bugs et de problèmes.

    Moi, le coup de l’Asus Vivobook avec sa batterie ridicule ou de l’Acer W510 et la Samsung ATIV pleines de bugs et mal finies, ça me reste en travers de la gorge.
    D’autant que pour les deux derniers cités, ce n’est meme pas pour ne pas concurrencer la gamme supérieure, c’est de la pure incompétence.
    Ils ont dû sabrer le contrôle qualité dans ces boites… Pour tenter de maximiser les profits je suppose. On voit le résultat: Des utilisateurs m&contents et le mauvais buzz qui en découle pour ces machines.

    Quand on voit leur prix (moins vrai pour l’Acer), ça fait mal aux fesses quand même de devoir s’accomoder d’un touchpad qui ne sert à rien (Acer) ou d’un clavier qui se débranche toutes les 30 secondes (sans exagération, c’est du réel); sans compter les problèmes wifi en sortie de veille et tous les autres bugs.

    On est quand même en droit, au minimum, d’avoir une machine qui fonctionne correctement, non? Ben, non…

    Ils se disent que si leurs machines moyen de gamme sont trop bonnes, ils vendront moins celles haut de gamme… Qui ne se vendent pas de toute manière!
    Alors, avec leur logique implacable, non seulement ils ne vendent pas de machines haut de gamme, mais ils ne vendent pas celles moyens de gamme non plus (ou en tout cas bien moins que ce qu’elles pourraient l’être)! Des gênies je vous dis.

    C’est sur que ça ne donne pas envie d’acheter et de renouveller!

    C’est fini le temps où les gens ne savaient pas ce qu’ils achetaient ou se contentaient de ce qu’on leur donnait.
    Avec internet, dès qu’un produit sort, on SAIT (grâce aux retours d’utilisateurs) ses problèmes (et qualités) quasimment le lendemain de son lancement.
    Et, vu les problèmes décrits, les gens savent qu’il suffirait de pas grand chose pour y remédier… Mais ce n’est pas fait pour les raisons précitées.
    Plus personne n’a envie de se faire prendre pour un pigeon.

    Quand on rajoute à ça le contexte conjoncturel (la crise), on se dit que les constructeurs feraient mieux, s’ils veulent vendre, de se concentrer sur leurs machines milieux de gamme pour les rendre plus attirantes et mieux finies.

    Et la cerise sur le gateau, c’est que non seulement les machines d’aujourd’hui (hybrides, ou simples écrans tactiles) sont plus chères à l’achat, moins qualitatives (bugs), bridées (batterie limitée, résolution d’écran faible, matériaux cheap…) mais en plus elles sont non évolutives!
    Tout est soudé ou collé pour empêcher, SCIEMMENT, de pouvoir les réparer; pour nous obliger à les changer plus souvent.
    Donc, sur la durée aussi le cout d’une machine à augmenter!

    C’est tout bonnement hallucinant de voir que, dans un contexte de crise en plus, non seulement la qualité à l’utilisation des machines se dégradent, leur prix à l’achat augmente mais en plus leur durée de vie est artificiellement diminuée.

    Mais les pros du secteur se demandent sérieusement : « Mais pourquoi donc les consommateurs n’achètent pas?? » « C’est surement de la faute à Microsoft et W8. »
    MS… Le bon vieux bouc émissaire de tous les maux du secteur… Bon, il aide pas vraiment non plus.

    Il serait temps qu’ils se réveillent quand même… Qu’ils arretent de se partager un cerveau pour 100 ‘pros’ aussi, ça nous arrangerait. Qu’ils s’en achètent un s’ils n’en ont pas… Ou qu’ils demandent.
    Ils devraient instaurer des tests de QI lors des embauches, sérieux, ça ferait peut-etre avancer les choses.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 20 h 29 min

    Certainement mais je fantasme sur le modèle atrix où tu as une carcasse sur lequel se brancherait une micro tour upgradable selon les générations de hard’ et/ou tes besoins à un moment x.

    A moins que le coût de production d’un squelette et du couple touchpad + clavier soit négligeable.

    Trêve de fantasme, je pose cette question parce que si les clés pc Android à 80$ venait à passer dans la catégorie grand public, je me demande ce qui se passerait du côté des marques et de wintel ?

    En tout cas mon conseil serait qu’il arrête de vouloir faire du Apple. Mais en même temps, ces pauvres constructeurs sont enfermé malgré eux dans un sandwich wintel dont ils ne peuvent se défaire.

    Répondre
  • 4 février 2013 - 21 h 51 min

    Depuis que Pierre ne s’adonne plus de façon outrancière a la boisson, il fait des news formidables.

    Répondre
  • A
    4 février 2013 - 22 h 55 min

    @Pierre Lecourt:

    Je vais développer ton point sur l’homogénéité des tablettes.
    En passant, ton idée de positionner les machines par rapport à un usage donné plutot que par ses specs pures est une très bonne idée. C’est tellement peu (ou pas) fait aujourd’hui que ça doit etre creusé.

    Le plus grand problème des contructeurs ou assembleurs et qui est, par ricochet le notre aussi, c’est leur peur de bouffer (cannibaliser) leur segment au de gamme.
    Parlons des laptops.

    Aujourd’hui le haut de gamme c’est les ultrabooks IvyBridge, le très haut de gamme ce sont les hybrides tactiles.

    On sait que les ultrabooks ne se vendent pas bien. Et vu qu’ils en font tous, leurs parts de marchés et ventes respectives sont très faibles.

    Mais on dirait qu’à aucun moment ils ne considèrent le prix comme LE facteur principal de cet échec. Ils ne comprennent pas.
    Alors ils rajoutent des écrans tactiles et/ou les proposent en format hybrides mais… en augmentant encore le prix!

    Ben ouais, il ne faut pas que leurs ultrabooks tacitles et/ou hybrides soient vendus au même prix que les non tactiles, sinon ils ne vendront plus de non-tactiles. Donc on a des ultrabooks entre 800 et 1200€ et des ultrabooks hybrides entre 1100 et 1500€.

    Mais en quoi cela va-t’il faire qu’ils vont plus en écouler plus puisque le prix a encore augmenté pour les uns et est resté inchangé pour les autres?

    Mais, c’est pas fini, comme ils ne veulent pas cannibaliser leur haut (et très haut) de gamme – qui ne se vend pas, je le rappelle et c’est là où ça devient totalement burlesque -, ils brident leurs laptops moyens de gamme avec une batterie pourrie et, de plus en plus souvent une machine baclée à cause d’une compatibilité drivers/OS/Hardware tellement mal foutue que les machines sont pleines de bugs et de problèmes.

    Moi, le coup de l’Asus Vivobook avec sa batterie ridicule ou de l’Acer W510 et la Samsung ATIV pleines de bugs et mal finies, ça me reste en travers de la gorge.
    D’autant que pour les deux derniers cités, ce n’est meme pas pour ne pas concurrencer la gamme supérieure, c’est de la pure incompétence.
    Ils ont dû sabrer le contrôle qualité dans ces boites… Pour tenter de maximiser les profits je suppose. On voit le résultat: Des utilisateurs m&contents et le mauvais buzz qui en découle pour ces machines.

    Quand on voit leur prix (moins vrai pour l’Acer), ça fait mal aux fesses quand même de devoir s’accomoder d’un touchpad qui ne sert à rien (Acer) ou d’un clavier qui se débranche toutes les 30 secondes (sans exagération, c’est du réel); sans compter les problèmes wifi en sortie de veille et tous les autres bugs.

    On est quand même en droit, au minimum, d’avoir une machine qui fonctionne correctement, non? Ben, non…

    Ils se disent que si leurs machines moyen de gamme sont trop bonnes, ils vendront moins celles haut de gamme… Qui ne se vendent pas de toute manière!
    Alors, avec leur logique implacable, non seulement ils ne vendent pas de machines haut de gamme, mais ils ne vendent pas celles moyens de gamme non plus (ou en tout cas bien moins que ce qu’elles pourraient l’être)! Des gênies je vous dis.

    C’est sur que ça ne donne pas envie d’acheter et de renouveller!

    C’est fini le temps où les gens ne savaient pas ce qu’ils achetaient ou se contentaient de ce qu’on leur donnait.
    Avec internet, dès qu’un produit sort, on SAIT (grâce aux retours d’utilisateurs) ses problèmes (et qualités) quasimment le lendemain de son lancement.
    Et, vu les problèmes décrits, les gens savent qu’il suffirait de pas grand chose pour y remédier… Mais ce n’est pas fait pour les raisons précitées.
    Plus personne n’a envie de se faire prendre pour un pigeon.

    Quand on rajoute à ça le contexte conjoncturel (la crise), on se dit que les constructeurs feraient mieux, s’ils veulent vendre, de se concentrer sur leurs machines milieux de gamme pour les rendre plus attirantes et mieux finies.

    Et la cerise sur le gateau, c’est que non seulement les machines d’aujourd’hui (hybrides, ou simples écrans tactiles) sont plus chères à l’achat, moins qualitatives (bugs), bridées (batterie limitée, résolution d’écran faible, matériaux cheap…) mais en plus elles sont non évolutives!
    Tout est soudé ou collé pour empêcher, SCIEMMENT, de pouvoir les réparer; pour nous obliger à les changer plus souvent.
    Donc, sur la durée aussi le cout d’une machine à augmenter!

    C’est tout bonnement hallucinant de voir que, dans un contexte de crise en plus, non seulement la qualité à l’utilisation des machines se dégradent, leur prix à l’achat augmente mais en plus leur durée de vie est artificiellement diminuée.

    Mais les pros du secteur se demandent sérieusement : « Mais pourquoi donc les consommateurs n’achètent pas?? » « C’est surement de la faute à Microsoft et W8. »
    MS… Le bon vieux bouc émissaire de tous les maux du secteur… Bon, il aide pas vraiment non plus.

    Il serait temps qu’ils se réveillent quand même… Qu’ils arretent de se partager un cerveau pour 100 ‘pros’ aussi, ça nous arrangerait. Qu’ils s’en achètent un s’ils n’en ont pas… Ou qu’ils demandent.
    Ils devraient instaurer

    Répondre
  • uko
    5 février 2013 - 1 h 51 min

    @Pierre: Amen. J’ignore ce qu’il se passe dans la petite tête des constructeurs, et s’ils ont conscience des attentes de leur public, mais tes conseils correspondent précisément à « mes » attentes, et par extension j’imagine à celles d’une grande partie des consommateurs informés.

    Hors, ce sont justement ces experts locaux qui sont sollicités par leurs proches lors de leur réflexion sur l’achat d’un appareil de plusieurs centaines d’euros. Bien que je n’irais pas conseiller à Mamie Germaine de construire sa machine de toutes pièces, c’est bien sur ses usages que je l’interrogerais pour l’aider à déterminer le modèle qui lui conviendrait le mieux: La qualité de l’écran pour ses yeux fatigués ? Les nuisances sonores de l’appareil ? Sa portabilité ? Sa capacités à jouer de la bonne musique ?

    Bref, sans forcément proposer des modèles spécialisés à outrance, communiquer sur la qualité de l’expérience proposée par les machines me semble plus pertinent que d’afficher des caractéristiques techniques qui ne parlent plus à personne. Qui, sinon les plus pointus des geeks connaît les références et les performances des dernières générations de core I7 ? Qui peut se targuer de connaître l’impact réel de 8GO de RAM contre 4, et surtout l’impact des différentes générations de RAM sur les performances pratiques pour Mamie Germaine ?

    Moi-même je n’en ai qu’une vague idée, probablement faussée par la lecture de benchs peu représentatifs d’un usage réel. Mamie Germaine, non seulement elle n’en sait rien, mais elle s’en tamponne le coquillard sévère. Elle sait qu’elle ne compte pas bouger l’ordinateur du bureau où il sera installé, qu’elle veut pouvoir lancer une vidéoconférence avec sa petite fille, lire des imayls écrits en gros, parfois aller sur gougeul et imprimer un document de temps en temps.
    Éventuellement, si on lui explique que ça peut aussi afficher la TV et la radio, voire jouer de la musique de manière acceptable, ça lui fera plaisir. Si en plus il est possible de déporter les films et les photos de famille sur le grand écran de la TV, pourquoi pas du moment que ça n’est pas trop compliqué. Mais Mamie Germaine n’a jamais vu de cable HDMI et n’a d’ailleurs jamais non plus entendu parler de HDMI. Cette mention dans le descriptif technique de l’appareil n’a aucun sens pour elle.

    Alors que la bataille des performances est gagnée depuis longtemps, il suffirait par exemple de fournir la machine avec quelques câbles à 2€ et un mode d’emploi pour remettre en avant des arguments marketing oubliés depuis longtemps: De communiquer sur des usages plutôt que sur d’obscures caractéristiques techniques qui ne parlent qu’à une poignée de geeks.

    Répondre
  • 5 février 2013 - 4 h 34 min

    Le probleme des constructeurs est que les clients regardent 1- le prix, 2- les specs. Il y a peu de fournisseurs qui ont reussi a briser cette spirale infernale (Apple, Lenovo, Sony ?), du coup c’est le nivellement par le bas.

    Ceci dit, jeter la pierre aux constructeurs c’est facile: les gros coupables sont les testeurs (journalistes, bloggueurs) qui par paresse, manque de compétence et de moyens ne mettent en avant que l’évident. Il est un peu normal que le client qui n’a comme info que le CPUMark, GPUMark, et, avec du bol, des décibels, choisisse sur ces criteres la. Des test évidents (pour les appareils mobiles: resistance aux chutes, qualité du son, SAV et support techinque… ) ne sont pas faits, donc comment prendre ca en compte lors de l’achat ?

    Répondre
  • 5 février 2013 - 8 h 39 min

    @obarthelemy, bof sony reste très cher pour ce qu’il propose

    Répondre
  • 5 février 2013 - 9 h 11 min

    obarthelemy@obarthelemy:

    Et encore, les sites comme CPU Benchmark et GPU Benchmark sont inconnus du grand public. Quand un vendeur sort un i5 c’est forcement plus puissant qu’un i3, c’est triste. C’est souvent vrai mais pas tout le temps.

    Après c’est comme dans l’automobile, beaucoup de gens achètent sur l’aspect esthétique du produit sans prendre en considération la puissance, l’autonomie ou la connectique. Du pain béni pour les ultra books.

    Exemple d’aberration vue récemment, un HP G6 avec 6go de mémoire (bien) mais couplé au duo AMD E-1800 et HD7340. Vive le déséquilibre

    Répondre
  • 5 février 2013 - 9 h 40 min

    @obarthelemy: Test de chute ça sous entends,pour que ce soit honnête, qu’il faut le faire sur au moins 10 appareils identiques. Faire un seul test de chute ça ne vaut absolument rien. Cela veut dire qu’un test de chute honnête d’ultrabook c’est 10 000€ d’investissement.

    J’ai vu des machines tomber 10 fois sans broncher et la même exploser apres une seule chute… Le test de chute il est donc fait en général par le fabricant qui veut que sa machine résiste au minimum aux dégats.

    Pour le reste je suis d’accord, les tests de benchs sont en général peu utiles car peu représentatifs des conditions réelles d’utilisation. Mais la le problème est tout autre, il est question de temps. Installer photoshop et le tester une heure a également un coût, un coût énorme si tu le multiplie par le nombre de softs représentatifs et le nombre de machines.

    Hors les marques aujourd’hui préfèrent se payer une campagne dans le figaro ou 20 minutes qui leur offre beaucoup de visibilité, les rédactions journalistes info avec de l’expérience technique n’ont plus de sous a consacrer a des tests, cela donne un marché un peu bancal ou on voit apparaître des tests fait sur photos (si si) d’un côté et un manque de moyen évident qui ne pousse pas spécialement a la paresse mais plutôt à une réalité économique de rendement. Lancer des tests type benchs permet de faire une batterie de machines en un minimum de temps et donc de rentabiliser les salaires des journalistes.

    Personne ne veut plus payer pour de l’info, les marques ne veulent pas payer pour que leurs machines soient testées, le résultat est navrant :)

    Aux US les sites majeurs sont soit sponso par des système de chaines de TV soit par des constructeurs d’automobile ou par des marchands de boisson gazeuses. Un jour il n’y aura plus de tests, que des pubs.

    @Marc Collin: Sony remonte la pente mais c’est dernières années c’est vrai que c’est pas génial.

    @alainrx8: Oui les machines déclinées en gammes arrivent a être complètement tirées par les cheveux parfois.

    Répondre
  • 5 février 2013 - 20 h 44 min

    Tellement d’accord avec toi !

    Comme pour tout, pour vendre il faut innover, et les constructeurs ont décidés d’arrêter d’innover pour se replacer sur de nouveaux marchés. Surement plus rentable mais sur du court terme seulement… On le voit bien 1 an après la tablette ne coute plus rien, on est envahit de machine de toute sorte.

    Perso étant dans l’informatique, je voyait les tablette apparaitre autour de moi, perso j’en voulais pas, l’intérêt me paraissait plus que limité. Finalement avec l’arrivée de la Nexus 7, j’ai craqué avec ce prix d’appel à 240€. 6 Mois apres je n’ai pas changé d’avis l’intérêt est limité, et en aucun ca, cela remplacera mes PCs (fixe ou portable), c’est plus un gadget ou une extension pour moi.

    Le problème aujourd’hui c’est que Microsoft a peur sur le secteur du PC, Intel aussi et se lance dans le Mobile, et ces deux essayent de verrouiller un max les PC/Laptop, bref rien de très joyeux pour l’avenir !

    Répondre
  • 6 février 2013 - 6 h 44 min

    Je plussoie sur le côté bunker. Mon PC de bureau a été acheté en 2003, et je ne l’ai jamais remplacé. Par contre, le seul composant d’origine qui reste, c’est le lecteur DVD ;) Même la caisse a changé (la nouvelle alim, plus puissante, ne tenait pas dans l’ancienne caisse)

    Répondre
  • Mat
    6 février 2013 - 16 h 29 min

    pour illustrer cet article.
    Je dois changer deux ordinateurs ayant pour processeur un Atom N270. Malgrés un besoin de puissance, je temporise au maximun. Un sous windows du fait d’applications tierces pour usage pro et l’autre sous linux. Je ne suis pas contre la finesse, mais je recherche surtout un encombrement Lxl réduit donc une ?très?petite diagonale, mais en 1366 x 768 . Un engin de PRODUCTION qui lorsqu’il est utilisé en « indoor » est connecté à un écran 22′ et un clavier/souris de bonne facture. Silencieux et avec une connectique suffisante. Pouvoir accéder au DD et ram, pour faire évoluer ou tout simplement démarer sans choix imposés.
    Je suis tellement dans la temporisation que je n’ai même pas acheté une tablette. Car cette dernière ne viendra qu’en complément/fonction de qq chose que je n’ai pas encore acheté.

    Répondre
  • 12 février 2013 - 23 h 48 min

    Pas d’accord avec la stratégie actuelle des producteurs de PCs et de tablettes. Mais pas non plus d’accord avec les solutions proposées ici dans l’article. Personnellement, je veux un compromis entre des PCs style netbooks moins chers, pas plus puissants, mais intégrant de plus en plus de capteurs permettant aux PCs de gagner en intelligence (par exemple tuner TV, GPS, tuner radio, pourquoi pas baromètre, thermomètre, altimètre, etc. ; les possibilités de capteurs sont infinies). C’est à dire, la même chose que ce que j’attends des smartphones. Mais en plus grand, et avec un clavier, qui rendent l’utuilisation plus confortable.

    Répondre
  • 17 mai 2013 - 17 h 33 min

    […] J’évoquais un secteur en croissance il y a quelques mois dans un papier appelé « 6 conseils aux constructeurs pour revendre des PC » : Celui des PC « sur mesures » proposés par des assembleurs. Ce […]

  • 17 mai 2013 - 19 h 27 min

    Ben voilà, c’est tout bète, revenir au bon sens… Merci de cette mise au point.
    A quoi cela nous sert, pour des besoins courants, cette course constante vers toujours plus de puissance ?

    Répondre
  • LAISSER UN COMMENTAIRE

    *

    *